Structure

Caractère étrange et déroutant de la scène : le dialogue et la narration/ L’étrangeté du narrateur

Vision du monde qui illustre « l’homme absurde » : contraste entre les deux personnages / passage permettant de compléter le portrait moral de « l’étranger »

Analyse de chaque partie

Caractère étrange et déroutant de la scène

Le dialogue et la narration

Discours direct Meursault ; discours rapportés l. 12 et 16→ décalage entre la question et la réponse +l. 29-32 → pas réelle

Marie : 2 paroles : l.6, 40-41 → son étonnement ; verbes introducteurs traditionnels : répondre, dire ; aucune expression dans la façon dont les personnages réagissent, parlent…

l.9-10 ; l.38-39 : discours indirect libre ; l.26→ récit de paroles

Dialogue essentiel, raconté de façon neutre, introduit par des termes plats, structure de phrases courtes, quasiment pas de subordination (« et » → simple coordination et accentue l’incohérence des paroles de Meursault et de l’illogisme ; « alors » → revient souvent)

Récit dans l’oralité et récit simple, impression de bizarrerie mais de sincérité ; sujet sentimental

L’étrangeté du narrateur

1easpect : leitmotiv (=terme qui revient souvent) : « ça m’est égal » → revient de la part de Meursault à toutes les questions → indifférence de Meursault, ex : l.3, 5-6,8 ; « cela » → mariage ; absence sentimental de Meursault

2easpect : côté paradoxale : veut bien se marier avec Marie mais ne l’aime pas, ex : l.6,9 ; logique (ex :l.10) ; pour Meursault, le mariage n’est pas imp dc accepte dc accepte de se marier si ça peut lui faire plaisir ; aucune conscience sur le mariage

→  Scène caractéristique du roman : ds la conscience de Meursault → portrait moral du personnage ; impression de ne pas connaître Meursault

Vision du monde qui illustre « l’homme absurde »

Contraste entre les deux personnages

Demande en mariage par la femme → curieux pour l’époque

Marie représente l’attitude traditionnelle d’une F, elle essaye de comprendre pourquoi il veut l’épouser alors qu’il ne l’aime pas. Elle a une question sur ses propres sentiments et même physiquement, elle a une réaction normale → elle est conforme à ce qu’on attend traditionnellement

Meursault ne représente pas ce qu’on attend l.12 et 16 ; réponse laconique, attitude surprenante ; l.2 et 25→ dit « oui » le plus tôt possible et que ça n’a aucune importance pour lui

l.14 : « naturellement »  et l.33 « les Femmes étaient belles et j’ai demandé à Maris si elle le remarqué » → laconique, bizarre, provocateur

→ contraste des deux personnages

pas de « nous » → pas de projet commun, pas d’union entre les prs

→ sorte de dialogue de sourd

Marie : interrogation légitime sur le mariage, veut connaître Paris (Meursault : « c’est sale » (extrêmement négatif)) ; Meursault : pas imp. ; pas de terrain d’entente entre les personnages

Le dîner → seul désir de Meursault l.36, mais Marie ne veut pas → aucune harmonie ; une des seules demande en mariage pas romantique

Cependant : aucune dispute ; 2 points de vues opposés mais une juxtaposition, mais bcp de silence l.12, 18, 22,35 (« nous » associé au silence), le silence ponctue le dialogue

Questions de Marie l.7, 14,17 → refus de réponse ou Meursault ne sais pas

l.35 « elle m’a dit qui oui et qu’elle me comprenait » : Marie ne se fâche jamais, elle essaye de comprendre Meursault et d’accepter sa façon d’être ; l.43 « air empêtré » ; répliques juxtaposées, mais pas de véritable communication ; êtres solidaires, langage insuffisant

Passage permettant de compléter le portrait moral de « l’étranger »

Un être humain qui refuse toutes les conventions sociales ; refuse d’accorder la moindre importance aux conventions sociales et de leur accorder du sens. C’est un prs neutre, mais pas antipathique, il n’a pas de repères habituels ; « cela m’est égal » → indifférence au chose mais est dans la vérité

Conscient du non sens des choses ; être qui ne s’appentit pas dans le passé (avec sa mère) ni dans le future (pour Marie et Paris) → il vit dans la présent, ses seuls désirs sont à courts termes, ex : le dîner avec Maris ; il ne se projettes ni dans le future ni dans les pensés des autres

Acceptation du mariage : pas de sens pour lui, idem pour l’enterrement de sa mère ; focalisation interne → point de vue de Meursault

Ce que Marie remarque : empêtré parce qu’elle avait l’air de lui reprocher qc (comme dans l’intrigue avec le patron de Meursault) ; Meursault croit percevoir du reproche sur le regard ou le visage des autres mais pas de sa propre conscience → dc abs de conscience

Meursault est un anti-héros → incarnation de la vision de l’existence de Camus à ce moment

Conclusion

  • passage caractéristique de la vision du monde, sans véritable communication de Meursault. Vision par la façon dont Meursault se comporte dans le récit
  • sorte de caractéristique de l’H absurde, séparé de sa propre existence, pas concerné par les choses ni de sa propre vie
  • problème du langage : écriture blanche (désincarnée), écriture qui décrit un H de façon insolite

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide