Présentation d’Ovide

Ovide est un auteur de l’Antiquité romaine, né en 43 avant JC (autrement dit un an après l’assassinat de Jules César), à Sulmone dans le centre de l’Italie. Il est mort en Roumanie, en 17 après JC. Il avait en effet dû s’exiler, pour des raisons qui nous restées mystérieuses. Son vrai nom latin est Publius Ovidius Naso. Naso est aussi un surnom, attribué paraît-il du fait de la grande taille de son nez (ou de celui d’un de ses ancêtres !). Issu d’une famille très aisée, il part à Rome faire des études de rhétorique et entame dans un premier temps une carrière judiciaire pour faire honneur à son père. Mais sa véritable vocation est la poésie. Sa carrière de poète débuta avec son œuvre Les Amours, publiée entre – 20 et – 15 avant JC. Cela dit, il fut également l’auteur d’autres chefs d’œuvres qui ont traversés les siècles :

  • L’art d’aimer (recueil de poèmes)
  • Les Héroïdes (recueil de lettres fictives prêtées à des héroïnes de la mythologie)
  • Les remèdes à l’amour (recueil de poèmes)
  • Médée (une pièce de théâtre, tragique)
  • Les Métamorphoses (une œuvre inspirée du voyage qu’il fit en Grèce pendant sa jeunesse)
  • Les Tristes
  • Les Pontiques

Grâce à tout cela, Ovide avait acquis une renommée qui lui valait de côtoyer les plus grandes figures politiques de son temps, proches de l’empereur Auguste. C’est lui qui avait par exemple été choisi pour déclamer en vers l'inauguration du temple de Mars, à Rome.

Qui est Ovide ? Extrait de la fresque de Luca Signorelli représentant Ovide, chapelle Saint-Brice, XVe siècle.

Présentation des Amours

Les Amours est donc la première œuvre littéraire d’Ovide. Elle lui permit de lancer sa carrière et lui assura une grande renommée. Il s’agit d’un recueil d’élégies, c’est-à-dire de poèmes lyriques exprimant une plainte douloureuse ou des sentiments mélancoliques. Les poèmes abordent des thématiques érotiques, un peu à la façon d’un roman d’amour, tous s’axant sur un personnage : Corinne. Un nom qui rappelle celui d'une poétesse née au VIème siècle à Tanagra, émule puis rivale de Pindare dont elle était aussi la maîtresse. Ovide a-t-il ainsi voulu rendre hommage à son prédécesseur ? Mystère… Toujours est-il que Corinne est une hétaïre : une femme éduquée et de haut niveau social, qui offre compagnie et services sexuels à ceux qui assurent son entretien. En réalité, Corinne est sans doute le pseudonyme qu’a choisi Ovide pour dissimuler l’identité de son amante. Si au départ Les Amours étaient constitués de cinq livres, Ovide corrigea ses écrits par la suite et ne garda que trois livres pour son recueil.

Comment résumer Les Amours d'Ovide ? Détails du tableau de William-Adolphe Bouguereau : "L'Amour vainqueur". 1887. Il représente ainsi Cupidon avec son attirail traditionnel : un arc et des flèches. Source : 1000museums.com

Résumé

Livre I

Elégie 1. Ovide voulait chanter la guerre et écrire une épopée. Mais après avoir fait des reproches à Cupidon il aurait été touché de ses flèches et serait ainsi tombé amoureux. Elégie 2. L’Amour empêche Ovide de dormir. Son tourment est réel. Il lui faut lui céder à ses nouveaux sentiments car sinon la souffrance est bien plus grande. Cupidon a donc triomphé. Or les Caresses, l’Illusion et la Passion sont les compagnes de Cupidon. Elégie 3. Prière à la femme qu’il aime : « amet (qu’elle aime !) ». Ovide n’est pas d’une noble famille, certes, mais il aime sincèrement. Il passe en revue ses propres qualités et lui demande de l’inspirer. Elégie 4. Elle est mariée, et Ovide souhaite la mort de son mari. Il souffre déjà de jalousie. Il la conseille sur l’attitude qu’elle doit avoir lors d’un repas où lui sera là, mais aussi sur ses rapports avec son mari. Ovide la supplie de tout refuser à son mari : baisers, caresses… Elégie 5. Corinne est nommée pour la première fois. Elle se rend chez lui. Il la déshabille et s’émerveille de son corps… puis ils font l’amour pour le plus grand bonheur d’Ovide. Elégie 6. Devant la porte close de sa maîtresse, Ovide tente d’entrer mais en vain. Elégie 7. Ovide a frappé sa maîtresse et le regrette. Il raconte la scène, se cherche des excuses et compare sa faute à celle de grandes figures mythologiques. Mais jamais il ne prétend que sa maîtresse l’a mérité. Elégie 8. Ovide parle de Dipsas, une entremetteuse (du latin dipsas : sorte de vipère). Elle fait de la sorcellerie. Pour une femme, selon elle, il faut feindre la pudeur. Il faut aussi prendre plusieurs amants, pour gagner plus, et ne faut pas trop demander au départ : une fois amoureux, l’amant pourra être « dévalisé’ ». Dipsas donne des conseils à une débutante pour enflammer le cœur d’un amant. Elégie 9. L’amant doit se montrer pareil pour sa belle que le soldat pour son chef. Elégie 10. Une femme qui demande de l’argent ne plaît plus à Ovide. Corinne l’a déçu. Le seul cadeau qu’il puisse offrir, ce sont ses vers. Mais ce cadeau, pourtant éternel, ne plaît pas aux femmes cupides. Elégie 11. Remerciements à Napé, servante de Corinne et messagère. Il lui remet un billet pour Corinne. Elégie 12. Corinne ne peut pas venir. Ovide s’en prend aux tablettes de cire sur lesquelles il a écrit son message. Elégie 13. Ovide pleure la trop grande brièveté de la nuit et demande à l’Aurore de ralentir sa course, de retarder son apparition, pour profiter encore de la beauté de sa nuit avec Corinne. Elégie 14. Compliments sur l’ancienne chevelure de son amie, reproches sur les changements qu’elle a subis, ses cheveux ayant été brûlés par la teinture. Elégie 15. Ovide recherche une gloire éternelle par la poésie, non pas une gloire guerrière trop éphémère. Sa poésie le rendra éternel.

Combien de livres constituent Les Amours d'Ovide ? Une peinture de Pompéi. Ier siècle apr. J.-C, représentant une scène d'amour.

Livre II

Elégie 1. Présentation de son nouveau livre. Les lecteurs de l’œuvre doivent être les jeunes filles vierges et les jeunes hommes novices touchés par l’amour. La poésie guerrière ne sert à rien pour séduire, mais les poèmes dédiés aux jeunes filles, si. Elégie 2. Paroles d’Ovide à Bagoüs, le gardien de sa maîtresse, pour qu’il laisse plus de libertés à Corinne. Il lui conseille de se taire, car le mari trompé pourrait reporter sa colère sur un esclave trop bavard. Elégie 3. Bagoüs, eunuque, reste insensible aux paroles d’Ovide car il n’a pas connu l’amour. Elégie 4. Ovide se reproche son amour des femmes, de toutes les femmes. Elégie 5. Crise de jalousie d’Ovide. Il a surpris sa maîtresse en embrassant un autre. Mais le rougissement de la jeune fille la rend si belle qu’il lui pardonne. Toutefois il reste torturé. Où a-t-elle appris à si bien embrasser ? Elégie 6. Mort d’un perroquet, cadeau offert à son amie. Oraison funèbre. Elégie 7. Corinne est jalouse de Cypassis, sa coiffeuse. D’après la rumeur, Ovide a une liaison avec cette femme. Ovide décrit la colère de Corinne, et cherche à s’expliquer. Elégie 8. Ovide parle à Cypassis de la découverte de leur liaison. Le trouble de celle-ci lui permet d’en profiter sexuellement. Elégie 9. Ovide reproche à Cupidon de ne blesser que lui-même. Il souhaite vivre en repos, mais réalise dans le même temps que vivre sans amour serait trop triste. Elégie 10. Il aime deux femmes à la fois. Cela lui donne des tourments mais il préfère cette situation à celle de ne pas aimer du tout. Elégie 11. Corinne part en mer, Ovide s’inquiète des dangers maritimes et souhaite qu’elle revienne au plus vite. Elégie 12. Corinne est enfin séduite. Ovide la compare à une citadelle vaincue. Elégie 13. Corinne est gravement malade, après avoir avorté. Ovide laisse sa crainte surpasser sa colère. Elégie 14. Ovide s’en prend aux femmes qui avortent et surtout à Corinne. Elégie 15. Il lui offre un anneau, symbole de son amour, puis se livre à une rêverie érotique. Elégie 16. Voyage d’Ovide à Sulmone, loin de son amie. Un paysage de rêves qui paraît pourtant fade à Ovide, sans son amie. Elégie 17. Une femme qui plaît devient orgueilleuse. Cette conséquence s’applique aussi à Corinne, mais Ovide ne chantera tout de même que pour elle. Elégie 18. Ovide ne peut chanter la guerre, occupé à l’amour. Mais même dans les poèmes épiques de son ami Macer, il y a l’Amour. Elégie 19. L’excitation de l’amant doit être attisée par la surveillance de la femme. Une femme peu surveillée plaît peu. Sa conquête doit être difficile et le mari est donc un élément capital du jeu de séduction.

Livre III

Elégie 1. Dans un lieu sacré, Ovide cherche l’inspiration. Il rencontre la Tragédie et l’Elégie, personnifiées. La Tragédie voudrait qu’Ovide écrive pour elle, mais Ovide se range vers l’Elégie, promettant tout de même à la Tragédie un ouvrage. Il lui faut d’abord terminer Les Amours. Elégie 2. À une course de chevaux : Ovide vient déclarer sa flamme à une femme, qui semble répondre favorablement à ses avances, même de façon muette. Un homme encouragé par sa belle voit ses forces décuplées selon lui. Elégie 3. Les dieux permettent aux femmes de se parjurer sans crainte, sans doute eux-mêmes séduits par leur beauté, punissant les hommes à leur place. Elégie 4. Une femme peut se rendre adultérine par l’esprit, même sans souiller son corps. Il est donc assez inutile de la retenir de force dans sa maison. Elégie 5. Rêve d’Ovide. D’après une interprète des rêves, la compagne d’Ovide va le laisser seul, et lui sera infidèle. Elégie 6. Devant un ruisseau en crue, Ovide est bloqué. Il se lamente de ne pas pouvoir rejoindre sa maîtresse. Il s’attarde sur la légende d’Ilia et du fleuve Anio. Elégie 7. Ovide raconte une de ses mésaventures : une panne sexuelle, malgré les efforts déployés par Corinne. Elégie 8. Selon Ovide, la poésie d’amour ne donne plus la gloire. À présent, l’or et la valeur guerrière dominent. Preuve en est, Corinne lui a préféré un riche soldat, ce qui provoque sa colère. Elégie 9. Mort de Tibulle. Ovide lui rend hommage. Elégie 10. Fête sacrée en l’honneur de Cérès, une période où normalement la chasteté est de mise. Pourtant, Ovide relate l'histoire d’amour entre Cérès et Iasius, qui s'abandonnent aux plaisirs de la chair. Elégie 11. Ovide cherche à vaincre son amour, qui le tourmente trop en raison des infidélités de Corinne, qu’il n’arrive pourtant pas à quitter. Elégie 12. Ovide est tiraillé entre la conduite perverse et la beauté de Corinne. Il s’en veut car c’est par ses poèmes qu’il a rendu Corinne célèbre et donc courtisée. Il cherche à décrédibiliser les poètes, qui selon lui font preuve d’une grande imagination. Elégie 13. Description d’une cérémonie religieuse : le culte de Junon. Elégie 14. Ovide demande à sa belle non pas de lui être fidèle, mais d’au moins lui cacher ses infidélités. Elle peut jouir des plaisirs de l’amour avec d’autres, mais pas devant les yeux de tout le monde. La discrétion est source de longévité ! Elégie 15. Ovide annonce la fin de l’œuvre et son désir de changer de genre, pour se mettre au service de sujets plus nobles, comme l'épopée.

Quels sont les meilleurs extraits des Amours d'Ovide ? Vue imaginaire de Rome avec la statue équestre de Marc-Aurèle, la colonne de Trajan et un temple, Hubert Robert, 1786. Source : laculturegenerale.com

Quelques vers célèbres tirés des Amours

  • « Militat omnis amans » : tout amant est soldat. (I, 9)
  • « Qui nolet fieri desidiosus, amet ! » : Celui qui ne veut pas devenir oisif, qu’il aime ! (I, 9)
  • « Dum loquor, hora fugit. » : Pendant que je parle, l’heure fuit. (I, 11)
  • « Mihi fama perennis quaeritur. » : C’est une gloire immortelle que je recherche. (I, 15)
  • « carmina morte carent » : Les vers échappent à la mort. (I, 15)
  • « quid est somnus gelidae nisi mortis imago ? » : Qu’est-ce que le sommeil, sinon l’image de la froide mort ? (II, 10)
  • « Quod sequitur, fugio ; quod fugit, sequor. » : Ce qui me suit, je le fuis ; ce qui me fuit, je le suis. (II, 19)
  • « Ut iam seruaris bene corpus, adultera mens est » : Même si tu préserves soigneusement le corps, l’âme est adultère. (III, 4)
  • « Defugiunt auidos carmina sola rogos » : Rien n’échappe à l’avide bûcher, sauf les poèmes. (III, 9)

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 4 votes)
Loading...

Alexandra

Ex professeure de français reconvertie en rédactrice web, je crois fondamentalement aux pouvoirs du chocolat, aux vertus de la lecture, et à la magie des envolées d’Edouard Baer !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide