Introduction

Ce passage est extrait du chapitre 31 du livre I des Essais de Michel de Montaigne (humaniste du XVI°) Les Essais sont dominés par le souci d'étudier l'homme à travers tous les siècles de l'histoire et nous permettent ici de découvrir l'esprit critique de Montaigne à travers le témoignage clairvoyant sur les premiers effets du colonialisme européen. En effet, à cette époque, le P, l'E et la F découvrent le nouveau monde et ses populations dont les cannibales de la côte du Brésil. Montaigne va consacrer un chapitre entier à ces gens et raconte une discussion réelle avec eux.

Lecture du texte

Trois d'entre eux, ignorant combien coûtera un jour à leur repos et à leur bonheur la connaissance des corruptions de deçà, et que de ce commerce naîtra leur ruine, comme je présuppose qu'elle soit déjà avancée, bien misérables de s'être laissé piper au désir de la nouvelleté, et avoir quitté la douceur de leur ciel pour venir voir le nôtre, furent à Rouen, du temps que leur feu roi Charles neuvième y était. Le Roi parla à eux longtemps ; on leur fit voir notre façon, notre pompe, la forme d'une belle ville. Après cela, quelqu'un en demanda à leur avis, et voulut savoir d'eux ce qu'ils y avaient trouvé de plus admirable ; ils répondirent trois choses, d'où j'ai perdu la troisième, et en suis bien marri ; mais j'en ai encore deux en mémoire. Ils dirent qu'ils trouvaient en premier lieu fort étrange que tant de grands hommes, portant barbe, forts et armés, qui étaient autour du Roi (il est vraisemblable qu'ils parlaient des Suisses de sa garde), se soumissent à obéir à un enfant, et qu'on ne choisisse plutôt quelqu'un d'entre eux pour commander ; secondement (ils ont une façon de leur langage telle, qu'ils nomment les hommes moitié les uns des autres) qu'ils avaient aperçu qu'il y avait parmi nous des hommes pleins gorgés de toutes sortes de commodités, et que leurs moitiés étaient mendiants à leurs portes, décharnés de faim et de pauvreté ; et trouvaient étrange comme ces moitiés ici nécessiteuses pouvaient souffrir une telle injustice, qu'ils ne prissent les autres à la gorge, ou missent le feu à leurs maisons.

Je parlai à l'un deux fort longtemps ; mais j'avais un truchement qui me suivait si mal et qui était si empêché à recevoir mes imaginations par sa bêtise, que je n'en pus tirer guère de plaisir. Sur ce que je lui demandai quel fruit il recevait de la supériorité qu'il avait parmi les siens (car c'était un capitaine, et nos matelots le nommaient roi), il me dit que c'était marcher le premier à la guerre ; de combien d'hommes il était suivi, il me montra un espace de lieu, pour signifier que c'était autant qu'il en pourrait en un tel espace, ce pouvait être quatre ou cinq mille hommes ; si, hors la guerre, toute son autorité était expirée, il dit qu'il lui en restait cela que, quand il visitait les villages qui dépendaient de lui, on lui dressait des sentiers au travers des haies de leurs bois, par où il pût passer bien à l'aise.

Tout cela ne va pas trop mal : mais quoi, ils ne portent point de hauts-de-chausses !

Annonce du plan

Lecture méthodique

Le portrait intellectuel et moral des cannibales

intellectuellement

  • ne se laisse pas impressionner par le cérémonial de l'accueil
  • fins observateurs
  • ont su livrer le résultat de leur observation ( 10 et après)
  • ont du bon sens (roi :enfant)

moralement

  • respecte les anciens
  • sensibles et pratiquent la charité chrétienne, choqués par l'inégalité (" les hommes pleins… feu à leurs maisons")
  • ne conçoivent pas les privilèges
  • simplicité de vie : modeste, n'ont pas de pouvoir

Conclusion partielle : Montaigne vient de nous présenter les cannibales sous un jour très positif. Ils ne sont pas corrompus par le pouvoir et les richesses et ont un sens très poussé de la fraternité.

Les moyens stylistiques utilisés par l'auteur

la syntaxe

1° phrase : Sujet, 5 subordonnées incises, Verbe

  • elle est longue, complexe :
  • alerte le lecteur
  • insiste sur le danger
  • sens prémonitoire de M

Oubli de Montaigne (l 9-10)

Le lexique révélateur

  • le champs lexical de la première phrase (dégradation de l'existence : coûtera, ruines, bien misérables, piper)
  • le superlatif " le plus admirable " nous surprend car il est suivi de critiques cinglantes
  • les doublets : " pleins et gorgés ", " décharnés de faim et de pauvreté "
  • tonalité violente du lexique des conseils

discours rapporté pour les critiques

  • critique de la monarchie héréditaire
  • critique des inégalités sociales

Conclusion partielle : Montaigne a mis successivement la syntaxe, le lexique, le ton au service d'une cause qui lui est chère.

Conclusion

La sympathie que Montaigne éprouve envers les étrangers et ici les cannibales, a su être partagée. Il a souligné les vertus de ces hommes qui débarquent au sein d'une civilisation corrompue, qui la découvrent et qui devancent l'ingénu(Regard d'une personne extérieure au sujet) du XVIII° siècle.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide