L’écriture d’invention à visée argumentative

La lettre

On respecte ses caractéristiques formelles: date et lieu d’écriture, formules introductives et conclusives, marques dialogue à distance entre l’émetteur et le destinataire.

On utilise les procédés de persuasion et de conviction en agissant sur la sensibilité du destinataire et en construisant une argumentation.

Ex: Vous répondrez dans une lettre, à un ami qui estime qu’on doit le même respect aux animaux qu’aux hommes.

Le dialogue

On présente dans une introduction les personnages, les circonstances et le thème du dialogue. Des didascalies peuvent signaler les gestes, le ton des répliques et les réactions des personnages.

Chaque protagoniste du dialogue doit s’efforcer de persuader et de convaincre son interlocuteur. On ne néglige donc pas la présentation de véritables arguments, développés et illustrés; on peut recourir à la concession. Pas de prise de parole uniquement phatique.

S’il s’agit de rédiger la suite d’un dialogue, on tien compte des thèse soutenues par les personnages dans les textes supports.

Ex: Imaginez un dialogue entre les partisans et les adversaires de la conquête espagnole du nouveau-monde.

Ex: Donnez une suite, sous la forme d’un dialogue au texte des Confessions de Rousseau relatant le vol d’une pomme : Jean Jacques, surpris par son maître, M. Ducommun, présente sa défense. Imaginez ses explications et les réactions de son maître.

L’apologue

On respecte les caractéristiques des différentes formes d’apologue: fable, conte (philosophique), exemplum et paraboles (domaine religieux), utopies… On imagine les étapes et les personnages d’un récit à valeur allégorique.

L’apologue peut contenir des éléments réalistes ou merveilleux, des passages narratifs ou descriptifs, des dialogues à caractère argumentatif. Il peut s’achever par une conclusion qui en dégage la signification.

Ex: Inventez une fables illustrant une tolérance excessive. On choisira des animaux symboliques, la situation initiale, des péripéties, la situation finale…

L’essai

On identifie le domaine (littérature, histoire, science…) et la forme de l’essai demandé (article, traité, étude…)

On présente en introduction la problématique et le plan choisi. On développe arguments et exemples. On conclut en synthétisant le propos puis en donnant son opinion personnelle.

Ex: A la fin du XIXème siècle, Emile Zola invitait la jeunesse à prolonger « la grande besogne » de science et de justice, de vérité et d’équité, entreprise par sa propre génération. Quelle est selon vous, en ce nouveau siècle, la « grande besogne » qui attend la jeunesse ? Dans votre essai, vous vous adresserez directement à un destinataire de votre choix et vous n’hésiterez pas à recourir aux procédés de persuasion.

Ex: « la folie du moment est d’arriver à l’unité des peuples », déclare Chateaubriand. Vous prendrez cette phrase comme point de départ d’un éditorial, dans lequel vous commenterez librement ce jugement à la lumière d’événement de l’époque.

Le discours

On s’adresse à un destinataire clairement nommé. Le registre sera déterminé en fonction du thème du discours, du message à faire passer, de la force de conviction et de la persuasion du locuteur mais aussi de la distance ou de la proximité intellectuelle avec les auditeurs. La thèse défendue doit être formulée explicitement. Les arguments doivent être pertinents.

Ex: A la manière de Badinter dans son discours à l’Assemblée Nationale en faveur de l’abolition de la peine de mort, vous prononcerez un discours devant les députés de l’Assemblée nationale pour défendre une injustice d’aujourd’hui.

La réécriture

Il s’agit toujours de bien connaître :

  • les genres (narratif (=récit), dramatique (=théâtre), poétique (=poésie), argumentatif (=littérature d’idées))

  • les formes de discours ou types de texte (argumentatif, narratif, explicatif, descriptif, expressif, impressif)

  • les registres (lyrique, comique (parodique, ironique, absurde, burlesque, satirique…), tragique, pathétique, oratoire, épique, réaliste…)

  • les mouvements littéraires (humanisme, classicisme, baroque, romantisme, réalisme, symbolisme, panasse, surréalisme, nouveau roman, théâtre de l’absurde…)

  • ainsi que les outils d’analyse de textes littéraires (énonciation, figure de style, focalisation, modalisation, paroles rapportées, valeur des modes et des temps, éléments métrique et de prosodie, connecteurs logiques, arguments…)La maîtrise de ces notions doit permettre d’utiliser correctement le texte support mais aussi de répondre aux exigences du nouveau texte que l’on demande d’écrire.

Ex: A la manière…/En vous inspirant des procédés descriptifs/des images/ des antithèses…dans ce texte, vous décrirez une ville réelle ou imaginaire.

Ex: Réécrivez ce récit de guerre en changeant du narrateur. Vous adopterez le point de vue d’un simple soldat et vous ferez part de ses réflexions.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (2,60/ 5 pour 5 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide