Genre : roman court, dont l'histoire est en partie fondée sur des faits réels, et dont le personnage central, Claude Gueux, a réellement existé.

Résumé de l'œuvre : Claude Gueux était un pauvre ouvrier qui vivait à Paris, avec sa compagne et une petite fille qu'il avait eu d'elle. C'était un homme habile, fier, compétent, sérieux, et, s'il ne savait pas lire, il savait penser. Un hiver, l'ouvrage manqua. Plus de feu au foyer, plus de pain, mais la misère, redoutable et hideuse. Claude Gueux vola pour nourrir sa famille : il fut condamné à cinq ans de prison, à la centrale de Clairvaux, ancienne abbaye dont on avait fait un vaste cachot.

Le jour, Claude Gueux, comme ses compagnons d'infortune, travaillait à l'atelier de la prison, outil à la main, fers aux pieds. Le directeur qui les surveillait était un homme dur, âpre, qui se plaisait à faire souffrir ceux qu'il gardait, bon père et bon mari sans doute, mais gagné par la banalité du mal qu'on peut faire, car il était au fond de lui mauvais. Cet homme borné apprit ainsi à Claude Gueux, dans sa volonté nue d'être cruel, que sa compagne s'était prostituée pour vivre.

Claude était un gros mangeur, et il avait toujours faim : c'était sa nature. Il se trouva qu'un de ses compagnons, un jeune homme pâle et frêle, lui aussi condamné pour vol, vint lui offrir une part de son pain. Dès lors, unis par une même compassion devant la dureté de leur destin, ils devinrent amis, à vrai dire plutôt comme un père et son fils : Albin, le jeune homme, était encore un enfant, Claude avait le cheveu déjà gris.

Le directeur s'aperçut de cette amitié, qu'il ne pouvait supporter : un comdamné n'a pas à être heureux. Il sépara définitivement Claude et Albin, envoyant ce dernier dans un autre quartier. Claude souffrit, supplia qu'on lui rendit son compagnon. Rien n'y fit, tant le directeur nourrissait en lui une haine secrète, envieuse, vis-à-vis de Claude.

Claude alors, par désespoir et rage, se procura une petite hache, et, lors d'une tournée de surveillance du directeur, il se précipita sur lui et lui asséna trois coups mortels sur le crâne. Ensuite Claude, se saisissant d'une petite paire de ciseaux qu'il possédait, tenta de se donner la mort, plongeant les lames dans sa poitrine. Il tomba, évanoui dans son sang, mais il survécut.

Son procès eut lieu devant la cour d'assises se Troyes, et il fut condamné à mort. On le conduisit à l'échafaud, et, au huitième coup de beffroi de la ville, sa tête tomba, au milieu de la place publique et de la foule qui se rendait au marché.

Dans cette histoire, qui est réellement coupable ? Qui a été le juste, et qui l'injuste ? La misère est-elle un crime ? Et quelle est la part de responsabilité de la société ? Au lecteur d'en juger...

La Thémathique : Claude Gueux, publié en 1834, est un manifeste contre la peine de mort (qui en France n'a été abolie qu'en 1981, et qui est encore en vigueur dans de nombreux pays). Ce thème, ce combat, Victor Hugo les avait déjà mis au centre d'un pracédent ouvrage, le Dernier jour d'un condamné (1829). Les pauvres, les misérables, dit Hugo, n'ont souvent pas d'autre choix que le vol pour survivre. Et la société apporte des réponses brutales et injustes à cette détresse : la prison, la peine de mort, là où il faudrait plutôt des écoles, de l'éducation pour combattre la misère. Un chrétien ne peut tolérer la peine de mort, estime Hugo ; il se révolte alors contre une société qui, pour punir le crime, devient à son tour criminelle et assassine.

L'Auteur : Victor Hugo (1802-1885) fut le chef de file du romantisme français. Il s'est essayé, toujours avec succès, à tous les genres : le drame (Hernani, Ruy Blas...), la poésie (les Comtemplatins, la Légende des siècles...), le roman (les Misérables, Notre-Dame de Paris...) et l'essai.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide