La fable IV, Le héron et La fille, du livre VII est une fable double écrite par Jean de La Fontaine, auteur du XVII siècle appartenant au mouvement du classicisme. Elle met en scène un Héron, qui malgré la faim rejette des poissons, pourtant acceptables, car il ne les estime pas digne de lui. La fille, quant à elle, cherche un mari parfait. Mais faisant la difficile, elle trouve finalement un malotru.

Dans un premier temps nous analyserons le portrait du Héron, puis dans un deuxième temps celui de le Fille et enfin nous étudierons la structure du récit.

Le Héron

Description physique

-on le décrit ayant de "longs pieds", un "long bec", et un "long cou" --> répétition de l'adjectif "long" connote le côté majestueux du Héron

Description psychologique

-orgueuilleux et fière --> césure au vers 15 qui marque le décalage entre le mot "mets", qui connote un plat fin, et l'expression "il s'attendait à mieux"

-il est qualifié comme "dédaigneux"

-imbu --> il se qualifie lui-même au vers 21 par la périphrase "moi Héron" avec une majuscule, ce qui prouve qu'il s'estime. On trouve aux vers 18 et 19 une accumulation de questions rétoriques et la répétition du pronom personnel "moi" qui confirment qu'il est imbu de lui-même

-indignation, colère --> phrases exclamatives qui dévoilent son indignation aux vers 21 et 22, il mérite mieux que du goujon

Le Héron est majestueux mais orgueilleux, on retrouve le même portrait dans la fable suivante.

La Fille

Description physique

-beauté --> la périphrase "la belle" est utilisée deux fois ce qui indique sa beauté au début de la fable

-vieillie --> cependant à la fin de la fable on la retrouve vieillie, au vers 65 on peut relever l'expression "puis ses traits choquer et déplaire". de plus, on insiste sur sa laideur par la personnification du miroir qui lui dit " prenez vite un mari" et par la métaphore "les ruines du visage"

Description psychologique

-fière --> dès le premier vers on la qualifie "d'un peu trop fière"

-exigeante --> accumulation d'adjectifs et de noms mélioratifs "jeune", "bien fait et beau", "d'agréable manière": elle cherche un mari qui correspond à tous ces critères. La césure au vers 38 "point froid et point jaloux: notez ces deux points-ci" prouve qu'elle est pointilleuse

-orgueilleuse --> aux vers 45 et 46 on distingue des questions rétoriques "Quoi moi? quoi ces gens là? et des exclamations "A moi les proposer!", "Voyons un peu la belle espèce!" qui démontrent qu'elle pense être supérieure donc il est inadmissible pour elle qu'on lui présente ces personnes

Dans ces deux fables les personnages ont le même caractère, la structure des récits aussi est semblable.

La structure du récit

Le temps des verbes:

-au début on retrouve l'imparfait qui connote une action longue passée

-ensuite, les verbes sont au passé simple qui est le temps du récit pour marquer la succession des faits

Le discours direct

-il donne de l'importance aux paroles des personnages et met en relief leur mépris

La morale

-au vers 27 on retrouve la morale explicite où La Fontaine s'adresse aux lecteurs et à travers le Héron et la Fille il montre les défauts humains: qu'en voulant trop gagner on risque de tout perdre, il inivte à l' équilibre, à la modération

Le décalage burlesque entre idéal et réalité

-ce décalage crée une contradiction comique. L'idéal du mari parfait et du mets parfait ne se réalise pas et les personnages se contentent d'un malotru et d'un limaçon. L'abaissement des personnages créent donc une situation burlesque.

Pour conclure, Le Héron et la Fille représentent les défauts humains. L'Homme ne sait se contenter, veut toujours plus au péril de tout perdre. La similitude de la structure du récit souligne le registre burlesque de cette fable double où les deux personnages connaissent une fin déplaisante, malheureuse.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,86/ 5 pour 7 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide