"Curieuse langue française, et prophétique, qui fait commencer l'amour comme la guerre par une déclaration !", Jean Simard

La langue française jouit d'une belle réputation dans le monde entier. Considérée comme une belle langue, elle est parlée par plus de 274 millions de locuteurs dans le monde, natifs et non-natifs. Le français est vu comme une langue très imagée, en raison des figures de style, très présentes dans la littérature.

Avec près d'une centaine de figures de style, il faut être à l'affût des sous-entendus et des belles paroles pour décrypter le message en langue française. Voici notre récapitulatif dans cet article des principales figures de style et de leur utilisation !

À quoi sert une figure de style ?

Qu'est-ce qu'une figure de style ?
Dire que la Terre est comme une orange, c'est une métaphore. Ou une comparaison... Une figure de style quoi !

Une figure de style est un procédé d'expression en langue française, qui consiste à donner une expressivité particulière au propos souhaité. Généralement, on les retrouve :

  • Dans les textes littéraires,
  • Dans les échanges du quotidien.

Dans l'acceptation moderne, on fait référence à trois types de définition pour une figure de style :

« Effet de signification produit par une construction particulière de la langue, qui s'écarte de l'usage le plus courant ; les figures de style peuvent modifier le sens des mots, modifier l'ordre des mots de la phrase, etc »

« Les figures de style sont des procédés d’écriture employés pour frapper l’esprit du lecteur, en créant un effet particulier »

« La figure est une forme typique de relation non linguistique entre des éléments discursifs »

Ainsi, elles se comprennent aussi bien à l'oral qu'à l'écrit. Elles font appel à l'esprit à travers plusieurs moyens :

  • En jouant sur le sens des mots,
  • En jouant sur les sonorités des mots,
  • En jouant sur l'ordre dans la phrase.

Ces constructions grammaticales et linguistiques visent à créer un effet chez le lecteur ou le destinataire, que ce soit pour insister sur une explication, créer de la surprise ou générer du suspens. Dans l'image présentée ci-dessus, la métaphore employée consiste à faire une comparaison entre la Terre et l'orange, pour rappeler sa dimension sphérique. On retrouvera ce type de référence dans un poème ou un texte littéraire, par exemple.

On parle parfois de "figure du discours", ou "figure de rhétorique" pour les désigner.

Le mot "figure de style" vient du latin "figura", dont l'un des sens est bien de désigner en rhétorique une "figure de style", qui correspond à une précaution d'expression

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'une figure de style est un usage particulier et original de la langue française. Il est possible qu'une seule phrase contienne plusieurs figures de style... À vous de savoir comment on les utilise !

Comment utiliser une figure de style ?

Comment faire de la rhétorique en français ?
Les figures de styles font partie intégrante de l'argumentation, qu'elle soit orale ou écrite

Pour comprendre comment fonctionne une figure de style, il faut savoir déterminer son principe de base et ses outils. De manière générale, nous évoquions plus haut que les figures de style sont classées selon trois types/catégories. Voici une petite étude :

  • Pour les figures de style jouant sur le sens des mots, on retient :
    • L'analogie, qui utilise la forme comparative,
    • La substitution, qui consiste à remplacer une image par une autre,
  • Pour les figures de style jouant sur la place des mots, on aura :
    • L'insistance, pour amener un effet d'interrogation,
    • L'opposition, pour que le destinataire se questionne,
  • Pour les figures de style relevant surtout de l'art poétique, on retrouve :
    • La reprise des sons,
    • La proximité des sons,
    • La rupture de construction.

Nous avons fait un tableau récapitulatif des figures de style ayant un nom un peu rigolo ! Le voici :

Nom de la figure de styleDéfinitionExemple
AnadiploseReprise, en début de phrase et comme liaison, d'un mot de la phrase précédente"Il est bête. Bête il restera"
AnacolutheC'est une faute de syntaxe qui crée une rupture dans la phrase"Ah ! savez-vous le crime et qui vous a trahie ?"
LitoteDire le moins possible pour en suggérer plus"Tu me haïssais plus, je ne t'aimais pas moins"
SynecdoqueForme de métonymie où le mot a une relation d'inclusion"Refuser du pain à quelqu'un"
ZeugmeDeux mots sans lien logique réunis dans une même phrase (généralement concret VS abstrait)"Trois marchandes de boisson et d'amour"

Petite anecdote : savez-vous qui connaît bien "l'anacoluthe" ? Le Capitaine Haddock, dont c'est le juron favori !

Les figures de style font généralement écho à des éléments culturels ou historiques propres à un pays, ce qui explique qu'elles fassent parmi du "patrimoine " linguistique local.

À savoir : en traduction, les figures de style sont un exercice périlleux pour ces raisons

Pour identifier ou utiliser une figure de style, il faut donc être à l'écoute du message souhaité ou que l'on souhaite délivrer. Au quotidien, sans nous en rendre compte, nous utilisons un grand nombre de figures de style. Par exemple, en discutant avec des amis, la réflexion "ah oui, sans blague ?" est en soit une figure de style (litote ou euphémisme), impliquant un message sarcastique pour faire réagir l'interlocuteur.

Les figures de style, dont l'usage remonte à l'Antiquité, ont été listées et classifiées par Fontanier et Dumarsais dans plusieurs dizaines de catégories. Voici les plus importantes à retenir.

Les principales figures de style à connaître en français

Comment trouver une figure de style ?
Dans la littérature française, et notamment les pièces de théâtre, vous retrouverez pléthore de figures de style...

Dans la classification des figures de style, les plus importantes et les plus récurrentes sont :

  • Les figures de style d'analogie,
  • Les figures de style de substitution,
  • Les figures de style d'insistance ou d'exagération,
  • Les figures de style d'atténuation
  • Les figures de style d'opposition
  • Les figures de style de rupture.

Voici plus en détails les noms des figures de style à retenir !

Les figures de style d'analogie

Elles permettent de créer des images pour amener à une meilleure compréhension, en donnant généralement forme et/ou vie à des concepts abstraits.

La métaphore (= transport en grec, soit le transport de sens)

Elle permet une comparaison sans outil de comparaison, c'est-à-dire sans les connecteurs logiques de type "comme".

Exemple : c'est un ange, c'est un âne.

La personnification

On attribue des caractéristiques humaines à un objet, ce qui permet de rendre un énoncé plus vivant.

Exemple : "Avec quelle rigueur, Destin, tu me poursuis" (Jean Racine).

L'allégorie

Elle permet de rendre concrète une réalité abstraite, ce qui rend plus intelligible le propos pour le lecteur ou le destinataire.

Exemple : La justice, une femme aux yeux bandés avec en main une balance et une épée.

Des allégories sont très célèbres, comme l'allégorie de la Caverne de Platon, qui représente la connaissance

Les figures de style de substitution

Elles permettent de tracer un rapport d'équivalence entre deux mots ou deux notions, parfois contraires.

La métonymie

On désigne un mot, une réalité par un mot qui lui est logiquement relié :

  • Le contenu par le contenant. Exemple: j'ai fini mon assiette,
  • La matière pour l'objet. Exemple: un verre, un plastique,
  • La marque pour l'objet. Exemple : je porte des Nikes,
  • La couleur pour l'objet. Exemple : je suis supporter des Bleus,
  • Le lieu pour l'objet. Exemple : l'Elysée a fait savoir que. . .,
  • La partie pour le tout(= synecdoque). Exemple :un village de 32 toits.

La périphrase

On remplace un mot par une définition ou une phrase plus longue qui décrit le mot concerné. Cela fait généralement écho à une caractéristique pour laquelle le mot en question est connu. Dans beaucoup de cas, cela a une portée poétique.

Exemples :

  • Les "soldats du feu" pour désigner les pompiers,
  • La "Ville rose" pour désigner Toulouse,
  • Le "billet vert" pour désigner un dollar américain,
  • La "langue de Shakespeare" pour désigner l'anglais.

L'hypallage

Cela permet de lier deux termes syntaxiquement, alors qu'on les verraient attribués à un troisième terme dans la phrase. C'est un procédé insolite qui vise à créer une réaction.

Exemples :

  • "Un vieillard en or avec une montre en deuil" (Jacques Prévert), où l'on verrait plutôt l'inverse, le vieillard en deuil et la montre en or,
  • La "chambre est veuve" (Apollinaire).

Les figures de style d'insistance ou d'exagération

Elles consistent à créer de la surprise, du suspens ou générer d'autres sentiments chez un lecteur/destinataire. Cela permet aussi de louer les louanges d'une personne.

L'hyperbole (= exagération)

Cette figure de style permet d'amplifier ou exagérer une idée pour la mettre en avant. Elle a un but ironique ou dramatique.

Exemple :

  • Il est mouillé jusqu'aux os,
  • Je meurs de soif,
  • Je n'ai plus que la peau sur les os.

La gradation

Énumération de plus en plus forte, ou montrant une évolution dans un sens croissant ou décroissant au niveau de l'intensité. Cela créé un effet sur le propos.

À ne pas confondre avec l'accumulation, qui cherche à créer un effet d'amplification.

Exemples :

  • « C’est un roc ! C’est un pic ! C’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? C’est une péninsule ! », Cyrano de Bergerac,
  • « C’en est fait ; je n’en puis plus ; je me meurs ; je suis mort ; je suis enterré », Molière.

Une anaphore

Répétition du même début de phrase ou du même mot, afin de créer un effet de répétition insistant sur le drame ou la perceptio.

Exemple :

  •  « Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! », Charles de Gaulle

Le parallélisme

Deux éléments qui ont la même structure dans un texte. Cela peut permettre de mettre en évidence une antithèse.

Exemple :

  • « Innocents dans un bagne, anges dans un enfer », Victor Hugo

Les figures de style d'atténuation

Elles permettent de dire ou de faire sous-entendre quelque chose, par timidité ou respect.

La litote

On dit le moins pour dire le plus. On utilise le négatif pour le positif.

Exemples :

  • C'est pas malin ! C'est pas faux !,
  • Va ! Je ne te hais point !, Phèdre.

L'euphémisme

On désigne par un mot positif une réalité jugée négative.

Exemples :

  • Ils nous a quittés, pour désigner la mort,
  • Il était malade, pour désigner un cancer ou une maladie grave,
  • Le troisième âge, pour désigner les personnes âgées,
  • Une personne modeste, pour désigner une personne pauvre.

Les figures de style d'opposition

Elles sont très utilisées dans le discours oral et le débat.

L'antiphrase

On dit le contraire de ce que l'on pense pour faire comprendre ce que l'on pense réellement.

Exemples :

  • C'est malin (pour dire le contraire),
  • Qu'est-ce que tout ce joli monde ?.

L'antithèse

On emploie dans une phrase ou deux mots de sens contraire. Cela crée l'étonnement.

Exemple :

  • Il a l’air vivace et maladif, Victor Hugo

Un oxymore

On accole deux mots de sens contraire pour créer une nouvelle réalité. Cette figure de style a souvent une visée poétique.

Exemples :

  • Éphémère immortel, Paul Valéry,
  • "Le superflu, chose très nécessaire", Voltaire.

Le chiasme

Contraire du parallélisme. Il permet de renforcer une opposition.

Exemples :

  • « Parler en mangeant, manger en parlant », Balzac,
  • « Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre », Gandhi.

Le paradoxe

Opinion qui va à l'encontre de l'opinion attendue. Cela permet d'interpeller ou de choquer.

Exemples :

  • Un parapluie pliant est très pratique quand il ne pleut pas,
  • Les enfants avec un QI très élevé sont nombreux en échec scolaire,
  • "Paris est tout petit, c'est là sa vraie grandeur", Jacques Prévert.

Les figures de style de rupture

Elles visent à marquer quelque chose dans le discours ou l'argumentation, à travers la syntaxe et la grammaire.

Une anacoluthe

Rupture de construction par rapport à ce qui peut être attendu dans la suite de la phrase.

Exemples :

  • Le nez de Cléopâtre, s'il avait été plus court, la face du monde en aurait été changée, Pascal,
  • Exilé sur le sol au milieu des huées, ses ailes de géant l’empêchent de marcher, Baudelaire.

L'ellipse

Il s'agit de l'omission volontaire d'un mot ou groupe de mots normalement indispensable à la construction de la phrase.

Exemple :

  • « Je n’avance guère. Le temps beaucoup », Eugène Delacroix.

Maintenant que vous connaissez tous les secrets des figures de style, prêts pour vos prochains discours ? Laquelle vous intéresse le plus ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,50/ 5 pour 8 votes)
Loading...

Hélène

Linguiste de formation initiale en anglais et espagnol, mes voyages et mes intérêts personnels m’ont incitée à découvrir l’Espagne mais aussi l’Amérique latine. Cette langue est si passionnante, si chantante ! No vamos a buscar tres pies al gato : aprendamos juntos !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide