Introduction

Dans notre société, au cours du temps, nous avons vu le travail évoluer et se développer de multiples façons. Au Moyen-Âge par exemple, le travail suivait une organisation bien précise : l'exploitation de la terre était réservé au tiers-état car jugée comme trop pénible, elle se devait d'être réalisé par les classes « inférieures ». La Noblesse et le Clergé se ménageant la peine de travailler pour se concentrer vers d'autres préoccupations plus séduisantes. De nos jours pourtant, le travail a pris une dimension beaucoup plus noble : on encourage le travail, la peine et l'effort. Le travail représentant la réussite, et d'un certain point de vue, l'ascension sociale, on peut le percevoir comme l'un des piliers fondamentaux de notre société.

C'est pourquoi, nous nous devons de nous poser une première question : la dignité humaine dépend-elle d'un travail ? Quelles valeurs apportent le travail à l'Homme ? Une société sans travail peut-elle exister ?

Répondons dans un premier temps à la première et à la deuxième question : Qu'apporte le travail à l'Homme ? Quel intérêt l'homme a-t-il de travailler ?

Première question

Comme expliqué dans l'introduction, l'Homme se doit de travailler pour subvenir à ses besoins. Voltaire exprime ainsi, par l'intermédiaire de son conte philosophique et de son personnage Candide que « le travail éloigne de trois grands maux : l'ennui, le vice et le besoin ». Il montre ainsi que c'est en travaillant que l'on parvient à s'éloigner du vice caractérisé par le mal ( désignant ici par les affaires publiques ) pour accéder peu à peu au bonheur. Le travail prenant la forme d'une occupation permettant de donner un sens plus agréable à la vie ( et d'éliminer de cette façon l'ennui ). C'est en se concentrant sur un événement et se libérant du temps, qu'on fini par ne plus en avoir conscience et c'est de cette manière que ce dernier passe plus vite.

2 : La société encourage de plus le travail et l'effort. On peut ainsi prendre l'exemple du modèle américain du self-made-man pour illustrer cet argument : l'Homme incarnant la réussite par le travail, l'activité et la lutte s'avère très bien perçu par la communauté et se distingue comme un exemple pour de nombreuses personnes. Le travail prenant alors une forme noble, d'accomplissement. C'est en travaillant que l'Homme progresse en son être.

3 : Le travail représente également une sorte d'indépendance de liberté. C'est parce que l'Homme travaille qu'il est capable de modifier le monde et de ne plus le subir. Travailler offre donc à l'Homme la possibilité de changer son destin et de suivre son propre chemin.

Deuxième question

Venons en désormais à notre dernière question : Pourrions-nous vivre dans un Monde sans travail ? Une telle société pourrait-elle exister ?

1 : Il semble impossible de concevoir un monde sans travail car ce dernier s'affirme comme le pilier fondamental de notre société. Nous pouvons d'ailleurs nous baser sur le comportement animal pour démontrer que mêmes les espèces différentes de la notre, doivent travailler pour survivre. L'Homme ne disposant pas de faits précis et ne pouvant pas échapper aux conditions de son existence ( la faim, la soif, le sommeil... ), tout porte à croire qu'une telle société n'a pas les moindres chances d'advenir.

2 : Les adeptes de la religion pourraient également expliquer qu'un monde sans travail ne pourraient survenir. Adam ayant croqué la pomme, Dieu a contraint l'Homme à travailler face à une nature vierge et donc hostile. La divinité l'ayant voulu, nous devons donc quoiqu'il arrive nous y soumettre.

3 : Pour autant, si un travail doit-être effectué, ce dernier ne doit pas l'être nécessairement par l'Homme. La mécanique et l'exploitation de phénomènes physique ( notamment l'électricité ) ont permis d'ériger de puissant êtres de métal qui effectuent chaque année de nombreuses tâches. Si nous dynamisions nos recherches, nous pourrions éventuellement admettre la possibilité d'un Monde futur où le travail humain serait effectué par les machines. Nous nous trouverions donc, d'une certaine manière, dans un monde où le travail ne serait plus.

CONCLUSION : Le travail est ce qui régit notre société, c'est ce qui permet à l'homme d'avancer, de progresser, de subvenir à ses besoins, d'oublier le temps et donc d'une certaine manière l'ennui. Sans travail, notre société ne pourraient être organisée et offrirait une cohésion déplorable. Si l'intelligence nous permet d'espérer dans un futur lointain, la formation d'une société sans travail, nous devons aujourd'hui, nous y résigner et nous soumettre à ce châtiment divin.

Et c'est probablement mieux ainsi car, sans travail ni peine, nous ne méritons rien...

 RdM...

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide