Le cadre temporel

Le cadre temporel de l'intrigue est fixé dès les premières pages du récit. Le temps s'y écoule ensuite à des rythmes différents.

L'écoulement du temps

L'époque du récit est souvent située avec précision ("C'était le 6 mais 1834"). Le narrateur raconte ensuite les événements dans l'odre chronologique de leur déroulement. Il peut effectuer des retours en arrière (analepses) pour apporter des explications ou procéder à des anticipations (prolepses) pour annoncer un événement à venir.

Le rythme du récit

Le narrateur peut choisir de mettre en valeur ou de passer sous silence des moments de l'histoire au moyen de différentes techniques d'écriture.

La scène

Elle correspond à un événement privilégié, raconté en détail à travers l'ensemble des actions et des paroles prononcées.

Le sommaire

L'écoulement du temps s'accélère et les événements sont résumés par le narrateur en quelques mots.

La pause

Le narrateur interrompt l'enchaînement des actions par des commentaires, la description d'un lieu, le portrait d'un personnage.

L'ellipse

Elle constitue un saut dans le temps qui permet de passer sous silence des événements sans importance ("Trois jours plus tard").

Le cadre spatial

Le cadre spatial du récit peut évoluer en fonction de l'intrigue.

Les lieux du roman

Dès les premières lignes du roman, le narrateur fixe avec précision le cadre spatial du récit. Il met ainsi en place le lieu dans lequel se déroule l'action. Il peut s'agir d'un lieu réel (L'Or de Blaise Cendrars) ou imaginaire (Voyage au centre de la Terre, de Jules Verne), d'un espace limité (La Modification de Michel Butor) ou d'un espace ouvert et diversifié (Le Hussard sur le toit de Jean Giono).

Le rôle de la description

La description montre au lecteur les lieux, les personnages et les objets évoqués.

Les toponymes et les indicateurs spatiaux

La description s'organise comme un tableau. Elle indique des noms de lieux. Elle découpe l'espace en différents plans, au moyen d'adverbes de lieu ("au loin") et de prépositions ("au-dessus").

Le lexique de la perception

Les verbes de perception signalent le passage de la narration à la description. Ils indiquent le foyer de la perception. Le lexique des cinq sens (la vue, l'ouïe, le goût, le toucher ou l'odorat) apporte des précisions sur ce qui est décrit.

Les verbes et les temps verbaux

La description utilise des verbes d'état (être, sembler, paraître) et des présentatifs ("c'était", "il y avait") conjugués à l'imparfait pour fixer l'image de ce qui est décrit. Elle marque une pause dans le récit.

 Les réseaux lexicaux

La description s'organise autour d'un thème (un village, un immeuble) en développant des réseaux lexicaux qui créent une atmosphère.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,50/ 5 pour 8 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide