Pièce de théâtre écrite par Alfred Jarry, publiée en 25 avril 1896 et représentée pour la première fois en décembre 1896. Il s'agit de la première pièce du cycle d'Ubu.

Cette pièce est considérée comme précurseur du mouvement surréaliste et du théâtre de l'absurde. Jarry y mêle provocation, absurde, farce, parodie et humour gras.

La pièce suit les aventures du père Ubu, « capitaine de dragons, officier de confiance du roi Venceslas, décoré de l'ordre de l'aigle rouge de Pologne, ancien roi d'Aragon, comte de Sandomir », et de la mère Ubu. Le père Ubu tue le roi Venceslas et s'empare ainsi du trône ; puis il tue les nobles, et les gens qui l'avaient appuyé. Mais le père Ubu doit se méfier du fils de Venceslas, le prince Bougrelas, qu'il a malencontreusement épargné et qui souhaite reconquérir le trône de son père... Ubu se fait mener a la baguette par mère Ubu, qui va lui dérober tout son argent, et les mener à la perte de tout ce qu'ils possèdent: la reconnaissance, le pouvoir, la dignité et le respect.

Personnages

La galerie des personnages comporte quelques particularités : beaucoup de personnages de la pièce n'apparaissent que pour un court instant et un objet, la Machine à Décerveler, est créditée comme étant un personnage.

Père Ubu

Mère Ubu

Capitaine Bordure

Le Roi Venceslas

La Reine Rosemonde

Boleslas, Ladislas, Bougrelas: leurs fils

Le Général Lascy

Stanislas Leczinski

Jean Sobieski

Nicolas Rensky

L'Empereur Alexis

Giron, Pile, Cotice: Palotins

Conjurés et Soldats

Peuple

Michel Fédérovitch

Nobles

Magistrats

Conseillers

Financiers

Larbins de Phynances

Paysans

Toute l'Armée russe

Toute l'Armée polonaise

Les Gardes de la Mère Ubu

Un Capitaine

L'Ours

Le Cheval à Phynances

La Machine à Décerveler

L'Equipage

Le Commandant

Les Lieux

La Pologne évoquée par Jarry est un pays légendaire, mythique, mais en même temps elle présente des caractères de la Pologne réelle. Voici la liste des principaux lieux :

L'Espagne (L'Aragon, La Castille)

La France (Paris, Mondragon)

Le Danemark (Elseneur)

La Germanie (L'Allemagne)

Il y a plus de 24 décors :

Le Palais Royal

Le champ de bataille

La crypte

Deux grottes

Sur un navire (à la fin de la pièce)

La maison de UBU

Dans la forêt

Première représentation

Lors de la première, qui se passe le 10 décembre 1896 au théâtre de l'Œuvre à Paris, Jarry lit un discours introductif d'une voix faible, de façon quasiment inaudible des spectateurs, où il annonce que l'action se passe « en Pologne, c'est à dire nulle part ».Le public s'échauffe, et de ce fait réagit dès le « Merdre* ! » inaugural : la pièce fait scandale.

A noter que durant la générale, le public, pourtant composé d'amis de Jarry, réagira aussi : la générale se passe bien, jusqu'au troisième acte, où un acteur joue une porte de prison en tendant son bras, et le père Ubu fait tourner un doigt dans sa main pour déverrouiller la porte, et la "porte de prison" pivote de quatre-vingt dix degrés en grinçant...

*Le mot serait de création rennaise, si l'on fait crédit aux frères Morin. Jeu d'enfants sur un mot frappé d'interdit ? Il existe, non loin de Rennes, une localité nommée Merdrignac. Le mot, avec son « r » adventice, fonde à jamais et signale le Père Ubu ; il est son mot de passe (act I, scène VII). Qu'il ne le prononce pas, et il renonce à sa souveraineté. Dans l'édition originale, Merdre est suivi d'un point d'exclamation.

Notes sur la pièce

De nombreuses références à Macbeth de Shakespeare sont présentes dans la pièce qui débute avec un jeu de mot sur le nom de l'auteur anglais : « Adonc le Père Ubu hoscha la poire, dont fut depuis nommé par les Anglois Shakespeare, et avez de lui sous ce nom maintes belle tragoedies par escript. »

Le père Ubu emploie plusieurs expressions inventées par Jarry, comme le « De par ma chandelle verte », ou le fameux néologisme « Merdre » (inventé lui par les lycéens de Rennes).

Jarry s'est inspiré de son professeur de physique de lycée, monsieur Hébert, qui était pour les élèves l'incarnation même du grotesque ; on le surnommait « le père Hébert ». Jarry écrivit une farce, Les Polonais, le mettant en scène : c'est le début du père Ubu.

Vers la fin de sa vie, Alfred Jarry se mettait de plus en plus à ressembler à son personnage : il se mit à parler comme lui, et signait toutes ses lettres du nom d'Ubu.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide