Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les cours particuliers contre l’échec à l’école

De Alexia, publié le 10/09/2019 Blog > Cours particuliers > Prendre des Cours Particuliers > Pourquoi Faire Appel au Soutien Scolaire pour Eviter le Décrochage ?

« Un problème sans solution est un problème mal posé. » Albert Einstein

Le décrochage scolaire est un processus conduisant tous les ans un grand nombre de jeunes à quitter le système de formation initiale sans avoir obtenu un baccalauréat, un diplôme type CAP ou BEP ou équivalent (selon le décret n°2010-1781 du 31 décembre 2010).

En France, l’éducation nationale estime que le décrochage scolaire est en nette régression depuis 2010 grâce à une politique de grande ampleur inscrite dans un cadre européen. Le nombre de jeunes sortant sans qualification du système scolaire est passé de 140 000 en 2010 à 110 000 en 2014 et à 98 000 en 2016.

Le soutien scolaire permet de faire reculer l’échec scolaire en redonnant confiance en leurs capacités aux élèves et en leur permettant d’améliorer leurs notes pour poursuivre leurs études.

Quand un élève est-il en décrochage scolaire ?

Comment prévenir l'échec à l'école ? Problèmes familiaux, difficultés scolaires, isolement… Les facteurs causant le décrochage scolaire sont multiples.

Selon le rapport de diagnostic de la Modernisation de l’Action Publique (MAP), le décrochage scolaire est la conséquence d’un désintérêt progressif d’un élève pour l’école. De nombreux facteurs sont responsables de l’échec scolaire.

Pour mieux comprendre, voici plusieurs mises en situation :

  • Pierre entre en sixième. Il a des difficultés scolaires. Ses conditions économiques et sociales rendent le travail à la maison difficile. Ses parents ne parviennent pas à l’aider dans ses devoirs car leur niveau de diplôme est trop bas et leur travail trop prenant. Au fur et à mesure de son avancée dans les années collège, Pierre se sent perdu. Il est orienté vers un CAP alors qu’il rêvait de faire des études littéraires. Il décroche alors dès la première année.
  • Anna vient d’un quartier difficile en région parisienne. Ses parents viennent de divorcer et sa structure familiale est donc bouleversée. Anna ne comprend pas les programmes scolaires et les règles du collège. Les modalités d’évaluation ne lui conviennent pas et elle redouble sa quatrième, entraînant un échec scolaire qui lui fera quitter les bancs de l’école.
  • Sarah est surdouée mais elle n’a pas été diagnostiquée. Au collège, elle s’ennuie et elle s’exclue peu à peu du système, s’éloignant aussi de ses camarades de classe. L’organisation scolaire ne lui convient pas, elle a du mal à suivre les règles et ne comprend pas à quoi sert l’école. Ses parents décident alors de la retirer du système scolaire pour faire l’école à domicile.
  • Thomas a des problèmes de santé récurrents qui lui font manquer des cours régulièrement. Le changement de cycle entre la primaire et le collège est difficile pour lui et il a du mal à rattraper les cours qu’il manque. Le climat scolaire ne lui plaît pas non plus et il a du mal à se faire des amis. Ses parents décident de lui faire l’école à la maison.

A quel âge un enfant peut-il quitter l’école dans les faits ? En réalité, il n’existe pas une seule réponse à cette question :

  • Dès l’âge de 6 ans, l’élève peut recevoir une instruction à domicile prodiguée par les parents (et le soutien scolaire) jusqu’à 16 ans minimum,
  • Dès l’âge de 14 ans, l’enfant peut quitter le collège pour faire un apprentissage et choisir un métier,
  • La loi Berthoin de 1959 indique que le parcours éducatif est obligatoire jusqu’à 16 ans (collège, lycée, apprentissage).

Même si le décrochage scolaire est souvent lié à de mauvais résultats à l’école, les élèves en décrochage ne sont pas tous en échec scolaire. Quitter le système éducatif peut relever d’un choix lié à ses propres convictions.

L’US Census Bureau a relevé différentes motivations à choisir l’instruction à domicile (avec les parents et du soutien scolaire) :

  • La supériorité de l’éducation prodiguée par les parents,
  • La mauvaise qualité de l’environnement scolaire,
  • L’objection au contenu des programmes scolaires,
  • Le niveau insuffisant de l’enseignement scolaire.

Ainsi, décrochage scolaire ne veut pas forcément dire échec scolaire, mais échec scolaire ne signifie pas non plus manque de capacité de l’élève.

Généralement, le décrochage est la conséquence d’un désintérêt pour l’école. Alors comment y remédier ? 

Que fait l’Education Nationale pour lutter contre le décrochage scolaire ?

Comment éviter le décrochage scolaire ? Beaucoup de lycéens sèchent les cours par manque d’intérêt. (source : 13 Reasons Why)

La lutte contre le décrochage est un enjeu majeur des politiques éducatives. C’est un enjeu humain, un défi social et un coût économique majeur pour la France.

Pour de nombreux élèves, l’école contribue à leur mal-être et le décrochage a pour conséquence une baisse de l’estime de soi. En outre, les décrocheurs scolaires ont plus de risques de ne pas réussir leur insertion sociale et professionnelle.

Le décrochage scolaire génère des coûts importants pour la société, supérieurs à ceux correspondant à l’action des politiques publiques dans ce domaine. Le décrochage d’un jeune est évalué à 230 000 euros soit près de 30 milliards de dette contractée chaque année.

Le décrochage est donc nocif à la fois pour l’élève mais aussi pour la société.

Le décrochage scolaire au sein de l’UE

La France suit les directives de l’Union Européenne dans ce processus. Ainsi, en juin 2010, les enjeux pour les systèmes éducatifs européens restaient les mêmes :

  • Réduire le taux d’abandon scolaire,
  • Améliorer les niveaux d’éducation,
  • Favoriser l’inclusion sociale.

L’objectif est de faire passer le taux d’abandon scolaire au sein de l’UE sous la barre des 10 % d’ici 2020.

La Commission Européenne appuie les actions de la France, notamment à travers le projet TITA (Training, Innovative Tools and Actions), fournissant des outils de formation et d’accompagnement aux équipes pluri-professionnelles des établissements scolaires de plusieurs pays européens.

Les actions menées par la France contre le décrochage scolaire

Depuis 2010, la lutte contre le décrochage scolaire fait l’objet d’une action interministérielle afin de repérer et d’accompagner au mieux les jeunes en situation de décrochage.

  • Mise en place d’un outil de repérage, le SIEI (système interministériel d’échange d’informations),
  • Mise en place de plateformes de suivi et d’appui aux élèves décrocheurs (PSAD) pour trouver une solution personnalisée à chaque jeune,
  • Renforcement de la dimension partenariale donnant la priorité sur la prévention,
  • Comités de pilotage réguliers rassemblant l’ensemble des partenaires,
  • Correspondant académique en charge de la lutte contre le décrochage scolaire dans chaque académie : animation et pilotage du plan en lien avec l’ensemble des acteurs locaux.

Les résultats sont plus qu’encourageants depuis 2010 puisque le décrochage scolaire connaît une forte baisse. Le taux de jeunes en dehors de tout système de formation et sans diplôme du second cycle du secondaire s’élevait au printemps 2017 à 8,8 %. Ce taux a baissé progressivement à 9,7 % en 2013 puis 9,5 % en 2015, montrant l’efficacité des mesures mises en place par l’Education Nationale.

Ces mesures sont efficaces mais ne suffisent pas toujours à remotiver un élève en rupture avec l’école et sa scolarité. Alors quelles sont les solutions pour pallier les manques de l’Education Nationale ? 

Le soutien scolaire pour faire remonter les notes de l’élève

Pourquoi faire appel aux cours particuliers ? Le soutien scolaire permet un accompagnement personnalisé.

Le décrochage scolaire peut se profiler si l’élève n’obtient pas des notes suffisantes pour obtenir son brevet ou la formation qualifiante qui lui plaît. L’élève peut alors être démotivé et se laisser complètement aller sur la pente descendante jusqu’à l’abandon simple du système éducatif.

Pourtant, des cours de soutien scolaire réguliers peuvent remettre l’élève sur le chemin de la réussite scolaire pour un avenir professionnel correspondant à ses choix. La prise en charge des jeunes par un professeur particulier permet de travailler en fonction des points forts et des points faibles des élèves :

  • Cours de maths,
  • Cours de français,
  • Cours d’histoire-géo,
  • Cours de physique-chimie,
  • Cours de SVT,
  • Cours d’anglais,
  • Cours d’espagnol…

Une remise à niveau est possible quelque soit la matière dans laquelle l’élève a des difficultés et quelque soit son niveau scolaire. L’enseignant à domicile assure un accompagnement personnalisé pour permettre aux élèves de réussir leur brevet, leur baccalauréat général, leur CAP ou leur concours aux grandes écoles.

Le soutien scolaire : la solution pour faire aimer l’école

Pourquoi choisir le soutien à domicile ? Le coaching scolaire permet de redonner confiance en ses capacités à un élève.

Autre problème : les élèves n’aiment pas l’école. Et cela peut se démontrer par les chiffres de l’absentéisme, toujours élevés : 5,6 % des élèves ont été en moyenne absents de façon non justifiée quatre demi-journées par mois ou plus pour l’année scolaire 2017-2018 selon le Ministère de l’Education Nationale.

L’absentéisme peut mener à un décrochage scolaire et il est plus élevé dans les lycées professionnels que dans les lycées d’enseignement général et technologique et les collèges.

Les élèves sont souvent en rupture avec la manière d’enseigner des professeurs ou avec les professeurs eux-mêmes. Souvenez-vous vos années collège, je suis sûre qu’un professeur a pu vous dégoûter d’une matière ou au contraire vous la faire adorer. Pour moi, c’étaient les mathématiques. Mes profs de sixième, cinquième et quatrième m’ont fait détesté cette matière et il a suffi d’un professeur en troisième, plus pédagogue, pour me faire apprécier les maths. 

Le soutien scolaire peut permettre de rendre l’école plus attrayante grâce à la mise en place d’une relation privilégiée avec un prof à domicile et une pédagogie différente.

Les échanges avec le professeur sont plus nombreux et plus constructifs. Le soutien scolaire ne fonctionne pas dans une logique de notation mais d’accompagnement et de droit à l’erreur pour progresser. L’élève peut apprendre de nouvelles méthodes de révisions pour plus d’efficacité.

L’enseignement à domicile, outre le fait d’améliorer les notes de l’élève, lui font surtout aimer l’école, évitant ainsi le risque de décrochage scolaire.

Alors, quand est-ce que vous vous y mettez ? 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 2,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...
avatar