LE COMMENTAIRE DE TEXTE

Il s'agit de la lecture organisée d'un texte littéraire assez court, qui est analysé avec ordre et précision. Costruire le plan, d'un commentaire c'est organiser l'analyse de ce texte autour d'axes d'études permetant de rendre compte d'une lecture personnelle.
ATTENTION: commenter un texte n'est pas le décrire ni raconter ou répéter ce qu'il dit avec d'autres mots. C'est montrer comment il le dit et pourquoi. Cela demande de la rigueur et de la méthode: on évite ainsi la paraphrase, l'impression personnelle et le jugement de valeur arbitraire.

I / PREPARER L'ANALYSE

1°) L'objet d'étude: le texte à commenter se trouve dans un corpus destiné à illustrer un objet  d'étude au programme. On cherche dans le passage étudié ce qui caractérise l'objet  d'étude et les enjeux qui lui sont propres.
2°) Le corpus : il faut ensuite se reporter au corpus pour identifier ce qu'il met en valeur dans l'objet d'étude. Comparer le passage avec les autres textes du corpus peut éclairer utilement son originalité.
3°) Le genre et la forme du texte: il est nécessaire d'identifier ce qui rattache le texte à tel genre, à telle forme, pour comprendre son fonctionnement.
4°) Le contexte : le paratexte (date, auteur, titre) informe sur le contexte historique et culturel.

II/ APPROFONDIR L'ANALYSE

1°) Les question générales permettent de s'assurer qué l'on a bien compris le texte
- Qui parle à qui: identifier le locuteur et le destinataire.
- De quoi: se demander quel est le thème du texte
- Où: s'interroger sur le lieu
- Quand: définir le moment de l'action, l'âge de la vie.
-Comment et pourquoi: identifier les procédés d'écriture caractéristiques et s'interroger    sur l'effet qu'ils produisent, sur ce qu'ils traduisent ou expriment, pour en déduire le(s) registre(s) du texte.
2°) Les question particulière à chaque genre sont également déterminantes. Elles sont nécessaire pour cerner l'originalité d'un texte.
3°) La construction du texte enfin est signifiante. Son organisation et sa progresion se dégagnent notamment d'après la manière dont il commence et dont il finit.

III/ REGROUPER ET ORDONNER

1°) Toutes les observations effectuées doivent ensuite être classées, rassemblées, hirarchisées.
2°) Ces groupements permettent d'identifier les différentrs aspects du texte et de définir des axes de lecture qui condotionnent la rédaction du commentaire.

IV/  LE PLAN ET SES PRINCIPES

1°) La construction: le plan se déduit de la problématique définie dans le travail de préparation, et de l'analyse méthodiques du texte. Il s'efforce de répondre en 2 ou 3 paries à la question que pose la problématique. Chaque partie développe un aspect important du texte dont elle approfondit l'analyse. La démonstration, pour être convaincante, doit suivre une progression logique: les axes d'étude seront donc classés et ordonnées en fonction de ce qu'on veut démontrer.
2°) La progression
- Chaque grande partie représente uné étape de la démonstration, matérialisée au brouillon (et au brouillon uniquement) par un titre qui résume l'idée principale.
- Des sous-parites soulignent les différents moments de la réflexion à l'intérieur de la partie; elles apportent des arguments qui seront illustrés d'exemples pris dans le texte et commentés (on analyse tout ce que l'on cite).
- L'unité de chaque sous-partie est concrétisée par le paragraphe. On se limitera à 2 ou 3 sous-parties par partie.
3°) La logique: les transitions entre les grandes paries sont soignées, donc rédigées au brouillon, pour montrer l'enchaînement et la cohérence du propos; les articulations logiques entre les ous-partie sont marquées par des motsde liaison.
4°) L'éfficacité: le plan doit être clair et détaillé pour faciliter la rédaction.
- La numérotation des parties et des sous-partie, les titres et les sous-titres permettent de visualiser la progression de l'analyse même s'ils disparaissent au moment de la rédaction.
- Dans chaque sous-partie, on note les procédés d'écriture exploités, ainsi que les numéros des lignes ou des vers correspondants dans le texte, pour éviter d'avoir à chercher de nouveau au moment de la rédaction. C'est un moyen de gagner du temps, de vérifier, et de s'assurer que l'on a suffisamment d'éléments pour développer une sous-partie.

V/ LA COMPOSITIONS DU DEVOIR

1°) La présentation: le commentaire commence par un paragraphe d'introduction, suivi du développement en 2 ou 3 partie. Il se termine par une conclusion. On saute une ligne après l'introduction, entre les grandes parties et avant la conclusion, pour bien rendre apparente la dynamique du plan. Audébut de chaque partie et de chaque sous-partie, un alinéa soulignale le changement de paragraphe. Les transitions entre les parties sont elles aussi mises en relief par un alinéa.
2°) L'introduction en trois points:
- Situer le texte dans le contexte (historique ou littéraire) qui l'éclaire. Cette amorce doit être précise et en rapport étroit avec le texte étudié. On évite les généralités ou les indications biographiques sans rapport avec le texte à commenter.
- Présenter le texte comme si le lecteur ne l'avait pas sous les yeux (ne jamais commencer en utilisant le démonstratif  "ce texte"): nom de l'auteur, titre du passage quand il y en a un, titre de l'oeuvre, date de publication, genre et type de texte. Le sujet du texte est mis en évidence, ainsi que son mouvement s'il est caractéristique.
- Annoncer la problématique, formulée sous forme de question(s), et le plan suivi.
3°) Le développement: 2 ou 3 parties, constituées de 2 ou 3 sous-parties chacune.
- L'idée directrice est exposée au début de chaque partie.
- Chaque argument, illustré par des exemples et citations empruntés au texte et commentés, fait l'objet d'un paragraphe. Les exemples et les citations sont intégrés et mis entre guillemets.
- Chaque partie se termine par une phrase de transition qui annonce la suite.
4°) La conclusion en deux points:
- Un bilan de ce qui a été démontré dans le développement. (attention: Il ne faut  pas introduire de nouveaux exemples mais répondre clairement aux questions posées dans l'ntroduction).
- Un élargissement de la problématique, qui permet de replacer le texte dans un ensemble plus vaste. On peut notamment le comparer à d'autres oeuvres qui traitent du même sujet, pour évaluer sa modernité et son originalité.

VI/ LA REDACTION

1°) Controler l'emploi de la forme interrogative. Le commentaire est un texte argumentatif: il affirme. N'abusez pas des questions, mêmes oratoires, puisqu'il s'agit essentiellement d'apporter des réponses, aussi précisément que possible.
2°) Employer du vocabulaire de l'analse littéraire approprié: maîtriser les mots techniques adéquats, mais sans tomber dans le "jargon" (vocabulaire inutilement compliqué)
3°) Eviter de donner ses impresssions ou ses sentiments sur le texte. Le commentaire est une analyse rigoureuse qui vise l'objectivité, non un jugement subjectif. Ne pas utiliser la prémière personne et préférer les tournures impersonnelles.
4°) Bannir les répétitions, le effets d'annonce ou les retours en arrière qui ne servent qu'à souligner le sdéfaults du plan.

 

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide