L’auteur : Bernardin de Saint-Pierre

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre est né au Havre en 1737 et est décédé en 1814.

Qui était Bernardin de Saint-Pierre ? Portrait de Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814).

Sa carrière professionnelle fut aussi riche que variée puisqu’il exerça plusieurs fonctions telles qu’ingénieur, officier, intendant du Jardin des Plantes ainsi que du cabinet d'histoire naturelle sous la Révolution, et fut aussi nommé professeur de morale à l'École normale en 1794. Il doit également sa postérité à son élection à l’Académie française en 1803, dont il occupa le fauteuil 27.

Mais avant toute chose, il faut noter que Bernardin de Saint-Pierre était un grand voyageur. Malte, l’Allemagne, la Russie… ses différents postes lui donnèrent l’occasion de multiplier les déplacements à l’étranger. Amateur d’art, il tira de cette expérience de nombreux croquis de voyage, mais s’en inspira surtout pour sa production littéraire.

Car Bernardin de Saint-Pierre fut également écrivain, dont voici ses œuvres principales :

  • Le Voyage à l’île de France ; un premier roman sous forme de lettres (1773)
  • Les Études de la nature (1784), où il développe les preuves de l’existence de Dieu tirées du monde extérieur
  • Chaumière indienne (1790)
  • Les Harmonies de la nature (1796)
  • L’Arcadie (1781), où il développe certaines de ses propres utopies politiques

Où se déroule l'action du roman Paul et Virginie ? Représentation de Port Louis au XVIIIeme siècle, ville de l’île de France (actuelle île Maurice)

Paul et Virginie, son œuvre la plus connue

Parmi toute la production de Bernardin de Saint-Pierre, l’une est restée célèbre : Paul et Virginie. Ce sont même les prénoms que l’auteur choisira pour deux de ses trois enfants.

Publié en 1788, ce roman connut en effet un grand succès à son époque et ce dès sa parution, même s’il eut fallu l’intervention du peintre Vernet pour que l’auteur ne la détruise pas, par peur de l’échec. Une bonne décision car, chef d’œuvre de l’auteur, Paul et Virginie est aussi l’un des chefs d’œuvre du XVIIIème siècle.

Un roman pastoral

Il fut plus précisément publié au sein du troisième tome de ses Études de la nature ; une œuvre quasi philosophique sur la grandeur de la nature et de ses liens avec le divin, mais surtout à valeur descriptive, relatant ses observations de voyageur. Une œuvre à travers laquelle son lecteur contemporain pouvait également saisir toute l’influence qu’avait sur lui son ami et philosophe illustre, Jean-Jacques Rousseau pour lequel la nature était un sujet capital.

Or Paul et Virginie appartient au genre du roman pastoral : il décrit les mœurs de personnages au sein d’une nature idyllique, qui ici prend la forme d’un paradis perdu. […]

Inspiré d’un fait divers

Pour Paul et Virginie, Bernardin de Saint-Pierre tire aussi son inspiration d’un fait divers. Le naufrage du navire, l’une des scènes les plus importantes du récit, aurait en effet été directement inspiré d’un naufrage qui s'est produit en 1744 : celui du navire Saint-Géran, où ont notamment disparu deux amants : une créole, Mme Cailloux, et M. Longchamps de Montendre, enseigne de vaisseau.

Quelle est l'histoire de Paul et Virginie ? Statue en bronze représentant les personnages de Paul et Virginie, située à côté de l’église St-François d’Assises à Pamplemousses (île Maurice)

Résumé de Paul et Virginie

L’action se situe à l’île de France (autrement dit l’actuelle île Maurice).

Fait particulier : la narration. Au début du livre, le narrateur découvre, donc en même temps que le lecteur, deux petites cabanes en ruines. Il croise un vieillard et lui demande s’il connaît l’histoire des personnes qui ont habité ici. Or le vieil homme va lui conter cette histoire, et ainsi reprendre la narration.

Il s’agit à l’origine de l’histoire de deux françaises : Mme de la Tour, veuve d'un aristocrate libertin, et Marguerite, une paysanne bretonne abusée par un séducteur. Elles ont fui la métropole pour éviter le déshonneur, toutes deux enceintes.

C’est vers 1726 qu’elles donnent naissance à leurs enfants. Mme de la Tour accouche d’une fille : Virgine, et Marguerite d’un garçon : Paul. Elles décident alors d’unir leurs destins et d’élever ensemble leurs enfants, avec l’aide d’un couple d’habitants : Marie et Domingue.

Elles vivent dans une grande pauvreté, loin de la civilisation, obligées de travailler la terre pour se nourrir, mais au sein d’une nature tropicale magnifique et généreuse. Leurs enfants y grandissent comme frère et sœur, et profitent tout autant de la beauté de cette nature que de l’amour de leurs mères et de Marie et Domingue.

Pour leurs mères, leurs enfants ainsi que Marie et Domingue, leurs serviteurs, c’est un temps de paix : « Chaque jour était pour ces familles un jour de bonheur et de paix. Ni l'envie ni l'ambition ne les tourmentaient. […] il leur suffisait d'être à elles-mêmes leurs témoins et leurs juges. »

Mais à l'adolescence naît l'attirance entre Paul et Virginie. Virginie est la première à s’en apercevoir, et cette vérité la trouble profondément. Pour ne rien arranger, à cette même période, un ouragan vient détruire leur exploitation.

Comment résumer Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre ? Extrait de l’adaptation en série télévisée « Paul et Virginie », réalisée par Pierre Gaspard-Huit avec Véronique Jannot et Pierre-François Pistorio

Mme De la Tour s’inquiète pour Virginie. C’est alors qu’elle reçoit une lettre de sa tante, qui souhaite que Virginie vienne en France afin qu’elle reçoive une éducation ainsi que tous ses biens. Sa mère hésite puis cède, quelque peu forcée par les arguments d’un prêtre venu la convaincre, sous les ordres du gouverneur de l’île.

Virginie part ainsi pour la France sans même avoir pu dire au revoir à Paul, qui vit très mal la séparation. Pour réussir à correspondre avec elle et ainsi ne pas rompre leur lien, il décide alors apprendre à lire et à écrire.

Mais pendant plus d’un an leur correspondance reste sans retour, la tante de Virginie interceptant tous leurs échanges, alors même que Virginie vit très mal le fait d’être séparée des siens. De plus, les manières du monde auquel elle doit s’adapter ne lui conviennent pas du tout. Elle préfère être déshéritée. Aussi, est enfin annoncé son retour à l’île de France, au plus grand bonheur de Paul.

Cependant, le vaisseau qui la ramène, le Saint Géran, fait naufrage sur la côte même de l'île à cause d’une tempête. À cause des flots et de son refus d'ôter ses vêtements devant un robuste marin qui voulait la sauver à la nage, Virginie se noie sous les yeux de ses proches, restés impuissants sur le rivage.

Face à ce drame, Paul sombre dans le chagrin et succombe. Il est enterré aux côtés de Virginie. Peu de temps plus tard ce sont leurs mères qui les rejoignent, ainsi que Marie et Domingue, leurs fidèles serviteurs. La mort a donc emporté toute leur petite communauté.

C'est indissociablement sur l'aspect paisible de ce repos et sur le spectacle désolé de leurs humbles cabanes abandonnées et rendues à la vie sauvage que nous laisse le narrateur, ce vieil homme qui avait été l'ami de ces deux familles et le témoin de leur destinée.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,73/5 - 37 vote(s)
Loading...

Alexandra

Ex professeure de français reconvertie en rédactrice web, je crois fondamentalement aux pouvoirs du chocolat, aux vertus de la lecture, et à la magie des envolées d’Edouard Baer !