Depuis son invention avec les romans de chevalerie, le roman n’a cessé de se diversifier.

Un roman est fait pour divertir le lecteur et le faire s’évader. En revanche, il répond à des préoccupations de temps, de changements de la société et dénonce les conventions sociales. Il peut être humoristique, passionné, engageant ou à suspense.

Ainsi, il existe de nombreux genres romanesques permettant de susciter engouement et prise de conscience chez le lecteur. Le roman doit également répondre à une certaine structure et à un schéma narratif pré-défini.

Le schéma narratif du roman

Quels sont les différents genres romanesques ? Le genre du roman répond à un schéma narratif évident.

Le schéma narratif a été mis en lumière par des critiques littéraires afin de mettre en valeur des structures universelles.

N’importe quel récit raconte l’histoire d’un personnage en quête de quelque chose. Selon le schéma de Greimas, qui s’appuie sur le conte traditionnel, il comprend un héros, une quête, des adjuvants et des opposants.

Les épreuves du héros forment l’intrigue. Le schéma narratif traditionnel est composé de cinq étapes :

  • La situation initiale,
  • L’élément perturbateur / l’événement déclencheur,
  • Les péripéties,
  • La résolution ou dénouement,
  • La situation finale.
Ce schéma narratif reste parfaitement symétrique : à toute situation initiale correspond une situation finale et à tout élément perturbateur correspond une résolution.
La majorité des histoires commence par une situation stable et retrouve une situation stable à la fin. Entre temps, des péripéties ont lieu à la suite d’un élément déclencheur. Elles constituent la plus grande partie du roman.
Traditionnellement, le récit se fait à l’imparfait et l’élément perturbateur est introduit par un changement de temps : le passé simple.
Ce schéma narratif sert de grille de lecture ou de plan d’écriture dans le cas où vous devriez écrire un récit en expression écrite. En réalité, ce schéma est respecté assez spontanément même si vous n’en avez pas connaissance dès lors que vous racontez une histoire même à l’oral.
Ex : « L’autre jour, je me baladais à Saint Emilion [situation initiale], quand tout à coup j’ai trébuché sur une pierre [éléments perturbateurs]. Je me suis écorché le genou et une dame m’a proposé du désinfectant et un pansement m’expliquant qu’elle en avait toujours sur elle à cause de ses enfants [péripéties]. J’ai eu une belle cicatrice [résolution] mais aujourd’hui cela va beaucoup mieux [situation finale] ! »
Dans certains cas, des retours en arrière sont possibles. C’est ce qu’on appelle des analepses. Le narrateur raconte alors des événements passés qui ont influencé le cours de sa vie : c’est une histoire dans l’histoire qui répond généralement aussi au schéma narratif.

La structure du roman

Comment analyser un récit ? On ne pense pas à la structure du roman lorsqu’on lit.

Le roman suit donc plusieurs étapes que nous avons détaillé dans le paragraphe précédent. Mais d’autres éléments participent à la rédaction du roman.

Les formes de l’intrigue

L'intrigue uniqueIl n'y a souvent qu'un personnage principal dont on raconte l'histoire. C'est le genre d'intrigue que l'on retrouve dans les nouvelles : très resserrées.
L'intrigue complexeIl s'agit de plusieurs intrigues liées entre elles par un point commun. Plusieurs personnages entrent en jeu et leur destin se retrouve à un moment donné de l'histoire.
L'enchâssementIl y a une intrigue principale et des intrigues secondaires. Ce procédé est souvent utilisé lorsque le narrateur raconte son histoire. Plusieurs narrateurs sont alors présents.

Les modes de narration

Le rôle du narrateur n’est pas simplement de raconter une suite d’événements mais de faire le lien entre eux selon un ordre qui lui est propre :

  • Le narrateur-personnage : histoire racontée à la première personne, cela peut être une autobiographie ou alors le narrateur est un personnage secondaire et agit en simple témoin. C’est un mode de narration qui donne l’illusion que l’histoire s’est réellement déroulée,
  • Le narrateur à la troisième personne : il ne manifeste sa présence que par des interventions ponctuelles. Il n’est alors ni un personnage, ni un témoin et agit comme un intrus à l’histoire lors de ses prises parole,
  • Le narrateur invisible : totalement extérieur à l’histoire, il n’intervient jamais dans l’histoire toujours racontée à la troisième personne.

Les sous-genres romanesques

Comment reconnaître le genre littéraire ? L’Attrape-Coeurs est à la fois un roman réaliste et un roman d’apprentissage.

Le genre romanesque peut prendre différentes formes qui influencent sa longueur, sa mise en scène et le point de vue du narrateur et des personnages. Il existe sept sous-genres principaux du roman.

Le roman autobiographique

Il ne faut pas confondre le roman autobiographique avec l’autobiographie qui est un genre à part. Dans une autobiographie, l’auteur fait le récit de sa propre vie.

Alors que le roman autobiographique met en scène un personnage. Il est écrit à la première personne et le personnage, arrivé au terme de sa vie (ou à la croisée de plusieurs chemins) dresse un bilan et raconte son histoire.

Voici quelques exemples de romans autobiographiques :

  • Gil Blas de Santillane de Lesage,
  • Le paysan parvenu de Marivaux,
  • René de Chateaubriand,
  • Le Lys dans la vallée de Balzac,
  • Le premier homme de Camus

Il peut y avoir une part de réel et de lien avec la vie de l’auteur mais il s’agit avant tout d’un roman.

Le roman historique

Il s’agit d’un roman ancré dans l’histoire. L’auteur raconte l’histoire d’un personnage ayant existé ou non et ayant vécu à une certaine époque.

Les personnages fictifs croisent les personnages réels de l’Histoire, l’intrigue s’inscrit dans la fiction.

Les lecteurs peuvent découvrir ce genre dès le XVIIème siècle mais c’est au XIXème siècle que le roman historique rencontre le plus de succès avec le mouvement romantique.

Quelques exemples de romans historiques :

  • Les Trois Mousquetaires de Dumas (siège de La Rochelle),
  • La reine Margaux de Dumas (massacre de la saint Barthélémy),
  • Les Misérables de Victor Hugo,
  • Le Chevalier des Touches de Jules Barbey d’Aurevilly,
  • Cinq-Mars de Alfred de Vigny.

Le roman réaliste

Le but de l’auteur de roman réaliste est de donner l’illusion au lecteur que l’histoire racontée s’est réellement déroulée. Les lieux de l’action existent, les personnages traversent des situations plausibles de la vie quotidienne.

Ce roman a été beaucoup utilisé au XIXème siècle pour dénoncer les mécanismes sociaux et souligner la différence de destin en fonction du milieu social et de l’hérédité des personnages. Le peuple et les pauvres ont une place de choix dans ces romans réalistes.

Le but est de représenter la réalité et de fouiller dans le vrai pour en faire la satire ou dénoncer.

Quelques exemples de romans réalistes :

  • Le Père Goriot de Balzac (et tous les romans de La Comédie Humaine),
  • Madame Bovary de Flaubert,
  • Une vie de Maupassant,
  • La fortune des Rougon (et toute la série des Rougon-Macquart) de Zola.

Le roman épistolaire

Comme son nom l’indique, le roman épistolaire est un roman construit à partir de lettres. Le lecteur est plongé dans l’histoire de deux personnages (en général) qui s’échangent des lettres, confient leurs émotions et racontent leur quotidien.

Les intrigues peuvent se croiser et le roman progresse grâce au jeu subtil des correspondances. Passions amoureuses, libertinage, ironie philosophique… Le roman épistolaire connaît un véritable essor au XVIIIème siècle.

Quelques exemples de romans épistolaires : 

  • Les Lettres Persanes de Montesquieu,
  • La nouvelle Heloïse de Rousseau,
  • Les liaisons dangereuses de Laclos.

Le roman d’apprentissage

Aussi appelé le roman d’analyse, il débute pendant l’enfance ou l’adolescence du personnage principal. Le personnage va connaître une série d’événements qui vont forger sa personnalité et sa vision du monde : deuil, désir, amour, renoncement…

Les personnages s’analysent eux-mêmes avec exigence et lucidité. Ils reviennent sur leurs jeunes années et sur les épreuves qui les ont forgées.

Quelques exemples de romans d’apprentissage : 

  • L’Education sentimentale de Flaubert,
  • La princesse de Clèves de Madame de La Fayette,
  • La porte étroite de Gide,
  • Candide de Voltaire,
  • Le rouge et le noir de Stendhal.

Pourquoi le sous-genre romanesque est important ? La saga Harry Potter appartient au genre de l’aventure !

Le roman d’aventures

Le roman de chevalerie est le premier exemple de roman d’aventures. Il transporte le lecteur dans un univers différent du sien. Les lieux peuvent être imaginaires, les rebondissements sont nombreux et le héros doit faire preuve d’audace et de courage.

Le héros doit affronté des dragons, des créatures imaginaires et le réel se mêle au fantastique.

Si dans le roman de chevalerie, le héros part en quête de quelque chose, au XIXème siècle, le roman d’aventures peut aussi prendre la forme d’un roman de science-fiction.

Quelques exemples de romans d’aventures : 

  • Voyage au centre de la Terre de Jules Verne,
  • Les Conquérants de Malraux,
  • Vol de nuit de St Exupéry,
  • Harry Potter de J.K Rowling,
  • Game of Thrones de George R. R. Martin,
  • Le seigneur des anneaux de Tolkien.

Le roman policier

Le roman policier débute généralement par la découverte d’un crime. L’intrigue policière se déroule autour de l’enquête et de l’identification des suspects.

Il faut trouver le mobile, analyser les preuves, faire tomber les alibis, résoudre l’énigme… Le lecteur est généralement plongé dans le point de vue de l’inspecteur ou du moins d’un narrateur essayant de résoudre le crime.

A la fin du roman, le crime est élucidé. Le lecteur est invité à se questionner à chaque étape et à essayer de résoudre l’énigme.

Quelques exemples de romans policiers :

  • Le crime de l’Orient-Express de Doyle,
  • Les crimes de Rouletabille de Leroux,
  • Hercule Poirot de Agatha Christie,
  • Da vinci code de Dan Brown,
  • La vérité sur l’affaire Harry Québert de Dicker,
  • Millenium de Larsson.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Alexia

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide