L’écriture se déploie sur la base de ses mots ; ceux-ci ont un sens, mais manifestent des sons, eux-mêmes porteurs de sens. Aussi l’écrivain peut-il influencer les impressions renvoyées par son texte à l’aide de jeux sur les sonorités. Ce sont, notamment, les assonances et les allitérations.

Il est possible de les identifier et de les analyser. En effet, si ces deux figures de style sont prisées, très logiquement, par les poètes, elles pullulent également dans les autres genres, qu’il s’agisse de théâtre ou de romans.

Pourquoi la musique est-elle si importante ?
L'allitération et l'assonance sont une manière de rendre les phrases musicales.

Jeux sur les sons

L’allitération

L’allitération est la répétition d’un ou de plusieurs son-consonnes, c’est-à-dire des son émis par des consonnes, dans un groupe de mots. Leur répétition produit un effet particulier qu’il vous incombera d’analyser.

Par exemple, Jean de la Fontaine use d’une allitération en r dans sa fable « Le loup et l’agneau » :

Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?

L’effet de cette allitération, c’est l’acrimonie (= violence du verbe) dont fait preuve le loup envers l’agneau. Le son provoqué à l’oreille par la répétition de la consonne « r » est en phase avec l’image d’un loup agressif et dangereux. On imagine un « r » aussi acéré que les dents du fauve.

Autre exemple, avec le fameux vers de Racine, extrait d’Andromaque :

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes

Ici, l’allitération en « s » vise à figurer le son émis par le serpent ; ainsi, on a presque l’impression que les serpents sifflent réellement sur la tête du personnage !

L’assonance

L’assonance est la répétition d’un même son-voyelle dans un groupe de mots. Au contraire de l’allitération, l’assonance ne se réalise qu’au singulier : il ne s’agit que d’un seul son-voyelle !

On trouve des assonances en a, o, u, i, é, mais aussi en [eu], [ou], [on], [en], etc. Et ces sons peuvent être écrits de manières différentes : c’est toujours la sonorité qui importe !

Dans « Mon rêve familier », du recueil Poèmes saturniens, Paul Verlaine écrit ainsi :

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

On trouve ici une allitération en [ɑ̃] (c’est-à-dire le son « en »), qui figure en quelque sorte l’état d’hébétude dans lequel le poète se trouve en rêvant.

Baudelaire, dans « Le crépuscule du matin », décrit l'aube comme suit :

L’aurore grelottante en robe rose et verte

Qui est Charles Baudelaire, le poète français ?
Baudelaire était un artiste surprenant, à la vie tourmentée et à la plume subtile ! (source : L'Express)

L’assonance en [o] renvoie à la forme du soleil qui se lève et à la rondeur du jour, ou la bouche qui baille.

Remarques

  • On considère qu’il y a une allitération ou une assonance s’il se trouve au moins trois répétitions rapprochées d’une même sonorité
  • Un bon moyen mnémotechnique : « assonance » se termine par une voyelle, et concerne donc les voyelles ; « allitération » se termine par une consonne, et concerne ainsi les consonnes

Prêt pour un cours de francais et apprendre à ne plus faire de fautes ?

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
4,9
4,9 (70 avis)
Cristèle
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (85 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (117 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sophie
4,9
4,9 (18 avis)
Sophie
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys
5
5 (118 avis)
Chrys
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Konan pacome
5
5 (39 avis)
Konan pacome
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (56 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
4,9
4,9 (70 avis)
Cristèle
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (85 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (117 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sophie
4,9
4,9 (18 avis)
Sophie
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys
5
5 (118 avis)
Chrys
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Konan pacome
5
5 (39 avis)
Konan pacome
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (56 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

L’harmonie imitative

Nous pouvons aller plus loin : l’harmonie imitative est une assonance ou une allitération qui rejoint par le son ce dont parle le texte.

Dans les exemples précédents, les vers de Racine et ceux de Baudelaire voulaient tous deux imiter ce qu’ils évoquaient : les serpents et le soleil.

On peut encore citer Arthur Rimbaud, dans « Roman » :

Tout en faisant trotter ses petites bottines

Ici, l’allitération en [t] est en phase avec le bruit des bottines qu’elle décrit.

Quelle est la dimension métaphysique d'En attendant Godot ?
Vincent van Gogh, Les Souliers, 1886

Analyse des jeux sonores

Pour les repérer

Pour repérer les allitérations et les assonances, le meilleur moyen, c’est encore de lire le texte à voix haute ! Pense par exemple à Nekfeu, qui use beaucoup de ces figures de style : n'entends-tu pas, dans son rap, comme les mêmes sons viennent et reviennent ?

Ainsi, ton oreille reconnaîtra d’elle-même les sons qui se répètent. N’hésite pas à le lire et à le relire, et doucement de préférence.

Tu peux aussi te munir de deux stabylos pour surligner d’une couleur les sons-voyelles, et d’une autre les son-consonnes.

Souviens-toi que pour parler d’allitération ou d’anaphore, il faut au moins trois occurrences rapprochées d’un même son ou d’un même groupe de sons.

Pour l’analyse, enfin, il ne s’agit pas de lister toutes les sonorités que tu trouveras : ne relève, dans ton analyse finale, que celles qui étoffent ton propos, qui apportent une explication ou une remarque pertinente, comme la musicalité du texte, ou le déclenchement d’une émotion (la peur ? la joie ? etc.)

Pistes d’analyse

Ici, nous ne donnons que des pistes : il n’existe pas de tableau arrêté qui resterait vrai pour n’importe quel texte. Il faut toujours analyser les sonorités du texte à partir du contexte de l’histoire ou du sujet : quel est son thème ? que veut montrer l’auteur ? Quel champ lexical domine ?

Au final, les allitérations et les anaphores, comme n’importe quelle figure de style, s’envisagent au sein de l'analyse globale d’un texte, et ne sont que d’autres outils à ta disposition pour argumenter ton propos.

Mais parce que nous savons que cela peut effrayer, vous trouverez ci-dessous quelques pistes qui seront à même de vous guider pour vos futures analyses… Mais retenez que le meilleur guide, c’est encore ce qui se passe en vous, au moment de la lecture !

Les assonances

Sons voyellesAlphabet phonétiqueImpression à l'oreillePistes de réflexion
eu/u/ou[y]/[y]/[u]Sons étouffés et lugubresInquiétude, mélancolie, plainte
o/on[o]/[ ɔ̃ ]Son doux et rondLangueur, tranquillité, douceur
a/an[a]/[ ɑ̃ ]Son éclatantJoie, allégresse, enthousiasme, colère
i/in[i]/[ ɛ̃ ]Son aigu, crissantTristesse, désespoir, grincement

Les allitérations

SonAlphabet phonétiqueImpression à l'oreillePistes d'analyse
b/m/l/n[b]/[m]/[l]/[n]Sons plutôt doux, qui sortent harmonieusement de la boucheAtmosphère calme, onirique : impression plutôt positive
k/t/r/p[k]/[t]/[r]/[p]Sons durs, qui éclatentMépris, colère, dureté, dédain
f/z/s[f]/[z]/[s]Sons fricatifs (qui frottent)Evoque un bourdonnement ou un sifflement : parfaits pour les harmonies imitatives i

Exercices

Maintenant, à toi de jouer ! Détermine, pour les extraits cités, s’il s'agit d’une allitération ou d’une assonance, et quel est l’effet produit par ces sons. Attention, des extraits peuvent en contenir plusieurs différentes !

Extrait 1

Cassandre sous son

Capuce

« Colombine », Fêtes galantes, Verlaine, 1869

Extrait 2

Qui ne les eût à ce vêpre ceuillies

Chutes à terre elles fussent demain.

« Je vous envoie un bouquet », Continuation des Amours, 1555, Pierre de Ronsard

Qu'est-ce qu'une allitération ?
Séraphine de Senlis (1864-1942), Bouquet champêtre, huile sur toile, 100 x 65 cm.

Extrait 3

[…] en automne feuille à feuille

Les feuilles

Qu’on foule

Un train qui roule

La vie s’écoule

« Automne malade », Alcools, Guillaume Apollinaire, 1913

Extrait 4

Tamtam sculpté, tamtam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur

« Femme noire », Chants d’ombre, Léopold Sédar Senghor, 1956

Extrait 5

sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre

« Enivrez-vous », Les petits poèmes en prose, Charles Baudelaire, 1969

Extrait 6

Cependant, Clémence achevait son croupion, le suçait avec un gloussement des lèvres […]

L’Assommoir, Emile Zola, 1876

Extrait 7

Je le vis, je palis, je rougis à sa vue.

Phèdre, Jean Racine, 1677

Extrait 8

Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères

« Les Colchiques », Alcools, Guillaume Apollinaire, 1913

Extrait 9

Les sanglots longs
Des violons

De l’automne

Blessent mon cœur

D’une langueur

Monotone.

« Chanson d'automne », Poèmes saturniens, Paul Verlaine, 1866

 

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,06 (16 note(s))
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.