Introduction aux séquences BAC
Le théâtre

1) Rappels

Le théâtre est un genre littéraire destiné à être joué par
des comédiens. Il a été inventé sous l’Antiquité comme la poésie. Une pièce de
théâtre se décompose en 3 grandes parties : scène d’exposition, double
énonciation, nœud de l’action, paroxysme de l’action, dénouement
(qui peut finir en « deus ex
machina »).

Une
pièce de théâtre doit suivre un certain nombre de règles. Tout d’abord, les 5
actes (avec ellipse possible), ils ne doivent pas dépasser 24heures selon les
règles du théâtre classique français du 18ème siècle. La seconde règle repose
sur l’espace scénique qui doit donner l’illusion de l’authenticité de
représenter un vrai lieu. L’espace hors scénique a lui aussi un rôle très
important en devant donner l’illusion de la réalité, la « catharsis »
(la purgation des sentiments) doit se faire hors scène. Ce décor donne parfois
lieu a une fonction symbolique (ex : une petite pièce peut illustrer
un mal être).

Troisièmement,
contrairement au roman, les personnages de théâtre sont destinés à être joués,
en effet, l’acteur donne vie au personnage en changeant l’être de papier en
être humain.

Nous
pouvons, d’autre part, rappeler quelques notions indispensables sur le théâtre
comme la présence de répliques (dialogue), de tirades (répliques longues
ralentissant l’action), de stichomythies (répliques courtes accélérant
l’action), de monologues (personnage faisant part de ses pensées à haute voix
sur scène), d’apartés (personnage faisant part de ses pensées au public durant
un échange de répliques), de didascalies (indications scéniques relatives au
décor,au jeu de scène et aux personnages). Nous pouvons aussi souligner trois
types de dialogue : informatifs, délibératifs (dans le but d’argumenter) et
conflictuels (par exemple, jusqu’aux coups physiques).

En
outre, le schéma actanciel fait avancer la pièce. Il existe des conventions
entre le public et les personnages par exemple, tout est fait pour oublier le
public ; nous avons la présence d’un quatrième mur imaginaire.

2) Contexte historique et culturel.

Du 16ème
au 18ème siècle, le mouvement baroque représentant l’expression culturelle se
ressent dans la vision du monde, l’illusion, l’exagération, la métamorphose qui
va toucher toute l’Europe. On est en pleine guerre de religions, dans la
domination du catholicisme, le monde se retrouve ainsi dans un grand
changement.

Cet art
baroque (=tableau l’illusion comique) va paraître trop excessif en France, ce
qui va profiter à l’instauration de l’art classique (tableau de Louis XIV). Le
monde instable, de l’excès va laisser place à un monde de sérénité, de calme.
Le « trop » de l’art baroque va se faire ressentir par l’instauration
de différentes règles : la vraisemblance (doit représenter la vérité), la
bienséance (grande censure au théâtre, il faut suivre les règles de
gentilhomme), l’unité de lieu (1 seul pour 5 actes), unité de temps (24h
maximum), unité de registre (comédie ou tragédie), unité d’action (limité à une
action principale). Nicolas Boileau fut l’instaurateur de ces règles classiques
dans « l’art poétique » avec par exemple le célèbre « ce qui se
conçoit bien s’énonce clairement) de l’art
poétique qui expose les règles classiques.

L’église
excommunie les comédiens non confessés (ex : Molière a failli être jeté
dans une fausse commune sans le soutien du roi). D’autre part, pour l’église,
le rire est satanique, en effet il détourne de la prière. Le genre noble est la
tragédie, la comédie est un genre mineur.

Ces
règles vont être respectées jusqu’en 1827 avant l’arrivée de Victor Hugo
mélangeant le comique et le tragique.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,40/ 5 pour 5 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide