Le “memento mori”

L’histoire d’un être destiné à mourir

Cris d’horreur du cochon devant la mort
v.13 : débat portant sur l’attitude à avoir devant la mort
v.29 : morale : il ne sert à rien de se révolter contre l’inéluctable
Pas une grande histoire, bien que mise en valeur par “à ce que dit l’histoire”

L’humanisation des personnages

Les cris d’horreur du cochon devant la mort
Verbes de pensée : sa plainte => “Crierait” (v.20) expression humaine ou animale
Plus qu’un cochon : Dom Pourceau
“nous” (v.14)

Des attitudes contraires

Entre le Charton et le cochon : le premier tente d’apprendre au cochon le savoir-vivre, mais ici, c’est plutôt le savoir mourir
Rejet v.18 : donne de la vivacité à la fable.
Sortes de dissonances dans les paroles du Charton : “Qu’as-tu tant à te plaindre ? ... que ne te tiens-tu coi ?”

Une farce sur la mort

La farce

Monde paysan : bêtes de fermes emmenées à la foire
Allusion à Tabarin, grand auteur de farces du XVIIe
Titre de Dom Pourceau, qui renvoit aux fablio, farce qui se moque des prêtres

Les animaux comme de la viande à boucherie

Ils sont souvent ramenés à leur future destinée : devenir un aliment
Retour à ce stade qui contraste avec leur apparente humanité :
“cochon gras” (v.1)
“Porc” (v.13)
“Je ne suis bon qu’à manger” (v.26)

Le ton burlesque

Style épique dominant dans la fable, qui contraste avec l’apparence de la farce : on peut parler de ton burlesque :
“montés sur un char” (v.2) => Char : élément récurrent dans les tragédies grecques ... renvoie à un héros de l’antiquité / Contraste avec “s’en allait à la foire”
“Comme s’il avait eu cent bouchers à ses trousses” (v.8) => Comparaison hyperbolique

Une morale inattendue

Le mouton et la chèvre

Muets durant tout le voyage, et insulté par le cochon avec une réplique d’une grande vivacité : “Il est un sot” (v.18) => Rejet

Le cochon paraît raisonnable

Le cochon est contrarié, son raisonnement est valable, mais le Charton prend le parti des deux autres animaux, et il est donc seul
“Dom Pourceau raisonnait en subtil personnage

Renversement total

Renversement indiqué par “mais” au v.30, qui annonce la morale
Reprise du vers 27 au vers 30 avec “certain” qui lie le mal et la mort
Esope réagit différement : ici la Fontaine ne blâme pas Dom Pourceau => Procédé ironique : association de Pourceau et subtil

Conclusion

Le fabuliste dit le contraire de la morale chrétienne : profiter de l’instant plutôt que de se préparer à la mort pour le salut.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,25/ 5 pour 4 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide