Que se passe-t-il dans ce chapitre ?

Introduction

  • Contexte : Lumières → mvt européen prône tolérance, s’oppose souvent aux guerres + règne Louis XV, guerres contre All. (guerre 7 ans, 1756)
  • Auteur :    symbole mvt → 1er temps bourgeoisie libérale + anticléricale mais fin vie (poème désastre Lisbonne), interrogation sur Mal, + pessimiste
  • Œuvre :    condamnation, ss forme conte φ, Optimisme, déformation système Leibniz + à travers périple C, qui découvre absurdités et cruautés du monde, dénonce aussi bêtise, intolérance, fanatisme et, ici, la guerre
  • Extrait :    chassé château par amour fille baron + enrôlé ds armée bulgare → assiste alors au spectacle magnifique, terrible guerre + s’enfuit au + vite
  • Quelles critiques développe cet extrait ?

Comment l’art du récit est-il mis au service de la satire ? Quels sont la place et le rôle de l’ironie dans cet extrait ?

Superprof

Un désastre humain

Sujet principal de l’extrait

  • structure répétitive (mort soldats / civils → § sur guerre + conséquences + fuite C → mev répet° + ‘enfin’ → impression durée + gradat° + partout)
  • Candide (fin §1 → neutralisé + vbes action (passé simple) mais n’agit pas vraiment → fuite continuelle)
  • un tableau (≠ récit) (parallélismes + énumération + pluriels → organisation + nb plaisent œil + combat seul §1 → peu action)

Absurdité de la guerre  (toucher l’esprit du lecteur)

  • comédie (énumération instruments + métaphore → fanfare + théâtre → spectacle + parallélismes mev nb morts mais pas combat + ‘tout’ → rien)
  • sans raison (liens entre evts → faux, arbitraires + pas motif précisé)
  • autodestruction (≈noms + ‘voisin’ → proximité + ‘2 rois’ → liés par mm chant → proximité terres, croyances → combat inutile ?)

Cruauté de la guerre (toucher le cœur du lecteur)

  • mort présente (armes sujets + parallélismes + chp lex mort + p passés passifs [e] → registre réaliste → civil (vulnérable))
  • souffrance (p présents + ‘morts/mourants’ → agonie (physique) + chp lex famille + possessifs → destr° liens familiaux→ pathos)
  • déshumanisation (‘mamelle’ : antithèse vie/mort + voc animal → barbare + chiffres → mev masse + parties humaines indéfinies → mépris dignité)

L’illusion de l’héroïsme

Apparences mensongères (antithèses)

  • valorisat° §1 (≠ réalité terrible, §2&3) (chiffre + grad° → mvt ≠  passivité civils  + ordre ≠  chaos (famille) + musique → esble civilisé, mélioratif ≠ descr° crue)
  • images frappantes (périphrase + comparaison + métaphore → oxymores → valeur attachée guerre (‘héroïque’), mise scène magnifique + apparence ≠ réalité sordide, barbare)

Les personnages : des anti-héros

  • décervelage (pas sujet + ‘coquins’ (≠ noble, bgeois) → victimes institution)
  • meurtriers (‘héros’ (= violeurs, mev ‘qq’) → antiphrase mev banalisat°+ euphémisme (‘après’) → animal → procédés barbares)
  • supérieurs (‘faire chanter’ → ordre mais pas action → passivité + ’te deum’ → caution guerre par religion → irresponsables + ‘selon’ → autorité → responsables)

Candide

  • déserteur (chp lex peur → fuite + vbes action + superlatif → énergie C à se sauver + ironie ‘prit le parti’ → n’en prend aucun, fuit)
  • seul survivant (vbes action (passé simple) + p présents finaux (assonance) → fil conducteur + CCL (‘ailleurs, ici, là’) → mvt)
  • personnage rapetissé (‘petites’ ≠ ‘milliers d’hommes’ + sujet + possessif + litote → pensée, préoccupations individuelles → son bonheur)

Réfutation de l’Optimisme

Regard naïf de Candide, muet devant guerre (admirat° ?)

  • emphase (ampleur grandissante guerre + hyperboles + oxymores)
  • sans contact avec réalité (‘par-dessus’ + voc Pangloss → critique métaphysique → se préoccupe d’idées mais néglige réalité)

Théorie de Leibniz fustigée par l’ironie de Voltaire

  • allusion sa φ (‘meilleur mdes’ → mm voc + ‘effet’ → mm raisonnement)
  • logique tjs fausse (voc mal employé (ironie) → ridiculisé + liens arbitraires → guerre, fatalité, mal sans justification → φ réfutée)

La réalité contre la philosophie : un certain pessimisme

  • critique du philosophe (comparaison C/φ → réunis par mm peur, impuissance devant guerre + tjs fuite mise en valeur par empressement)
  • réflexion vaine (‘prit parti’ →seule act° mais retrouve mm situat° → pas effet)
  • Systèmes φ  ne résistent pas à l’épreuve de la réalité

Conclusion

  • Voltaire combat plusieurs aspects de la guerre
  • Après avoir décrit sa réalité, cruelle (ne se limite pas au champ du combat) et surtout sans raison,
  • il désacralise l’héroïsme, fait de préjugés (Candide) et de conventions sociales (instances supérieures), qui transforme le négatif (tuerie) en positif (courage)
  • Il apporte ainsi un démenti à l’Optimisme philosophique, dont Candide est désormais le représentant (en l’absence de Pangloss)
  • L’ironie présente dans l’ensemble du texte en constitue l’intérêt principal ; ainsi, l’auteur peut adopter le point de vue du héros, tout en s’en détachant. Le récit en est d’autant plus vif
  • Pessimisme de Voltaire éloigne cette description de la parodie que fait Rabelais de l’attaque menée par Gargantua

Après avoir été directement confronté à la guerre, Candide comprend (enfin) son absurdité lorsqu’il assiste à la mise à mort de l’amiral anglais, qui se serait tenu trop éloigné de son ennemi

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar