Fiche de lecture : L’Ingénu et Memnon de Voltaire

Dégagez la structure des deux récits en résumant chaque étape du schéma narratif par une phrase.

Le schéma narratif de L’Ingénu, histoire véritable, tirée des manuscrits du P. Quesnel (1767) :

-          La situation initiale décrit la vie tranquille d’une petite vie provinciale de Basse-Bretagne.

-          Un élément modificateur se produit : l’arrivée de Huron. Sa conversion religieuse crée un conflit car l’Ingénu baptisé ne peut épouser Mlle de Saint-Yves dont il est amoureux, puisque cette dernière est sa marraine.

-          Ensuite se passent un certain nombre de péripéties, tels la bataille avec les Anglais, le départ de l’Ingénu pour Versailles et son emprisonnement, la vaine intervention de sa tante et de son oncle pour le faire libérer, le départ de Mlle de Saint-Yves à Versailles et ses entretiens successifs, puis son sacrifice.

-          La situation finale est le retour en Basse-Bretagne avec la maladie et la mort de l’héroïne : un nouvel équilibre s’installe, fondé sur le culte de la morte et sur une philosophie positive du malheur.

Le schéma narratif de Memnon ou la sagesse humaine (1750) :

-          La situation initiale décrit la décision du héros Memnon de devenir parfaitement sage du jour au lendemain en formulant un certain nombre de règles théoriques qu’il devra s’efforcer de respecter : absence de passions, notamment amoureuses dans le premier paragraphe, sobriété dans le deuxième et modération dans les désirs dans le dernier.

-          Par la suite, on retrouve notre héros Memnon face aux réalités de la vie. Il lui arrive un certain nombre de péripéties et il découvre alors combien il est difficile de respecter ses propres engagements théoriques.

-          La situation finale met en scène l’arrivée d’un génie qui explique son rôle à Memnon et lui enseigne la sagesse.

Quelles différences observez-vous entre les deux héros ?

- En choisissant comme héros de son conte L’Ingénu un Huron, Voltaire s’inscrit dans la tradition littéraire et philosophique du « bon sauvage ». L’Ingénu sert de porte-parole à la critique sociale, politique et religieuse du siècle de Louis XIV. Voltaire ne souscrit cependant pas complètement au mythe du bon sauvage, puisqu’il n’exalte pas la vie sauvage aux dépens de la civilisation. Il fait au contraire évoluer positivement son héros, lui conférant ainsi une sagesse et une humanité supérieures. Le statut ambigu du héros par rapport au mythe est d’ailleurs symbolisé par les trois noms qui le désignent successivement : le Huron, l’Ingénu et Hercule de Kerkabon.

- Voltaire présente Memnon comme un homme voulant « être parfaitement sage ». Or ce projet est présenté d’emblée comme parfaitement « insensé ». Cette contradiction dès la première phrase du texte montre très bien l’échec de cette entreprise avant même son commencement. Ainsi dès le début, Voltaire nous donne des indices clairs sur la suite des aventures de Memnon qui le mèneront à sa perte.

Ces différences entre le Huron et Memnon font que leurs aventures ne produisent pas le même effet sur leurs caractères : l’un, le Huron, devient meilleur, l’autre, Memnon, devient amer.

·         Quels sont les cadres spatio-temporels des deux récits ?

-          Dans L’Ingénu, on a un cadre spatio-temporel légendaire qui devient réaliste. En effet, au début, les montagnes sont en mouvement : « Il donna la bénédiction à sa montagne qui lui fit de profondes révérences et s’en retourna en Irlande par le même chemin qu’elle était venue ». Puis le cadre spatio-temporel redevient normal : Où ? « Baie de Saint-Malo », « la baie de Rance ». Quand ? « 1689, le 15 juillet au soir ». Qui ? Les Kerkabon et le Huron. Quoi ? Une rencontre entre un individu étrange et deux nobles.

L’Ingénuest ainsi une parodie de conte merveilleux qui donne des possibilités comiques et satiriques au genre très sérieux qu’est le conte philosophique.

-          Dans Memnon, le cadre spatio-temporel est décrit de façon très limitée : on relève uniquement des termes très vagues comme « chambre », « fenêtre » et « maison ». Cette absence de description d’un cadre spatio-temporel est une caractéristique du conte où les lieux sont généralement stéréotypés et peu décrits. En outre, la présence de l’indice temporel « un jour » à la première ligne place d’emblée le texte dans un récit de fiction apparenté aux contes. Par ailleurs, on peut noter que l’action se déroule dans un pays du Moyen-Orient (« Ninive »).

Pourquoi Voltaire a-t’il choisi cette époque dans Memnon selon vous?Ce dépaysement a deux fonctions : d’une part, il répond au goût du XVIIIème siècle pour l’exotisme ; d’autre part, il permet de faire la critique de la société française en évitant la censure.

Quels sont les thèmes de la satire dans L’Ingénu ? (appuyez-vous sur des exemples précis).

Dans L’Ingénu, les thèmes de la satire portent sur différents thèmes chers à Voltaire :

-          La religion avec la critique du jansénisme à cause de leur point de vue sur la prédestination et la grâce (Gordon représente le jansénisme, et justement à la fin du livre, Gordon évolue et n’est plus janséniste : « Il est changé en homme », « il est devenu sage ») ; la critique des Jésuites et leur appétit de pouvoir (le Père Tout-à-tous est le symbole de l’hypocrisie des Jésuites dans le Chapitre XII) ; la critique du catholicisme avec le rôle pervers des missionnaires (Chapitre I) et la conversion forcée (Chapitre VIII).

-          La politique avec la critique de l’administration de l’Ancien Régime, un vrai labyrinthe, et des dirigeants tout puissants et inconscients : « Avec quelle indifférence inhumaine un homme en place signe la destruction d’une famille, et avec quelle joie plus barbare des mercenaires l’exécutent ! » (Chapitre XIX) ; la négation du droit et de la justice : « Il n’y a donc point de lois dans ce pays ? » (Chapitre XIV) ; la négation de la liberté avec les lettres de cachet qui sont un exemple de l’arbitraire royal (Chapitre XV), ces lettres seront d’ailleurs abolies par Louis XVI en 1789 ; la critique de la corruption incarnée par Saint-Pouange : tout est à vendre dans ce monde et l’argent achète tout.

-          La société avec la critique de la petite société provinciale caractérisée par son étroitesse de vues et sa vanité ; la critique du clergé : Voltaire jette le discrédit sur la moralité des ecclésiastiques en évoquant la légèreté de leurs mœurs (Chapitre XIII) ; la critique du personnel administratif et politique : ainsi Voltaire critique nommément Louvois, La Chaise, Vadbled, Mlle du Tron, Mme de Lesdiguières, et, sous un nom d’emprunt, Mme du Belloy, qui est en réalité Mme Dufresnoi, la maîtresse de Louvois ; la critique des courtisans avec l’immoralité qui caractérise ce milieu : « On n’a point blâmé les belles et grandes dames dont je vous parle ; on vous applaudira » (Chapitre XVII) ; et la méconnaissance des talents, aussi ne s’étonne-t-on point de l’incapacité généralisée des individus en place : « Bien des gens ne méritent pas leurs places » (Chapitre XII), « … la place a été donnée au mari de la plus belle »(Chapitre XVII).

Quels enseignements et quelles critiques sur la société du XVIIIème siècle peut-on dégager du conte Memnon ? Reformulez- les en deux phrases.

Dans Memnon, Voltaire critique les mœurs de son époque :

-          La société repose sur la corruption, par exemple le satrape du roi protège le banqueroutier grâce aux passe-droits : il est le « neveu d’une femme de chambre de sa maîtresse », ce qui explique les circuits d’influence.

-          La société est pleine de vices : la luxure et la soif de plaisirs sont illustrées par la scène de la dame et de son protecteur, symbole du piège tendu par des gens intéressés et sans scrupule ; quant à la folie du jeu, qui était très courante à l’époque de Voltaire, elle est représentée lors de la soirée de Memnon chez ses amis.

Parmi les cinq contes philosophiques étudiés, lequel selon vous transmet-il le plus efficacement les enseignements de Voltaire ? Justifiez votre réponse par des arguments illustrés d’exemples précis choisis dans les œuvres.

·         Dans les cinq contes philosophiques que nous avons étudiés, L’Ingénu, Memnon, Candide, Zadig et Babouc, Voltaire mène une réflexion sur la recherche d’un bonheur accessible grâce à l’expérience et d’une sagesse raisonnable et pragmatique.

·         Les héros de Voltaire : Le Huron, Memnon, Candide, Zadig et Babouc sont parés de traits de caractère enviables. Le héros voltairien est jeune, naïf et ignorant de la vie, mais son intelligence et sa sensibilité lui permettront d’évoluer. Durant le récit, le héros se trouve toujours confronté à des situations merveilleuses, dont il tirera un enseignement moral.

·         Leurs aventures découlent du fait que meilleur des mondes n’existe pas pour Voltaire : c’est pourquoi il critique la philosophie de Leibnitz tout au long de Candide, représentée par le personnage Pangloss dont la devise est : « Tout est bien dans le meilleur des mondes ». De la même manière, les quatre autres contes, L’Ingénu, Zadig, Babouc et Memnon, dénoncent cette idée préconçue : Candide, comme les autres héros éponymes, vont enfin prendre conscience que le mal existe, et surtout que Dieu est indifférent à la souffrance humaine.

·         Ces cinq contes philosophiques sont donc des histoires fictives, inventées par l’auteur pour faire une critique de la société. Les textes sont écrits sous forme de contes pour échapper à la censure. Le lecteur prend plaisir à la parodie, l’humour, l’ironie du conte merveilleux et fantaisiste.

Un lecteur du XVIIème siècle va retrouver avec intérêt les préoccupations de son temps et le combat constant de Voltaire, ainsi que des autres philosophes des Lumières, contre l’absolutisme, l’intolérance religieuse, la justice barbare (torture), etc…

Un lecteur contemporain va être également sensible à la portée satirique du conte et va s’étonner de la liberté de ton d’un auteur qui a écrit il y a près de deux siècles et demi. Même s’il faut parfois des références historiques pour comprendre certains traits d’ironie de Voltaire, les grandes causes dans lesquelles il s’était engagé, en particulier la tolérance, restent toujours d’actualité.

·         Les cinq contes philosophiques que nous avons étudiés ont également ce point commun qu’ils traduisent l’optimisme de Voltaire.

Ainsi la devise du héros Babouc dans Le Monde comme il va, Vision de Babouc, est : « Il résolut de ne même pas songer à corriger Persépolis, et de laisser aller le monde comme il va car, dit-il, ‘’si tout n’est pas bien, tout est passable’’».

De même, la devise de Candide dans Candide, ou l’optimisme, est : « Il faut cultiver notre jardin ». C’est une solution de sagesse conseillé par Voltaire : Candide, après avoir été chassé du paradis terrestre et avoir vécu une multitude d’aventures, nous invite à un retour sur nous-mêmes et à une action limitée sur notre environnement immédiat. Le mythe du jardin, c’est la porte ouverte sur l’idéal d’une religion naturelle et d’un humanisme raisonnable. Il me semble donc que Candide est de ce point de vue le plus représentatif de la transmission des enseignements de Voltaire.

En effet, chaque personne apporte quelque-chose à la société, il faut donc cultiver les talents de chacun. La morale de Candide nous invite à nous connaître nous-mêmes, à avoir confiance en nos propres capacités tout en gardant une dimension modeste : notre « jardin ».

·         Candide se termine aussi avec une leçon d’humanité : comme dans Zadig, les gens riches et puissants n’ont pas réussi à conserver leur bonheur, il leur faut donc revenir à des choses plus simples. Le bonheur est dans l’activité, il ne faut pas rester passif. Les personnages ont progressé, Voltaire met son lecteur face à un pragmatisme très productif : les hommes se suffisent à eux-mêmes. La morale de Candide possède ce sens : il faut travailler, cultiver son jardin.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide