Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Pourquoi les maths plaisent à certains et sont horribles pour d’autres ?

De Pauline, publié le 10/02/2016 Blog > Soutien scolaire > Maths > Explications Relatives à la Peur des Maths

D’après Anne Siety, auteure de Qui a peur des mathématiques ? Le fait de ne pas être bon en mathématiques ne signifie pas une intelligence inférieure à ceux qui les adorent. Ouf, on en aurait presque douté.

Quand on n’aime pas les maths, on a du mal à se mettre au travail, on rechigne, on manque de motivation, etc.

Parfois même, la douleur prend le pas sur l’aversion des mathématiques, si bien que l’idée même d’un contrôle provoque maux de têtes, vomissements ou douleurs abdominales épouvantables.

À contrario, les amateurs de nombres, d’équations et de figures géométriques se réjouissent des nouveaux exercices à venir et des défis qu’ils représentent. Ces derniers sont stimulés et éprouvent même du plaisir dans la confrontation aux problèmes.

Qu’est-ce qui différencie les uns des autres ?

Pourquoi certaines personnes adorent les maths tandis que d’autres les détestent ? Tachons d’y voir plus clair…

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Désamour des mathématiques : la faute à l’école ?

Les amateurs de mathématiques reconnaissent volontiers que le système d’apprentissage scolaire des maths n’est pas des plus sexy.

En effet, les cours de mathématiques sont faits très simplement sur le modèle de la découverte, de l’exposition de la règle et de l’entraînement. La plupart du temps déconnectée du réel, cette matière ne parvient pas à capter l’attention des élèves qui auraient besoin d’une autre approche, à la fois plus concrète et plus vivante.

Il ressort souvent que les mathématiques sont ennuyeuses, qu’elles consistent seulement à accumuler les exercices des manuels sans autre intérêt que celui d’aller au chapitre suivant pour suivre le programme de l’Éducation Nationale.

À l’école encore, on associe souvent le fait de devenir bon en maths à l’intelligence. Eh oui, les mathématiques étaient considérées (et le sont toujours…) comme un critère de sélection.

On dit même souvent vouloir : ré-apprendre les maths !

La sacro-sainte délimitation entre les BONS et les MAUVAIS. Du coup, les élèves à la traîne se mettent à ressentir de la frustration allant parfois jusqu’à de la honte, se pensant moins intelligents que les autres, voire même moqués.

Pourquoi certains enfants ont peur des mathématiques ? Affrontez votre peur des maths !

Qui parmi vous, chers lecteurs, n’a pas connu de sueurs froides au moment de passer au tableau faire une démonstration devant 28 paires d’yeux ?

Tout commence très tôt, les mathématiques étant un savoir cumulatif, c’est-à-dire que chaque chapitre est important pour comprendre et maîtriser le suivant.

En clair, vous loupez la base et la tour ne peut pas se construire. Il est donc capital d’agir au plus tôt pour éviter de décrocher et de connaître une scolarité pénible qui influencera jusqu’au choix de l’orientation, du type de bac et des études supérieures.

Pourquoi les maths plaisent à certaines personnes : une question de cerveau ?

Il y a toujours eu les bons et les mauvais élèves en maths.

Quel est donc cet élément extraordinaire qui fait que des personnes semblent avoir des facilités extraordinaires à dialoguer avec Pythagore et les fonctions affines ?

Les amateurs des inconnues x et y déclarent qu’ils n’ont jamais rencontré de difficultés particulières avec les mathématiques et qu’ils ont été passionnés très tôt.

Ainsi, comme témoigne Florian, un docteur en mathématiques, tout a commencé avec les premières énigmes mathématiques de l’école primaire. (Si Pierre à 10 billes et qu’il en perd 3 …). À l’université, il a rencontré ce qu’il appelle des « objets merveilleux », les vraies démonstrations, les anneaux, les corps, etc.

Aujourd’hui encore, il continue à découvrir les mathématiques avec goût et des étoiles plein les yeux. Mais qu’a-t-il de particulier ?

Pour être bon en maths, il faut posséder un bon esprit de synthèse, une certaine intuition, mais aussi un côté créatif (ah bon ?).

Qu'est-ce qui nous fait aimer ou détester les maths ? Les maths : une aptitude de naissance ?

Einstein n’était-il pas un doux rêveur ?

On ne peut donc pas résumer de façon binaire en disant que les matheux sont plus « cerveau gauche », lieu de la raison et de l’analyse, ils mobilisent également le cerveau droit, souvent décrit comme le lieu de la créativité et des émotions.

En réalité, les deux hémisphères du cerveau fonctionnent en étroite collaboration, si le côté gauche s’occupe de traiter les données étape par étape, le côté droit est plus spécialisé dans le traitement de la simultanéité et de la vue d’ensemble. Qu’on se le dise, nous employons bien les deux, bons en maths ou pas !

Mise au point sur la bosse des maths : il s’agit d’une idée reçue.

La bosse des maths telle que Frantz Gall, célèbre neurologue allemand, l’a définie, à savoir une bosse sur le crâne impliquant des facilités avec cette matière, n’existe pas.

Aujourd’hui, cette expression a perdu son sens premier et est plutôt utilisée pour caractériser quelqu’un qui se sent à l’aise avec la discipline.

Pourquoi les enfants qui n’aiment pas les maths ont-ils mal quelque part ?

Une étude publiée par l’université de Chicago en 2012 a révélé que les douleurs corporelles seraient le résultat d’une anticipation active d’un exercice. Autrement dit, le simple fait de penser à la situation stressante active la zone cérébrale associée à la douleur.

Édifiant, non ?

La peur des mathématiques est également corrélée à la sphère des émotions.

Pourquoi les enfants sont-ils effrayés par les maths ? Les maths en préoccupent certains !

En fait, sans qu’on s’en aperçoive, les mathématiques sont connectées à des émotions douloureuses passées qui viennent paralyser l’élève et le rendent impuissant face à la matière. Derrière une racine carrée se cache des interrogations sur sa place dans la famille, derrière les fonctions, ce sont les non-dits qui jouent à cache-cache.

De même, un traumatisme vécu en classe, comme une honte paralysante au tableau au moment de résoudre une équation devant tous les petits camarades, avec brimade du professeur qui ne comprend pas comment l’élève ne peut pas résoudre le problème, peut laisser une trace indélébile.

Il en ressort une aversion pour les mathématiques entraînant un échec et un décrochage dans la matière avec les symptômes et conséquences que l’on connait.

Pourquoi déteste-t-on les mathématiques ?

Les mathématiques sont une discipline qui demande des efforts, un travail régulier, de l’entrainement et de la mémorisation.

Certaines personnes, capables de produire ce travail dans d’autres matières se voient paralysées par des causes qui leur sont propres, empêchant un apprentissage normal.

Les blocages cognitifs liés aux mathématiques sont souvent liés à des souvenirs douloureux de professeurs de mathématiques. Méprisant, sévère, peu souriant, froid, autant de qualificatifs qui reviennent régulièrement dans les témoignages d’élèves blessés. On parie que vous avez un M. ou une Mme en tête…

Certains grands chercheurs disaient même qu’il n’y avait pas de mathématiques sans larmes, autant des larmes de difficultés que de joie d’avoir trouvé, mais des larmes quand même.

Puisque les mathématiques sont une discipline abstraite incarnée par le professeur, si on bloque sur son profil, on bloque avec les mathématiques tout simplement.

Il est donc important de ne pas laisser cristalliser une peur ou un problème relationnel, les parents doivent à la fois prendre le temps de faire le point avec l’école et mettre en place un protocole de soutien à la maison et à l’extérieur si besoin avec l’aide d’un pédopsychologue.

Comment aider un enfant qui a peur des mathématiques ?

Parfois, les cours particuliers ne sont pas la solution magique à ce blocage, et il est nécessaire de parler de ses angoisses à un psychologue. Anne Siety a d’ailleurs proposé une typologie des erreurs qui en dit long sur le rapport des enfants aux mathématiques :

S'améliorer en mathématiques avec des cours de maths. Comment aider les enfants en maths ?

  1. Erreur symbolique qui a trait aux questionnements de l’enfant et à son caractère
  2. Erreur de proximité ou erreur bête
  3. Erreur de progrès : apprendre une nouvelle règle et oublier la précédente
  4. Erreur poétique : inversion des mots pour passer d’abscisses à abysse.

Le rôle des parents est aussi capital pour aider l’enfant à reprendre confiance en lui et en ses capacités.

Une personne nulle en mathématiques peut réussir en maths et  avoir un niveau tout à fait honorable une fois les blocages en maths envolés, et donc poursuivre dans une voie avec des mathématiques (un bac S et une école vétérinaire par exemple).

Quelques astuces pour repartir du bon pied avec les maths :

  • Toujours valoriser les points obtenus
  • Mettre en avant les tentatives pour y arriver
  • Ne pas punir en mettant l’échec sur un manque de travail et de sérieux
  • Être à l’écoute des peurs et des angoisses
  • Faire des jeux et des énigmes mettant en scène des questions mathématiques. Et oui, s’est possible d’apprendre les maths en s’amusant !

Moralité, lâchez du lest !

A la question « Pourquoi les maths plaisent à certains et sont horribles pour d’autres », il existe une multitude de réponses.

Pour les premiers, il y a peut-être une question d’aptitude naturelle, de facilité à la base dans l’apprentissage des mathématiques, de capacité d’abstraction.

Pour les seconds, il peut s’agir d’un traumatisme dans les petites classes (ou au cours de la scolarité), de méthodes qui ne sont pas adaptées au fonctionnement cognitif de l’enfant (on pense par exemple aux enfants précoces ou hyperactifs).

En tout cas, le plus important est de savoir identifier les difficultés en mathématiques le plus tôt possible pour proposer des solutions adaptées, d’un soutien psychologique ponctuel pour dépasser les blocages en maths en passant par des cours particuliers dispensés par un SuperProf !

Le rôle des professeurs de mathématiques et des méthodes d’enseignement ne sont pas pour rien dans le fait d’aimer ou de détester les mathématiques.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz