Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment perfectionner son anglais pour le monde professionnel ?

De Isaline, publié le 28/09/2018 Blog > Langues > Anglais > La Grammaire Anglaise pour Préparer le TOEIC

« C’est à l’audace de leur fautes de grammaire que l’on reconnaît les grands écrivains. » Heny de Montherlant (1895-1972)

Que l’on veuille évoluer dans son milieu professionnel – grimper les échelons de la hiérarchie – ou entrer dans une entreprise internationale, etc., il faut souvent attester d’un niveau linguistique élevé en anglais.

Pour ce faire, on passe souvent le TOEIC : le TOEIC ouvre de nombreuses portes de nos jours.

Près de 7 millions de tests sont organisés chaque année : le TOEIC s’impose comme le plus répandu des tests d’évaluation des compétences en compréhension écrite et orale en anglais.

Pour bien comprendre, voici ce qui est attendu en termes de grammaire anglaise pour exceller au TOEIC.

Qu’est ce que le TOEIC ?

Pour entrer dans une entreprise ou bien pour être le meilleur candidat sur un poste vacant, le TOEIC est parfois requis. S’il ne l’est pas, les emplois à haute responsabilité – les emplois cadres – peuvent avoir cette exigence tacite.

Attester que l’on a cette certification en anglais peut adresser un puissant signal d’employabilité au recruteur.

Qu’est ce que le TOEIC ?

Diminutif de Test of English for International Communication, le TOEIC est un certificat créé en 1979, permettant d’évaluer le niveau de langue anglaise d’un candidat non anglophone.

Selon Wikipédia, en voici une définition : « les tests (TOEIC) sont des certifications standardisées permettant d’évaluer le niveau d’anglais des locuteurs non anglophones tant au niveau de l’écrit que de l’oral. »

Créé aux États-Unis par l’organisme Educational Testing Service, le TOEIC a pour objectif d’évaluer le niveau d’anglais d’une personne dans un contexte professionnel, c’est à dire en dehors de tout système scolaire et notations associées.

Pourquoi apprendre la langue de Shakespeare ? L’anglais est l’une des langues les plus utilisées entre collègues.

Toutefois, certaines universités du Québec (Canada) exigent la réussite au TOEIC avec un score élevé (+ de 750), pour être admis à l’année supérieure et valider certains diplômes.

Les tests ne sont pour autant pas destinés à évaluer du vocabulaire technique utilisé dans une entreprise spécifique, mais des connaissances globales qui permettent d’échanger de manière professionnelle.

La nécessité d’apprendre l’anglais s’accroît à mesure que la globalisation des échanges s’intensifie : par voie de fait, certains organismes ont implémenté des moyens d’évaluer le niveau d’anglais de leurs employés.

C’est un certificat sanctionnant un bon niveau d’anglais professionnel.

Grammaire anglaise, vocabulaire anglais, verbes irréguliers, exercices d’anglais, expressions idiomatiques, phonétique, conjugaison anglaise, adverbes, faux amis, l’apprentissage de l’anglais relève de tout un programme.

Que l’on recrute un professeur particulier pour des cours individuels ou collectifs, que l’on parte pour voyager à l’étranger, ou que l’on commande un stage intensif de cours d’anglais, une remise à niveau s’impose souvent s’assurer du meilleur score au TOEIC, notamment en grammaire anglaise.

Plus de 7 millions de tests sont effectués chaque année dans le monde, et des centaines de milliers sont corrigés en France : De plus en plus d’entreprises utilisent cette certification pour évaluer les compétences de leurs employés.

Tous les tests ont une durée de validité de deux ans.

Pour quelle raison ?

Le niveau des non-anglophones peut largement évoluer dans le bon ou le mauvais sens en deux ans. Il s’agit donc de rendre ce test fiable pour les entreprises.

En effet, si l’on ne pratique plus une langue pendant un long moment, il est tout à fait possible de perdre son niveau de langue étrangère en oubliant par exemple des règles de grammaire ou de vocabulaire anglais.

Quelle différence avec le TOEFL et le BULATS ?

Le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) est un test d’anglais beaucoup plus académique que le TOEIC.

On peut donc le passer dans une perspective scolaire : améliorer ses résultats scolaires, apprendre l’anglais pour décrocher une mention au bac, être admis dans les grandes écoles par l’appli du gouvernement « Parcoursup », etc.

Il permet d’évaluer le niveau d’anglais des élèves qui souhaitent intégrer une université, une école ou tout établissement d’enseignement supérieur.

Il est reconnu dans plus de 130 pays, notamment ceux du Commonwealth (Australie, Canada, Royaume-Uni, États-Unis, etc.) et peut être révisé grâce aux meilleurs livres sur l’anglais.

Le BULATS (Business Language Testing Service) est un peu une alternative au TOEIC mais un peu moins répandu que ce dernier.

Établi par le département « examens linguistiques » de la célèbre Université de Cambridge, le BULATS évalue les compétences professionnelles en anglais.

Le test est également valable deux ans.

L’organisation du test du TOEIC : difficile ?

Passer le TOEIC : un certificat pour les adultes qui souhaitent faire évoluer leur carrière ! 12 ans, en 6ème : c’est un peu jeune pour apprendre l’anglais des affaires, non ?

En outre, il faut également choisir le type de TOEIC auquel on s’inscrit, il en existe trois types :

  • Le TOEIC Listening and reading,
  • Le TOEIC Speaking & Writing,
  • Le TOEIC Bridge.

Le TOEIC Listening ang reading

Le test comporte 200 questions à choix multiples réparties comme suit :

  • Compréhension orale : 100 question, d’une durée de 45 minutes,
  • Compréhension écrite : 100 question, d’une durée d’1 heure 15.

Pour la partie écoute (listening), quatre sections sont sanctionnées, avec diverses questions, affirmations, conversations et exposés oraux, enregistrés par des locuteurs natifs de pays anglophones : photographies (trouver la description correspondant à la photo), questions/réponses, dialogues et monologues avec questions.

Pour évaluer la partie lecture (reading), trois sections :

  • Des phrases à trous : choisir quelle proposition grammaticale correspond au mot manquant,
  • Des textes à trous : trouver les bons compléments parmi quatre propositions,
  • Des textes : quatre propositions de réponse et cinq questions par texte.

Chaque partie est notée sur une échelle allant de 5 à 495 points, pour une note finale allant de 10 à 990 points, selon un code de 5 couleurs : orange (10-215), brun (220-465), vert (470-725), bleu (730-855), or (860-990).

Le TOEIC Speaking and Writing

Les tests TOEIC Speaking & Writing évaluent, eux, l’expression orale et l’expression écrite, en deux parties :

  • Expression orale : 20 minutes (pour évaluer la prononciation, l’intonation et l’accentuation, ainsi que le vocabulaire et la grammaire),
  • Expression écrite : une heure (pour évaluer la richesse et la précision du vocabulaire et de la grammaire).

Chaque partie speaking ou writing est sanctionnée par une échelle allant de 0 à 200 points.

Le TOEIC Bridge

Lancé en 2001 par l’ETS, ce test évalue la capacité des non anglophones à comprendre l’anglais d’un niveau débutant à un niveau intermédiaire.

Il est utilisé par les institutions – publiques ou privées – d’enseignement des langues vivantes, les établissements du second degré, les entreprises et les particuliers (étudiants et demandeurs d’emploi).

Il prend la forme d’un questionnaire à choix multiples d’une heure, pour 100 questions (de compréhension écrite et orale).

La partie compréhension orale est similaire à celle du TOEIC Listening and reading, tandis que la partie compréhension écrite, elle, sanctionne en 35 minutes la compréhension de 50 questions : phrases incomplètes (30 phrases à compléter) et 20 questions de compréhension écrite (2,3 ou 4 questions par document).

Quels thèmes ?

Les sujets, reposant sur des thématiques de culture générale, sont variés et destinés aux locuteurs de niveau débutant à intermédiaire : vie courante, idées générales, hébergement, santé publique, loisirs, voyages, magasins, activité professionnelle, affaires ou information et médias.

Le score global est compris entre 20 et 180 points (de 10 à 90 points pour chacune des deux sections du test).

Pourquoi passer le TOEIC ? Quels intérêts ?

Nous l’avons déjà évoqué, le TOEIC s’adresse plutôt aux institutions et entreprises, dans un cadre professionnel.

Avoir un gros salaire grâce à l'anglais ? Cela fonctionnera peut-être... 900 au TOEIC, un poste de responsable des opérations sur une plateforme pétrolière : l’écologie attendra, mais j’ai 500 k€ par an…

C’est un argument de sélection des candidats pour un poste clé d’une entreprise, qui atteste d’un niveau de langue anglaise certifié.

Pour comprendre l’intérêt d’être anglophone et bilingue anglais aujourd’hui, faisons un peu d’économie…

En 2016, la croissance du commerce mondial – c’est-à-dire l’évolution des exportations mondiales de marchandises – a été à peu près égale à celle du PIB mondial, qui s’est établie à + 2,4 %.

En valeur absolue, le commerce international pèse chaque année pour 16 000 milliards de dollars.

16 000 milliards de dollars, c’est 5,7 fois le PIB de la France (2 766 milliards de dollars en 2018), presque le PIB annuel des États-Unis…

Les secteurs de l’économie ouverts sur l’international sont occupés par de grands groupes transnationaux qui ont par ailleurs des sièges sociaux et des unités de production en France, seconde économie de la zone euro.

En dépit des indicateurs économiques et des gens qui se disent experts, déplorant une attractivité moindre de l’économie, la France, premier pays le plus visité au monde, est sortie des turpitudes de la dernière grande crise économique (2008-2012).

On comprend bien, dans ce contexte, à quel point savoir parler anglais est crucial : pour trouver du travail (et de meilleurs salaires), et – en corollaire – et à la fois pour pouvoir communiquer avec les 90 à 93 millions de touristes qui viennent chaque année visiter la France.

Car 93 millions de voyageurs internationaux – dont la langue maternelle n’est pas le français -, cela fait 1,4 fois la population française totale.

Voilà donc une palette de métiers auxquels on pourra prétendre en obtenant un score élevé – près du plafond – au TOEIC :

  • Les métiers du commerce international (vente, négociation, etc.),
  • Les métiers de conseil et de management,
  • Les secteurs de la banque et de la finance internationale (assurances, crédits, placements, trading et bourse, stock-options, etc.),
  • Les métiers du web (web marketing, management, etc.),
  • Les entreprises de formation linguistique (pourquoi ne pas se mettre professeur d’anglais ?),
  • Les entreprises du tourisme et de services.

L’économie et le travail s’internationalisent et l’anglais devient une langue universelle, synonyme d’expansion commerciale et de croissance économique (donc, de hausse de revenus pour le locuteur).

Les recruteurs de postes très convoités exigeront donc en retour des profils ayant une forte ouverture internationale : si l’offre de travail dépasse largement la demande de travail – ce qui est le cas pour les postes à responsabilités -, alors il faudra redoubler d’efforts pour se démarquer des dizaines d’autres candidats…

Colorer d’or son CV (la dernière couleur du TOEIC, attestant d’un score supérieur à 860) donne de la valeur ajoutée à un entretien d’embauche.

Par exemple, les recruteurs de la multinationale coréenne LG examinent les résultats du TOEIC pour recruter leurs salariés.

On pourra peut-être être embauché à un haut poste grâce à ses compétences linguistiques. On m’a fait revenir 3 fois au siège social pour un recrutement : je crois que c’est bien parti !

Pour être en charge des affaires internationales de l’entreprise visée, gérer des portefeuilles de clients et des produits partout dans le monde, viser un poste à l’étranger, le TOEIC est incontournable.

Le TOEIC, en plus, dépasse les critères européens : le cadre européen de référence pour les langues (CECRL) est difficile à prouver – comment discerner les frontières poreuses entre C2, C1, B2 ? – et ne sera pas d’une grande utilité pour d’autres continents.

Le TOIEC, à l’inverse, est reconnu partout dans le monde.

Quel est le bon score au TOEIC ?

Les tests de TOEIC évalue différentes capacités, comme on l’a déjà dit :

  • compréhension écrite,
  • compréhension orale,
  • expression écrite,
  • expression orale.

Mais pour savoir quel est le niveau nécessaire il faut dans un premier temps comprendre le fonctionnement de l’examen.

Le TOEIC Listening and Reading dure deux heures. Durant ce temps établi, les candidats doivent alors répondre à deux cents questions à choix multiples :

  • 100 questions en compréhension orale durant 45 minutes,
  • 100 questions en compréhension écrite durant 1 h 15.

Comment se déroule les épreuves d'anglais ? Durant deux heures, les élèves répondent aux questions de compréhension.

Un dossier contenant les questions est donné aux candidats.

Celui-ci est accompagné d’une feuille de réponses sur laquelle il faut noircir les cases que l’on pense justes. Cette technique permet une correction automatique et plus simple de l’examen.

La première partie, celle sur la compréhension orale, est composée de quatre sessions rythmées par un CD enregistré par des natifs anglophones :

  • Photographie : trouver la description qui correspond le mieux à la photo,
  • Questions/Réponses : trouver la réponse adéquate à une question posée par le CD,
  • Dialogues : répondre aux questions en lien avec le dialogue diffusé,
  • Monologues : répondre aux questions en lien avec le monologue diffusé.

La seconde partie, celle sur la compréhension écrite, est composée de trois sessions basée sur les textes présents sur la feuille du candidat :

  • Phrases à trou,
  • Textes à trous,
  • Textes et questions.

Il n’y a donc pas d’exercices spécifiques sur les règles de grammaire anglaise, la conjugaison, etc. Il s’agit d’avoir le niveau nécessaire pour pouvoir comprendre les textes, le CD et les questions posées par la suite.

Aidez vous de sites pour apprendre l’anglais en ligne.

Le score final est noté sur un total de 990.

Souvent, un score minimum de 785 points est demandé par les entreprises, écoles d’ingénieur et grandes écoles.

Ce score correspond à un niveau courant d’anglais (niveau B2 du CECRL), atteint à la fin du cycle d’enseignement secondaire, soit le lycée.

Cependant, le niveau de langue s’étiole à mesure que les années passent sans pratiquer, même si en théorie, un bachelier fraîchement adoubé du bac est censé être au niveau du score 785.

Ce seuil de 785 est par ailleurs requis par nombre d’entreprises françaises multinationales – Alcatel, Allianz, Auchan, Aventis, Axa, La Banque de France, Bouygues, Coca Cola, Dassault Aviation, Clarins, EDF, France Telecom, FDJ, GDF, L’Oréal, Nike, Xerox, Renault, Sagem, Sanofi, Total, Yves St Laurent.

Cependant sachez qu’il n’y a pas d’échec ou de réussite au TOEIC, c’est juste une évaluation de son niveau de langue. Chaque candidat reçoit le résultat et donc le certificat du TOEIC.

Pour finir, le TOEIC évalue les compétences selon six grands niveaux :

  • Faux débutant : 10 – 250 points,
  • Niveau élémentaire : 255 – 400 points,
  • Niveau intermédiaire : 405 – 600 points,
  • Opérationnel de base : 605 – 780 points,
  • Opérationnel supérieur : 785 – 900 points,
  • Maîtrise professionnelle internationale : 905 – 990 points.

Ce qui compte est le niveau demandé par l’entreprise ou l’annonce d’offre d’emploi convoitée, mais il faudra souvent se situer « en haut du panier » pour être cueilli…

Ce sont donc les entreprises qui estiment quel score il est nécessaire d’obtenir pour entrer au sein de leur organisme.

Que travailler en grammaire pour préparer le TOEIC ?

Le TOEIC n’est alors pas un examen de grammaire, de conjugaison ou d’orthographe à proprement parler, mais un repérage, une estimation du niveau d’une personne.

Comment se préparer au toeic ? Le bachotage de livres de ne sert à rien avant le jour J. Il vaut mieux réaliser des examens blancs.

Il s’agit bien d’un examen de compréhension.

Bien sûr, il existe des pistes pour s’entraîner et réaliser des exercices pour progresser dans la langue de Shakespeare avant de passer le TOEIC.

Voici quelques thèmes à travailler pour bien s’en sortir :

  • Comparatifs et superlatifs,
  • Conditionnels,
  • Gérondifs et infinitifs,
  • Mots de liaison,
  • Noms,
  • Noms/verbes/adjectifs + prépositions,
  • Verbes à particules,
  • Temps du présent,
  • Expressions courantes et mots pièges,
  • Verbes modaux,
  • Nature des mots,
  • Les temps du passé,
  • Pronoms et adjectifs,
  • Le futur,
  • etc.

Il s’agit de comprendre les phrases du questionnaire dans son ensemble. Il se peut que certains thèmes ne servent littéralement à rien.

La langue anglaise est assez riche et il est très difficile d’apprendre toutes les leçons d’anglais peu de temps avant l’examen.

Il faut pouvoir acquérir certaines connaissances au fur et à mesure et les utiliser régulièrement.

Prendre des cours d’anglais hebdomadaires est une solution pour apprendre en douceur.

Les manuels de grammaire pour préparer le TOEIC ?

Quelques manuels permettent de se préparer à l’examen en se faisant une idée de la composition du TOEIC, abordant par exemple les temps en anglais.

Les certificats de langue anglaise : comment se préparer ? Maîtriser tous les livres de cette bibliothèque pour exceller au TOEIC ?

L’examen étant très répandu, plusieurs ouvrages ont vu le jour et proposent de nombreux exercices, cours, rappels mais aussi et surtout, les examens blancs des dernières années.

L’occasion de se préparer dans des conditions réelles.

Les ouvrages des éditions Nathan

« TOEIC® La Méthode Réussite » ou encore « TOEIC® Entraînement intensif » sont des ouvrages qui permettent de mettre en place un plan de révision et de se faire une idée sur ce qu’il faut revoir ou apprendre avant de passer l’examen.

Ces livres sont assez complets efficaces pour doper le résultat final.

Les ouvrages des éditions Pearson

« Tests complets pour le TOEIC, avec 6 tests blancs corrigés au format de l’épreuve » est un exemple d’ouvrages édités par les éditions Pearson.

Cet ouvrage a été réalisé par Lin Lougheed qui est un spécialiste mondialement reconnu du TOEIC.

La majorité des manuels contiennent des examens blancs avec les corrigés afin d’évaluer son niveau avant le jour J. Cela permet de savoir ce qu’il faut encore travailler pour réussir.

J’ai personnellement utilisé ces ouvrages pour préparer mon examen. Il s’agit d’une manière très concrète de se préparer et de se rassurer en découvrant avant le jour J, le contenu du TOEIC.

Le genre de questions et de textes changent très rarement. On retrouve alors souvent des textes comme des mails d’entreprise, des lettres, etc.

Comment se préparer pour réussir le TOEIC ?

Prendre des cours d’anglais en institut de langues étrangères, utiliser des applications pédagogiques, apprendre l’anglais avec un prof particulier, travailler la langue an autodidacte, il existe de nombreuses façons de progresser en anglais.

Mais quels sont les points essentiels pour préparer un examen comme le TOEIC ?

Il est important de se fixer des heures de travail régulières pour être sûr de ne pas perdre le fil de l’apprentissage.

Où trouver des exercices de grammaire anglaise ? De nombreux manuels permettent de s’entraîner aux examens d’anglais.

En autodidacte il s’agit alors de s’imposer un rythme de manière autonome pour assimiler la grammaire anglaise.

Avec un professeur particulier, ce dernier saura vous guider dans vos cours d’anglais pour qu’ils soient efficaces.

Le bourrage de crâne ne sert à rien.

Il faut pouvoir en apprendre un peu chaque jour.

En revanche, réaliser des exercices de manière intensive peut être une solution si on n’a plus beaucoup de temps.

« On n’apprend toujours des ses erreurs. »

Cette bonne vieille expression est très sensée.

En réalisant souvent des exercices de grammaire ou en réalisant les tests blancs du TOEIC, on pourra se rendre compte de ses erreurs faîtes régulièrement.

Cela permet alors de se concentrer sur ce genre de fautes au moment de l’examen en faisant particulièrement attention.

Conjugaison, pronoms, concordance des temps, faux-amis, écriture des nombres, déterminants, phrase interrogative, forme passive,…

Utiliser les manuels est également une très bonne façon de progresser avant l’examen et de maîtriser la grammaire anglaise.

Ne pas s’arrêter aux livres sur le TOEIC ! Il sera bénéfique de profiter d’autres livres de cours d’anglais, de lire des romans de littérature anglaise, d’écouter des médias anglophones, etc.

Toutes les ressources pédagogiques pour apprendre la langue anglaise peuvent être tout aussi efficaces.

On pourra aussi s’entraîner tout seul à la maison, en tentant d’atteindre les 600, 700, 800 et 990 points, tout en notant pour chaque erreur des explications grammaticales et des traductions.

Autre conseil de préparation, il peut être bon de compartimenter son score et de le noter :

  • Son score global sur 990,
  • Le score par section (listening sur 495, reading sur 495),
  • Le score par sous-partie : photographie, textes à trous, questions-réponses.

Ainsi saura-t-on le nombre de points manquants pour poindre vers ce fameux seuil de 785 et +, et quels thèmes faut-il réviser en cours à domicile.

On peut  se faire des examens blancs aussi : en autodidacte ou auprès d’un de nos professeurs particuliers, se mettre en condition d’examen est toujours un excellent exercice d’entraînement.

Let’s go !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar