Depuis le départ de la philosophie les philosophes ont réfléchi sur le désir.

L’homme est un être de désir.

Etymologie :

Désir : vient du latin Desiderare

De : Négation

Side : Vient de Sidus qui veut dire Astre

C’est la nostalgie d’un astre disparu, la quête de quelque chose qu’on ne possède pas.

I/ Définition générale du désir

Le désir est un mouvement humain, strictement humain vers quelque chose (Objet du désir) que  l’on connait ou que l’on imagine comme source de satisfaction.

  • C’est une dynamique vitale. La vie est dans le désir.  Cette dynamique nous porte vers une finalité : L’objet du désir.
  • Le désir est de l’ordre du psychisme. On se représente l’objet du désir, qui est connu non dans sa réalité mais dans le fantasme.
  • De plus l’homme va désirer d’avantage un objet que quelqu’un d’autre le désire.

àLe désir est dans le rapport aux autres dont le regard participe à la dynamique du désir.

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
1er cours offert !
Patrick
5
5 (53 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (46 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (25 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (62 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Benoit
5
5 (23 avis)
Benoit
70€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (53 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (46 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (25 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (62 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Benoit
5
5 (23 avis)
Benoit
70€
/h
1er cours offert>

II/ Définition freudienne du désir

La psychanalyse en considérant le désir inconscient a précisé que celui-ci vise une satisfaction qui est de l’ordre du fantasme, c’est-à-dire de l’imaginaire, car le désir tend à retrouver des satisfactions antérieures vécues dans l’enfance.

àL’origine du désir est dans l’inconscient.

III/ Critères du désir

  • L’objet du désir est idéal, imaginé, fantasmé, et ne peut jamais totalement se satisfaire.
  • Le désir semble illimité car aucun objet ne saurait le satisfaire.

Le désir a un caractère signifiant : Il semble aller au-delà de l’objet du désir, qui n’est qu’un support :

Pour Freud, l’homme a un désir d’un temps originel de plénitude.

Pour Platon, l’homme a un désir d’immortalité.

Pour Hegel, l’homme a un désir de reconnaissance.

Pour René Girard, le désir est alimenté par le fait qu’il y ait une concurrence entre deux désirants. (Triangle du désir)

Problématique :

L’homme est un être de désir, ouvert à la dimension du possible et de l’imaginaire.

Cependant :

Spinoza : « Désirons nous les choses parce qu’elles sont bonnes en elles-mêmes, ou ne sont-elles bonnes que parce que nous les désirons »

  • L’objet du désir est-il lui-même objet du désir, ou est-ce mon désir qui le désigne comme tel ?
  • Que cherchons-nous d’impossible derrière l’objet ?
  • Le désir est-il défini comme manque, pauvreté et malheur, ou comme puissance positive d’affirmation de soi ?
  • N’y a-t-il pas dans la quête de l’objet une satisfaction ?

IV/ Cours sur le désir

3ème siècle Av. JC : Mort d’Alexandre, Période hellénistique.

  • Déclin et décadence de la Grèce : Guerre civile

Sachant qu’il n’y a pas de salut à l’extérieur, les philosophes de cette époque cherchent un salut de l’intérieur : L’ataraxie

Nous trouvons trois écoles :

Epicure àLes épicuriens

Zénon de Citium àLes stoïciens

Pyrrhon àLes sceptiques ou Pyrrhoniens

Leur finalité est l’Ataraxie :

= Absence de troubles ; Paix et sagesse intérieures.

Bien qu’ayant la même finalité, ces écoles ont des moyens différents pour y accéder :

Les stoïciens : Le moyen est d’être impassible et indifférent des choses qui ne dépendent pas de soi

Les sceptiques : Il faut douter de tout. L’homme est imparfait, et s’il est au courant de son imperfection et qu’il se remet toujours en question, il ne souffrira et sera en paix avec lui-même.

Les épicuriens : Le moyen est le plaisir limité et réfléchi.

Nous allons nous intéresser aux épicuriens, dont le moyen pour accéder à l’ataraxie est la satisfaction réfléchie des désirs. Métriopathie : mesure des plaisirs et des peines.

  • Réfléchir est le moyen d’être heureux.

L’homme doit réfléchir sur les choses qui peuvent lui apporter du bonheur, ou du malheur.

Si l’homme arrive à mesurer ses désirs, il se construit du bonheur et apprend à supporter la douleur.

Le désir doit être régulé pour conduire au bonheur.

L’homme capable de se maitriser devient autonome et atteint donc le bonheur.

A l’irréalité désirable (Immortalité) que vise le désir chez Platon, Epicure oppose la matérialité d’un désir limité, réfléchi, mesuré et frugal qui permet la bonne santé du corps (Aponie) nécessaire à la bonne santé de l’âme.

Le désir d’immortalité est un désir négatif d’irréalité.

 

Il y a chez Epicure trois types de désir :

A) Désirs naturels et nécessaires

Désirs qui vont se résoudre aux besoins les plus élémentaires. L’homme sage va se satisfaire de peu.

B) Désir naturels et non nécessaires

De temps en temps les besoins élémentaires peuvent être agrémentés de choses meilleures.

La réjouissance que ces choses apportent est d’autant plus forte que ces choses sont ponctuelles.

C) Désirs non naturels et non nécessaires

Ces désirs interdits chez les épicuriens sont la base de nos malheurs. Ce sont les désirs illimités.

Ces désirs peuvent être variés : Argent, pouvoir, immortalité.

Désirs vains, illimités et tyranniques.

V/ Deux modes caractérisent les désirs

  • Le mode de l’avoir :Celui des désirs non naturels et non nécessaires. (Avoir plus)
  • Le mode de l’être(Celui du sage) : Celui des désirs naturels et nécessaires.

L’homme construit sa sagesse, sa plénitude et sa satiété au quotidien.

L’homme sage est réconcilié avec lui-même. La recherche d’un objet du désir qui pourrait lui apporter du malheur n’est pas nécessaire. Il est sans trouble et heureux.

Conclusion :

Le désir ne s’abolit pas dans satisfaction mais se rapporte indéfiniment sur d’autres objets, supports des symboles ou mythes  qu’on s’approprie. Aussi l’homme doit être réconcilié avec lui-même pour être réconcilié avec son désir.

Besoin d'un professeur de Philosophie ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00/5 - 6 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !