Un mot sur l’encyclopédie

Initialement, Diderot et d’Alembert devaient simplement refondre certains articles de l’encyclopédie anglaise de Chambers. Rapidement, le projet change d’orientation pour devenir une véritable Encyclopédie ou Dictionnaire universel des sciences, art et métiers.

Y collaborent notamment Diderot, d’Alembert, Dumarsais, d’Holbach, Rousseau, Voltaire et Damilaville. Cet ouvrage théorique et pratique en 17 volumes (1751-1772) ne compile pas les savoirs mais en dresse un inventaire résonné.

Célébration de la science, il affirme le progrès de la raison et la place centrale de l’homme. Influencée par la méthode de pierre Bayle (précurseur des Lumières), maintes fois censurée car jugée subversive, l’Encyclopédie représente la somme des idées et des combats philosophiques des Lumières.

Un petit mot sur Damilaville

Etienne Noël Damilaville, (1723-1768), écrivain français. II est surtout connu comme l'ami et le correspondant de Voltaire. C'est un collaborateur de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Il a notamment écrit l'article "paix".

Il avait pour Voltaire un double avantage : acquis aux idées philosophiques, il disposait en outre du sceau du ministre pour affranchir sa correspondance. Grâce à lui, Voltaire put faire circuler lettres et pamphlets à l'abri de toute censure

Lecture méthodique : Pourquoi et comment l’encyclopédiste condamne t il la guerre ?

Il faut respecter l’ordre : d’abord pourquoi et en suite comment.

  • Pourquoi : contraire à la raison
  • Comment : la rhétorique

I)                   La guerre est contraire à la raison

1)      Aucune pitié

2)      Les effets de la guerre : dépeuplement, liberté des citoyens compromise, perte des hommes.

3)      Le conditionnel : une situation utopique

II)                La rhétorique

1)      Des paroles choques

2)      Des paroles imagées

3)      Métaphore filée médicale

4)      Relation de cause à effet entre la guerre et la paix. Eloge de la paix et blâme de la guerre.

Ouverture : Damilaville utilise une littérature explicite alors que d’autres utilise un littérature implicite avec Candide de Voltaire.

Deuxième plan possible

Introduction

Le XVIII ème siècle est marqué par l’apparition de l’esprit des lumières, c’est un esprit nouveau, caractérisé par une pensée libre, libérée de ts les préjugés et de toutes les croyances.

On interroge, on examine, on observe, mais surtout on refuse les ‘à priori’. Deux de ces nouveaux esprits, Diderot et D’Alembert, décident de créer un ouvrage qui rassemblerait toutes les connaissances du monde,  L’ Encyclopédie. A l’origine, l’Encycopédie devait ê une simple traduction de la Cyclopaedia de Chambers parue en Angleterre, mais Diderot qui dirigeait projet décida d’en faire un ouvrage nouveaux.

Il voulait rassembler et mettre a jours les connaissances de l’époque/instruire les hommes et ainsi les rendre + vertueux et + heureux .Dans ce livre, on retrouve l’article « Paix »  qui est attribué à Damilaville, haut fonctionnaire des Finances et ami de Diderot.

Cet article contient une condamnation sans équivoque de la guerre et des ambitions conquérantes des monarques, ce qui est une constante  des écrivains des Lumières.

I UNE RHÉTORIQUE PERSUASIVE

*rhétorique : art de la parole
*convaincre : raison/persuader : cœur

c une plaidoirie pour paix et un réquisitoire contre guerre :

-      entreprises injustes (=:chaque camps persuadé d’être de son bon droit/(« réciproque »)chacun est responsable d’injustice mais pense que c l’autre :mauvaise foi chez ceux qui font guerre./condamnation guerre)
-      Prétextes les +frivoles mauvaises raisons dramatique et bas/guerre pas quelque chose de sérieux
-      carnages  (=image du sang/très violent)      inutile (=condamnation évidente de la guerre )
-      fruit de la dépravation  (=condamnable sur le plan morale/c anormal)-        ‘

--  " mais" opposition bien construite entre début du paragraphe (supposition) et suite (réalité).
-       a grossir le # de gens malheureux ; (=leur distraction ,activité est de rendre leur sujets malheureux/ égocentrisme
-        « l’histoire » : ici ce n’est pas un exemple ni avis de l’auteur mais un argument :le vocabulaire employé est très fort et assez choquant »cruelle, injustes »(il y a eu des ex tt au long histoire et références connues ont valeur d’argument. )

II METAPHORE MEDICALE

Métaphore filée :

  • guerre = maladie
  • pays = corps

Vision déjà présentée à l'antiquité. Opposition guerre/ paix dans tout 1e paragraphe. D’abord : avantages de la paix; puis conséquences d'une guerre. Guerre = élément de destruction malgré les quelques victoires. Paix = médecin

III LA MISE EN ACCUSATION DES CHEFS DE GUERRE

1). Qui est visé ?
Chefs des nations ; les souverains (=critique des chefs d'états dénonciation des resp.)
Ils ne saisiraient point toutes les occasions... (= répétition de l'acharnement de ces hommes.)
Les princes  (=autre catégorie visée) ; les courtisans (=bénéficient de la guerre : vue intéressée)
les ministres ambitieux il vise des gens précis. Pas de nom mais implicite, ce sont les gens responsables. Des guerres du passé et du présent.
Fureurs de la guerre, acharnement, bête féroce (=car ceux qui font la guerre st des bêtes féroces, des hommes sans âmes.)
Pour éviter censure, Damilaville parle d'une nation en général même si seuls quelques hommes st visés. de plus il faut remarquer que le roi de France n'est jamais visé, c'est une critique des princes.

2. "défauts"
défiance réciproque (=chacun est responsable des injustices mais pense que c l'autre: mauvaise foie évidente chez ceux qui font la guerre.)
Ils ne regarderaient point av envie  (=jalousie, péché capital.)

Prétextes frivoles (=mauvaises raisons, pas sérieuses =la guerre est dramatique.)
Volonté permanente de se priver des avantages que la providence leur ont procuré (=fatalité que l’homme peut éviter en faisait appel à la raison (différence tragédie) les hommes ne savent pas tirer parti de leur chance/ intelligence. "Volonté permanente" : tout le temps!)

3. manque de raison.
Si la raison gouvernait les hommes (=cela n'est pas le cas. n'ont pas de raison.)
Passions aveugles ; passions allumées (=différence avec la raison + dévalorisé / aveugle.)
Caprice (=désir anodin qui ne dure pas, qui n'est pas justifié. envie passagère des resp. ne réfléchissent pas avant d'agir.)
Épuisement ; ils s'aperçoivent toujours trop tard (=jugés coupables car leur intérêt perso les porte a la guerre. + Égoïsme. On est loin du monarque éclairé qui pense à son peuple.)

Conclusion

un article polémique comme bien d’autres qui traite un sujet cher aux philosophes des lumières : la guerre et ses atrocités. D. va peut ê plus loin que d’autres dans l’attaque puisqu’il ne se contente pas de décrire la guerre mais qu’il dénonce également les resp.

Les motifs qui les poussent à guerroyer font apparaître leur inconscience, leur manque d’humanité et leur égoïsme. La condamnation des princes est donc sans appel. L’article « paix » fait donc partie de ceux qui ébranlent le pouvoir des princes, il permet aussi de dégager l’idéal encyclopédique d’une société harmonieuse où tout tendrait vers le bonheur.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Alexandre

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide