Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Pour faire progresser votre enfant en anglais, vous devez :

De Simon, publié le 01/12/2015 Blog > Langues > Anglais > Les Astuces pour les Parents qui ne Parlent pas Anglais

L’anglais n’est pas une langue maîtrisée par tous les parents, alors que tous les collégiens la choisissent en 1ère ou 2ème langue.

Pour suivre la scolarité de son enfant, les parents aiment faire réciter les cours d’anglais et préparent les contrôles ensemble.

Quand on ne parle pas un mot d’anglais ou que l’on a tout oublié, il est important de ne pas culpabiliser et de trouver une méthode pour soutenir son enfant, au quotidien.

Je ne parle pas anglais, comment aider mon enfant ?

Aujourd’hui, les enfants commencent l’anglais dès le CE1, avec l’apprentissage de mots simples comme les couleurs, le nom des animaux, les jours de la semaine et des comptines.

Ils aiment montrer leurs progrès en anglais et même si vous ne comprenez pas la moitié, il n’y a pas de raison de ne pas suivre.

En effet, l’absence d’intérêt de votre part peut amener l’enfant, à se désintéresser lui-même de cette matière. Lancez-vous en binôme dans l’apprentissage de l’anglais et faites des progrès ensemble !

Prendre des cours d’anglais pourra surement vous aider 🙂

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Évoluer en même temps que l’enfant

Avec un peu de volonté, il est possible de suivre l’enfant et de travailler avec lui, ses leçons. Bien que non présent en cours, le parent peut travailler les devoirs d’anglais avec lui, pour apprendre. Il est alors possible de transformer cette faiblesse en force pour optimiser le cours d’anglais.

Sans forcément être un frein dans la vie professionnelle, le fait de ne pas maîtriser l’anglais peut entraîner des blocages en matière de compréhension, si on travaille sur informatique ou dans le numérique. C’est donc l’occasion rêvée pour vous remettre à prendre des cours d’anglais et prendre le temps pour un apprentissage régulier.

Un collégien a, au début, des listes de vocabulaire à apprendre et de la conjugaison, avec la fameuse liste des verbes irréguliers à connaître par cœur. Bien entendu, vous ne pourrez pas communiquer dans un anglais impeccable mais vous pourrez comprendre que le mot “copy / paste” que vous voyez si souvent signifie “copier / coller”.

L’inciter à parler anglais devant vous

Lorsque le parent ne parle pas l’anglais, il a tendance à faire réviser l’enfant par écrit. Cette méthode est une valeur sûre et efficace, mais elle ne convient pas à toutes les personnalités. Elle est plutôt à réserver aux enfants participatifs.

Si votre enfant est de nature timide, il n’ose pas forcément participer en classe et subit son heure de cours. A la maison, vu que vous ne parlez pas anglais, il ne va pas vous réciter ses leçons. Le cercle vicieux va s’enclencher : l’enfant ne va pas maîtriser l’accent anglais, faute de pratique et l’écart va se creuser entre votre fille ou fils et les élèves actifs.

Pour être à l’aise, l’enfant doit avoir une attitude décomplexée vis-à-vis de son accent et ne doit pas hésiter à accentuer ses intonations. L’écrit ne doit servir que pour vérifier les connaissances.

Inverser les rôles

Et si on changeait de casquette ? L’enfant devient le professeur et le parent l’élève. Au lieu de réciter sa leçon par cœur, l’enfant peut restituer ses connaissances, en vous expliquant les règles grammaticales et en essayant d’avoir un accent impeccable. Quoi de mieux pour savoir si une notion est acquise que de l’enseigner à un novice ?

L’enfant devient le professeur et le parent l’élève. La théorie du « reverse learning » !

Le fait d’expliquer à une personne débutante demande de la pédagogie, des connaissances claires et une bonne compréhension du sujet. Si l’enfant ne parvient pas à vous expliquer, c’est que la leçon n’est pas acquise. C’est donc un excellent indicateur pour savoir s’il doit fournir davantage de travail personnel.

Ne chercher pas à tout traduire mot à mot

Comme toutes les langues vivantes, l’anglais a ses propres expressions. Le placement de certains mots et adjectifs fait que si on traduit tout de manière littérale, la phrase perd de son sens. Par exemple, on ne dit pas “He comes here” mais “Here he comes” pour dire “Il vient ici”.

De même que nos expressions françaises sont traduites de manière différente, alors que la signification reste identique. Par exemple, si on dit simplement “Tu rigoles”, en anglais, on utilise must qui spécifie l’obligation et l’expression se traduit par “You must be joking !”.

Les parents ont tendance à vouloir tout traduire, alors que les enseignants cherchent à faire penser les élèves en anglais, pour une expression plus spontanée. Ne restez pas accrocher à votre dictionnaire bilingue, pour suivre, alors que ce dernier ne doit être qu’un auxiliaire de soutien en cas de mot inconnu !

Impliquer votre enfant par le biais de la musique

Aujourd’hui, à la radio, la pop anglaise a envahi les ondes. Il est fort à parier que l’une des chansons préférées de votre fils ou fille soit en anglais. Sans chercher à traduire, comme on vient de le dire, demandez-lui le sens et la signification de cette chanson. Il aura certainement compris des mots ou des expressions clés, au cours des refrains ou des couplets et pourra vous donner la substance de la chanson. Cela développe automatiquement l’oreille, surtout si l’interprète a un accent US ou australien.

Si le rythme de la chanson est trop effréné, on perd en qualité auditive. Vous pouvez alors imprimer les paroles (lyrics) des chansons. Demandez-lui quels mots de vocabulaire il connaît et si cela suffit pour comprendre le sens de la chanson.

Prendre rendez-vous avec le professeur d’anglais

Dès la 6ème, le rendez-vous avec le professeur de votre enfant peut être utile, pour lui expliquer la situation et lui demander des conseils pour travailler de manière optimale. Il arrive souvent que les élèves en 3ème ou en seconde choisissent une option supplémentaire, qui peut être une 3ème langue vivante, pour avoir un profil trilingue. Cette dernière peut être du portuguais, du russe, du chinois, que la plupart des parents ne maîtrisent pas. Toutefois, les enfants sont plus matures qu’à l’entrée au collège. Ils ont besoin d’être soutenus par leurs parents et leur prof d’anglais.

Faire progresser son enfant en anglais à l'aide d'un professeur particulier.

Il n’est pas évident de faire réciter les cours d’anglais, sans basculer dans un langage “franglais”. Le risque est de négliger l’accent, voire même d’induire l’enfant en erreur. La langue anglaise est technique. En effet, le simple mot “the”, qui signifie “le ou la” ne se prononce pas “TE” mais “ZE” avec la langue à plat entre les dents, d’où la complexité d’avoir un rôle d’aide.

Selon les collèges et les lycées, il est possible d’inscrire son enfant au soutien scolaire, après les cours d’anglais. Après la classe, il peut travailler en petit groupe avec un professeur d’anglais, un assistant ou même un élève plus âgé, à la manière d’un tutorat.

En classe, l’enfant travaille avec un manuel et des enregistrements, pour améliorer l’accent et l’intonation de la langue anglaise. La plupart des professeurs partagent leurs cours anglais entre l’acquisition de l’écrit, à travers la grammaire, la syntaxe et l’orthographe et le travail de l’oreille, pour prononcer les mots correctement. Le professeur peut ainsi donner aux parents les références des supports oraux en lien avec le manuel : des CD, des DVD, des MP3 téléchargeables… Misez sur une écoute quotidienne du CD pour assimiler l’accent.

Investir dans des livres avec le programme en anglais

L’anglais est une langue vivante qui se travaille régulièrement. Il est essentiel de fournir un travail conséquent pour la maîtriser progressivement. Si l’enfant a des difficultés à l’écrit et que vous voyez que ses notes sont inférieures ou égales à la moyenne, achetez des livres avec le programme d’anglais du niveau de l’enfant, pour travailler davantage, point par point.

Pour un montant inférieur à 20 euros, les ouvrages contiennent pour la plupart, des cours et des exercices d’application. L’atout majeur est que vous pouvez avoir les corrigés et connaître les erreurs.

Souscrire à un abonnement à une revue anglaise

En France, les maisons de presse comme Bayard ou Entrefilet proposent des revues destinées aux adolescents intégralement en anglais (exemple : Vocable), pour favoriser la lecture dans la langue. Même si la littérature jeunesse anglo-saxonne est très florissante, il n’est pas évident de lire un gros pavé avec son dictionnaire à côté pour traduire le vocabulaire ! Le format de la revue mensuelle ou bimestrielle est idéal pour lire de courts articles sur l’actualité, avec des lexiques de vocabulaire pour mieux comprendre.

Lire des magazines anglais pour enfant pour progresser en anglais. Magazine mensuel Vocable

Ce type de revue consacre toujours un volet à la culture anglo-saxonne : une ville, un pays, une tradition, un évènement… De manière ludique, il peut y avoir des jeux ou des bandes dessinées, pour lire l’anglais sous toutes ses formes.

En outre il existe de nombreux sites pour apprendre l’anglais.

Prendre des cours du soir ou en ligne, en tant que parent

La réussite de l’enfant est un travail d’équipe, entre l’élève lui-même, les parents et l’enseignant. Pour l’aider de manière optimale, vous pouvez vous inscrire à des cours de soir, une année avant l’entrée au collège ou en 4ème (s’il choisit l’anglais en 2ème langue). Le prix d’un cours d’anglais est assez abordable. Et puis, vous ne serez jamais trop âgé pour apprendre l’anglais.

L’avantage est que vous pourrez avoir de solides bases en écrit et être familiarisé avec la langue à l’oral, notamment l’accent qui reste la bête noire des débutants. Il faut savoir qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre l’anglais et que l’apprentissage d’une langue vivante est un bagage culturel supplémentaire. Cela peut être l’occasion rêvée pour un voyage en famille aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Australie, au Canada, en Afrique du Sud, en Inde…

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz