L'œuvre

Roman écrit par Guy de Maupassant, son premier, publié en
1883.

Ce tableau de la condition féminine au XIXe siècle
rapporte les événements affectant le destin de Jeanne. Cette histoire nous
montre en détail les étapes successives de la déchéance de cette jeune
aristocrate entre 1819 et 1848. Tout s'effrite peu à peu, dans cet univers sans
espoir. Une vision pessimiste, du monde et d'une société marquée par le Code
civil et l'inégalité des sexes. Une réflexion sur la marche de l'Histoire qui
s'inscrit dans la lignée de fictions historiques, très répandues au XIXe siècle.

À 17 ans, Jeanne quitte le couvent de Rouen où elle vit
cloîtrée depuis l'âge de 12 ans. Son père, le baron Le Perthuis des Vauds,
possède une propriété sur la côte normande (les Peuples) où Jeanne a passé son
enfance.

Elle retrouve ce lieu avec plaisir et rencontre le vicomte
Julien de Lamare dont elle tombe profondément amoureuse. Le vicomte demande
alors sa main à son père qui accepte. La nuit nuptiale nous fait découvrir
Julien sous un autre aspect que celui de vicomte aux belles manières pour nous
apparaître sous celui d'un homme à la sexualité brutale. Ils partent en Corse
pour leur voyage de noces et, très vite, Julien se montre irascible et avare.
De retour à la résidence familiale, la vie de Jeanne est monotone, elle
s'ennuie.

Julien abandonne le lit conjugal, se montre perfide et
vaniteux, Jeanne ne le considère plus que comme un étranger.

Un soir, elle découvre sa domestique, Rosalie, dans le lit
de son mari. Prête à se suicider, Jeanne sombre dans un profond état de
prostration. Un docteur venu la consulter lui apprend alors qu'elle attend un
enfant. Sa grossesse se déroule tristement et elle accouche dans de terribles
souffrances ; déçue par le mariage, Jeanne témoigne un amour excessif à
son fils, Paul.

Quelques temps après, Jeanne surprend de nouveau son mari
dans les bras d'une autre femme, mais se sent d'autant plus trahie qu'il s'agit
de la comtesse de Fourville, une de ses amies.

Peu après, sa mère meurt et Jeanne trouve dans les papiers
de la défunte des lettres prouvant que sa mère a entretenu une relation
adultère avec un ami de la famille. Paul, lui, connaît de graves problèmes de
santé et Jeanne craignant de se retrouver seule voudrait un autre enfant.

Le comte de Fourville, s'étant rendu compte de la relation
qu'entretenait sa femme avec Julien, les tue tous les deux. Entre temps, Jeanne
accouche d'une fille morte née.

Paul, sa seule consolation, grandit, aimé de tous, et
poursuit des études très médiocres. Il fugue à Londres et se contente d'écrire
à sa mère en lui promettant régulièrement son retour et en profitant pour lui
demander de l'argent..

Jeanne ayant pardonnée à Rosalie, celle-ci retourne aider
son ancienne maîtresse et découvre son épouvantable situation financière qui la
force à vendre la demeure familiale. Avec Rosalie, elle se retire dans une
modeste demeure tandis que Paul annonce son mariage avec une femme de piètre
condition.

Cloîtrée dans sa solitude, Jeanne ressasse continuellement
ses vieux souvenirs. Un jour, apprenant que la femme de Paul est gravement
malade, Jeanne accepte de prendre soin de leur petite fille sur qui elle
déverse toute son affection si longtemps retenue.

Personnages principaux

Jeanne

Personnage principal de l'histoire, elle représente
probablement la vision qu'avait Maupassant des femmes à l'époque. Jusqu'à 12
ans, elle vit avec ses parents sur la côte normande, puis est enfermée jusqu'à
ses 17 ans dans un couvent.

« […] tenue là sévèrement enfermée, cloîtrée, ignorée
et ignorante des choses humaines
. […]»

Sa sortie du couvent est pour elle une véritable
résurrection, durant toutes ces années d'ignorance, elle n'a fait que rêver de
sa vie future. Cependant, passée sa nuit nuptiale, commencent alors les
désillusions. Sa vie n'est dès lors plus qu'une longue chute triste et
morne ; au fur et à mesure que progresse le roman, Jeanne se retourne de
plus en plus vers son passé. Elle est passive, rêveuse et fataliste.

« […] Oui c'était fini d'attendre. Alors plus rien à
faire, aujourd'hui, ni demain, ni jamais.
[ …] »

Elle tente jusqu'au bout du roman de nier son présent pour
pouvoir exister :

« […] Et parfois elle oubliait qu'elle était
vieille, qu'il n'y avait plus rien devant elle...
[…] »

Son comportement peut se résumer comme inadapté à la
réalité, tout comme l'est celui de Mme Bovary dans le roman du même nom écrit
par le guide littéraire de Maupassant.

Paul 

Après sa naissance, Jeanne reporte sur lui tout l'amour que
Julien lui a refusé et devient une mère surprotectrice.

« […] Elle se donna tout entière à son fils
[…] ».

Du coup, Paul devient un tyran obtenant ce qu'il désire
quand il le désire et se voit détesté par son géniteur pour avoir volé le
centre d'intérêt général.

Son goût prononcé pour les fêtes et pour le jeu lui
occasionne des dettes de plus en plus importantes et il part s'installer à
Paris au grand désespoir de sa mère avec qui il ne gardera qu'un contact
épistolaire.

Il est mou et passionné, passion qui lui vaut de s'engager
dans des entreprises folles et infructueuses qui accéléreront la déchéance
familiale.

Maupassant nous laisse quand même une lueur d'espoir quand à
l'avenir de la famille lorsque Paul lègue sa fille à Jeanne.

Rosalie 

C'est la sœur de lait et la servante de Jeanne. Après avoir
surpris son mari la trompant avec Rosalie, Jeanne et sa famille éloignent
Rosalie de la demeure familiale. Elle y reviendra après 25 années d'absence.
Rosalie est alors devenue « plus forte » que sa maîtresse qui nous
apparaît autoritaire, active, rigoureuse et surtout, elle vit dans la réalité,
tout ce qui fait défaut à Jeanne. C'est elle qui citera, dans la dernière
phrase du roman après avoir ramené la fille de Paul :

« La vie n'est jamais si bonne ni si mauvaise qu'on
le croit
 ».

C'est le seul personnage positif du roman, et qui ne soit
pas trop critiqué par l'auteur ; alors que les nobles sont incapables de
profiter de leur vie, Rosalie voit la sienne s'améliorer après son départ de la
maison du baron grâce au travail qu'elle fournit.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide