Présentation du roman et de ses personnages

Bel-Ami est le plus célèbre des romans de Guy de Maupassant. D'abord présenté au public sous la forme de petites chroniques dans le journal Gil-Blas, son succès amena ensuite Maupassant à le publier sous la forme de roman, en 1885.

 

Pourquoi Bel-Ami est un roman réaliste ? Tableau d'Henri Gervex, La Direction du journal de La République française, 1890. (Source : histoire-image.org)

Un roman réaliste

Avec Bel-Ami, Maupassant se pose en maître du réalisme, un courant littéraire qui assigne à l’art et à la littérature la mission de refléter la réalité et qui pourrait se définir grâce aux mots de Stendhal :

« Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route ».

Le Rouge et le Noir, 1830

Les peintres et les écrivains vont donc scruter tous les détails du quotidien de leurs contemporains, et ce quel que soit leur niveau social. L’important est de fixer le cadre de leur intrigue au plus près de la vérité, historique tout du moins. La fiction reste bien sûr reine pour ce qui est des péripéties de leurs personnages, mais l’important est que leurs faits et gestes soient assez crédibles pour que les lecteurs puissent se reconnaître en eux.

Bien sûr l’important n’est pas de tout raconter de manière exhaustive. Le travail des romanciers réalistes ne sera pas de simplement retranscrire des faits exacts, mais sera de décrypter cette réalité pour l’enrichir de leur subjectivité et ainsi éclairer les lecteurs sur leur époque.

« Le réaliste, s’il est artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. »

Maupassant, préface de Pierre et Jean, 1888

Or si Bel-ami est un roman réaliste, c’est en raison de plusieurs points :

  • L’intrigue se déroule dans un cadre spatio-temporel contemporain à l’auteur et à ses lecteurs. Aucune indication n’est donnée sur l’année, mais nous savons que l’action se déroule à Paris et que les lieux décrits existent bel et bien (l’église de la Madeleine, l’établissement des Folies-Bergère, etc.) Toutes les descriptions de ces lieux donnent au récit un caractère authentique.
  • Le contexte politique et social correspond à celui de l’époque de l’auteur ; les références à l’expansion coloniale de la France, comme par exemple en Algérie, y sont nombreuses. Si Maupassant invente l’affaire dite du Maroc, c’est en vérité pour faire référence à celle de la Tunisie, qui avait fait scandale en 1881.
  • Les mœurs des différents personnages sont aussi le reflet de celles de l’époque. L’adultère est par exemple monnaie courante mais puni par la loi, les mariages sont avant tout une affaire d’argent, et un conflit lié à l’honneur entre deux personnages peut tout à fait aboutir à un duel au pistolet.
  • Le quotidien de La vie française que décrit Maupassant correspond à celui des journaux de son époque. Les articles des journalistes pouvaient avoir de réelles incidences sur la politique, jusqu’au renversement d’un gouvernement. Depuis la loi du 29 juillet 1881, le contrôle des articles s’effectue en effet a posteriori, ce qui a laissé la voie libre aux journalistes et ce qui a aussi provoqué l’explosion du nombre de titres à la fin du XIXè siècle. Les malversations étaient donc courantes et le pouvoir des patrons des groupes de presse, considérable. Pour le personnage de M. Walter, Maupassant s'est par exemple inspiré d'Arthur Meyer, directeur du célèbre journal Le Gaulois.

 

Quels sont les personnages principaux de Bel-Ami ? Scène tirée du film réalisé par Declan Donnellan et Nick Ormerod, avec Robert Pattinson dans le rôle de Bel-Ami. (Source : melty.fr)

Les personnages principaux

Georges DuroyC’est le personnage principal du roman. Jeune, beau et ambitieux, il est au départ simple employé des chemins de fer mais aspire à un train de vie bien plus bourgeois. Par un heureux hasard, sa rencontre avec Charles Forestier va bouleverser son destin. D’abord rédacteur à La vie française, il gravira rapidement les échelons, notamment grâce à l’aide de ses conquêtes, et réussira à atteindre tous ses objectifs.
Charles ForestierIl est un ancien ami de Georges Duroy, rencontré lors de son service en Algérie. C’est lui qui lança gracieusement sa carrière, en l’engageant comme rédacteur pour La vie française. Il décèdera d’une grave maladie pulmonaire, en passant par une longue agonie.
Madeleine ForestierÉpouse de Charles Forestier, c’est elle qui apprit à Georges Duroy toutes les astuces pour écrire un bon article, qui au départ ne connaissait rien à la profession. Au départ, il ne faisait même que signer ses propres articles.
Après le décès de son mari, elle finit par accepter la demande en mariage de Georges Duroy, pensant que cela lui permettra de garder son indépendance. Malgré une passion brièvement partagée, elle et Georges se tromperont mutuellement et Georges la piègera en révélant au grand jour sa liaison avec le ministre des affaires étrangères (Laroche-Mathieu), pour divorcer.
Clotilde de MarelleElle devient rapidement l’amante de Georges Duroy. Pour vivre leur liaison, elle lui donnera beaucoup d’argent et lui paiera même un appartement.
M. WalterDirecteur du journal La vie française.
Mme WalterFemme de M. Walter, elle tombera elle aussi sous le charme de Georges Duroy et deviendra l'une de ses amantes. Mais Georges Duroy se lassa très vite de sa compagnie. Lorsque Georges épousera sa fille, elle sera complétement brisée, ne pouvant dire la vérité à personne.
Suzanne WalterFille de M. et Mme Walter, c’est elle qu’épousera Georges Duroy à la fin du roman. Un mariage que Georges Duroy a imposé avec violence, en choisissant d’enlever Suzanne pour que ses parents n’aient d’autre choix d’accepter leur union, pour éviter tout scandale. La fin du roman nous laisse d’ailleurs présager une vraie désillusion pour Suzanne, Georges regardant Clotilde de Marelle comme si leur relation n’était pas terminée.
RachelProstituée aux Folies-Bergère, c’est la première liaison de Georges connue dans le roman.

Quelle fut la carrière de Maupassant ? Portrait de Guy de Maupassant, 1888

La carrière de Guy de Maupassant

Originaire de Normandie, Maupassant est un écrivain français né en 1850. Il s'installe à Paris en 1871 où il rencontre Flaubert, déjà célèbre pour son roman Madame Bovary. Ce dernier devient son mentor, l’encourageant à s'engager dans la voie littéraire. Grâce à lui Maupassant eut notamment l'occasion de rencontrer les plus grands écrivains de son temps comme Zola, à qui il s'associa pour le recueil collectif de nouvelles intitulé Les soirées de Médan publié en 1880. Non seulement ce recueil fut l'un des actes fondateurs du mouvement naturaliste, mais en plus de cela le franc succès de sa nouvelle Boule de suif, qu'il put intégrer dans ce recueil, lui permit se consacrer entièrement à l’écriture.

La notoriété de Maupassant ne cessa ensuite de croître, l'écrivain se démarquant notamment avec la mise en avant du registre fantastique à travers des nouvelles comme :

  • La Chevelure
  • La main
  • Le Horla (publiée en 1887) - sa nouvelle la plus célèbre.

Cela dit, Maupassant ne se contenta pas d'écrire des nouvelles ; il publia son premier roman en 1883, intitulé Une vie. Relatant les désillusions de sa jeune héroïne sombrant dans l'ennui au fin fond de sa campagne normande, l'influence de Gustave Flaubert y est très visible. Maupassant s'en détacha avec la publication de Bel-Ami en 1885, une œuvre plus personnelle qui marqua à jamais l'histoire du mouvement réaliste. Au total, il publia 6 romans.

La carrière de Maupassant fut néanmoins assez brève après cela car dans les années qui suivirent il souffrit d'une dépression et de violentes crises nerveuses qui le conduisirent jusqu'à la folie. Il décéda en 1893, peu avant son 43ème anniversaire.

Résumé de l'intrigue

Georges Duroy est un jeune homme ambitieux mais qui a de grosses difficultés financières. Au début du roman sa situation est même assez précaire puisqu'il est simple employé des chemins de fer alors qu'il mène un train de vie bien plus coûteux. Il est donc endetté et donc très mal disposé à réussir son entrée sur Paris.

Par chance, il fait une rencontre heureuse. Il croise aux détours d'une rue son vieil ami Charles Forestier, sans se douter que celui-ci lui offrira la possibilité d’avoir un destin hors du commun. Après l'avoir invité à un dîner chez lui, au cours duquel Georges Duroy impressionna les convives présents en leur narrant diverses anecdotes du temps où il était sous-officier en Algérie, Charles Forestier le fait rentrer dans le journal dans lequel lui-même est rédacteur : La Vie française. Si au départ Georges ne connaît rien au métier de journaliste, il va très vite apprendre à faire ses armes grâce à Madeleine Forestier, la femme de son ami Charles, qui lui apprendra toutes les ficelles du métier.

Les femmes vont justement avoir une importance capitale dans son ascension. Georges Duroy est un séducteur hors pair, et compte bien se servir de cet atout pour arriver à ses fins. Charles Forestier l’avait même inconsciemment pressenti lorsqu’il lui avait dit :

« Dis donc, mon vieux, sais-tu que tu as vraiment du succès auprès des femmes ? Il faut soigner ça. Ça peut te mener loin. […] C’est encore par elles qu’on arrive le plus vite. »

Page 54, Flammarion

Effectivement, chacune de ses conquêtes lui permettra de se hisser plus haut dans la société. Sa première maîtresse fortunée, Clotilde de Marelle, subvient par exemple à son train de vie en lui donnant beaucoup d'argent. Mais espérant toujours plus, il en vient à épouser la femme de son ami Charles lorsque celui-ci décède, prenant en même temps sa place au sein du journal. Sans scrupule, décidé à réussir sa vie et profitant des conseils avisés de son épouse Madeleine, elle aussi très ambitieuse, il ira même jusqu’à changer son patronyme. Il deviendra Prosper-Georges Du Roy de Cantel (né à Canteleu) et par un placement judicieux réussira à s’offrir le titre de baron.

Cependant, jaloux et très vexé que Laroche-Matthieu, le ministre des Affaires étrangères, lui ait menti au sujet de la colonisation du Maroc, il obtiendra le divorce de sa femme prise en flagrant délit d’adultère avec ce dernier. Cela lui permet d'épouser en dernières noces Suzanne, la fille de M.Walter, le fondateur et directeur du journal. Un mariage que le père de Suzanne n'a eu d'autre choix que d'accepter pour éviter tout scandale ; Georges ayant enlevé sa fille, sous les cris d’horreur de Madame Walter, ancienne maîtresse de Bel-Ami. Il termine donc très riche et assuré d'une fonction respectable puisque son union le hissa au rang de rédacteur en chef au sein de La vie française. Ainsi, rien d'étonnant à ce qu'à son mariage, "Le peuple de Paris le contemplait et l'enviait".

Comment décrire Georges Duroy ? Deux acteurs qui ont interprété Georges Duroy au cinéma : Robert Pattinson en 2012 et Sagamore Stévenin en 2005. (Source : RTBF.be)

Portrait de Georges Duroy

Le personnage principal n'est autre que, vous l’aurez deviné, Bel-Ami. Il s'agit d'un roman éponyme. Il doit ce surnom à la fille de Clotilde de Marelle, la toute jeune Laurine, qui adore sa compagnie. Toute la bonne société qu’il fréquentera par la suite le surnommera ainsi.

Dès le début du roman, Maupassant insiste sur l’aspect physique de son héros. Sa beauté est ainsi décrite dès les premières pages :

« Grand, bien fait, blond, d'un blond châtain vaguement roussi, avec une moustache retroussée, qui semblait mousser sur sa lèvre, des yeux bleus, clairs, troués d'une pupille toute petite, des cheveux frisés naturellement, séparés par une raie au milieu du crâne, il ressemblait bien au mauvais sujet des romans populaires. »

Page 37, Flammarion

Pourtant Georges Duroy est loin d’incarner les qualités que présupposent son surnom. Orgueilleux et fin calculateur, il n'aura que peu d’amitié pour Charles Forestier alors que celui-ci lui permet de lancer sa carrière. En effet il osera demander la main de sa veuve le jour même de son enterrement et, une fois qu’elle accepta, ne se priva pas de se moquer de cet individu. Il poussera le vice jusqu’à à exiger de Madeleine qu’elle dise au plus grand nombre que leur relation avait commencé avant même la mort de Charles Forestier, ce qui est faux. C’est d’ailleurs une de ses maîtresses, Clotilde de Marelle, qui lui avait donné l'idée de cette union, sans le vouloir :

« Elle est au courant de tout, elle connaît tout le monde sans avoir l’air de voir personne ; elle obtient ce qu’elle veut, comme elle veut et quand elle veut. Oh ! elle est fine, adroite et intrigante, comme aucune, celle-là. En voilà un trésor pour un homme qui veut parvenir. »

Pages 185 et 186, Flammarion

En fait, ce sont surtout les femmes que manipule Georges Duroy. Ce provincial sans qualification obtient d’elles la réussite professionnelle, grâce notamment à Madeleine Forestier qui lui écrit ses premiers articles à La vie française, et qui lui donnera ensuite des conseils avisés en politique, tout en le faisant profiter de son réseau. Quant à Clotilde de Marelle, elle lui permet notamment de fréquenter de nombreuses personnalités, et l’entretient à ses frais.

Or une fois qu'il fréquente les hommes politiques, autrement dit le milieu qu'il rêvait d'approcher, il ne manifestera aucune forme de reconnaissance aux personnes croisées sur sa route. Égoïste, volontiers menteur, il incarne le parfait arriviste, prêt à tout pour réussir y compris par des moyens détournés, comme par exemple lorsqu'il séduit et abuse de la confiance de Mme Walter, la femme du directeur de son journal.

Néanmoins, on ne peut manquer de s’attacher à lui. Sa réussite est un peu la nôtre même si les procédés sont à plusieurs égards tout à fait condamnables. L’image finale atteste sa détermination : sur le perron de l’église de la Madeleine où il vient d’épouser, après l’avoir enlevée, Suzanne Walter, deux choses l’animent : la vision de l’Assemblée Nationale où il souhaite être élu à la députation, et le souvenir de Clotilde de Marelle à laquelle il continue de porter des sentiments amoureux, malgré les promesses d’amour faites à sa jeune et candide épouse.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,60/ 5 pour 10 votes)
Loading...

Alexandra

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide