Présentation de l'oeuvre

Les circonstances de la rédaction

A partir de 1761, Rousseau est de plus en plus obsédé par la hantise d'un complot contre lui. Ses livres sont censurés, son Emile ou de l'Education est vivement critiqué. Menacé d'arrestation, il décide de s'exiler en Suisse, où il entreprend de témoigner de sa vie, de faire son propre portrait.

Au fur et à mesure du temps qui passe, il sent sa mort se rapprocher : la première partie est résolument plus joyeuse que la seconde partie, bien plus teintée de pessimisme.

C'est en 1771 que Rousseau termine la rédaction des Confessions.

Comment faire l'analyse littéraire et politique du livre Du Contrat Social du philosophe Rousseau ?
Jean-Jacques Rousseau était un écrivain et philosophe genevois qui a énormément contribué à la pensée politique contemporaine !

Structure de l'ouvrage

Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau est un ouvrage autobiographique qui relate les cinquante-trois premières années de la vie de Rousseau (jusqu'en 1765).

Elles sont composées de douze livres, séparés en deux parties distinctes :

  • la partie I, regroupant les livres I à VI ainsi que le Préambule, a été rédigée entre 1765 et 1767 : elle couvre les années 1712-1740, soit les années d'enfance à Genève, de formation, et l'installation à Paris, à 28 ans
  • la partie II, avec les livres VII à XII, est rédigée entre 1769 et 1770 : elle relate les années 1741-1765, faites de rencontres avec les philosophes et mélomanes des milieux parisiens, avec ses réussites (comme le succès de La Nouvelle Héloïse) et ses échecs (la fuite en Suisse qui suit la publication de l'Emile)

Cette oeuvre sera publiée de manière entièrement posthume, après la mort de Rousseau : la première partie en 1782, la deuxième partie en 1789.

Le titre de l'œuvre

On peut définir « confession » de trois manières :

  • d'un point de vue religieux, la confession consiste en l'absolution des péchés
  • aveu d'une action blâmable
  • ouverture à l'autre, le mettre dans la confidence d'un secret

Si Rousseau emprunte à Saint-Augustin le titre de son oeuvre, celui ci n'utilise le mot que dans son sens premier. A contrario, Rousseau accomplit son acte sans valeur religieuse, mais simplement dans la volonté d'être sincère et humble, tout en défendant sa cause. Rousseau cherche ainsi à rendre un portrait positif de lui-même, se présentant essentiellement comme une victime de la vie.

Par ces « confessions », Rousseau fonde néanmoins le genre moderne de l'autobiographie et marque l'histoire de la littérature française. Ainsi, au début du livre I, il écrit :

« Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.

Moi, seul. Je sens mon cœur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m’a jeté, c’est ce dont on ne peut juger qu’après m’avoir lu. »

Confessions à l'Homme

Même si Dieu est évoqué dans le préambule, Rousseau s'adresse aux hommes. Aussi l'aveu de ses fautes n'est-il pas dicté par la religion. Rousseau est simplement obsédé par la justification : l'action effectuée est tout de suite suivie par une justification.

Rousseau joue à la fois le rôle de pénitent et en même temps le prêtre qui pardonne les péchés. Il est le confesseur et le confessé.

Ce double rôle attribue à son écriture la dimension de catharsis (= purification de soi, introspection). La mise en scène du jour du Jugement Dernier permet à Rousseau de demander à Dieu la reconnaissance de sa sincérité et non le pardon qui devrait être demandé (ce qui est le but d'une confession).

Rousseau souhaite captiver son lecteur et l'intéresser à sa vie, voire même que celui-ci s'attache au personnage principal (qui n'est autre que Rousseau lui-même). C'est pourquoi l'auteur s'adresse à son lecteur comme à un ami, manifeste par l'abondance d'apostrophes et d'impératifs.

Cependant, en montrant que la société condamne à tort sur des apparences, Rousseau oeuvre pour l'humanité toute entière et se pose en témoin de l'humanité.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
1er cours offert !
Julie
5
5 (80 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (95 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (39 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (42 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (47 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (80 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (95 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (39 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (42 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (47 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert>

Résumé par livres

Les Confessions suivent un ordre chronologique. Chaque livre se concentre sur une période particulière de l'existence de Jean-Jacques Rousseau.

Incipit

En préambule, Jean-Jacques Rousseau affirme présenter, par Les Confessions, un projet inédit : la rédaction de ses mémoires, dans lesquelles il livre la vérité sur sa vie et dit, sans détour, qui il est.

Livre I

Le récit commence naturellement par la naissance du philosophe, en 1712, à Genève, dans une famille modeste. Son père était horloger tandis que sa mère est morte en couche. Rousseau dit découvrir le plaisir de la lecture à l'âge de six ans.

S'il se décrit comme un enfant aimé, son père doit quitter Genève en 1722 et le place chez le pasteur Lambercier, dans le village de Bossey. C'est à cette époque, dans cet endroit semblable, selon ses mots, au paradis, qu'il est en proie à ses premières stimulations sensuelles : lorsque Mademoiselle Lambercier, la soeur du prêtre, lui donne une fessée, l'enfant ressent une volupté jusqu'alors inconnue.

Jean-Jacques connaît aussi sa première injustice, au sujet d'un peigne qu'on l'accuse d'avoir cassé. C'est l'occasion de se trouver une haine pour l'injustice.

En 1724, il retourne à Genève, où il est logé chez son oncle. Différentes tentatives pour lui trouver une profession se soldent par des échecs :

  • chez un juriste, pour apprendre le métier de procureur, mais d'où il est renvoyé
  • chez un graveur, un homme brutal, où Jean-Jacques n'apprend que la paresse

A seize ans, épris de liberté, le jeune homme choisit de quitter la ville pour errer sur les routes.

Livre II

En vagabondant, Rousseau passe par de nombreuses villes aux environs de Genève.

Qu'a fait Rousseau durant sa vie ?
Gustave Courbet, Grand panorama des Alpes, Les Dents du Midi, 1877.

En 1728, il arrive à Confignon, où il est accueilli par le curé de M. de Pontverre. Son hospitalité et sa bienveillance parviennent à sensibiliser Rousseau au catholicisme.

Le philosophe en devenir continue son chemin pour arriver à Annecy, au gîte de Madame de Warens. C'est la première expérience en séduction de Rousseau : il séduit en même temps qu'il est séduit. Il souhaitera éterniser le souvenir de cette rencontre.

On l'envoie néanmoins dans un hospice de catéchumènes, à Turin. Là, on force Rousseau à se convertir : il vit cette cérémonie comme très violente, ressentant une grande humiliation.

En parallèle, il découvre une ville qu'il ne connaît pas, et qui lui plait. Il se lie d'amitié avec Mme Basile, avec laquelle se noue une relation platonique. Il finit par se faire renvoyer par le mari jaloux, mais trouve une place dans la maison de la comtesse de Vercellis grâce à sa nouvelle amie.

Dans ce foyer, Rousseau vole, dans des circonstances particulières, un ruban appartenant à une dame. Sur le point de devoir avouer le vol du ruban devant une nombreuse assemblée, il se trouble et en accuse Marion, qui est renvoyée tout comme lui.

Livre III

Pendant plusieurs jours, Rousseau est sans occupation. Plein de frustration, il se livre à l'exhibitionnisme et se fait passer pour fou afin d'éviter toute complication judiciaire.

Au terme de cette époque, il se lie d'amitié avec l'abbé Gaime, qui reprend son éducation. Il entre comme laquais chez le comte de Gouvon. Il tombera amoureux de sa belle-fille, Mademoiselle Breil, mais c'est un nouvel échec.

Bientôt, il reprend la route vers Annecy, notamment pour revoir Madame de Warens. Il devient vite son amant, tout en l'appelant « maman ».

Elle l'encourage à devenir musicien. Il entre en pension chez le maître de musique de la Cathédrale, avec qui il se lie d'amitié. Toutefois, celui-ci le convainc d'aller à Lyon avec lui. Mais le Maître fera une crise d'épilepsie une fois arrivé en France, ce qui provoque le départ de Jean-Jacques.

Livre IV

Revenu à Annecy, il ne trouve personne chez Madame de Warens.

Partant pour la Suisse, il s'arrête à Lausanne, puis à Neufchâtel, où il devient professeur de musique pendant un an.

Après de nombreux voyages et des rencontres, il retrouve Madame de Warens à Chambéry.

Livre V

En compagnie de Madame de Warens, Rousseau peut se consacrer à la musique autant qu'à l'amour.

Livre VI

En 1739, Jean-Jacques Rousseau est sujet à des problèmes de santé et doit se rendre à Montpellier pour y suivre une cure.

Durant son absence de cinq mois, Madame de Warens devient l'amante d'un autre. Lorsque Rousseau le découvre, il part pour Paris.

Livre VII

A Paris, Rousseau se consacre à la musique mais a des difficultés pour en vivre.

Il rencontre néanmoins Thérèse Levasseur, une lingère, avec laquelle il s'installe. De cette union naîtront cinq enfants, qui seront tous abandonnés à la naissance.

Il rencontre, durant cette époque parisienne, Diderot.

Livre VIII

En 1749 paraît un concours dans un journal, à l'initiative de l'Académie de Dijon : « Le progrès des Sciences et des Arts a contribué à corrompre ou à épurer les moeurs ? » C'est en guise de réponse à cette question que Rousseau rédige Discours sur les Sciences et les Arts, grâce auquel il remporte la mise.

De retour à Genève, il compose un second ouvrage : Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, paru en 1755.

Il réalise également un opéra, Le Devin du Village, qui sera représenté devant le Roi.

Madame d'Epinay, sa mécène et protectrice, amie des encyclopédistes, lui aménage, dans la forêt de Montmorency, une maison nommé « L'Ermitage », où il s'installe en 1756.

Livre IX

C'est dans sa résidence sylvestre qu'il rédige ses prochains ouvrages : Julie ou La Nouvelle Héloïse (1761), Du Contrat social (1762), et L'Emile ou De l'éducation (1762).

Cette période est également marquée par de nombreuses querelles, découlant de ses publications. Il se brouille avec ses proches.

Livre X

S'étant attiré le ressentiment de Madame d'Epinay, il quitte l'Ermitage.

Il est accueilli par le Maréchal de Luxembourg, dans son château de Montmorency.

Livre XI

Si la publication de La Nouvelle Héloïse est une véritable triomphe éditorial, Jean-Jacques Rousseau compte de plus en plus d'ennemis au sein du milieu littéraire.

L'Emile ou De l'éducation provoque a contrario un véritable scandale, qui l'oblige à s'enfuir en Suisse, tandis qu'un mandat d'arrestation est émis contre lui.

Livre XII

Rousseau connaît l'opprobre. Il est recherché par les autorités françaises, les autorités suisses le jugent indésirable : il se retrouve à errer de ville en ville.

Finalement, il trouve protection en Angleterre et y élit résidence.

Ou Rousseau a-t-il fini sa vie ?
Spring, Arnside Knot from Warton Crag (1863) de Daniel Alexander Williamson © Courtesy National Museums Liverpool, Walker Art Gallery

Les thématiques de l'oeuvre

Rousseau, à travers le récit de soi, expose la chute de l'enfant chéri à l'enfant perdu à travers les trois mythes :

  • l'âge d'or : d'abord innocent, il perd progressivement sa naïveté et le bonheur, par analogie à l'histoire de l'humanité
  • le paradis terrestre : il quitte l'univers du Bien pour celui du Mal, tels Adam et Eve qui sont exclus du Jardin d'Eden
  • l'état de nature : hypothèse philosophique sur laquelle repose sa conception de la société

Se dégagent à travers ces mythes les conceptions philosophiques de Rousseau, son rapport à la société et aux autres, ainsi que sa coïncidence avec lui-même.

La religion

Rousseau a toujours été croyant, mais pas comme les gens des deux confessions dominantes. Sa piété découle d'une tradition familiale, puisque son grand-père était un pasteur genevois.

Sensible aux charmes et aux discours de Madame de Warens (« une religion prêchée par de tels missionnaires ne pouvait manquer de mener au paradis »), Rousseau crée le personnage du vicaire savoyard pour affirmer sa croyance dans une Providence bienfaisante.

Néanmoins, Rousseau finit par affirmer la supériorité du protestantisme :

« Le catholique doit adopter la décision qu'on lui donne, le protestant doit apprendre à décider. »

La fatalité

Les Confessions sont construites autour d'une certaine paranoïa, selon laquelle une conspiration se dresserait contre sa liberté.

Rousseau justifie ses tribulations successives par l'idée de destin, conférant à ses errements une dimension nécessaire. Ses différentes expériences, aussi dures soient-elles, doivent lui apprendre le sens de sa vie et permettent une analyse a posteriori. Il dit ainsi, dès le livre I :

« Ma naissance fut le premier de mes malheurs. »

Il faut être conscient que cette fatalité s'inscrit dans une stratégie dramatique et narrative : Rousseau devient un héros tragique. Le philosophe, par l'exposition de ses fautes et par la justification qu'il en offre, suggère que cette fatalité l'empêche de s'épanouir pleinement, vis-à-vis de ses réelles dispositions.

Mais Rousseau se montre aussi lucide : il sait qu'il est trop facile de tout imputer au destin. Seule importe, finalement, la pureté de ses sentiments.

Une société corruptrice

Rousseau ne se présente pas comme un héros ambitieux. Les Confessions ne sont pas un roman d'apprentissage où un jeune être plein d'ambition se forme au contact du monde.

A contrario, le philosophe ne s'adaptera pas à la société, voulant plutôt fuir le contact des hommes, tant il critique leurs comportement :

« Plus j'ai vu le monde, moins j'ai pu me faire à son ton. »

Livre IV

En écrivant son autobiographie, Rousseau cherche à faire réfléchir son lecteur à propos d'une société qu'il accuse de corrompre l'individu. Selon lui, plus l'homme vit en société, plus l'homme renonce à sa liberté.

Sans vouloir révolutionner la société, le philosophe milite pour des valeurs civiques qu'il juge incontournables et mélioratives :

  • le combat contre l'injustice
  • le courage
  • le sens de l'honneur
  • l'amour de la liberté
  • l'esprit libre et républicain

La littérature

Rousseau se démarque de son époque, qui est celle des Lumières : l'esprit et la raison sont les valeurs suprêmes, l'intelligence devrait régner sur l'univers. Lui fait primer la sensibilité contre la raison, la sincérité contre l'ironie, l'individu contre la société. Fatalement, il est en marge des débats de son époque.

Il apparaît, au fil de son récit, comme un rêveur romantique, éduqué par ses lectures d'enfance. On sent ainsi la trace de l'univers médiéval.

Le plaisir de rêver

La nature occupe une place centrale dans la philosophie de Rousseau. La base de sa conception, c'est l'état de nature : un temps où l'homme vivant dans un état d'innocence et de liberté, par opposition à l'état social, où l'homme se retrouve asservi.

Mais la nature est avant tout un paysage. Rousseau, au contact des espaces naturels, ressent de fortes émotions qui façonnent sa sensibilité autant que sa mémoire. Pour autant, le lecteur trouvera peu de descriptions brutes ; le spectacle de la nature est plutôt l'occasion d'entrer dans la rêverie, laquelle peut prendre différentes formes.

Johann Wenzel Peter : Adam et Ève au Paradis Terrestre, XIXème siècle

Rêverie idyllique

Il y a une rêverie qui lie des paysages à des personnes aimées, comme le moment où le narrateur associe Madame de Warens à ce qu'il voit depuis sa fenêtre à Annecy. Cette rêverie se déploie avec euphorie, et rend le philosophe optimiste. Selon les caractéristiques du paysage, on peut distinguer trois formes :

  • le paysage campagnard : c'est la simplicité, l'innocence et l'abondance qui priment. Bossey, la terre de son enfance, est l'archétype de ce sentiment là : tel un enfant, Rousseau la voit remplie d'innocence et très prodigue.
  • le paysage alpestre : c'est une nature de la montagne moins civilisée que celle des jardins de son enfance. La peur et la solitude se mêlent aux plaisirs simples qui le font se sentir en phase avec son moi. Ses descriptions annoncent le romantisme.
  • la ville : Rousseau la voit comme le lieu de l'artifice et de l'aliénation ; il la présente sous un jour désolé, dégradé.

Une nature stimulante

Rousseau décrit peu les paysages qui le fascinent. Ses références sont avant tout littéraires ou psychologiques. En se promenant, en flânant, le philosophe se trouve stimulé et voit sa nostalgie éveillée, son inspiration élevée.

Dans la nature, Rousseau trouve l'endroit parfait pour mettre ses sensations en éveil.

Le plaisir de la marche

Souvent, Rousseau associe le plaisir de la nature à celui de la marche. Il y voit l'expression de sa liberté, de son indépendance : sans aucune contrainte, il peut avancer jusqu'à l'exaltation et l'euphorie, jusqu'au sentiment de toute puissance.

En marchant, Rousseau devient plus rêveur. C'est l'endroit de la solitude par excellence, celui qui lui fait retrouver son monde intérieur. Il voit dans l'exploration de la nature une manière de s'explorer lui-même, d'écouter son être authentique. Là encore, il y a des prémices romantiques, puisque ce courant établira de nombreux parallèles entre le paysage et les états d'âme.

Le rôle de la mémoire

Le récit autobiographique est, pour Rousseau, un art. Il doit obéir à une logique propre où se mêlent la nécessité de raconter des épisodes singuliers de sa vie et le plaisir de s'y replonger pour la transmettre au lecteur. L'expérience vécue devient une aventure littéraire.

Surtout, le récit de sa vie est marqué par des perturbations que Rousseau commente. Se confrontent alors le temps du passé et le temps du présent : il raconte son souvenir et dit quelque chose sur celui-ci, depuis le présent de son écriture.

En se racontant, Rousseau expose des « affections secrètes » : la mémoire affective et involontaire (la manière dont il se souvient malgré lui, à partir de ses sentiments) offre à Rousseau de retrouver l'enfance passée, paradis perdu par excellence, là où le rêve et la réalité interagissaient en toute innocence.

Si les failles de la mémoire pose le problème de l'authenticité, Rousseau dépasse cet écueil. Il accorde une confiance absolue à sa mémoire, qu'il estime être infaillible : en effet, ce dont il ne se souvient pas n'a pas d'importance, puisque cela n'a pas marqué sa sensibilité.

La connaissance de soi

Rousseau se plie à la transparence pour permettre au lecteur de reconstituer le moi véritable de Rousseau. Il n'hésite pas à partager ses secrets les plus intimes et les plus honteux, tels que la masturbation, le masochisme ou l'exhibitionnisme, afin de parvenir à un partage total entre lui et les autres, qui assurera la réussite de son entreprise de transparence.

Rousseau, défiant les moralistes, part du principe que le coeur de l'homme est obscur et complexe à saisir. Il insiste sur l'apparent illogisme de son comportement. Partant, il s'efforce de revivre ses expériences sensibles pour offrir le maximum d'informations, dans l'espoir de recréer une logique, fût-elle contradictoire.

Rousseau s'offre comme outil de comparaison pour l'humanité entière. Sa confession doit servir aux autres pour qu'ils progressent dans leur connaissance de soi. Il affirme, en parallèle, la supériorité du sensible sur tout autre mode de compréhension et d'analyse du monde :

« Je n'avais rien conçu, j'avais tout senti. »

Livre I

Rousseau suit les idées du sensualisme, notamment théorisé par Condillac. Ainsi, selon lui, dès la prime enfance, sous l'effet des expériences sensorielles, les facultés intellectuelles se développent. Pour prouver son idée, Rousseau détaille au maximum les événements décisifs de sa vie, notamment dans les quatre premiers livres qui se concentrent sur son enfance.

Rousseau sait qu'il est composé d'une pluralité de personnages, composant son identité. Il se décrit alors dans une perspective dynamique pour démontrer les différents agrégats qui le constituent.

La place du lecteur

La composition des Confessions est totalement inédite, avant tout par le rôle que le narrateur accorde au lecteur. Il affirme ainsi, dans le livre I :

C'est [au lecteur] d'assembler ces éléments et de déterminer l'être qu'ils composent.

Rousseau ne délivre pas une vérité prête à consommer : c'est au lecteur de la trouver à partir de tous les souvenirs qu'il retrace.

Ainsi, le lecteur est à la fois :

  • le destinataire des confessions, en tant que Rousseau recherche sa bienveillance, en partageant ses troubles intérieurs
  • l'interprète, puisqu'il doit lui-même classer les informations, recomposer le portrait du narrateur
  • le juge, car, à la fin, Rousseau est déclaré coupable ou innocent

C'est ainsi que tout au long de son récit, le philosophe met son lecteur tantôt à distance, tantôt à sa portée : il l'exhorte à interpréter et à juger.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,67/5 - 3 vote(s)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.