Dom Juan, une pièce classique ?

Les caractéristiques du classicisme

Le classicisme est un mouvement littéraire qui se développa en France , et plus largement en Europe, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Il désigne un ensemble de valeurs et de critères qui définissent un idéal s'incarnant dans " l'honnête homme "et qui développent une esthétique fondée sur l'idéal de perfection .

Le théâtre classique devait obéir à des règles bien précises écrites par Nicolas Boileau dans l'Art poétique.

A savoir, la règle des trois unités, c'est à dire une unité de temps (l'histoire se déroule en une seule journée), une unité de lieu (un seul décor) et une unité d'action (une seule intrigue). Cette règle des 3 unités était censée capter l'attention du spectateur.

Une deuxième règle est la règle de bienséance, pour ne pas choquer les spectateurs, qui étaient souvent des femmes et des hommes de la cour du roi. Les meurtres, les suicides devaient se dérouler à l'extérieur de la scène, et racontés par un personnage.

Il y a aussi la règle de vraisemblance, c'est-à-dire que l'intrigue et la situation d'énonciation doivent être possibles.

De plus, les comédies classiques ont comme caractéristiques :

″ une action contemporaine, se passant dans une famille de la petite bourgeoisie ;

″ trois ou cinq actes, selon que la pièce est longue ou courte ;

″ un registre comique , langage presque oral;

″ un dénouement heureux

Dom Juan

La pièce comporte bien 5 actes, et la règle de vraisemblance est vérifiée

Dans Dom Juan, les unités de lieu et de temps imposées par le théâtre classique sont mises à mal. On a du mal à croire que tant d'événements peuvent se passer en un jour. D'ailleurs, Don Carlos, lorsqu'il ne veut pas tuer Don Juan, dit qu'il veut lui laisser un temps supplémentaire, cela implique donc une durée plus grande qu'une journée.

De plus, l'unité de lieu n'est elle non plus pas respectée, puisque chaque acte propose un lieu différent.

Le dénouement se fait longuement attendre, puisqu'il est prévisible dès l'acte III. Cependant, celui ci se précipite en 2 courtes scènes, ce qui est contraire aux règles du dénouement classique, où tous les personnages se retrouvent en scènes, le sort de chacun étant fixé. Ici, les personnages ne sont pas tous réunis. Le sort de chacun est indifférent ; les personnages que Don Juan a fréquenté disparaissent dès qu'il ne pense plus à eux. On ne sait pas ce que deviennent Charlotte, Mathurine, Done Elvire. Seul Sganarelle demeure.

De plus, le dénouement est ambigu :  Sganarelle parle au nom de la morale (appel au repentir dans sa dernière tirade) mais au moment du danger il désavoue le maître dont il a été le complice et le double : "mes gages" prend une tournure grinçante : Dom Juan n'est plus qu'un employeur indélicat, qui part sans payer ses employés ! Le comique, grinçant, survit au milieu du tragique. Et le tenant de la morale se disqualifie définitivement, notamment aux yeux d'un public noble, pour qui parler d'argent est de la dernière vulgarité. Enfin, Dom Juan subit-il vraiment une défaite ? L'exclamation "ô ciel" est arrachée par la douleur physique, et sa dernière parole lucide est "non". Toute la puissance du ciel peut écraser physiquement un homme, mais ne peut rien contre la liberté de la conscience... La règle de bienséance n'est donc pas totalement respectée.

Dom Juan est donc une pièce peu classique.

Dom Juan, une pièce baroque

Le baroque

Le baroque poursuit le mouvement artistique de la renaissance et le classicisme lui succède à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle.

Au théâtre, le baroque est traduit grâce une certaine mise en scène qui met en évidence les caractères du mouvement (lumières, jeux, costumes, décors...).

Le théâtre baroque du début du XVIIe siècle se caractérise par le mouvement, les effets de surprise, l'exacerbation de l'élan amoureux.

Dom Juan

Dans Dom Juan, la pièce joue sur la surprise. En effet, on remarque l'apparition d'êtres surnaturels qui contribuent à donner un climat de magie et de mystère. L'intervention du surnaturel se caractérise par la présence du Spectre, et de la Statue mouvante du Commandeur. Par ailleurs, il est nécessaire d'utiliser des machines spectaculaires, ancêtres de nos « effets spéciaux », pour représenter le scène finale. De plus, on remarque dans la pièce des retournements surprenants de Dom Juan qui en fait joue l'hypocrite…

Le mouvement est aussi un thème important : Don Juan fuit, traverse les paysages, passe, ne s'arrête pas et ne se lie jamais. Son élan amoureux est irrépressible mais bien volage. C'est un vrai libertin, un inconstant.

Conclusion

S'éloignant des règles strictes du théâtre classique, Dom Juan peut être lue comme une pièce manifestant de fortes influences baroques.

Dom Juan est donc finalement une pièce plus baroque que classique.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,54/ 5 pour 13 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide