Lampiste : au sens familier, celui qui est toujours perdant et en retard.

Erratique :  qui n'est pas fixe dans le poème.

Superfétatoire : qui vient s'ajouter en nécessité.

Introduction

Le papillon fait parti d'un receuil édité en 1942 : Le Parti pris des choses, se présentants comme une suite de partis en prose évoquant un objet. Le texte se présente sous la forme d'une narration naturaliste au présent et évoque la métamorphose de la chenille en papiloon. Ponge utilise la métamorphose de l'être pour créer un objet littéraire : un poème en prose.

La métamorphose des mots

a) Métaphore à la première proposition : la corole de la fleur se transforme en tasse installant la thématique de l'humain. Transformation du sens propre au snes figuré, métamorphose de la chenille par proximité sonore des mots en guenille : jeu de mot phonétique, personification de l'insecte, c'est l'homme en guenille.

b) Multiples métaphores et comparaisons : le papillon devient voilier des aires, puis pétales volante, lampiste et allumète volante.

c) Métamorphose du sujet de départ : passer de la nature végétale, animale à la nature humaine.

=> principe de l'évasion et de la liberté.

Métaphore de l'expression

prose de départ => prose poétique.

a) Le travail du rythme : dans la lecture orale, le rythme renvoit à la naissance du papillon et aux battements de ses ailes.

b) Le plan sonore :  assonnances et allitérations.

c) La syntaxe est transformée, inversée. Ponge essaye de dépasser la syntaxe habituelle. La prose habituelle, chenille se transforme en prose poétique : le papillon.

=> prose poétique qui surprend le lecteur par son originalité et qui le déstabilise à cause des métaphores.

La métaphore du récit

a) Le texte au présent de narration décrit un être dans son milier : le jardin, il resmble à l'homme (personnification).

b) L'homme guenille : l'homme qui vagabonde, l'homme qui est lampiste. Cette allégorie peut être celle du poète.

Conclusion

Ce poème, très simple de départ, cette lecon de naturalisme doit se lire, se comprendre comme une définition de la condition humaine.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,50/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide