Guy de Maupassant, né Henry-René-Albert-Guy de Maupassant, est un écrivain français né le 5 août 1850 à Tourville-sur Arques et mort le 6 juillet 1893 à Paris. Il s'est imposé comme un auteur majeur de la littérature française notamment comme nouvelliste, dont les plus connus sont Boule de suif (1880), les Contes de la bécasse (1883) ou Le Horla (1887). Il a écrit six romans, parmi lesquels se trouvent Une vie (1883), Bel-Ami (1885) et Pierre et Jean (1887-1888) dont la préface expose sa conception du roman réaliste. Sa carrière littéraire se résume à dix ans (1880 à 1890) puisqu'il sombre peu à peu dans la folie et meurt à quarante-deux ans.

« Les grands artistes sont ceux qui imposent à l'humanité leurs illusions particulières. »

Pierre et Jean (1887-1888)

Biographie

Guy de Maupassant nait dans une famille installée en Seine-Maritime originaire de Lorraine. Son père épouse en 1846 Laure LePoittevin, amie de Gustave Flaubert. Séparée de son mari volage en 1860, elle s’installe avec ses deux fils à Étretat.

Les côtes à Étretat, lieu où s'installe la mère de Guy de Maupassant

À treize ans (1863), il entre en pension dans le séminaire d’Yvetot. Il y commence à écrire mais finira par se faire renvoyer, premières traces de sa défiance envers la religion. Au lycée de Rouen, il poétise et joue au théâtre tandis qu’il devient le disciple de Gustave Flaubert. Bachelier ès lettres en 1869, il commence le droit à Paris. Il doit cependant s’enrôler en 1870 comme volontaire dans la guerre franco-prussienne. Revenu en à Paris, il commence à écrire et publie son premier conte en 1875, La main écorchée sous le pseudonyme de Joseph Prunier. En 1877, on lui diagnostique une syphilis, signe de sa vie dissolue, faite de femmes et de chasse. Pour dédramatiser la mort désormais fatale, il écrira :

« J'ai la vérole ! enfin la vraie, pas la misérable chaude-pisse, pas l'ecclésiastique christalline, pas les bourgeoises crêtes de coq, les légumineux choux-fleurs, non, non, la grande vérole, celle dont est mort François Ier. Et j'en suis fier, malheur, et je méprise par-dessus tout les bourgeois. Alléluia, j'ai la vérole, par conséquent, je n'ai plus peur de l'attraper ! ... »

Alain-Claude Gicquel, Maupassant, tel un météore, Lettre à Robert Pinchon Le Castor Astral, 1993. p. 50

Grâce à Flaubert, il rencontre Émile Zola, Ivan Tourgueniev ou Edmond de Goncourt. Il fréquente également Stéphane Mallarmé, à qui il rend visite chez lui. Il écrit également beaucoup de verts et de courtes pièces et collabore avec Le Figaro et d’autres journaux pour des articles littéraires. En 1879, il publie son premier livre, Histoire du vieux temps. En 1880, Boule de suif, sa première nouvelle qui paraît dans un recueil naturaliste, rencontre un grand succès.

Boule de suif, la première nouvelle publiée de Maupassant

1880 marque à la fois la mort de Flaubert dont il souffre beaucoup et le début de sa décennie la plus féconde :

  • 6 romans
  • 300 nouvelles (premier recueil : La Maison Tellier, en 1881)
  • quelques récits de voyages

Il œuvrera également comme envoyé spécial pour le journal Le Gaulois en Afrique du Nord, où il publie sous le pseudonyme Maufrigneuse, pouvant s’adonner librement à la polémique. Il publiera six romans en tout (étudiés en cours de francais) :

  • Une vie, 1883 (20 000 exemplaires vendus en moins d’un an)
  • Bel-Ami, 1884 (en référence duquel il dira « Bel-Ami, c’est moi. »)
  • Pierre et Jean (1887-1888) (dont la préface figure sa pensée du roman réaliste)
  • Mont-Oriol, 1887 (sur le monde des affaires et les médcins)
  • Fort comme la mort, 1889 (titre tiré du Cantique des cantiques : « L’amour est fort comme la mort, et la jalousie est dure comme le sépulcre. »)
  • Notre cœur, 1890 (peinture de mœurs mondaines sans dénouement)

Il pratique la méditation et voyage longuement en Algérie, en Italie, en Angleterre, en Bretagne ou encore en Corse, souffrant toujours la syphilis. À cette période, il fréquente Alexandre Dumas et, toujours, Zola ou Tourgueniev. Durant les derniers mois de sa vie, Maupassant développe un fort goût pour la solitude et des accès fréquents de paranoïa, peut-être héréditaire. Il est de plus en plus mal, comme le montre cette lettre d’adieu envoyée le 31 décembre 1891 au docteur Cazalis :

« Je suis absolument perdu. Je suis même à l'agonie. J'ai un ramollissement du cerveau venu des lavages que j'ai faits avec de l'eau salée dans mes fosses nasales. Il s'est produit dans le cerveau une fermentation de sel et toutes les nuits mon cerveau me coule par le nez et la bouche en une pâte gluante. C'est la mort imminente et je suis fou ! Ma tête bat la campagne. Adieu ami vous ne me reverrez pas !… »

S'ensuit une tentative de suicide dans la nuit du 1er au 2 janvier 1892 après laquelle il est interné dans la clinique du docteur Blanche : il y mourra de paralysie générale à 42 ans le 6 juillet 1893 après dix-huit mois d’inconscience presque totale.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert>

Caractéristiques de l’œuvre

Guy de Maupassant

L’art narratif

Maupassant explicite, dans la préface de Pierre et Jean, sa conception du roman « objectif » qui rejette les esthétiques symbolistes ou romantiques :

« Le réaliste, s'il est un artiste, cherchera, non pas à nous donner la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. Raconter tout serait impossible, car il faudrait alors un volume au moins par jour­née, pour énumérer les multitudes d'inci­dents insignifiants qui emplissent notre existence. La vie, en outre, est composée des choses les plus différentes, les plus imprévues, les plus contraires, les plus disparates ; elle est brutale, sans suite, sans chaîne, pleine de catastrophes inexplicables, illogiques et contradictoires qui doivent être classées au chapitre des faits divers. Voilà pourquoi l'artiste, ayant choisi son thème, ne prendra dans cette vie encombrée de hasards et de futilités que les détails caractéristiques utiles à son sujet, et il rejettera tout le reste, tout l'à côté. La vie encore laisse tout au même plan, précipite les faits, ou les traîne indéfiniment. L'art, au contraire, consiste à user de précautions ou de préparations, à ménager des transitions savantes et dissimulées, à mettre en pleine lumière, par la seule adresse de la composition, les événements essentiels et à donner à tous les autres le degré de relief qui leur convient, suivant leur importance, pour produire la sensation profonde de la vérité spéciale qu'on veut montrer. Faire vrai consiste donc à donner l'illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement dans le pêle-mêle de leur succession. »

Pour Maupassant donc, le roman est une composition artistique, un « groupement adroit de petits faits constants d’où se dégagera le sens définitif de l’œuvre. »

Thématiques

Maupassant s’inspire largement de sa propre vie et, de fait, ses thèmes d’écriture font beaucoup écho à ce qu’il a vécu :

  • La Normandie, où il est né (Une Vie à Rouen, Pierre et Jean au Havre)
  • La guerre de 1870 (Boule de suif, Mademoiselle Fifi, Deux amis, Le père Milon, La folle…)
  • Les femmes comme des victimes (Une Vie, Boule de suif, La Maison Tellier, )
  • La paternité (Pierre et Jean)
  • Son pessimisme (cf la courte nouvelle Solitude) : il l'utilise pour ne jamais être déçu
  • La folie, la dépression, la paranoïa (Le Horla, pour le plus caractéristique)

Une critique acerbe de la nature humaine

Dans Bel-Ami, déjà, Maupassant met en scène un arriviste dont la seule réussite est d'avoir séduit des femmes influentes. Il y dépeint l’influence du régime économique d’une société, en l’occurrence le capitalisme, sur les individus, se faisant ainsi critique de son époque. Déjà, la conclusion se dessine : la nature humaine est désolante et la société n’est qu’un engrenage inhumain. Il est ainsi marqué par son pessimisme vis-à-vis de la nature humaine. Très influencé par le philosophe allemand Schopenhauer, il accorde peu de vérité à la manifestation des sentiments, et l'amour notamment, qui n'est qu'un des pièges dont la Nature use pour arriver à ses fins. Jeanne, dans Une Vie, veille par exemple seule, la nuit, sur le corps de sa mère morte : elle est endeuillée, triste jusqu'au fond de l'âme et, pourtant, au matin de cette douloureuse nuit, l'aurore se lève, plus belle que jamais, « d'un rose joyeux, amoureux, charmant... ». C'est ainsi que les êtres humains sont pris au piège de l'espoir vite déçu, sans échappatoire possible. Ainsi en va-t-il dans nombre de ses nouvelles, avec par exemple La Parure. Dans cette nouvelle, la femme d'un fonctionnaire se pare d'un collier emprunté pour un soir de bal du ministère, mais le perd. Pour le racheter, elle sera obligée de passer le reste de sa vie enfermée dans la pauvreté.

Les registres narratifs

Guy de Maupassant n'hésite pas à mêler différents genres narratifs, que ce soit dans ses nouvelles ou ses romans. En voici un aperçu sous la forme d'un tableau :

Registres & CaractéristiquesEffetsThèmesŒuvres
Le registre réaliste
Choix des détails de la vie quotidienne, le comportement des personnages et les effets de langue pittoresque
« Donner l'illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits »Les thèmes quotidiens de la vieUne Vie, Pierre et Jean
Le registre fantastique
On assiste à une intrusion de l'irrationnel, à des phénomènes étranges. Il y a ambiguïté entre le réel et l'irrationnel : le personnage ne sait pas si ce qu'il perçoit est la réalité ou non.
Le lecteur, comme le personnage, est déstabilisé. Il ne sait plus ce qu'il doit croire ou non, si c'est réel ou imaginaire. Chez Maupassant, exploitation du thème de la folieLe Horla, La Tombe, La Chevelure, ...
Le registre tragique
Un être, placé en situation de victime, est confronté à desforces qui le dépassent, aux drames de la destinée humaine: le mal, les passions dévastatrices, la mort.
La terreur et la pitiéLa fatalité, le destin, la mort, la puissance des passions, le désespoir, l'amour impossible,les dilemmes, la menace, le châtiment.Le Horla (la folie), Bel-Ami (angoisses devant la mort), ...
Registre comique
Fait appel à l'humour, au comique verbal, à la parodie. Le comique peut naître d'une situation (par exemple une situation absurde), d'un comportement, d'un caractère ou encore de gestes
Rire, sourire, amusementCaricatures paysannes ou mondaines, mari trompé, comiques de mœurs avec les arrivistes ou petits bourgeois, etc.Pierre et Jean (mari trompé), L'Héritage, La Ficelle, etc.

La diversité de ces registres donne une identité particulière à l’œuvre de Maupassant. À cela vient s'ajouter un style propre, marqué par la place prépondérante des nouvelles dans la production de l'auteur, lesquelles lui ont conféré une place à part dans l'histoire de la littérature française.

Œuvres de Maupassant

Romans

  • Une vie (1883)
  • Bel-Ami (1885)
  • Pierre et Jean (1887)
  • Mont-Oriol (1887)
  • Fort comme la mort (1889)
  • Notre cœur (1890)

Recueils de nouvelles

  • La Maison Tellier (1881)
  • Mademoiselle Fifi (1882)
  • Contes de la bécasse (1883)
  • Clair de lune (1883)
  • Le Lit 29 (1884)
  • Miss Harriet (1884)
  • Les Sœurs Rondoli (1884)
  • Yvette (1884)
  • Contes du jour et de la nuit (1885)
  • Toine (1885)
  • Monsieur Parent (1886)
  • La Petite Roque (1886)
  • Le Horla (1887)
  • Le Rosier de Mme Husson (1888)
  • La Main gauche (1889)
  • L'Inutile Beauté (1890)
Maupassant publia ses nouvelles dans des journaux, dont Gil Blas (ici, pour La Parure)
Posthumes
  • Le Père Milon (1899)
  • Le Colporteur (1900)

Théâtre

  • Histoire du vieux temps (1879)
  • Une répétition (1880)
  • Musotte (1891)
  • La Paix du ménage (1893)
  • À la feuille de rose, maison turque, 1875

Poèmes

  • Des vers (1880)
  • Des vers et autres poèmes, Publication Univ Rouen Havre, , 474 p.

Récits de voyage

  • Au soleil (1884)
  • Sur l’eau (1888)
  • La Vie errante (1890)
  • Fragments de voyages, Arvensa éditions, , 900 p.
Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,25/5 - 4 vote(s)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.