Introduction

Présentation de l'auteur:

Primo Levi est un chimiste italien et juif, du XXème siècle. Après avoir vécu l'horreur les camps d'exterminations à voulu raconter. Il s'est mis a écrire pour pouvoir témoigner, raconter son expérience, se soulager et entretenir le souvenir. Cette expérience l'aura traumatiser pour toujours, il restera une âme tourmenter jusqu'à sa mort.

Présentation de l'œuvre:

Si c'est un homme est un roman écrit après la seconde guerre mondiale, et l'extermination juive. Cette œuvre permet de témoigner et de ne pas oublier. Il a permis a Primo Levi de raconter ce qu'il lui est arriver pendant la Shoah, en camp d'extermination (des camps qui servent à tuer, et seulement à tuer).

Situation du passage:

Le passage se situe au début du livre. Pendant le passage Levi nous explique comment sont les camps d'extermination.

Lecture du texte

Reprise de la question:

Nous verrons en quoi consiste ici la déshumanisation d'un homme, comment des hommes libres devient des hommes vides.

Annonce du plan:

Nous verrons dans un premier temps, la déshumanisation d'un homme, et dans un second temps les issus qu'il a pour s'en sortir.

Lecture analytique

I°/ La déshumanisation d'un homme

  • Toucher le fond: « nous avons touché le fond » (l.5) et « toucher le fond »(l.39), répété deux fois pour souligner l'impression de noyade.

  • Les déportés sont dans la négation: Beaucoup de phrases ont une tournure négative, « il n'existe pas, il est impossible » (l.6), « ils ne nous comprenaient pas » (l.11).

  • Extermination, détruire sans tuer: « la démolition d'un homme » (l.3). Les détenus sont privé de leurs biens: De leurs biens matériels (vêtements, chaussures), de leurs biens à valeurs sentimentales (mouchoirs, photographies, lettres), et même de leurs biens immatériels (leurs noms et leurs droit à la parole). Après avoir perdu ces choses, ils risquent de ce perdre eux-même, exterminer un homme n'est pas le tuer mais le privé de son humanité, c'est ainsi qu'ils font un pas dans la tombe.

  • Ils doivent renoncer à tout ce qu'ils sont, à leurs dignités, à leurs valeurs. D’Hommes libres ils passent à hommes vides.

  • Les Hommes sont déshumaniser: → Exterminer n'est pas tuer mais priver de son humanité. Si les hommes tués ne sont plus humains alors il n'y a plus d'états d'âmes pour les tueurs.

II°/ Des issues sont possibles

1) Lutter

  • La privation de leurs noms (l.12) a éveillé la résistance dans le cœur des déportés. Les solutions pour s'en sortir viennent d'eux: « Nous devons trouvé en nous » (l.13). L'aide ne viendra pas de l'extérieur mais de l’intérieur.

2) Témoigner

  • Les déportés éprouvent le besoin de témoigner: Les « nous » du début, qui représentent les déportés, deviennent des « nous » représentant les Hommes en général, les Hommes « normaux ».

  • Même si l'auteur sait qu'il sera difficilement compris il témoigne quand même: « Nous savons savons qu'en disant cela nous serons difficilement compris, et c'est bien qu'il en soit ainsi » (l.15/16).

  • Il est vrai qu'il est difficile de comprendre une telle épreuve sans l'avoir soi-même traversé mais l'auteur demande au lecteur de faire un effort de compréhension Il fait tout pour qu'il comprenne en lui donnant des exemples (comme celui de la photo). « Mais chacun doit considérer par soi-même » (l.16)

Conclusion

Bilan:

Pour pouvoir massacrer autant d'hommes sans états d'âmes. Il fallait les déshumaniser et les rendre vides, comme cela c’était plus facile.

Ouverture:

Sam Braun a aussi écrit pour raconté son histoire: Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide