Lancelot ou le Chevalier de la charrette est un roman courtois écrit entre 1176 et 1881 par Chrétien de Troyes, à la demande de Marie de Champagne, comme le signalent les mots du prologue (traduction de Charles Méla, Le Livre de Poche, Lettres gothiques) :

Puisque ma dame de Champagne
veut que j’entreprenne de faire un roman,
je l’entreprendrai très volontiers,
en homme qui est entièrement à elle
pour tout ce qu’il peut en ce monde faire,
sans avancer la moindre flatterie.
Tel autre s’y emploierait
avec le désir d’y mettre un propos flatteur,
il dirait, et je m’en porterai témoin,
que c’est la dame qui surpasse
toutes celles qui sont en vie,
comme surpasse tout parfum la brise
qui vente en mai ou en avril.
En vérité, je ne suis pas homme
à vouloir flatter sa dame.
Irai-je dire : Autant qu’une seule gemme
peut valoir de perles et de sardoines,
autant vaut la comtesse de reines?
Certes non, je ne dirai rien de tel,
même si c’est vrai, que je le veuille ou non,
mais je dirai qu’en cette oeuvre
son commandement fait son oeuvre
bien mieux que ma sagesse ou mon travail.
Du Chevalier de la Charrette
Chrétien commence son livre :
la matière et le sens lui sont donnés
par la comtesse, et lui, il y consacre
sa pensée, sans rien ajouter d’autre
que son travail et son application.

Il s'agit d'un roman rédigé en vers octosyllabiques (c'est-à-dire en vers de huit syllabes) qui nous est parvenu par trois manuscrits différents.

Ce texte est le troisième roman de Chrétien de Troyes qui a été conservé. Avant cela, l'auteur avait déjà traduit des textes latins d'Ovide, dont certains sont perdus, et deux autres romans arthuriens (Érec et Énide ainsi que Cligès).

Il faut encore noter que Lancelot ou le Chevalier de la Charrette n'a pas été terminé par Chrétien lui-même : c'est Godefroi de Lagni qui s'en chargea.

Qui a écrit Lancelot ou le chevalier de la Charrette ?
Gravure représentant supposément Chrétien de Troyes au travail

Résumé du roman

Un jour de l'Ascension, alors que la cour du roi Arthur est au complet, un chevalier venu du Pays sans Retour arrive et enlève la reine. Ce chevalier hardi, c'est Méléagant, le fils du roi de Gorre.

Gauvain, qui est le neveu d'Arthur, part à la poursuite du coupable. Sur son chemin, il rencontre un mystérieux chevalier, déjà entré en quête. On apprendra bien plus que ce chevalier a pour nom Lancelot.

Un nain apparaît alors, qui leur dit qu'ils pourront retrouver la reine seulement s'ils acceptent de monter dans sa charrette. Or, faire cela revient à se couvrir de honte au Moyen-Âge. Le chevalier mystérieux hésite mais finit par accepter.

Gauvain et Lancelot arrivent finalement aux portes d'un château. Ils sont accueillis par deux jeunes filles qui les préviennent que seul un homme pur pourra dormir dans le lit qu'elles ont à offrir. Lancelot se risque à y dormir, s'y endort... et se fait réveiller par une lance enflammée qui tombe du plafond. Fort heureusement, celle-ci ne lui a égratigné que la peau et il peut se rendormir paisiblement.

Le lendemain, les deux chevaliers repartent ensemble. Ils rencontrent une nouvelle femme, qui leur annoncent qu'ils sont sur le point de passer une épreuve difficile. En effet, pour atteindre le pays de Gorre, il existe deux passages : soit le Pont sous l'Eau, soit le Pont de l'Épée. Après que Gauvain a choisi le Pont sous l'Eau, la femme leur fait promettre de lui donner une récompense au moment où elle le réclamera.

Ayant choisit le Pont de l'Épée, Lancelot doit se battre contre le gardien du gué. Il le vainc, mais ne le tue pas, à la demande de la demoiselle. Alors qu'il s'avance sur son chemin, il tombe sur une nouvelle femme, qui lui offre l'hospitalité, en échange d'un rapport sexuel. Lancelot accepte d'abord à contre-cœur. Mais alors qu'ils viennent de finir de dîner, la jeune femme est sur le point d'être violée par des hommes fraîchement débarqués : Lancelot la sauve in extremis, et n'a plus à lui faire l'amour.

Au troisième jour, Lancelot repart de l'avant, en compagnie de la jeune femme, qui lui demande de la protéger. Alors qu'ils arrivent près d'une fontaine, ils découvrent un peigne, sur lequel sont accrochés des cheveux de la reine. Lancelot garde les cheveux, la jeune femme garde le peigne.

S'avançant encore, ils tombent sur le prétendant de la demoiselle, qui défie Lancelot. Ils s'apprêtent à poursuivre leur duel dans un endroit plus grand, le Pré aux jeux, une clairière où des jeux se déroulent. On y reconnaît Lancelot, le chevalier à la Charrette. Mais surtout, il s'y trouve le père de l'autre chevalier, qui demande à son fils de différer le combat, en signe de respect.

Lancelot et la demoiselle poursuivent leur chemin et arrivent dans un cimetière : le Cimetière futur. Le chevalier peut y voir les tombes de ses compagnons ainsi que la sienne propre : il s'agit d'une dalle réputée impossible à porter par un homme.

Peu après, le chevalier tombe sur un homme et un écuyer. On lui apprend que les prisonniers de Logres se sont révoltés, ayant entendu que leur libérateur arrivait. Cependant, tous les trois sont faits prisonniers. Il parvient néanmoins à s'échapper à l'aide d'un anneau magique le rendant invisible, et qu'une fée lui avait donné lorsqu'il était enfant.

Après avoir tranché la tête du chevalier Orgueilleux qui le provoquait, il arrive finalement au Pont de l'Épée (c'est le sixième jour de son voyage). Malgré ses blessures, il parvient à le traverser.

Le septième jour, il rencontre enfin Méléagant, sous les yeux de la reine, qui observe depuis sa fenêtre. Néanmoins, Bademagu, le père de Méléangant, obtient finalement que le combat soit ajourné à la cour d'Arthur. Voilà Guenièvre libérée, mais sans un mot ni un regard pour Lancelot, qui ne comprend pas pourquoi.

Qui sont les personnages de Perceval ou le conte du Graal du cycle arthurien ?
Les Continuations du conte du Graal parle des autres chevaliers de la table ronde et de leurs aventures ! (source : Gallimard Jeunesse)

S'ensuit alors une méprise : Lancelot est reparti à la recherche de Gauvain, mais il est en fait capturé.

La rumeur court selon laquelle il a été tué, ce qui fait désespérer la reine. Elle est en réalité amoureuse de Lancelot, mais ne peut pas l'avouer. En parallèle, Lancelot croit lui-même que la reine est morte et tente, en conséquence, de se suicider. Ce sont ses amis qui le sauvent et l'emmènent chez Baudemagu : là, il apprend la vérité, que la reine l'aime. Alors, dans le secret de la nuit, se produit la merveille : Lancelot et la reine partagent leur couche.

Au matin du dixième jour, Méléagant découvre les draps tachés de sang de la reine. Il pense que le sénéchal Keu en est le responsable, puisqu'il dormait dans la même chambre que la reine. Lancelot doit soutenir contre lui un combat judiciaire, finalement interrompu par le roi. Le Chevalier à la Charrette part de nouveau chercher Gauvain mais il tombe dans le piège d'un nain payé par Méléagant : le voilà de nouveau capturé.

Ses amis partent à sa recherche mais échouent à le trouver. Tous rentrent finalement à la cour d'Arthur, trompé par un faux message.

Entre-temps, en l'absence de la reine, les dames avaient entrepris d'organiser un tournoi pour y sélectionner leurs maris parmi les meilleurs participants. La reine, de retour, doit y assister, ce qu'apprend Lancelot, toujours retenu chez le sénéchal de Méléagant. Heureusement, la sœur de celui-ci est amoureuse de lui et le fait libérer en secret. Il peut alors se rendre incognito en armes vermeilles aux joutes. Durant deux jours, il est aux ordres de la reine, seule à l'avoir reconnu, et finit par remporter le tournoi.

Revenu dans sa prison, Méléagant le fait emmurer en secret dans une tour isolée au bord de la mer. L'homme se rend ensuite à la cour d'Arthur pour défier Lancelot d'apparaître dans l'année pour finir leur duel. La sœur amoureuse part cependant à sa recherche et le retrouve à temps.

Lancelot vient honorer à la cour arthurienne le défi lancé le jour-même de son expiration : c'est lui qui tue Méléagant dans un combat singulier.

La version de Chrétien de Troyes s'arrête ici.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
4,9
4,9 (67 avis)
Cristèle
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (84 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (111 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (54 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Laura
5
5 (37 avis)
Laura
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (162 avis)
Chrys & chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (75 avis)
Jérémy
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
4,9
4,9 (67 avis)
Cristèle
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (84 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (111 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (54 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Laura
5
5 (37 avis)
Laura
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (162 avis)
Chrys & chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (75 avis)
Jérémy
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Lancelot, naissance d'un héros

Chevalier du roi Arthur, Lancelot est le héros du roman, et c'est Chrétien de Troyes qui le met en scène pour la première fois. Il lui donne une biographie et sa première légende : le sauvetage de la reine Guenièvre, également lié à leur histoire d'amour. Il faut également noter qu'au moment de sa naissance, Lancelot s'appelait Galaad (chapitre IX, traduction de Jacques Boulenger) :

Et tu n’as pas eu nom Lancelot à ton baptême, mais Galaad ; ainsi te fit appeler ton père. Va-t’en, beau cousin, car cette aventure n’est pas tienne.

Pourtant, dans toute la première partie du roman, il n'est que « le chevalier de la Charrette ». En effet, son nom n'apparaît que très tardivement. L'auteur daigne finalement de dire, au chapitre V (traduction de Jacques Boulenger) :

« Or si vous demandez comment s’appelait le chevalier inconnu, je peux bien dire que c’était messire Lancelot du Lac. »

De quoi ce premier anonymat est-il la marque ? Peut-être de la grande humilité de Lancelot, valeur qui le caractérise et qui lui confère l'image archétypique du chevalier.

Que raconte la légende de Lancelot du Lac ?
Lancelot et Guenièvre sur la tombe d'Arthur, par Dante Gabriel Rossetti, British Museum, 1855.

Car, si l'auteur se montre ironique à son égard à de nombreuses reprises, Lancelot n'en reste pas moins un héros. Même l'acte le plus ridicule, le plus déshonorant a priori (surtout dans le système de valeurs du Moyen-Âge) le rend en fait davantage digne d'amour  ; accepter de monter dans la charrette du nain, en effet, prouve son abnégation et sa totale dévotion à la reine Guenièvre (chapitre III, traduction de Jacques Boulenger) :

Or, sachez qu’en ce temps-là, c’était une si ignoble chose qu’une charrette, que nul chevalier n’y pouvait entrer sans perdre tout honneur. Et quand on voulait punir un meurtrier ou un larron, on le faisait monter en charrette comme aujourd’hui au pilori, et on le promenait par la ville. Et c’est à cette époque qu’on disait : « Quand charrette rencontreras, fais sur toi le signe de la croix afin que mal ne t’en advienne ! » C’est pourquoi l’étranger répondit au nain qu’il irait bien plus volontiers derrière la charrette que dedans.

— Me jures-tu que tu me mèneras auprès de madame la reine si j’y monte ?

— Je te jure, dit le nain, que je te la ferai voir demain matin, à prime.

Alors l’étranger sauta dans la voiture sans plus hésiter.

Et là-dessus, voici venir monseigneur Gauvain suivi de ses deux valets, dont l’un portait son écu et l’autre tenait son heaume et menait un destrier en main. Et à son tour messire Gauvain demanda au nain s’il avait nouvelles de la reine ; et le nain lui répondit que, s’il voulait monter dans la charrette, il la lui montrerait demain au matin.

En outre, Lancelot accomplit de nombreux exploits dans sa quête, ce qui prouve sa valeur en même temps que sa bravoure. La scène la plus évocatrice à ce sujet est sans doute celle du cimetière.

Le chevalier y lit tous les noms des plus grands chevaliers de la Table Ronde, jusqu'à tomber sur un tombe plus belle que toutes les autres, et réputées inamovible. On lui assure qu'il faut sept hommes pour la soulever. Lui y parvient, avant de découvrir que c'est la sienne propre. Ce faisant, Chrétien de Troyes inscrit Lancelot dans la lignée des héros du Graal, et lui donne une carrure héroïque.

Un roman de chevalerie

Lancelot ou le Chevalier de la Charrette est sûrement le premier véritable roman de chevalerie. Il se fonde sur deux éléments principaux :

  • une quête qui met à l'épreuve le chevalier.
  • l'amour courtois qui lie le chevalier à sa dame.

Les épreuves du chevalier

Tout au long du roman, Lancelot se montre courageux et fort. Pour sauver la reine, il ne recule devant aucune épreuve, cherchant même à relever celles qui sont réputées être les plus difficiles :

  • monter dans la charrette du nain où il se montre humble (chapitre III)
  • le lit périlleux, où il se montre vertueux (chapitre VII)
  • la tombe de Galaad, où il se montre fort et légendaire (chapitre IX)
  • le pont de l'Épée, où il se montre courageux (chapitre X)

Outre ces épreuves, Lancelot affronte d'autres chevaliers, se montrant à chaque fois le plus fort, et impressionnant la reine (tout en la protégeant) :

  • le premier combat contre Méléagant pour délivrer la reine (chapitre XII)
  • le tournoi de chevaliers devant la reine (chapitre XIX)
  • le dernier combat contre Méléagant pour asseoir son honneur (chapitre XXI)

Lancelot, à la fin du récit, ne peut qu'être acclamé par son roi et par la foule.

L'amour courtois

L'amour courtois est un autre inconditionnel du roman chevaleresque. Il se caractérise par un chevalier devant prouver par des épreuves incessantes et héroïques son amour, et par une femme idéale, jamais vraiment atteinte, qui occupe une position noble.

Que raconte la légende de Tristan et Yseult ?
Tristan et Isolde, Yseult en forêt - Gaston Bussière

C'est que l'amour courtois, en tant qu'amour idéal, doit rester pur, c'est-à-dire platonique.

Or, si Lancelot se bat à plusieurs reprises pour sa dame, affrontant des dangers toujours plus grands, il finit par partager la couche de Guenièvre (traduction de Jacques Boulenger) :

Il n’y avait ni chandelle ni cierge, pour ce que le sénéchal se plaignait de la clarté, disant qu’elle l’empêchait de dormir. Lancelot traversa la chambre tout doucement, entra dans la pièce voisine et, quand il fut devant le lit de la reine, il la salua profondément. Elle lui rendit son salut, puis elle lui tendit les bras et l’attira auprès d’elle. Il avait les mains humides de sang et certes elle le sentit bien, mais elle crut que c’était la sueur causée par la verdeur de son âge. Et grande fut la joie qu’ils s’entrefirent, car ils avaient beaucoup souffert l’un par l’autre ; quand ils s’embrassèrent, il leur en vint un tel plaisir que jamais le pareil ne fut éprouvé par personne. Mais on ne saurait dire en un conte quels déduits Lancelot eut toute cette nuit !

Leur histoire contrevient donc à l'idée de l'amour platonique. Pour autant, il faut noter l'extrême vertu dont fait par ailleurs preuve Lancelot : il est de nombreuses fois soumis à la tentation par les femmes qu'il rencontre au cours de sa quête, mais il reste toujours fidèle à la femme aimé.

Dans l'amour courtois, le chevalier demeure le vassal de sa dame : il lui doit obéissance et fidélité.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00 (11 note(s))
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.