"Il convient d'être très prudent dans l'utilisation de ces classements des écoles d'ingénieurs. En effet, certaines écoles très bien classées peuvent ne pas convenir à un élève et inversement, des écoles mal classées peuvent proposer un cursus spécifique parfaitement adapté à un profil d'élève." Edouard Morice

Selon E. Morice, directeur de Cours Thalès et professeur agrégé, il faut nuancer l'utilité des listes des meilleures écoles d'ingénieurs car celles-ci ne dressent pas un inventaire exhaustif de toutes les formations disponibles.

Chaque année, environ 30 000 étudiants sortent diplômés d'une école d'ingénieur, dont certains sont inscrits dans l'une des 154 grandes écoles d'ingénieurs de France.

La France comptait, au 1er septembre 2019, un total de 205 écoles d'ingénieurs accréditées.

Vous envisagez de vous former dans un cycle ingénieur après le bac (prépa aux grandes écoles, formation d'ingénieur généraliste, ingénieur en informatique, en agronomie, ingénieur en génie-civil, aux télécommunications, travaux-publics, ingénieur en aéronautique, etc.) ?

Voici un top 10 des meilleures écoles d'ingénieurs en France.

1. Grandes écoles d'ingénieurs : Polytechnique

Surnommée l'"X", Polytechnique est une école militaire située à Palaiseau (Essonne), placée sous la tutelle du ministère des Armées.

Comment rejoindre les écoles d'ingénieurs ?
L'ingénierie informatique : un métier de plus en plus à la pointe des technologies !

Depuis sa création en 1794, l'école assure la formation des ingénieurs dans de multiples secteurs, aux grades les plus prestigieux.

Les étudiants sont recrutés par un concours considéré comme l'un des plus difficiles, comparativement aux autres concours d'admission en classes préparatoires.

L'école forme dès le niveau post-bac et délivre donc des diplômes de bachelor, des masters et le "doctorat de l'école Polytechnique".

Les polytechniciens intègrent les grandes entreprises privées ou deviennent de haut-fonctionnaires de l'Etat, dans l'administration civile ou militaire.

Un nombre d'ingénieurs non négligeable s'engage également dans la recherche et développement et/ou deviennent enseignants-chercheurs.

L'enseignement et la recherche couvre dix départements de formation de pointe :

  • Biologie,
  • Economie,
  • Chimie,
  • Informatique,
  • Humanités et sciences sociales,
  • Mathématiques,
  • Mathématiques appliquées,
  • Langues et cultures,
  • Mécanique,
  • Physique.

Les programmes d'enseignement de haut-niveau sont les suivants :

  • Le Bachelor of science : un programme après le bac en trois ans,
  • Le cycle ingénieur polytechnicien : programme en quatre ans en formation scientifique (2 ans), et en sciences sociales, et professionnalisation,
  • Le cycle master, en deux ans,
  • Les Graduate degree : master en anglais, sur deux ans,
  • Doctorat, en trois ans,
  • Programme doctoral en 5 ans.

L'école Polytechnique, prestigieuse pour les élites, est souvent au centre du viseur des sociologues et des syndicats, qui déplorent une ségrégation sociale aggravant les inégalités, la technocratie et le phénomène de pantouflage (les transferts entre la haute fonction publique et les grandes entreprises).

2. Grandes écoles d'ingénieurs : CentraleSupélec

L'école CentraleSupélec est née en 2015 à l'issue de la fusion entre Supélec et l'Ecole centrale Paris.

CentraleSupélec est une école supérieure d'électricité, dont la finalité initiale était, à sa fondation en 1894, de former les ingénieurs pour développer l'industrie électrique, alors en plein essor en France.

Le centre de recherche de CentraleSupélec possède 15 laboratoires de recherche, dans de nombreux domaines d'activités : physique, chimie, énergie, électronique, télécommunications, optique, informatique, mathématiques, génie industriel, économie, management.

L'école est en 2020 la deuxième meilleure école d'ingénieur de France selon le journal L'Etudiant et la quatrième selon L'Usine Nouvelle.

Jusqu'en 2021, l'école délivre deux diplômes :

  • Le diplôme d'ingénieur diplômé de l'école centrale des arts et manufactures,
  • Le diplôme d'ingénieur diplômé de l'école supérieure d'électricité.

L'Ecole Centrale de Paris était l'une des plus anciennes et une des écoles d'ingénieurs les plus prestigieuses de France.

3. Grandes écoles d'ingénieurs : INSA Lyon

L'INSA, c'est l'Institut National des Sciences Appliquées.

Comment intégrer les meilleures écoles ?
L'INSA Lyon : l'un des meilleurs lieux où se former !

Il y a, en France, sept établissements publics d'enseignement et de recherche de l'INSA :

  • INSA Rennes,
  • INSA Centre Val de Loire,
  • INSA Toulouse,
  • INSA Lyon,
  • INSA Strasbourg,
  • INSA Rouen,
  • INSA Hauts-de-France.

Les INSA forment 10 % des ingénieurs diplômés de France, et représentent donc le plus grand ensemble de formation d'ingénieurs du pays.

L'INSA Lyon est une grande école très sélective et très prestigieuse.

Elle délivre le diplôme d'ingénieur, deux diplômes de master recherche, neuf mastères spécialisés et compte huit spécialités de doctorats.

Un cycle préparatoire de deux ans, la formation initiale aux métiers d'ingénieur est nécessaire avant d'intégrer le cursus ingénieur.

Le second cycle, de trois ans, couvre 9 disciplines : biosciences, génie énergétique et environnement, génie industriel, sciences et génie des matériaux, génie civil et urbanisme, génie électrique, télécommunications, informatique et génie mécanique.

Autant le dire de suite : il faut avoir un excellent niveau en maths dès le collège ou le lycée pour prétendre se former à l'INSA Lyon !

4. Grandes écoles d'ingénieurs : Ecole des mines ParisTech

L'école des mines de Paris a été fondée par Louis XVI le 19 mars 1783.

L'une des plus prestigieuses écoles d'ingénieurs de France délivre des diplômes d'ingénieurs et des masters, des mastères et des doctorats.

Elle forme les ingénieurs civils, les ingénieurs du corps des mines, à travers 3 grands parcours :

  • Mathématiques appliquées (automatique, robotique, géostatistiques, management des systèmes d'information),
  • Sciences de la matière (biotechnologies, énergies et procédés, géosciences, science et génie des matériaux),
  • Sciences Economiques et Sociales (affaires publiques et innovation, économie industrielle, innovation et entrepreneuriat).

L'école des mines de Paris figure au 3ème rang des meilleures écoles selon le journal L'Usine Nouvelle.

5. Grandes écoles d'ingénieurs : Ponts ParisTech

Ponts ParisTech, c'est l'ex Ecole nationale des Ponts et Chaussées.

Comment étudier pour aménager le territoire ?
On imagine bien peu, mais élaborer les réseaux routiers et autoroutiers relève d'une ingénierie très complexe !

Ponts ParisTech est une école généraliste qui mène de nombreux étudiants aux grades d'ingénieur, de master, mastère, MBA et doctorat.

Les élèves ingénieurs y suivent une offre de formation de haut niveau dans des domaines variés.

Ils intègrent l'école à l'issue des classes préparatoires scientifiques (mathématiques-physique, sciences de l'ingénieur, physique-chimie) en passant trois concours :

  • Concours de Mines-Ponts,
  • Concours de la Banque PT,
  • Concours Inter-ENS.

Selon le magazine L'Usine Nouvelle, l'école Ponts ParisTech occupe la deuxième place des meilleures écoles d'ingénieurs de France en 2020.

6. Grandes écoles d'ingénieurs : Grenoble INP-Phelma

L'école de Grenoble INP-Phelma apparaît, en 2020, au quatrième rang du classement des meilleures écoles d'ingénieurs établi par le Cours Thalès.

Grenoble INP-Phelma, c'est l'école nationale supérieure de physique, électronique et matériaux de Grenoble.

Fondée en 2008, elle est le fruit de la fusion entre trois écoles :

  • L'école nationale supérieure de physique,
  • L'école nationale supérieure d'électronique et de radioélectricité,
  • L'école nationale supérieure d'électrochimie et d'électrométallurgie.

Les étudiants se forment sur deux campus, à Minatec et au campus de Saint-Martin-d'Hères : c'est le "MIT" à la française.

L'école vise une formation généraliste, à travers 3 à 5 ans d'études, avec un tronc commun lors de la première année.

Les étudiants choisissent leur spécialité en deuxième et troisième années.

7. Grandes écoles d'ingénieurs : IMT Atlantique

IMT Atlantique signifie école nationale supérieures Mines-Télécom.

C'est l'ancienne école nationale supérieure des mines de Nantes, fusionnée avec Télécom Bretagne.

L'école propose un diplôme d'ingénieur généraliste unique, délivré à des étudiants issus des classes préparatoires aux grandes écoles, et recrutés par le concours Mines-Ponts. 

Les formations concernent trois grands domaines :

  • Informatique, réseaux et télécommunications (Brest),
  • Ingénierie logicielle (Nantes),
  • Génie industriel (Nantes).

L'école IMT Atlantique figure à la 14ème place des meilleures écoles d'ingénieurs de France, selon le classement du Cours Thalès.

8. Grandes écoles d'ingénieurs : ESPCI Paris

Fondée en 1882 par le Conseil de Paris, l'école supérieure de physique et de chimie industrielle de Paris vise une formation scientifique généraliste de haut niveau.

Quelles meilleures écoles en sciences ?
Pierre et Marie Curie : quand Paris donne naissance à des prix Nobel qui marquent l'histoire sans le savoir !

Elle est dispensée en quatre années d'études supérieures, et offre des débouchés dans le secteur de la recherche et développement (R&D pour les intimes).

Les lauréats assurent également d'autres fonctions dans les domaines techniques (production, retraitement) et dans le management.

Plusieurs prix Nobel y ont fait leurs études : Pierre Curie, Marie Curie, Irène Joliot-Curie, Frédéric Joliot-Curie, Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak.

L'école mise sur le travail expérimental : les étudiants passent la moitié de leur temps de formation dans les laboratoires de l'école.

En troisième année, ils suivent un stage industriel de six mois, et mènent un projet de recherche dans d'autres laboratoires en France ou à l'étranger (MIT, Harvard, Stanford, Yale, Cambridge, ou Polytechnique).

9. Grandes écoles d'ingénieurs : ESiLV Paris à Courbevoie

Le sigle ESiLV signifie Ecole Supérieure d'ingénieurs Léonard de Vinci.

Fondée en 1994, elle est située dans le quartier des affaires de la Défense et est membre de l'association Léonard de Vinci, qui regroupe l'école de management Léonard de Vinci et l'Institut de l'Internet et du Multimédia.

Les étudiants admis intègrent des connaissances scientifiques théoriques et techniques en informatique, mécanique, mathématiques, électricité, électronique et électromagnétisme.

Une culture générale et des cours de communication leur sont également dispensés.

Les étudiants sont amenés à valider le TOEIC à l'issue du cursus scolaire.

Les principaux débouchés se rencontrent dans divers secteurs :

  • Mécanique,
  • Aéronautique,
  • Automobile,
  • Génie civil,
  • Informatique,
  • Télécommunications,
  • Banques,
  • Assurances.

Les étudiants sont amenés à valider le TOEIC à l'issue du cursus scolaire.

10. Grandes écoles d'ingénieurs : Toulouse INP - ENSEEIHT

Voici une dernière grande école d'ingénieurs : Toulouse INP - ENSEEIHT.

 

L'ENSEEIHT signifie École nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications.

Fondée en 1907, c'est l'une des six écoles formant l'institut national polytechnique (INP) de Toulouse.

Elle forme des cadres et des ingénieurs de haut niveau, dans trois domaines :

  • Sciences du numérique,
  • Electronique, énergie électrique et automatique,
  • Mécanique des fluides, énergétique et environnement.

Les étudiants intègrent l'école par un concours commun polytechnique, après deux ou trois ans d'études en classe préparatoire aux grandes écoles.

L'ENSEEIHT propose 5 mastères spécialisés (Embedded Systems, Space Communications Systems, Nouvelle Technologies de l'énergie, Hydraulique, Systèmes de communications et Réseaux.

Besoin d'un professeur de Maths ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Samuel

Passionné d'écriture, de voyages et de musique, j'aime découvrir et apprendre de nouvelles choses. Rédacteur SEO, j'essaie d'écrire pour vous, lectrices et lecteurs, avant de rédiger pour les moteurs de recherche. Littéraire, j'aime aussi jongler avec les mots et boxer avec les phrases.