Les Châtiments de Victor Hugo : Fiche de Lecture du Recueil de Poèmes Satiriques

 

De quoi parle le recueil "Les Châtiments" ?
Dessin d'Honoré Daumier qui conçoit le recueil d'Hugo comme une arme puissante contre le régime impérial... On y voit « Les Châtiments » écraser l'aigle impérial, signe de la force des mots.

« Les Châtiments » est un recueil de poèmes satiriques écrit par Victor Hugo, publié en 1853. Ce recueil, Hugo en débute la rédaction à la suite du coup d'État du 2 décembre 1851 qui voit l'arrivée au pouvoir du prince Louis-Napoléon Bonaparte. Cette période là marque le début de l'exil de Victor Hugo. Ainsi, les vers écrits dans ce recueil sont, pour le poète, une arme destinée à discréditer et à abattre le régime de Napoléon III, auquel Hugo voue une fureur vengeresse et un mépris sans bornes. Pour Hugo, crime, châtiment et expiation forment un triptyque biblique. Le crime, le châtiment et l'expiation seront donc les trois fils rouges de notre étude.

Origine du recueil

Superprof

Le contexte historique des Châtiments de Victor Hugo

DatesFaits
2 décembre 1804Napoléon prend tous les pouvoirs et règne sur le 1er Empire.
1815Louis XVIII instaure une monarchie constitutionnelle.
1824Chales X arrive au pouvoir, c'est un roi ultra conservateur. Cela va provoquer la révolution de juillet 1830 et la fin du règne des Bourbons.
1830Louis Philippe prend le pouvoir.
1848Début de la Seconde République. Louis Napoléon Bonaparte et Victor Hugo sont députés en même temps.
1851Coup d'Etat du 2 décembre 1851, Louis Napoléon Bonaparte devient l'empereur Napoléon III.
Avant le coup d'Etat, Hugo n'avait pas encore pensé à écrire un recueil de poèmes dénonçant les dérives politiques. Toutefois, il avait déjà rédigé des poèmes satiriques et dénonciateurs qui s'inséreront par la suite dans le recueil : « O Drapeau de Wagram », « À des journalistes en robe courte » ou encore « Un autre ». Le coup d'Etat du 2 décembre 1851 agit sur lui comme un ultimatum : il est temps de dénoncer et de combattre le régime napoléonien grâce à sa plume. Il commence par rédiger un pamphlet intitulé « Napoléon-le-Petit » qui est publié le 5 août 1852. On y trouve, déjà, les différents personnages des Châtiments (le peuple, Dieu, Napoléon, etc.). Les premiers poèmes des Châtiments naissent fin 1852 : « Nox » et « l'Expiation » en novembre 1852, « Lux » en décembre. Victor Hugo avait trouvé le fil conducteur de son recueil : il faudra attendre l'année suivante pour voir l'ouvrage enfin publié. Pour Hugo, il a fallu trouver le bon équilibre entre un ton satirique et des tournures lyriques. Car si la vocation première était de faire une oeuvre basée sur l'Histoire, il était essentiel, pour l'auteur, de continuer à faire vivre le romantisme. C'est pourquoi les thèmes que l'on retrouve dans les Châtiments sont des thèmes majoritairement romantiques : la liberté, le peuple, l'artiste face à la souffrance des hommes, etc. En recherche d'un cour de francais ?

La structure du recueil

« Les Châtiments » est le cinquième recueil écrit par Victor Hugo. Sa particularité ? Premièrement, il est incroyablement bien structuré et suit une trame bien précise. Deuxièmement, c'est un recueil « engagé » : Hugo cherche à impacter les consciences grâce à une dénonciation politique bien menée et satirique. Le recueil s'ouvre sur « Nox » (qui fait référence à la nuit du coup d'Etat, à la dictature) et se referme sur « Lux » (qui présage un futur plus lumineux, fait de liberté et d'amour). Il est composé de 7 livres qui, réunis, renferment 99 poèmes. Les 6 premiers livres font référence aux différentes valeurs prônées par le régime impérial qu'Hugo prend un plaisir à ridiculiser.

  • Livre I : « La société est sauvée »
  • Livre II : « L'ordre est rétabli »
  • Livre III : « La famille est restaurée »
  • Livre IV : « La religion est glorifiée »
  • Livre V : « L'autorité est sacrée »
  • Livre VI : « La stabilité est assurée »
  • Livre VII : «Les sauveurs se sauveront»

Au sein de ces livres, on retrouve des thèmes récurrents (la douleur, la liberté, le crime) mais traités de manière différentes. Souvent, les poèmes peuvent se faire écho et permettent de mettre en lumière le fil directeur si cher à Hugo.

I. Crime et dénonciation politique

En quoi consiste le coup d'Etat du 18 Brumaire ?
« Le général Bonaparte au conseil des Cinq-Cents, à Saint-Cloud, le 10 novembre 1799 », peint par François Bouchot, en 1840. Contestation, protestation et indignation semblent gagner la salle au lendemain du coup d'Etat...

Hugo, qui se veut témoin de l'Histoire, cherche à dénoncer à travers ce recueil deux crimes principaux :

  • Le coup d'Etat du 18 Brumaire (9 novembre 1799) : Le dix-huit Brumaire est un crime contre la France car Bonaparte a pris le pouvoir par la violence.
  • Le coup d'Etat du 2 Décembre 1851 (qui fait suivre à celui commis en 1799) : Le 2 décembre est un crime à cause de la violence des répressions (cf. Souvenir de la Nuit du 4, II, 3 et Pauline Roland, V, 11) parce que Louis Bonaparte est parjure (il avait juré fidélité à la deuxième République) et parce qu'il viole les lois de la République (cf. Nox).

Les Châtiments sont un poème de la dénonciation du crime. En effet, la parole poétique dénonce le crime en en parlant. L'acte de verbalisation est dénonciation.

Je ne fléchirai pas ! Sans plainte dans la bouche, Calme, le deuil au cœur, dédaignant le troupeau, Je vous embrasserai dans mon exil farouche, Patrie, ô mon autel ! Liberté, mon drapeau !

Mes nobles compagnons, je garde votre culte ; Bannis, la République est là qui nous unit. J’attacherai la gloire à tout ce qu’on insulte ; Je jetterai l’opprobre à tout ce qu’on bénit !

Je serai, sous le sac de cendre qui me couvre, La voix qui dit : malheur ! la bouche qui dit : non ! Tandis que tes valets te montreront ton Louvre, Moi, je te montrerai, César, ton cabanon.

Ultima Verba, v.31 à v.42

Le poème « Ultima Verba » : même les dernières paroles du poète seront dénonciation et attaque contre Louis Bonaparte... La parole poétique devient parole du peuple : un exemple en est le poème où Hugo s'exprime pour la grand-mère dont le petit-fils a été tué (cf. Souvenir de la Nuit du 4). La parole poétique parle aussi pour le Peuple, pour lui redonner courage même dans les épreuves (cf. eschatologie de Lux).

II. Qu'est-ce que le « châtiment » ?

Dans ce recueil, le châtiment est double, à l'image des crimes que veut dénoncer Hugo. Le coup d'Etat du 2 décembre  1852 est la punition du dix-huit Brumaire tandis que le châtiment du 2 décembre n'a pas encore été prononcé mais ne saurait tarder...  (cf. les Sauveurs se sauveront et fin de la Préface). Mais qui châtie les perturbateurs ?

  1. Dieu : c'est la Providence qui fera en sorte que Napoléon Ier soit châtié alors que tous avaient oublié ses crimes (cf. l'Expiation). Ce châtiment mettra longtemps à venir mais n'en sera pas moins effectif....
  2. Le peuple et la foule : la voix du peuple peut être très puissance et  prendre la forme d'une véritable humiliation publique (cf. l'Homme a ri où Hugo imagine une humiliation publique de Louis Bonaparte).
Pourquoi y a-t-il eu un coup d'Etat en décembre 1851 ?
Suite à son coup d'Etat, Louis Napoléon Bonaparte fait placarder des affiches qui énumèrent 6 articles dont les Français doivent prendre connaissance... Une manière d'asseoir radicalement son pouvoir.

III. L'expiation

Napoléon les vit s'écouler comme un fleuve ; Hommes, chevaux, tambours, drapeaux ; - et dans l'épreuve Sentant confusément revenir son remords, Levant les mains au ciel, il dit: « Mes soldats morts, Moi vaincu ! mon empire est brisé comme verre. Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ? » Alors parmi les cris, les rumeurs, le canon, Il entendit la voix qui lui répondait : Non !

L'Expiation, II

Le poème « L'expiation », situé au centre du recueil, livre la pensée d'Hugo au sujet du crime commis par Napoléon 1er. Ce dernier a trahi son peuple en provoquant le coup d'Etat  du 18 Brumaire. Pour Hugo, ce poème est l'occasion de châtier avec des mots l'usurpateur en question. Le poème est une sanction contre les coupables avérés mais aussi contre tous ceux qui prévoiraient de trahir, à nouveau, le peuple. Dieu, selon Hugo, a laissé faire le crime et infligé le châtiment pour permettre l'expiation. L'arrivée de temps meilleurs de liberté et de fraternité sera le résultat « positif » du crime, du châtiment et de l'expiation. Hugo développe une eschatologie politique grandiose (mais relativement vague), où la société sera heureuse et libre. (cf. Stella et Lux). Et derrière la dénonciation de Louis Bonaparte (cf. Nox) par l'homme, il y a l'idée que le poète doit se faire messager de Dieu et donc mage (cf. Lux qui répond à Nox).

Des tons et des genres variés

Ce recueil livre un mélange assez inédit des tons : Hugo jongle entre lyrisme, satire, grostesque voire même grossièreté. En témoigne le poème Nox où l'auteur compare Louis Bonaparte à un bandit et à un nain ! Pour Victor Hugo, c'est une manière de heurter avec les mots : le verbe agit comme dénonciation du crime et est, à lui seul, un châtiment.

Vous, bourgeois, regardez, vil troupeau, vil limon, Comme un glaive rougi qu'agite un noir démon, Le coup d'État qui sort flamboyant de la forge ! Les tribuns pour le droit luttent : qu'on les égorge. Routiers, condottieri. vendus, prostitués, Frappez ! tuez Baudin ! tuez Dussoubs ! tuez ! Que fait hors des maisons ce peuple ? Qu'il s'en aille. Soldats, mitraillez-moi toute cette canaille !

Nox, v.23 à 30

On remarquera que le poète exerce le châtiment verbal de plusieurs manières, en maniant des tons très variés et en ayant recourt à plusieurs formes de poésie (l'injure, la prophétie, l'épopée, la chanson, la fresque historique, le dialogue imaginaire...).

  • L'épopée : le poème « l'Expiation » est une véritable épopée où se mélangent satire, ironie et grotesque. « À l'obéissance passive » est aussi une forme d'épopée où Hugo laisse parler son imagination.
  • La chanson : le recueil comporte 12 chansons, toutes assez légères. Victor Hugo était un grand admirateur de Béranger, un poète qui composait de merveilleuses chansons. La force de la chanson, selon Hugo, était de toucher plus facilement le coeur du peuple.
  • Le dialogue imaginaire : en témoigne la troisième partie du poème « Le Bord de la Mer ».
  • L'injure : évidemment, cette forme occupe une grande place dans le recueil puisque Victor Hugo ne manque pas d'attaquer vigoureusement les proches de Napoléon Ier et de Napoléon III. La violence verbale est crue, parfois choquante. On peut également parler d'invective « ad hominen », Hugo s'en prend directement aux personnes qu'il juge coupables.
  • La vision prophétique : on retrouve cette forme dans la dernière partie du recueil. Après la nuit, vient la lumière. Hugo présage un avenir serein et lumineux (cf. Luna, Stella et Lux).

Conclusion

Quand Hugo rentra-t-il en France ?
Hugo, père de la patrie, rentre en France après un exil forcé... Le retour du grand sauveur romantique ? Pour sûr, le retour d'un des plus grands génies français... (caricature d'André Gill pour le magazine La Petite Lune)

Le recueil « Les Châtiments » exerce une vraie forme de dénonciation politique pour Hugo et, comme le souligne son titre, punie par les mots ceux qui ont osé trahir le peuple. Pour l'auteur, très engagé politiquement et ayant eu un parcours politique très fluctuant (de jeune conservateur à homme politique de gauche), les mots sont une arme pour mettre à terre les usurpateurs et leurs complices. Ainsi, les poèmes que renferme ce recueil sont à lire en gardant à l'esprit les idées politiques de Hugo et son action militante. Il était la voix de tout un peuple, celle du peuple qui souffre. Plusieurs écrits se répondent et se complètent donnant naissance à une fresque politique satirique, lyrique et parfois grotesque. Armez-vous de courage pour affronter ce classique de la littérature qui, à notre humble avis, ne vous laissera pas indifférents !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,33/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Morane

Diplômée d'un Master en philosophie et d'une licence en Lettres modernes, je suis une passionnée de lecture et adore transmettre aux personnes désireuses d'en apprendre plus. Mon petit plaisir ? Les voyages ! Et parce que la vie est une aventure, j'entends bien me la jouer exploratrice encore longtemps 😉

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar