Analyse de la méthode d'explication de texte en philosophie


Le bac philo fait peur aux candidats, qu'ils soient en bac général ou technologique. Pour les littéraires, l'épreuve a un coefficient 7, pour les séries ES, un coefficient 4, pour les S, un coefficient 3 et pour les bacs technologiques, un coefficient 2. Pour toutes les séries, l'étudiant a le choix entre deux questions philosophiques à développer sous forme de dissertation et un texte à étudier sous forme de commentaire. Dans cet article, il sera question du commentaire de texte philosophique : le travail préparatoire à fournir, la rédaction de l'introduction, le développement et la conclusion.

I/ Travail préparatoire au commentaire philosophique

Comment rédiger un commentaire en philo ? Pas besoin d'avoir lu tous les philosophes pour réussir l'épreuve !

La consigne est toujours la même pour le commentaire de texte philosophique : “Expliquez le texte suivant. La connaissance de la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.” Avant de faire quoi que ce soit et de partir dans l'écriture du plan, lisez le texte très attentivement plusieurs fois. Le texte est votre support, il vous en dira long sur l'explication à fournir. Ayez toujours vos feuilles de brouillon près de vous, un crayon à papier et plusieurs couleurs pour surligner, souligner, entourer les éléments importants. Vous pouvez marquer des éléments importants dans la marge et repérer le passage d'une idée à une autre. Aidez-vous des mots de liaison.

Commencez par repérer la question à laquelle essaie de répondre l'auteur (sa thèse). Il l'énonce généralement au début du texte avant son argumentation ou à la fin après avoir argumenté. Le titre de l'ouvrage peut vous y aider. Repérez ensuite le thème général du texte, l'idée directrice de l'auteur. Puis, identifiez les concepts principaux du texte et les mots à expliquer. Découpez le texte en différentes parties et analysez la fonction de chaque partie. C'est après avoir fait ce travail que vous pouvez réfléchir à la problématique (généralement en lien avec la question posée par l'auteur). Au brouillon, notez tous les enjeux et les références qui vous viennent à l'esprit pendant votre analyse du texte.

Deux étapes doivent être respectées pour bien préparer le texte : une analyse globale (thème, thèse, anti-thèse, structure et plan du texte) et une analyse détaillée (isolation d'un élément précis du texte, analyse de cet élément, lien avec le reste du texte). Parfois, pour des textes compliqués, l'analyse détaillée sera plus facile à faire avant l'analyse globale. L'important est de bien faire ces deux étapes. Si l'on revient sur l'énoncé de la consigne, il y a trois parties à prendre en compte : explication, compréhension et problème.

L'explication est votre commentaire de texte. En réalité, l'exercice du commentaire n'est pas si différente de la dissertation. Vous devrez forcément traiter d'un problème à l'aide d'un texte (au lieu d'une question pour la dissertation). Le texte en question développe une idée, une thèse grâce à des arguments énoncés par l'auteur. Ecrire ce texte est une façon pour l'auteur de résoudre son problème de départ. Ainsi, le thème, la thèse et le problème correspondant doivent être dégagés rapidement pour pouvoir rédiger l'introduction.

Ensuite, en creusant dans le texte, vous dégagerez des parties correspondant au plan de l'argumentation de l'auteur. Vous devez vous en servir pour ériger votre propre plan en dégageant des articulations entre les parties. Pour parvenir à expliquer le problème, il faut une "compréhension précise du texte". Collez au texte et n'ajoutez pas des éléments comme des citations sans vous soucier du sujet. Veillez tout de même à ne pas paraphraser le texte. Il s'agit d'une explication. Tout l'art réside dans le fait de ne parler que du texte (sans parler de toute l'histoire de l'auteur) en l'expliquant réellement et sans le paraphraser.

Superprof

II/ Introduction

Comment analyser un texte philosophique ? Il va falloir se creuser les méninges pour réussir son épreuve de philo.

Ce n'est qu'une fois le travail préparatoire accompli et le plan établi que vous pouvez réfléchir à la rédaction de votre introduction. Une introduction se compose de trois parties :

  • Enoncez le thème du texte : un mot ou un groupe de mots pour définir ce dont il est question. C'est aussi dans cette première partie de l'introduction que vous rappelez le nom de l'auteur, sans vous étaler sur sa vie, son oeuvre. Si vous en êtes capable, vous pouvez situer l'extrait de texte dans son contexte (l'oeuvre à laquelle il appartient). Introduisez ensuite la thèse de l'auteur en une phrase,
  • Consacrez une phrase ou deux à l'énoncé du problème dont l'auteur parle dans le texte. La thèse répond explicitement à ce problème. Pour y parvenir, posez-vous les questions : quel problème avait l'auteur, quelle difficulté voulait-il résoudre ? Le problème se formule sous forme de question mais il ne suffit pas de reprendre la thèse de l'auteur et de la tourner sous forme de question. Par exemple, la thèse de l'auteur est "une révolte contre l'Etat est parfois justifiée". Le problème ne peut pas juste être "peut-on justifier une révolte contre l'Etat ?" mais plutôt "est-il toujours contradictoire de se révolter contre l'Etat ou certains événements (injustice, guerre, famine) nous obligent-ils parfois à remettre en cause l'autorité de l'Etat ?". Dans le développement, les deux thèses devront être discutées,
  • Annoncez le plan de votre développement, équivalent au plan du texte la plupart du temps. Limitez les parties en donnant les lignes de telle et telle partie s'il s'agit d'un plan linéaire. Même si le texte se présente en un seul paragraphe, il possède toujours des idées distinctes, constituant les parties. Cela peut en revanche ne pas être linéaire et chronologique. A vous de remettre les idées dans l'ordre pour créer un plan thématique. Vous n'aurez que deux ou trois parties dans un texte.

III/ Développement

Quelles sont les parties à rédiger pour le commentaire de texte de philo ? Il ne s'agit pas d'attendre l'idée lumineuse mais d'analyser le texte de fond en comble pour réussir !

Les risques du commentaire de texte philosophique

En philosophie, il y a deux risques majeurs à éviter pour réussir votre commentaire :

  • La paraphrase : répéter le texte avec d'autres mots sans explication,
  • Le contresens/le hors-sujet : en essayant de se dégager du texte, il est possible d'aller trop loin et de faire un contresens.

Pour éviter la paraphrase, l'analyse du texte est primordiale. Le travail préparatoire doit être bien effectué pour dégager les idées principales, les liens entre les idées et les étapes de l'argumentation. Les notions doivent toutes être analysées et expliquées en donnant des exemples pour illustrer les idées de l'auteur. N'hésitez pas à utiliser des références philosophiques pour mettre en lumière une idée de l'auteur. Afin d'éviter le contresens ou le hors-sujet, il faut rester proche du texte et le relire très régulièrement en étant sûr que l'argumentation de l'auteur est bien démontrée à partir du texte lui-même. Dans la phase d'analyse, n'essayez pas de caser à tout prix vos connaissances si elles ne sont pas en lien avec le sujet. Les notions abordées dans le texte ont un sens précis dans ce texte qui ne sera pas forcément le même que celui vu en cours. Les références philosophiques utilisées doivent permettre de mieux comprendre le texte et ne sont pas là pour faire joli.

Le contenu de chaque partie

Souvenez-vous que le texte est là pour défendre une thèse. Chaque partie ressemble à la structure d'une partie de dissertation :

  • Idée directrice : que démontre l'auteur dans cette partie ? Quel rôle joue cette partie dans l'argumentation ?
  • Analyse du texte,
  • Bilan et transition.

C'est dans l'analyse de texte que vous devez faire attention à ne pas faire de paraphrase et de contresens. Posez-vous trois question à chaque fois :

  • Quel est le sens ?
  • Est-ce vrai ?
  • Quel est l'enjeu ?

Evitez à tout prix de procéder par bloc de citation = explication = bloc de citation = explication. Les citations faites doivent être courtes, précises, utiles et laissées plus de place à l'explication.

Comment faire une analyse de texte philosophique ? Préparez-vous à écrire pas mal !

Facultatif mais conseillé : la discussion du texte

Vous pouvez consacrer une partie à la discussion du texte : ce n'est pas parce que l'auteur cherche à répondre à un problème philosophique que le problème est résolu. Vous pouvez tout à fait discuter la réponse apportée par l'auteur. La discussion n'est pas obligatoire : si vous n'en mettez pas, vous ne perdrez pas de points. En revanche, si elle est de bonne qualité, vous gagnerez de précieux points. Si vous n'avez pas de quoi faire toute une partie discussion, vous pouvez ajouter vos remarques dans les parties d'explication. Mais attention, une discussion de texte doit se faire dans les règles de l'art. Voici les choses à faire et à ne pas faire pour proposer une bonne discussion du texte :

A ne pas faireA faire
Ne dites pas que le texte est faux ou qu'il n'a aucun intérêt : il a été choisi pour son intérêt phisophique et vous devez être capable de le voir.Nuancez un point précis du texte. Vous reconnaissez l’intérêt philosophique du texte, sa part de vérité, mais vous montrez que sur un point précis l’idée de l’auteur ne peut pas être acceptée telle qu'elle.
Ne jugez pas l'auteur et la clarté de son propos. Vous n'avez qu'un texte d’une vingtaine de lignes : impossible de juger quelqu'un à travers si peu.Confrontez la pensée de l’auteur à une autre position philosophique. Montrez que d’autres réponses, au même problème, ont été envisagées. Essayez de déterminer la réponse la plus pertinente.
Ne donnez pas votre avis sur le texte et les idées de l’auteur. Il ne s'agit pas de connaître votre opinion mais de savoir si l'auteur est proche de la vérité ou non.Prolongez la pensée de l’auteur : soit en proposant un plan auquel l'auteur n'a pas songé, soit en proposant une réflexion sur un enjeu contemporain.

Conclusion du commentaire philosophique

La conclusion du commentaire a la même fonction qu'en dissertation : rappeler le problème, résumer et ouvrir à la discussion si possible. Récapitulez l'enchaînement d'idées dans le texte en rappelant la thèse de l'auteur et l'intérêt philosophique du texte. Résumez en deux ou trois phrases l'argumentation mise en place dans votre commentaire. Si possible, essayez d'ouvrir la discussion en expliquant que vous n'avez pas répondu à tout et qu'il reste telle ou telle question laissée en suspens.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,38/ 5 pour 175 votes)
Loading...

Alexia

Passionnée de danse, de musique et de voyages, je suis curieuse et j'aime apprendre et découvrir sans cesse de nouvelles choses.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar
kevin
kevin
Invité
26 Sep.

bonjours je m’appelle kevin j’ai bien aimer ce cite et ce que vous faite sur ce cite

Youyou
Youyou
Invité
2 Nov.

Super ! Méthodologie super complète avec des étapes claires, on comprend bien l’enjeux de l’explication de texte. Merci

Monnet Mermoz
Monnet Mermoz
Invité
4 Nov.

Ah ouai, super utile ! J’adore le concept

ntm
ntm
Invité
5 Nov.

bonjour, j’aime bien votre facon d’aborder le sujet, grâce a vous moi et mes camarades , nous aurons surement une bonne note à l’épreuve de philosophie, merci!

KoKo
KoKo
Invité
5 Mai.

ouvrir à la discussion en conclusion, en précisant qu’il manque des éléments ou des précisions, est idiot. Le correcteur n’aura en tête que l’idée que vous avez oublié tel ou tel point dans votre travail, alors que peut-être lui-même il ne l’aurait pas remarqué. Évitez de laisser à votre correcteur un goût amer comme touche finale d’une assiette qui, si présentée habilement, peut passer du plat réchauffé au menu cinq étoiles -entrée, plat, et un dessert digne de ce nom-. Ainsi, la facultative ouverture ne saura briller que si elle est correctement maîtrisée.

Thomas
Thomas
Éditeur
25 Juin.

Bonjour ! Ouvrir à la discussion peut aussi vouloir dire donner à réfléchir sur une branche du sujet qui, précisément, n’est pas le sujet. Comme pour montrer la richesse de votre réflexion !
Bonne journée !