Situation

Apollinaire 1880-1918, né en Italie, mère polonaise, naturalisé français, vie ds le sud de la Fr depuis sa jeunesse ; grd amoureux, mais amour malheureux ‘l’amour n’est pas réciproque) ; séjour en Allemagne : c’était un précepteur ds une famille et a eu une courte liaison avec la fille, c’est pourquoi il écrit ensuite : « La chanson du mal aimé »

Revenu en Fr, il s’intéresse à la peinture, habite à Montmartre, et a une liaison qui se fini mal avec une des seule F peintre : Annie Playden Marie Laurenun ; et écrit plusieurs poèmes, drame…

Recueil de poèmes le plus connu : Alcools 1913 ; il a inventé : Calligrammes à partir de 1914 et paru après sa mort ; a inventé le mot « surréalisme »  avec : Les mamelles de Tirésias en 1917

Apollinaire n’a pas appartenu au surréalisme, car ce groupe a été crée après la G (il était déjà mort)

Il est mobilisé à la G et a été blessé à la tête, puis atteint la grippe espagnole et en est mort.

Lors de l’écriture du « Pont Mirabeau » : liaison avec Marie Laurencin du 1907-1912, qui a un apart’ près du pont Mirabeau, donc Apollinaire a acheté un apart’et devait traverser ce pont pour aller chez elle

Poème sans ponctuation

Vocabulaire

Topo : lieu commun ou thème récurrent

Structure

Poème élégiaque : variation perso sur un topos de la littérature, thème de la fuite du temps et de l’amour, paradoxe de la permanence de l’être

Poème incantatoire : musicalité du poème, le lyrisme (permet au poète de dépasser la frustration amoureuse),

Analyse de chaque partie

Poème élégiaque : plainte, mélancolie, fait partie du lyrisme, fait revenir sur des sentiments malheureux

Variation perso sur un topo de la littérature : topos : parallèle fuite du temps/de l’amour donné par la métaphore du fleuve

Lyrisme : utilisation de la 1e prs, lexique du souvenir et de l’affection

1e élément de modernité : cadre urbain : Paris, Le Pont Mirabeau ; 2é éléments : pas de ponctuation, qui donne une liberté et une ouverture au lecteur, mais le sens reste équivoque (plusieurs possibilité)

Forme : distique : comme un refrain, heptasyllabes (7), rimes suivies ;

Quatrain : 10 (décasyllabes) 4 (tétrasyllabes) 6 (hexasyllabes) 10

Mélange : certaine irrégularité (pas le mm nbr de vers, mais ce mètre revient de la mm manière

Vers 1 : repris deux fois ; modernité dans le vers 4 : tradition ancienne

Chanson sur le malheur mais avec une évolution : constat (l’amour perdu v1-4) ; espoir qui peut naître v7-10 ; l’amour semble disparaître v13-16 ; acceptation que l’amour est parti v19-22

Thème de la fuite du temps et de l’amour : thème annoncé dès le début v1-2 → fuite de l’amour ; ambiguïté « coule et « coulent » car aucune ponctuation ; temps en // avec l’amour

Fuite de l’amour (v21, du temps v5-6 (refrain) v19-20) les temps v13

Le temps présent et l’amour sont éphémères

Paradoxe de la permanence de l’être : verbes + utilisés : aller, venir ; ds le refrain : je « demeure » (l’ê humain reste) : effet de stabilité +v7 ; l’H voit passer le temps, l’amour mais lui reste, mais en mm temps, le regard sur les amoureux seront tjrs les mm

Poème incantatoire(dans la forme)

Musicalité du poème : poème mis en musique malgré la difformité des vers (10 ; 4 ;6 ;10) → créer une régularité ; refrain ; aspect circulaire ; termes repris : refrain ; v1 ; « amours » v13-14 ; « ni » v20-21 ; passent v19 ; les enjambement donnent une continuité ds le poème

Récurrence des verbes aller et venir → rythme le poème

→ Regret perso et constat

Allitération [m] [l] [s] → sonorité douce

Assonances : [a]; [u] (ou); [ã] (en); [i]; [ø] (eu); [ε] [ ] (on) → voyelles douces, donnent un rythme régulier et revient du début à la fin

Poème subjectif par ce qu’il veut montrer

 Le lyrisme permet au poète de dépasser la frustration amoureuse : sorte de sortilège, progression de l’acceptation inévitable de la fin de l’amour ; sorte de musique qui berce le chagrin d’amour ; « je demeure » → le poète peut surmonter son chagrin

Les souvenirs sont longs à passer

V4 → ambiguë → notion d’espoir mais au passé

V20 → sorte de contestation désabusée

→ Nostalgie ds le poème

Variété

Forme : distique : comme un refrain, heptasyllabes (7), rimes suivies ;

Quatrain : 10 (décasyllabes) 4 (tétrasyllabes) 6 (hexasyllabes) 10

Figure de rhétorique : métaphore v1

Conclusion

Une des fonction du poème : sentiment → poème très lyrique

Le poète exprime ses sentiments personnels à un moment donné

A travers un cas personnel, chacun s’identifie

Autres aspect : côté musical

Apollinaire : précurseur du surréalisme

Dernier aspect : A se sert d’une tradition et de la réalité

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide