I - OBJECTIFS DE FORMATION

Dans le cadre des TIPE, l'étudiant a un travail personnel à
effectuer qui le met en situation de responsabilité. Cette activité
constitue un entraînement à la démarche scientifique
et/ou à la démarche technologique. Les TIPE doivent faire
appel à l'intelligence de situations concrètes car la
réalité du métier de l'ingénieur n'est pas
essentiellement de résoudre des problèmes mais de les
identifier et les poser clairement.

L'objectif des TIPE est de permettre à l'étudiant de
développer notamment les qualités et capacités
suivantes :
Ouverture d'esprit,
Initiative personnelle,
Faculté de rapprocher plusieurs logiques, notamment par un décloisonnement
des disciplines,
Esprit critique, capacités d'exigence, d'approfondissement et
de rigueur,
Aptitude à l'imagination expérimentale,
Aptitude à collecter l'information, l'analyser, la communiquer.

Cette activité a pour objectif de valoriser la curiosité
intellectuelle et le travail en profondeur plutôt que la rapidité,
évaluée par ailleurs dans le cadre du contrôle de
l'acquisition des connaissances disciplinaires.

L'objet des TIPE n'est donc pas l'acquisition de connaissances disciplinaires
supplémentaires qui s'effectue par ailleurs dans le cadre du
programme d'enseignement.

Grâce à la mise en oeuvre d'une nouvelle méthode
de travail et à une diversification des sujets d'étude,
les TIPE contribuent à valoriser des profils scientifiques variés.

Afin de parvenir à ces objectifs et de se préparer aux
épreuves des concours, les étudiants, encadrés
par les enseignants, développeront des activités et des
démarches diverses, par exemple :
La mise en évidence et la formulation d'un problème,
L'observation et l'analyse d'un phénomène ou d'un système
industriel,
La recherche et l'exploitation d'une documentation,
La préparation et la réalisation de dossiers et d'exposés,
Le développement d'arguments au cours d'un entretien scientifique,
L'examen et la discussion des solutions et des justifications des choix
effectués.

Les TIPE étant en relation avec les domaines de recherche universitaire
et/ou industrielle, certaines séquences de travail peuvent s'opérer
en sites industriels et/ou de recherche, extérieurs à
l'établissement d'origine des étudiants. En effet, certains
supports ou matériels ne sont présents que dans les centres
universitaires ou les pôles industriels de recherche.

A cet effet, la signature d'une convention entre le chef d'établissement,
l'étudiant et le responsable du laboratoire ou de l'entreprise
qui accueille l'étudiant s'avère indispensable.

D'une part, elle permet de mettre en oeuvre le régime de la
couverture sociale des étudiants en cas d'accident de travail
en application de l'article L 412-8-2b du Code de la Sécurité
sociale.

D'autre part, elle stipule que l'établissement scolaire et l'entreprise
ou le laboratoire s'engagent à garantir leur responsabilité
respective en souscrivant une assurance en responsabilité civile
pour tous les dommages pouvant survenir au cours de la présence
de l'étudiant dans l'entreprise ou le laboratoire.

Un modèle de convention-type est publié au Bulletin officiel.

II - ORGANISATION PEDAGOGIQUE

2.1 Filières MP, PC, PSI, PT, TSI, TPC

L'activité de TIPE suppose l'initiative, elle n'exige pas la
novation : ce n'est pas un travail de recherche au sens usuel du terme.
Cette activité constitue en revanche une initiation aux problématiques
de la recherche. Le champ de cette initiation est défini et limité
par le thème des TIPE qui est fixé au plan national et
qui est renouvelable périodiquement.

La présentation de l'activité TIPE, de ses originalités,
de sa problématique, peut se faire devant le groupe entier sans
revêtir toutefois un caractère magistral. Elle peut engager
la participation d'enseignants chercheurs ou d'enseignants des écoles
d'ingénieurs qui pratiquent cette démarche. La présentation
des thèmes peut donner lieu à la visite de sites industriels
et de recherche ou mobiliser des personnalités scientifiques.
Ces présentations ne doivent pas occuper plus de deux séances
chacune.

Assez rapidement, on peut imaginer un encadrement plus modulaire ou
plus éclaté concernant des regroupements d'étudiants
travaillant sur des sujets voisins. Les phases de synthèse seront
à nouveau l'occasion de rassembler le groupe dans sa globalité,
les étudiants profitant alors de tous les travaux personnalisés.
En d'autres termes, le travail des étudiants peut être
organisé en petits groupes et fait alterner les phases de travail
individuel, de travail en équipe et de travail collectif.

La pratique d'encadrement doit respecter de façon impérieuse
l'initiative de l'étudiant. Les professeurs veilleront à
ce que les sujets choisis ne soient pas des sujets préfabriqués.
Le rôle du ou des professeurs est d'aider les élèves
à cadrer le sujet, de les conseiller sur le plan scientifique
et d' assurer la cohérence du sujet avec les contenus des programmes
disciplinaires : les TIPE s'inscrivent dans le champ des programmes
de la filière concernée.

Les professeurs organisent et évaluent le travail des étudiants
et se mettent à la disposition de ceux d'entre eux qui sollicitent
leur aide. Une part des heures d'interrogation orale peut être
consacrée, selon des modalités appropriées, à
la préparation de l'épreuve correspondante des concours.

Les étudiants peuvent aborder les TIPE par le biais d'une activité
expérimentale, soit qu'elle procède de l'extension d'une
manipulation réalisée dans le cadre des travaux pratiques
classiques, soit qu'elle trouve sa place dans le cadre spécifique
des TIPE en adaptant les horaires pour respecter les règles de
sécurité.

En première année, l'organisation des TIPE permet essentiellement
aux étudiants d'acquérir une méthode de travail
et de se préparer au choix d'un sujet en seconde année.

L'activité de TIPE est un enseignement nouveau qui figure pour
deux heures hebdomadaires dans les grilles horaires des étudiants
des diverses classes : cette indication concerne l'étudiant et
fixe un cadre à sa charge de travail.

Compte tenu des spécificités de sa pratique et de sa
conduite, cette activité n'entraîne pas automatiquement
une présence de deux heures du ou des professeurs devant la classe
ou devant l'étudiant ; elle n'entraîne pas non plus automatiquement
une présence de deux heures hebdomadaires pour l'étudiant
devant son ou ses professeurs. Cette activité pédagogique
se distingue donc nettement des cours, des travaux pratiques ou des
travaux dirigés ; elle doit prendre des formes adaptées
aux objectifs énoncés dans le paragraphe 1.

Les pôles de rattachement pouvant être généralement
associées à un thème sont fixées comme suit
par filière:
MPSI : mathématiques et sciences physiques. Dans les classes
MPSI où existe l'option informatique, l'informatique constitue
un pôle supplémentaire pour les TIPE
PCSI option PC : physique, chimie
PCSI option PSI : physique, sciences industrielles.
PCSI (ex MT) : physique, sciences industrielles.
PTSI : sciences industrielles, sciences physiques
TSI : génie mécanique, génie électrique.
TPC : physique, chimie

En seconde année, les TIPE sont organisés autour de
thèmes qui favorisent une approche multidisciplinaire en référence
à une ou plusieurs disciplines de rattachement.

Le ministre chargé de l'Enseignement supérieur fixe annuellement
un ou deux thèmes pour chaque filière. Un thème
peut être commun à plusieurs disciplines et à plusieurs
filières. Dans le cas où le thème est commun à
plusieurs disciplines dans une filière, il peut être décliné
en sous-thème par discipline.

Les étudiants optent pour un des thèmes définis
pour leur filière et choisissent définitivement un sujet
se rapportant à ce thème, en accord avec leurs professeurs
: le libre choix des étudiants doit être éclairé
par une présentation simultanée des différents
thèmes par les professeurs de la classe. Les sujets comportent
utilement des références et des ancrages à plusieurs
disciplines du programme.

L'étudiant en situation de redoublement change obligatoirement
de sujet.

Les pôles de rattachement pouvant être associés
à un thème sont fixés comme suit par filière
:
MP : mathématiques ; sciences physiques. Dans les classes MP
ou MP* où existe l'option informatique, l'informatique constitue
un pôle supplémentaire pour les TIPE
PC : physique ; chimie
PSI : physique ; sciences industrielles
PT : sciences industrielles ; sciences physiques
TSI : génie mécanique, génie électrique
TPC : chimie ; physique

2.2 Filière BCPST

En première année, les objectifs essentiels sont l'ancrage
des connaissances dans le concret ainsi que la mise en évidence
de divers types de relations entre les êtres vivants (y compris
l'homme) et avec leur milieu (biologique, géologique, géographique...).
Les TIPE sont consacrés à une sortie pluridisciplinaire
sur le terrain, sa préparation, son exploitation et à
la réalisation d'un court rapport.

Les TIPE de première année sont sans lien autre que méthodologique
avec les TIPE de seconde année.

En seconde année, les TIPE portent sur des sujets ayant pour
cadre un thème défini au niveau national. Ce thème,
renouvelé annuellement, est fixé par arrêté
du ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la
technologie. Les TIPE favorisent une approche interdisciplinaire en
synergie avec les disciplines principales que sont la biologie et les
sciences de la Terre. Le thème peut être illustré,
à titre indicatif, d'exemples de sujets sélectionnés
en tenant compte de leur orientation biologique et/ou géologique,
des possibilités bibliographiques, d'observations, d'expérimentation
simple ainsi que des investigations pluridisciplinaires auxquelles ils
peuvent donner lieu.

L'intérêt principal des TIPE de seconde année réside
dans le choix, l'appréhension et la compréhension critique
par l'étudiant du sujet sous ses différents aspects (conceptuel,
documentaire, expérimental ou d'observation) ainsi que dans son
aptitude à argumenter et discuter les questions soulevées
par l'étude. Dans ce cadre, le rôle de l'enseignant consiste
à permettre à l'étudiant d'effectuer une démarche
personnelle.

L'étudiant choisit un sujet de travail personnel, d'intérêt
biologique et/ou géologique. Le choix s'effectue sur la base
d'une brève présentation pluridisciplinaire du cadre scientifique
du thème annuel. Ce travail d'initiative personnelle constitue
avant tout un exercice de méthode. Il consiste, par exemple,
à effectuer des observations concrètes et à analyser
des phénomènes biologiques et/ou géologiques, à
identifier des problèmes, à les poser clairement et, pour
y répondre, à proposer des hypothèses explicatives,
à réaliser des montages expérimentaux simples et
à interpréter les résultats obtenus, à examiner
des documents de façon critique. L'étudiant utilise, pour
ce travail, une bibliographie restreinte aux traités et aux articles
en français des revues de grande diffusion, ainsi que diverses
ressources scientifiques disponibles et facilement accessibles (centre
de documentation et d'information, muséums, expositions, médias...).
Il peut aussi effectuer, si le projet le nécessite, des visites
de laboratoires ou d'entreprises. En aucun cas, le travail ne peut se
réduire à une bibliographie. Le travail se concrétise
par la rédaction d'un rapport comportant 6 à 10 pages
(soit au maximum 20 000 caractères plus les illustrations). Les
textes et figures sont originaux sauf, éventuellement, pour des
documents servant de base à la question qui est à l'origine
de l'étude.

Les étudiants effectuent ce travail de façon individuelle,
ou bien en petits groupes (le groupe de trois étudiants est conseillé),
pour tout ou partie de la recherche. Dans ce cas, chacun des membres
du groupe doit s'engager personnellement sur l'intégralité
du projet présenté dans son rapport.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide