Introduction

- Vous pouviez partir de l’histoire du théâtre et de l’évolution des règles imposées pour la mise en scène (exemple : point de départ la règle classique des bienséances puis l’évolution …) sans oublier, bien sûr, le texte. Rappelons que l’objet d’étude est « Le texte théâtral et sa représentation ».

- Ensuite, il ne fallait pas oublier de présenter le texte : extrait théâtral du Tigre bleu de l’Euphrate de Laurent Gaudé, 2002 ; fin de la pièce ; scène où le personnage se meurt seul sur scène.

- La problématique possible : De quelle manière l’auteur suscite-t-il l’émotion chez le spectateur grâce au texte (monologue du pesonnage) ?

- Le plan rédigé bien sûr : Dans une première partie, nous étudierons la scène de mort d’Alexandre le Grand, puis dans un second temps, nous expliquerons comment le texte suscite l’émotion chez le spectateur.

Développement

I. La scène de mort d’Alexandre le Grand.

A/ Un personnage en train de mourir.

C’est le texte qui nous apprend que le personnage est mourant puisqu’il n’y a aucune didascalie pour indiquer le jeu scénique.

- Une mort proche : futur proche « je vais mourir seul l.1 », phrase « A l’instant de mourir l.15 » et proposition subordonnée relative « je suis l’homme qui meurt l.29 » + futur "je serai" l.25

- Mort physique : futurs proches « je ne vais plus courir l.23, je ne vais plus combattre l.24 » et proposition subordonnée relative « dans ce feu qui me ronge l.2 »

 

B/ Un conquérant, et pourtant ….

- Un personnage insatiable et fort : diverses propositions subordonnées relatives "qui n'a jamais pu se rassasier" l.6, "qui a arpenté la terre entière" l.9 + voc de la conquête " "épée, chevai, ami, bataille, conquêtes, terres, trésors, victoires, assoiffé, combattre, cheval, soif". Le personnage est Alexandre le Grand.

- Pourtant, il se présente comme n’ayant pas assez accompli, n’ayant pas assez conquis …

PSR "qui ne possède rien qu'un souvenir de conquête" l.7, "qui n'a pas osé suivre jusqu'au bout le tigre bleu de l'Euphrate" l.11 + anaphore de "malgré" l. 19 et 20 + Phrase simple "j'ai failli" l.12. Face à la mort, le personnage estime ne pas être allé au bout de ses désirs.

II. Atteindre le spectateur, susciter l’émotion chez celui-ci grâce au texte.

A/Une adresse à la mort, mais aussi au spectateur.

- On assiste à une sorte de « dialogue » avec la mort, le personnage s’adresse à la mort : utilisation du pronoms personnels de 2e personne « te l.5, à toi l.21 » et déterminant possessif « tes » qui désignent la mort.

- Mais derrière la mort, on peut voir qu’il s’adresse au spectateur : double énonciation. Le personnage s’adresse au personnage qui elle-même cache le spectateur : Impératif "pleure" 2xl.22 et l. 28 + demande "je te demande d'avoir pitié de moi" l.5.

B/ Provoquer l’émotion du spectateur.

- Le personnage montre sa solitude : répétition de la préposition de restriction "sans" et de la négation "ni" dans les vers 3 et 4 "Sans épée, ni cheval, sans ami, ni bataille". Vers qui résument la vie d'Alexandre le Grand et qui créent un contraste puisqu'à l'heure de sa mort, il est seul.

- Il présente ses regrets : connecteur temporel "depuis" associé à l'idée de mort "je n'ai fait qu'agoniser" l.14, PSR "que je n'ai pas eu le temps de voir" l.16 + Expansions du nom "sur le Gange lointain de mon désir" l.17.

- Il veut susciter l’émotion chez le spectateur, provoquer sa pitié : Anaphore de "je pleure" l.16 et 17

Phrase impersonnelle "il ne reste plus rien" l.18 et comparaison "nu comme au sortir de ma mère" l.21 = référence à la naissance, le personnage n'a plus rien face à la mort.

Conclusion

- Vous deviez réaliser un bilan des différentes idées trouvées.

L'extrait présente une scène de mort d'un personnage important ayant réalisé de grandes conquêtes mais à l'heure de sa mort, il provoque la pitié du spectateur en évoquant sa solitude et ses regrets. Cela se fait grâce au texte puisque le personnage s'adresse à la mort qui arrive et derrière celle-ci au spectateur. C’est le texte qui suscite l’émotion chez le spectateur (et pourquoi pas la réflexion face à la mort).

- Ouverture : Vous pouviez faire le rapprochement avec l'extrait du Roi se meurt d'Eugène Ionesco dans lequel le spectateur est également témoin de la mort du personnage principal.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide