Phèdre se confie + désespoir de Thésée

Une confession urgente :

a) Urgence : expression injonctive " il faut " ( vers 3 ) + " écoutez-moi"(V10) = impératif car le temps presse , phèdre se meurt.

b) Récurrence du " je" de Phèdre + "me" , "moi","c'est moi"(v11) + ouverture "non" (v2) + mots à la rime " innoncence " et " silence" qui insistent sur la nécéssité de parler pour rétablir une innoncence celle d'Hippolyte + hémistiche " il n'était point coupable" (v4) bref et direct

c) Opposition entre le crime " incestueux , funeste" (v 12 et 13 ) contre innoncence " chaste et respectueux"  = chiasme qui oppose les deux attitudes et renforce la culpabilité de Phèdre

d) Culpabilité partagée par Oenone " détestable " (v14) , " perfide"(v17)

Désespoir d'un père :

a) Surprise + douleur dans les nombreuses exclamations ( v6 , 37) , interjection "hélas" + champs lexical : " cruelle" , "action si noire" , "mon erreur" = accuse mais se sent aussi coupable

b) Développement du registre pathétique : " nos pleurs " + désignation d'Hippolyte , fils retrouvé " mon malheureux fils " , " ce cher fils"(v40) = expression s'opposent à celles qui caractérisent son épouse et ses actes : " voeu que je déteste " (v41)

c)Dernier vers : adoption d'Aricie comme sa "fille" = comme pour rattraper son aveuglement + agit comme un père

Transition: Une confession qui conduit au désespoir mais cette scène emeut le lecteur parce qu'elle dévelloppe le registre tragique

Un dénouement tragique

Omniprésence de la mort

a) Récit d'une agonie par Phèdre elle-même ( v23 à v32) " poison , venin , coeur expirant , la mort.."

b) Mort physique " brulante veine " ( la pasion ) s'opposent à " un froid inconnu " ( la mort ) + cécité progressive ("Déjà je ne vois plus..." ) après la révélation de la vérité.

c)Autres mortes évoquées : Oenone (v19.20) / Hippolyte " ce qui reste "(V40) + référence à Médée , l'infanticide + l'Achéron ( descendre chez les morts) et les mânes d'Hippolyte = référence mythologique insistent sur le registre tragique

Solitude de Phèdre

a)Conscience de Phèdre : récit précis au passé composé : " j'ai fait , j'ai pris.." = le suicide douloureux ("le venin " )

b) La fin de sa tirade s'apparente à un monologue ou un soliloque : à qui parle-t-elle? ni " tu" ni "vous " + aveuglement progressif qui la coupe des humains et la fait " descendre chez les morts " = isolée , retranchée des vivants et de la lumière

c) Aucun pardon de Thésée malgré le repentir (v37) + il ne la nomme jamais ' elle " + Panope (v34) , sécheresse du constat " elle expire "

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,50/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide