Le poème

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé, Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie : Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé, Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie, La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé, Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ? Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ; J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron : Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Analyse

« El desdichado » de Nerval est un sonnet  à rimes croisées composé de deux quatrains et deux tercets. Les vers sont des alexandrins.« El desdichado » est un personnage emprunté a Walter Scott, c'était un chevalier dépossédé de son château, d'où son nom : « el desdichado » qui signifie « le déshérité ». Nerval a choisi ce nom pour son poème car lui aussi était dépossédé de quelque chose qui lui était cher : sa femme.

On peut diviser le poème en 4 parties :

  • Lors de la première strophe, Nerval parle de sa situation : « ma seule Etoile est morte », sa femme est morte et il s'identifie à un ténébreux, à un veuf ainsi qu'à un inconsolé en  utilisant des métaphores pour exprimer son sentiment de désespoir : « Je suis le Ténébreux-le Veuf- l'Inconsolé ». Le mot ténébreux est une référence à l'enfer, la mort et le mot Veuf renvoi à Mausole qui a créé un édifice pour sa femme défunte.
  • La deuxième strophe on retrouve des références historiques et biographiques : Nerval évoque un voyage qu'il avait fait sa femme en Italie, à Naples. C'est ainsi que le « Pausilippe » (vers 6), promontoire près de Naples où Virgile aurait été enterré, renvoie à une réalité biographique de Nerval et à un événement historique. L'ambiance de cette strophe est plutôt nostalgique.
  • C'est dans la troisième strophe que Nerval effectue une mise en question de son identité : « suis-je Amour ou Phébus ?...Lusignan ou Biron ? » ; par les noms Amour et Phébus, le poète fait allusion à Aphrodite et à Apollon : la déesse de la beauté et de l'amour et le dieu du soleil, de la musique, de la divination et de la poésie. Tandis que les noms « Lusignan » et « Biron » sont autres que des antécédents de Nerval. De plus la présence de points de suspension reflète l'incertitude du poète.
  • Dans la dernière partie du poème, on retrouve également des références mythologiques : Nerval fait allusion à Orphée qui partage donc le même sort que lui, celui d'un amour perdu à jamais. Par la phrase « j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron », le poète revoie aux moments les plus pénibles de sa vie et se remémore qu'il s'en est sorti.

Conclusion

Les caractéristiques qui font que ce poème appartient au romantisme sont les procédés utilisés par Nerval : On observe des oppositions et des contrastes. L'ensemble du poème semble plutôt sombre, le champ lexical de la mort est dominant dans le poème : « le ténébreux » (vers 1), « le soleil noir » (vers 4), « la nuit du tombeau » (vers 5) et « la grotte » (vers 11). Ces termes dominants s'opposent cependant à quelques termes plus doux et agréables « étoile » (vers 3) et « la rose » (vers 8). Nerval utilise aussi de nombreuse figure de style tel que l'oxymore vers 4 : « le soleil noir de la Mélancolie ». Nerval utilise des majuscules afin de donner plus d'importance à certains mots comme « le Ténébreux », « le Veuf », « l'Inconsolé » (vers 1), « le Prince d'Aquitaine », « la Tour » (vers 2). De plus les mots »luth », « Phébus », « Lyre » et « Orphée » donnent à la poésie un vrai musicalité.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,86/ 5 pour 14 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide