Recueil de nouvelles écrites par Gérard de Nerval, paru en 1854.

Il se compose d'une dédicace à Alexandre Dumas, de sept nouvelles : Angélique, Sylvie, Jemmy, Octavie, Isis, Corilla, Emilie, Pandora ainsi que d'un groupe de douze sonnets insérés à la fin du recueil : Les Chimères.

La genèse de cet œuvre est complexe. Selon Michel Brix, rédacteur de l'introduction à l'édition en classique de poche des Filles du feu, Nerval aurait demandé à son éditeur le 23 octobre 1853 de commencer d'imprimer un opuscule alors intitulé Mélusine, ou les Filles du feu et qui se serait composé de cinq "histoires", dont trois seulement feront partie du volume définitif, Jemmy, Angélique et Rosalie (sans doute le nom provisoire d'Octavie). Au cours du mois de novembre 1853, Nerval déclare vouloir y joindreLa Pandora. Puis, en décembre, Nerval annonce à son éditeur qu'il veut également insérer Sylvie (qui avait paru dans La Revue des deux mondes du 15 août 1853) ainsi que Emilie (qui avait paru en 1839 dans Le messager, sous le titre Fort de Bitche). Le recueil paraît finalement en janvier, sous la forme que l'on connaît. La Pandora est donc finalement abandonnée, mais Isis et Corilla viennent compléter les cinq "histoires" déjà citées. Les Chimères sont ajoutées, et prennent place à la fin du recueil.

Angélique

Angélique est un récit à la première personne composé de douze lettres adressées à M.L.D. Ces initiales, qui signifient Monsieur le Directeur, indiquent que le narrateur écrit pour un journal. Nerval, avec Angélique, opère une réécriture d'un de ses textes paru en 1850 dans le journal Le National, qui s'intitulait Les Faulx Saulniers. S'il est possible de distinguer des épisodes dans le récit (errance du narrateur dans Paris, histoire d'Angélique, errance dans le Valois), il est difficile de dégager une véritable homogénéité dans la structure du texte. Cette œuvre se caractérise avant tout par une abondance de digressions du narrateur et par l'intégration de nombreux textes hétérogènes au récit à proprement parler comme le journal d'Angélique. De cela résulte, au sein de ce qui apparaît de prime abord comme un roman autobiographique, un véritable mélange des genres.

Sylvie

C'est une autobiographie déguisée où, derrière un narrateur fictif s'exprimant à la première personne, Nerval recompose des souvenirs d'enfance et sa quête vaine d'un bonheur simple et réconcilié.
Un entrefilet dans un journal plonge brutalement le narrateur dans des souvenirs de fêtes villageoises près de Senlis. Il décide de quitter Paris sur l'heure et au cours du trajet qui le mène à Loisy, il se remémore sa jolie compagne d'alors, la brune Sylvie, et la mystérieuse Adrienne, aperçue un soir au milieu d'une ronde de jeunes filles, et jamais oubliée depuis.
Les années ont passé, néanmoins, et sitôt arrivé, le narrateur ne peut que constater le naufrage du temps : Sylvie se moque gentiment de ses obsessions et si l'ombre d'Adrienne plane encore non loin de l'abbaye de Châalis, elle est morte depuis longtemps déjà. Seul le narrateur poursuit ses chimères et prétend confondre l'actrice Aurélie dont il est épris avec ce fantôme. Alors peut-être la sage Sylvie le sauverait-elle en lui offrant une vie sans nuages ? Mais elle est gantière et en voie d'épouser un pâtissier.
La construction de cette brève nouvelle est très habile, ménageant des ponts incessants entre le passé et le présent. Les thèmes chers à Nerval s'y déploient avec une étonnante concentration : le pouvoir rédempteur de la Femme, assimilée à la Mère trop tôt perdue; les charmes d'une province oubliée par le temps, parsemée de châteaux magiques et de bois profonds hantés du souvenir de Jean-Jacques Rousseau, qui passa là ses dernières années; les sortilèges du rêve enfin, et de la mémoire, par lesquels le narrateur oppose sa formelle défiance à l'arrogance du réel.

Les Chimères

Les Chimères forment un ensemble de douze sonnets : "El Desdichado", "Myrtho", "Horus", "Antéros", "Delfica", "Artémis", "Le Christ aux Oliviers", "Vers dorés" ("Le Christ aux Oliviers" comporte à lui seul cinq sonnets). Le nombre 12 semble choisi à dessein par Gérard, selon une symbolique traditionnelle, après les sept unités distinctes qui composent Les Filles du feu.
Les Chimères ont marqué l'histoire de la poésie française par le langage qui s'y développe et par la force poétique qui en émane. C'est une langue claire dont la signification est obscure. Beaucoup de critiques se sont penchés et se penchent encore sur ces poèmes afin notamment de discuter de la présence de clefs supposées, généralement symboliques ou ésotériques. Certaines de ces clés sont évidemment biographiques : "El Desdichado" fait allusion aux deux crises nerveuses traversées par Gérard, "Delfica" garde le souvenir de la jeune Anglaise rencontrée dans la baie de Naples... Mais l'inspiration des Chimères, le poète la puise dans ce syncrétisme qui a toujours marqué sa pensée : grand lecteur des œuvres ésotériques des alchimistes, des illuministes ou de certains philosophes, il nourrit ses vers d'une intuition panthéiste et mystique qu'il justifiera dans le dernier poème du recueil, "Vers dorés" : "Homme, libre penseur ! Te crois-tu seul pensant / Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?"

A la lecture de sa dédicace à Alexandre Dumas, il apparaît que Nerval revendique cet hermétisme. Il y écrit en effet que les poèmes des Chimères "perdraient de leur charme à être expliqués, si la chose était possible, concédez-moi du moins le mérite de l'expression ; - la dernière folie qui me reste sera de me croire poète : c'est à la critique de m'en guérir." A ce titre, Nerval annonce Mallarmé et l'esthétique surréaliste.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide