Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment reconnaître les différentes chanteuses selon leur organe vocal ?

De Thomas, publié le 06/08/2019 Blog > Musique > Chant > Quels sont les Types de Voix Femme en Chant ?

Il vaut mieux être une bonne chanteuse populaire qu’une mauvaise chanteuse d’opéra– Maria Callas

Le chant et la technique vocale sont des disciplines bien particulières, où se mêlent les cordes vocales et la respiration, associées à un professeur de chant qui dirige le tout. Hommes et femmes n’ont pas les mêmes types de voix, et quand cela est le cas, on le souligne.

En effet, la taille des cordes vocales ou la cavité résonante (comme la bouche, par exemple) sont des éléments concrets, qui permettent de nous faire affirmer qu’il existe des types de voix souvent propres à chaque sexe. La femme, par exemple, possède plusieurs tessitures, selon les personnes.

C’est la raison pour laquelle on en retrouve qui font du chant lyrique, et d’autres qui ont un timbre beaucoup plus baryton. C’est de cette manière que, devant un milieu ouvert à tous, le nombre d’artistes musicaux en France a triplé depuis les années 1980.

Mais alors quels sont les différents types de voix féminines ? C’est ce qu’on va voir tout de suite !

Quatre catégories de voix féminines

Quelle est la différence entre une tessiture et une voix féminine ? Il existe quatre grands types de voix féminins, du plus grave au plus léger. Dans quelle catégories rangeriez-vous Mariah Carey ?

On le verra plus tard, les choses ne sont pas si simples que ça, mais en résumé, il existe quatre grand types de voix féminines. De la plus grave à la plus aiguë, elle vont permettre de faire de l’art lyrique, autant que chanter avec un violon ou encore reproduire des sons baroques. Mais alors quelles sont ces quatre voix ?

Les voix grave de femme

Tout d’abord, en haut de l’échelle, on retrouve la contralto, qui, il faut bien le dire, est assez rare. Présente également chez les enfants de manière encore plus rare, cette échelle indique une voix grave, très grave. Un timbre plein de chaleur, qui nous enveloppe et nous berce, à l’instar de Maurane.

Et parmi les contraltos célèbres, qui donnent envie de s’envelopper dans leur voix, on retrouve :

  • Marian Anderson,
  • Jocelyne Taillon,
  • Marie-Nicole Lemieux,
  • Delphine Galou,
  • Nathalie Stutzmann,
  • Et bien d’autres encore !

On retrouve également, chez les femmes (et chez les enfants), la voix d’alto. De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’une voix de femme grave, que l’on assimile à la voix de contre-ténor chez les hommes. Depuis le 19ème siècle, ce type de voix s’étend du sol 2 au mi 4.

Il n’en reste pas moins que la voix d’alto est souvent assimilée à la voix dite « naturelle », qui reprend au mieux les codes lyriques, la diction et le timbre de voix les plus simples à mettre en place pour nous.

Mais qu’en est-il des voix féminines aiguës ? À quoi les reconnaît-on ?

Les voix plus aiguës de femme

Pourquoi classifier les voix féminines ? Les enfants peuvent eux aussi être catégorisés dans les voix de femmes graves, sachez le !

Les voix les plus musicales et harmoniques sont souvent – parfois à tort – assimilées aux voix aiguës. Et pourtant, elles sont parmi les plus présentes chez les femmes, et se déclinent en deux grands types :

On retrouve d’abord les mezzo-sopranos, qui pourrait être qualifiée de voix intermédiaire, à la fois légère et riche musicalement. En effet, une femme à la voix mezzo soprano pourra chanter bon nombre de techniques vocales, sa tessiture lui permettant de faire partie d’une chorale au même titre que de chanter des musiques actuelles.

Ce type de voix est assez répandu chez les femmes, si bien qu’une belle partie du répertoire musical français lui est dédié. Elle est représenté par des chanteuses comme Cecilia Bartoli, Marilyn Horne, Brigitte Fassbaender, Cathy Berberian, Anne-Sofie von Otter, Maria Malibran, et bien d’autres encore !

Vient ensuite une voix plus aiguë, la voix de soprano. Très répandue chez les femmes et chez les enfants, elle permet de chanter un nombre immense de chants et de mélodies, avec une virtuosité que la cantatrice Maria Callas incarne très bien, par exemple !

Mais ça n’est pas la seule ! Et parmi les soprano les plus célèbres, on retrouve :

  • Montserrat Caballe,
  • Régine Crespin,
  • Elisabeth Schwarzkopf,
  • Patricia Petibon,
  • Barbara Hendricks,
  • Ninon Vallin,
  • Et bien d’autres encore !

Et si ça n’était pas tout ? Et si le monde vocal était encore plus riche et passionnant que ça ? Et bien coup de théâtre, c’est le cas !

Car oui, on retrouve des sous-catégories de voix féminines, qui vont nous permettre de se placer au mieux sur la courbe des voix qui existent et, de ce fait, de chanter des chansons bien plus adaptés, plus agréables pour les autres, mais aussi pour nous !

Les sous-catégories de voix féminines

Comment classer sa voix quand on est une femme ? On peut avoir du coffre et ne pas savoir quoi en faire lorsqu’on est une femme. Et bien la classification va permettre de réaliser que l’on peut chanter telle ou telle chanson !

Et oui, alors qu’on distingue les voix féminines en quatre grandes familles, il convient parfois de savoir les classifier encore plus précisément, de sorte à les ranger dans différentes cases et techniques musicales. Diaphragme, larynx, phonation, audition, autant de critères qui rendent la voix et les vocalisent plus ou moins spécifiques.

Il existe trois grandes sous-familles de voix : les voix légères, les voix lyriques, et les voix dramatiques. De la plus claire à la plus sombre, elle regroupe un chant des possibles assez vaste, au sein d’un seul et même type de voix. Vous voilà prête à chanter ce qui vous correspond !

Les légères seront les plus aptes à enchaîner avec agilité les sons, au moyen de quelques notes aiguës en plus des autres. Les voix lyriques, quant à elle, représentent la catégorie intermédiaire chez les femmes, alors que les voix dramatiques sont les moins agiles, mais les plus à l’aise dans les graves.

Un exemple de voix féminine

Prenons l’exemple de la voix soprano ! Au début de sa carrière, Nathalie Dessay était soprano léger, et pouvait de ce fait, chanter avec une voix très aiguë, accompagnées de vocalises et de rythmique très précis.

On a souvent tendance à ajouter une sous-catégorie supplémentaire au-dessus des légères : les soprano colorature, qui ont une quinte de plus. En bref, un monde s’offre à nous : le monde de la technique vocale !

La soprano lyrique est celle qu’on a tendance à appeler une « soprano » tout court ! Plus puissante qu’une soprano légère, elle permet aussi des exercices vocaux plus étendus, plus d’expression finalement ! Dans l’oeuvre de Giacomo Puccini, Madame Butterly, c’est à ce type de voix que l’on fait appel !

Enfin, on retrouve aussi cette soprano dramatique, qu’incarne à merveille la fameuse cantatrice Maria Callas, dont nous parlions tout à l’heure. Il s’agit de la sous-catégorie de voix la plus grave, où la tonalité devient plus sombre, plus puissante aussi. Elle possède une ou deux notes plus grave que la voix soprano lyrique.

L’intérêt de classer les voix de femmes

Peut-on changer de type de voix quand on est une femme ? Imaginez : vous ne savez pas quel type de voix vous avez et vous chantez comme Amalia Rodrigues ! Il serait dommage de se priver d’un tel organe !

La magie des coloratures vocales n’aura de cesse de nous impressionner ! Quoiqu’il en soit, les classer va permettre aux femmes de placer leur voix sur l’échelle vocale, et d’être plus à même de se voir proposer des chants adaptés, selon les répertoires et les compositeurs.

Le plus important est donc de bien savoir se placer sur l’échelle des voix, de sorte à ne pas définir sa carrière de chanteuse sur une erreur. Car, très logiquement, voix basse ou voix aiguë, chaque tessiture se verra proposer des types de musiques bien différents.

Imaginez ? Vous pensez avoir une voix grave, vous décidez de chanter du hard rock, alors même que vous êtes une soprano léger ! Le comble ! Un exemple un peu poussé qui indique toutefois bien qu’apprendre à connaître ses capacités est important.

N’hésitez pas à vous rapprocher d’un professeur de chant (sur Superprof par exemple) pour vous aider à trouver votre voix (sans mauvais jeu de mot bien sûr !), sous la direction de son oreille experte. Car une chanson peu adaptée à sa voix, c’est l’assurance de se tromper et de se fatiguer les cordes vocales.

Pour le petit point historique, ça n’est qu’au début du 19ème siècle que les sous-catégories de voix pour les femmes sont apparues. Avant le milieu du 18ème siècle, on distinguait les voix masculines et les voix féminines, avec simplement pour distinction les voix graves et les voix aiguës.

Les types de voix se sont peu à peu affinés, jusqu’à atteindre les coloratures dramatique ou lyrique que l’on vient de voir, au début du 19ème. Ces qualifications ont permis aux chanteuses de performer sur des sons beaucoup plus adaptés à leur timbre, et à pouvoir sublimer ces mêmes sons.

Vibrato, voix de tête, échauffement, solistes, tout un tas de termes et d’univers se sont alors perfectionnés, donnant à voix le geste vocale non plus comme un acte irréfléchi, mais comme une réelle technique qui ne distingue plus seulement les voix féminines et des voix masculines, mais bien les sous catégories qui y sont liées.

Le plus vous vous sentiez à l’aise avec votre voix, le plus de progrès vous ferez rapidement et sans effort, ou presque ! Alors, prête à sauter le grand pas et à faire tester votre voix ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar