Les idées de Voltaire sur la tolérance religieuse

Le XVIIIème siècle est une période riche que ce soit en histoire ou en littérature. En effet, il correspond au Siècle des Lumières qui voit se développer une nouvelle philosophie avec des auteurs tels que Rousseau, Montesquieu, Diderot et Voltaire. C'est aussi une période de changements politiques, de la mort de Louis XIV à l'avènement de Napoléon. Basant leur réflexion sociétale sur l'esprit critique et la raison, les Lumières publient ainsi des textes dans lesquels ils remettent en cause l'état de la société, l'autorité politique et la morale religieuse. Ils n'hésitent pas à s'engager pour des causes qui leur semblent justes afin de révéler au monde un nouveau mode de vie axé sur le "bonheur". Superprof vous propose d'étudier l'un de ces textes fondamentaux : Traité sur la Tolérance de Voltaire, une oeuvre dénonçant les abus des autorités politiques et surtout religieuses et se basant sur un évènement contemporain à l'écriture du traité, l'affaire Calas. Entre appel à la tolérance, dénonciation des fanatismes religieux et éloge de la raison, vous allez tout comprendre de ce texte important !

Voltaire : un philosophe des Lumières

Quelles étaient les idées de Voltaire ? Même si Voltaire avait des idées discutables sur quelques sujets (racisme, orientations sexuelles, antisémitisme,...), on ne peut lui enlever d'avoir beaucoup apporté au mouvement idéologique des Lumières.

François-Marie Arouet, dit Voltaire, est né à Paris en 1694 et décédé à Paris en 1778. Durant sa jeunesse, il réalise des études de philosophie et de rhétorique chez les Jésuites. Il se tourne ensuite vers les études de droit mais préfère la carrière d'écrivain. Il est rapidement introduit dans les milieux mondains et libertins de la capitale. Voltaire enchaîne ensuite succès littéraires, affaires fructueuses et exils voire emprisonnements à la Bastille. En effet, il dénonce fréquemment le fanatisme religieux et l'intolérance en utilisant des raisonnements malins et un humour qui lui est propre. Philosophe des Lumières, Voltaire est le symbole de l’intellectuel engagé pour la vérité, la justice et la liberté de pensée. Il est considéré comme l’apôtre de la tolérance. Il écrivit de nombreux pamphlets qui lui valurent quelques exils et lutte contre le fanatisme qu’il qualifie d’infâme. Voici un tableau récapitulatif des plus grandes œuvres de Voltaire :
AnnéeOeuvre
1718Œdipe
1732Zaïre
1735Traité de Métaphysique
1736L'Enfant Prodigue
1741Mahomet ou le Fanatisme
1748Zadig
1750Oreste
1752Micromégas
1759Candide
1763Traité sur la Tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas
1764Le Dictionnaire Philosophique
1775Lettres de M. de Voltaire à l'Académie française
Traité sur la tolérance est un essai philosophique publié en 1763 dans lequel Voltaire développe ses idées contre le fanatisme et la persécution. Il se sert d'une affaire publique célèbre pour étayer son raisonnement et ainsi apporter au mouvement des Lumières de nouveaux arguments pour critique la société de son époque et apporter un raisonnement moral.

Superprof

Le contexte historique : l'affaire Calas

Quels sont les évènements de l'affaire Calas ? L'affaire Calas est un évènement qui, grâce à sa mise en lumière par Voltaire, a pu faire changer certaines mentalités dans le conflit entre catholiques et protestants !

L’affaire Calas est une affaire de justice condamnant à mort le père Calas, un protestant, pour avoir assassiné son propre fils qui allait se convertir au catholicisme. Cet évènement de 1761 à 1765 est l'une des affaires importantes du conflit entre catholiques et protestants de l'époque moderne. L'histoire se passe à Toulouse : Jean Calas est un commerçant d'étoffes de confession protestante sans histoires. Le 13 Octobre 1761 au soir, la famille Calas est réunie pour un dîner chez les parents. A 22h le même soir, le fils, Marc-Antoine, est retrouvé pendu dans la maison de ses parents. Les médecins constatent alors la mort du jeune Calas et disent qu'il y a eu double strangulation : ainsi, on accuse directement de meurtre le père, Jean Calas, mais aussi la servante et un invité, Gaubert Lavaysse. On soupçonne la famille car ils ont tenté de cacher le fait qu'il s'agisse d'un suicide : les suicidés étaient traînés sur la claie puis jetés aux ordures. Toutefois les Calas sont protestants et il semble que Marc-Antoine avait l'intention de se convertir au catholicisme. Lorsque l'officier municipal de Toulouse l'apprend, il demande un complément d'enquête. Faute de preuves concrètes, la justice utilise alors les ouï-dire et les ragots comme preuves pour monter le dossier. Le 9 Mars 1762, Jean Calas est jugé coupable. Malgré qu'il clame son innocence, il est condamné à un châtiment inhumain :

"A être rompu vif, à être exposé deux heures sur une roue, après quoi il sera étranglé et jeté sur un bûcher pour y être brûlé"

L'autre fils de Jean Calas, Pierre, rencontre Voltaire quelques temps après et le philosophe décide alors de réagir. Voltaire tente de rétablir la mémoire de cet innocent en faisant appel car, selon lui, le juge a été fanatique dans sa décision. C’est pourquoi, il écrit dans un premier temps son Traité sur la Tolérance. Le 9 Mars 1765, un arrêt est publié pour la réhabilitation de la mémoire de Jean Calas.

Les grandes idées du texte de Voltaire

Qu'est-ce que le Traité sur la Tolérance ? Le Traité sur la Tolérance est avant tout une vive critique des institutions religieuses modernes !

L'oeuvre Traité sur la Tolérance est divisée en plusieurs chapitres avec une progression dans les idées :

  • Histoire abrégée de la mort de Jean Calas,
  • Conséquences du supplice de Jean Calas,
  • Idée de la réforme du XVIe siècle,
  • Si la tolérance est dangereuse, et chez quels peuples elle est permise,
  • Comment la tolérance peut être admise,
  • Si l'intolérance est de droit naturel et de droit humain,
  • Si l'intolérance a été connue des Grecs,
  • Si les Romains ont été tolérants,
  • Des martyrs,
  • Du danger des fausses légendes et de la persécution,
  • Abus de l'intolérance,
  • Si l'intolérance fut de droit divin dans le judaïsme, et si elle fut toujours mise en pratique,
  • Extrême tolérance des Juifs,
  • Si l'intolérance a été enseignée par Jésus-Christ,
  • Témoignages contre l'intolérance,
  • Dialogue entre un mourant et un homme qui se porte bien,
  • Lettre écrite au Jésuite Le Tellier, par un bénéficier, le 6 mai 1714,
  • Seuls cas où l'intolérance est de droit humain,
  • Relation d'une dispute de controverse à la Chine,
  • S'il est utile d'entretenir le peuple dans la superstition,
  • Vertu vaut mieux que science,
  • De la tolérance universelle,
  • Prière à Dieu,
  • Post-scriptum,
  • Suite et conclusion.

Une chronique de l'affaire Calas

Dans son texte, Voltaire raconte en quelque sorte l'affaire Calas. En réalité, ce thème n’apparaît que dans 3 chapitres, 4 si l'on ajoute l'article de 1765. Il retrace, de façon très partiale, les évènements en prenant appui sur des dates et noms. De la mort de Marc-Antoine à la condamnation de son père, le traité raconte chronologiquement l'affaire du premier au dernier chapitre. Il commence son histoire par une phrase très forte de sens :

"Le meurtre de Calas, commis dans Toulouse avec le glaive de la justice"

Dans le chapitre 2, Voltaire insiste bien sur la notion de supplice de Jean Calas, mais aussi sur l'idée de ruine de sa famille et de l'opprobre jeté sur toute sa lignée. Les conséquences sont donc multiples. Il termine en mettant en cause la barbarie des chrétiens tout au long de leur histoire.

Une histoire de la tolérance et de l'intolérance

Des chapitres 3 à 9, Voltaire tente de dresser un tableau résumé de l'histoire de l'intolérance : il se lance dans une histoire universelle sur les évènements marqués de l'intolérance. Il commence donc par relater les massacres liés au fanatisme religieux, puis enchaîne avec les bienfaits de la tolérance dans l'histoire. Ainsi, l'auteur navigue entre Europe, Asie et Nouveau Monde dans cette histoire qu'il fait remonter aux Grecs et aux Romains qui pour lui sont modèles de tolérance. Il pointe le fait que les esprits éclairés sont désormais aptes à se rendre compte des abus de l'Eglise au cours de son histoire. L'idée principale de ces chapitres est la suivante :

"Le droit humain ne peut être fondé en aucun cas que sur ce droit de nature ; et le grand principe, le principe universel de l'un et de l'autre, est, dans toute la terre : "Ne fais pas ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît". Or on ne voit pas comment, suivant ce principe, un homme pourrait dire à un autre : "Crois ce que je crois, et ce que tu ne peux croire, ou tu périras"."

Il termine au chapitre 9 en rappelant que les martyrs sont des chrétiens ayant subit l'intolérance religieuse : il rappelle donc ce que l'intolérance a pu commettre sur le peuple même qui la pratique au moment où il écrit.

La tolérance selon la Bible

Des chapitres 10 à 14, Voltaire laisse l'histoire pour se concentrer sur un commentaire biblique. La Bible est pour lui un puits d'informations concernant le sujet qu'il traite et il l'analyse sous toutes les coutures. Il commence par interroger le lien entre le peuple biblique et la tolérance (les Juifs), avant de se tourner vers le Nouveau Testament. En analysant les récits des évangiles, il se pose la question de savoir si la Bible prône l'intolérance. Même si la réponse lui parait négative, il semble que les chrétiens n'aient pas tenu compte du message biblique et aient détourné le message de Jésus. Il commence donc une véritable attaque contre le christianisme.

Exemples de tolérances et d'intolérances

Du chapitre 15 au chapitre 19, Voltaire s'exprime par fragments et de manière décousue. Il propose désormais 5 articles pour illustrer son propos en ayant recours à la fiction plus qu'à des faits concrets. En réalité, il évoque dans ces chapitres des querelles de son siècle en utilisant les procédés qu'il connait bien et qu'il utilise dans ses ouvrages. Les 5 articles sont composés ainsi :

  • Témoignages contre l'intolérance : il y cite plusieurs personnalités religieuses prônant la tolérance,
  • Dialogue entre un mourant et un homme qui se porte bien : dans ce texte dramaturgique, il met en parallèle la barbarie de l'intolérance avec la piété d'un mourant,
  • Lettre écrite au jésuite Le Tellier, par un bénéficier, le 6 Mai 1714 : dans une lettre, un préfet explique de manière concise et très crue les moyens qu'il a de se débarrasser physiquement des "ennemis de l'Eglise",
  • Seuls cas où l'intolérance est de droit humain : Voltaire décrit les cas dans lesquels il ne faut pas être tolérant. Il le fait abusivement et selon ses croyances personnelles,
  • Relation d'une dispute de controverse à la Chine : dans ce texte de fiction, des religieux d'ordres différents se disputent devant un Mandarin qui comprend que leur querelle est vaine.

Vers la tolérance universelle ?

Enfin, des chapitres 20 à 24, Voltaire propose d'élargir sa réflexion à l'universel. Il a démontré avec de nombreux exemples l'absurdité de l'intolérance et appelle désormais les Hommes à la piété. Il y fait une critique de la hiérarchie religieuse : il reproche notamment aux ecclésiastique leur goût pour l'argent, la fortune et le pouvoir. Voltaire critique aussi les rites multiples qui sont sources de conflits entre les Hommes. Au delà de cette dénonciation religieuse, c’est un appel à la tolérance entre les hommes. Il montre que les pratiques ou les rites religieux sont des sources de conflits entre les hommes. Voltaire appelle à la liberté dans la pratique de la religion ce qui rejoint son déisme. Le déisme de Voltaire, c’est la reconnaissance d’une divinité, le fait qu’il faut dépasser des pratiques rituelles, le rejet de toutes les formes de violence aussi bien sur le plan religieux que social. Cela inclut tous les "Dieu", pas seulement celui des chrétiens. Il adresse ensuite une prière à Dieu, sorte d'hymne à la fraternité. En réalité, on peut clairement lire que Voltaire adresse cette prière aux Hommes plus qu'à Dieu. Si l'on prend l'expression :

"Tu ne nous a point donné un cœur pour nous haïr et des mains pour nous égorger"

Voltaire écarte ici la responsabilité divine pour mettre en avant celle des Hommes. Dieu a donné des capacités aux hommes mais eux les utilisent mal. Voltaire met donc en cause dans le texte la responsabilité des hommes dans leur manière de vivre entre eux. Le Traité s'achève lorsque Voltaire laisse parler la nature, élément supérieur à l'humanité et à tous les conflits qui la ronge.

Conclusion : un traité symbole de la philosophie des Lumières

Quelles étaient les idées des lumières sur la religion ? Entre critique de la monarchie, de l'injustice des privilèges et de l'obscurantisme des masses, les Lumières étaient résolument engagés à faire changer la société !

Ce qui ressort du Traité sur la Tolérance, c'est l'intolérance qui règne en France à l'époque. En effet, Jean Calas n'est pas un cas isolé : c'est un martyr moderne, victime de "l'infâme", qui est pour lui la superstition, les abus des institutions religieuses et l'intolérance sous toutes ses formes. Le but de Voltaire est d’amener les hommes à une tolérance mutuelle sur le plan religieux et social. C’est un appel à la fraternité entre les hommes. C’est un texte qui développe également le déisme de Voltaire : condamnation de la hiérarchie et des pratiques religieuses qui divisent les hommes. Ce texte fait partie du combat qu’ont mené au XVIIIème siècle les philosophes pour la tolérance et le respect entre les hommes. Ce combat comprend notamment l'espoir dans le progrès de l'Homme contre l'obscurantisme. Ainsi, Voltaire souhaite que la France évolue et rattrape un certain retard intellectuel et moral. Vous connaissez désormais tout ce qu'il faut savoir sur le Traité sur la Tolérance et pourrez briller lors de vos contrôles de français, mais aussi appréhender ce type de sujet, en français ou en histoire, avec des bases constructives. Superprof vous invite à consulter nos autres articles de français ou même à prendre des cours particuliers de français sur notre site !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,75/ 5 pour 8 votes)
Loading...

Mathieu

Animé par la découverte et l'acquisition des connaissances, je suis passionné par les mythes et la culture populaire. J'aime l'écriture, les jeux vidéo et la tartiflette. La dalle angevine me donne soif de savoirs !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar