La situation politique

La régence (1715 – 1723)

La fin du règne de Louis XIV et sinistre. Ce tour Versailles, y compris le roi, à la suite de Mme de Maintenon, tombe en dévotion. Plus grave, la famine menace, l'édit de Nantes est révoqué, la guerre est constamment présente une station financière catastrophique. En 17 15, à la mort de Louis XIV, son successeur, le futur Louis XV, n'a que cinq ans ; aussi le duc d'Orléans assure-t-il la régence. Sur le plan économique, la situation est malsaine : la remise à flot espéré par l'État n'a pas lieu et le système de Law connaît une faillite retentissante. Sur le plan politique, l'autorité monarchique recule puisque le Parlement obtient le droit de remontrance. On assiste ainsi à une libération des mœurs. Le comédien italien, chassé en 1685, sont rappelés, les bals masqués sont ni à la mode etc. et le libertinage s'affiche.

Le règne de Louis XV (1723 – 1774)

Les pays roquent ouvre une certaine prospérité sous le ministère de Fleury (1726 – 1743). Le roi décide de quoi garder personnellement à partir de 1743. Il tente des réformes qui sont vite bloquées par le clergé, les parlements et les aumôniers de la famille royale. La guerre de sept ans se solde par la défaite de la France qui perd ses colonies en Amérique et aux Indes et s'incline devant la puissance anglaise. Lorsque Louis XV meurt, la monarchie est affaiblie, mais son règne a été caractérisé par une grande prospérité et par un rayonnement sans précédent de la civilisation française.

Le règne de Louis XVI (1774 – 1792)

« Dans les circonstances où se trouve la monarchie française, il faudra au jeune roi de la force et du génie », déclare Frédéric II de Prusse. Louis XVI, petit-fils de Louis 15, n'a ni l'un ni l'autre et la monarchie sombre en 1789, emportée par la révolution française.

Les cadres intellectuels

Définition des lumières

Dans un article publié en 1784 dans une revue berlinoise, le philosophe allemand Kant (1724 – 1804) donne une définition des lumières : « qu'est-ce que les lumières ? La sortie de l'homme de sa minorité, dont il est lui-même responsable. Minorités, c'est-à-dire l'incapacité de se servir de son entendement sans la direction d'autrui, minorité dont il est lui-même responsable puisque la cause en résident non dans un défaut de l'entendement, et dans un manque de décision et de courage de s'en servir sans la direction d'autrui. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des lumières. » (Sapere aude ! Phrase latine qui signifie littéralement : « Ose savoir ».)

Aucun contenu philosophique particulier ne définit les lumières mais bien plutôt une attitude aux dispositions de l'esprit qui soumet tout au libre examen de la raison. De ce premier principe, qui consiste à appliquer l'esprit d'examen aux faits observables et vérifiables, on découle un second qui est le refus du principe d'autorité. Ce refus conduit à une relecture, par exemple, de l'histoire et de la Bible. En s'appuyant sur des documents et en consultant les textes originaux, les érudits veulent débarrasser l'histoire des fables qu'elle charrie et remettre en question le caractère sacré de la Bible. On assiste ainsi à la naissance de la critique historique et de l'exégèse critique. Sans relâche, les lumières mettent en œuvre leur esprit critique acéré afin de débusquer les superstitions, les préjugés, toutes les sources d'erreurs possibles et de faire reculer l'ignorance.

Une critique historico- géographique

L’examen des différents types de gouvernements qui se sont succédé à travers les siècles amènent Montesquieu, dans de l'esprit des lois (1740 h8), à dégager des constantes de l'histoire politique. Il montre que sous leur apparente diversité, les sociétés cachent une logique qui les organise. Chaque type de gouvernement obéit à une logique interne qui seule permet de comprendre les raisons ne pose de telles lois, mœurs, évolution de la société. À juste titre, Montesquieu peut apparaître comme le fondateur des sciences politiques.

Cette approche comparatiste de l'histoire débouche naturellement sur une position relativiste, qui va être renforcé par le comparatisme géographique. En effet, les voyages et les récits de voyageurs se multipliant, le sentiment de relativité universelle s'amplifie. Les lettres édifiantes et curieuses des jésuites missionnaires en Chine font connaître les civilisations asiatiques hautement raffinées est cependant radicalement différent des sociétés européennes ont conséquence de voyages d'exploration dans le Nouveau Monde, le mythe du bon sauvage est une société proche de l'état de nature mais à la même époque et interroge l'Europe sur le fonctionnement de sa société. Citons à titre d'exemple le dialogue curieux entre l'auteur est un sauvage de bon sens qui a voyagé (1703), du baron de La Hontan (1666 – 1715). Les relations de voyages peuvent aussi être imaginaires ; elles deviennent ainsi le moyen d'une satire de la société européenne : les lettres persanes (1721) de Montesquieu et les suppléments au voyage de Bougainville (1773) de Diderot (1713 – 1784) en sont les exemples les plus connus. Cette nouvelle manière d'appréhender l'histoire et la géographie rend toute tradition sujette à caution et rend également problématique des fondements philosophiques, moraux et religieux de la société.

Une nouvelle sensibilité

La quête du bonheur est au cœur des préoccupations des hommes du XVIIIe siècle. Cela marque un changement important dans les mentalités. Jusqu'au XVIIe siècle, l'homme devait penser à son salut éternel et il devrait en conséquence. Là était la finalité de son existence. À partir du XVIIIe siècle, l'homme veut être heureux ici et maintenant. C'est l'idée que proclame Voltaire (1694 – 1778) dans la 25e lettre des lettres philosophiques (1734) et qui le reprendre son poème le Mondain (1736). Le désir de bonheur individuel, lié à l'avènement de l'individu ou du moi, n'est pas incompatible avec la recherche d'un bonheur collectif en rapport direct avec l'émergence de la notion d'homme social.

S'agissant des moyens utilisés pour parvenir au bonheur, deux idées reposées coexistent. Selon la première, représentée par Voltaire, on considère que l'humanité est en marche vers le bonheur, que son histoire et sous le signe du progrès, le progrès matériel engendrant un mieux-être moral. Selon la seconde, représentée par Rousseau, ont souscrit au mythe de la nature dans lequel le bonheur se situe dans un âge d'or révolu ; les peuples exotiques et lointains, proche encore de cet état originel, sont souvent perçus comme les dépositaires d'un bonheur perdu par les sociétés civilisées, retrouver ce type de bonheur implique de cultiver la vertu.

L'âme  sensible se caractérise par une capacité très vite ressentir les impressions, quelle qu'elle soit. Perçu comme un apanage de belles âmes, elle en est la marque distinctive. Elle se manifeste souvent par les larmes en ampleur en effet beaucoup au XVIIIe siècle exclamation avec son roman la nouvelle Héloïse (1761), Rousseau (1712 – 1778) exact, plus que tout autre, la sensibilité. Sans doute son héros Saint-Preux s'écrit-il: « fatal au présent du ciel avec une âme sensible ! » ; il n'en reste pas moins que la sensibilité, à l'inverse, peut procurer les joies les plus intenses.si l'on pose comme postulat que l'homme est bon, il suffirait en effet d'écouter son cœur pour faire le bien. La sensibilité est un moyen infaillible d'être vertueux et la vertu un moyen de parvenir au bonheur.

La pensée politique. L'intérêt des lumières pour l'histoire est indissociable de leur intérêt pour la politique. La notion de contrat social exposé par Rousseau dans son ouvrage le contrat social (1762) s'appuie sur l'aider, d'origine protestante, de droit naturel qui conteste la théorie du droit divin. Sauce inspirée également de Locke (1630 de tirer 1704) qui a combattu la théorie de droit divin est écrit en 1689 Deux traités de gouvernement. La doctrine du droit divin ne privilégie aucune forme particulière de gouvernement et soutient que l'autorité des gouvernements tant de Dieu. Une puissance absolue est requise des sujets. Par ailleurs, toute souveraineté originaire du pub est exclue. À l'inverse, dans le droit naturel, le gouvernement est une institution purement humaine. Pour Rousseau, il ne faut substituer un contrat unique, où le for a subjugué le faible, le nouveau contrat social et qui y assure à chacun la protection de la communauté lui rende les avantages de l'égalité et de la liberté qu'il a abdiquées en faveur de celle-ci.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,20/ 5 pour 5 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide