Dés le lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu'au début des années 1970, le monde vit à l'heure de la guerre froide. Pendant cette période un affrontement total, politique, idéologique, militaire, économie oppose en Europe et dans le monde, 2 blocs : un bloc occidentale qui adoptent les valeurs et le leadership des USA et un bloc socialiste sous influence de l'URSS. A peine sortis des combats, les peuples attendent alors la troisième guerre mondiale dont le premier acte semble d'engager en Corée en 1950. Toutefois, en 1953, le mort de Staline ouvre sur une période de dégel Qui débouche, dans les années 1960, sur une réelle « détente ».

 I La guerre froide : naissances et apogée 1947-53 :

A) Les prémices de la GF 1945-47 :

1-une nouvelle situation géopolitique du monde en 1945 :

Des puissances d'avant guerre très affaiblies :

Vaincus : Japon et Allemagne sont occupés dès 1949 par RU, France, USA (occupe seul le Jp) et URSS. Pays ruinés, dévastés par les bombardements (le Jp perd ses colonies et les territoires annexés, il est menacé de surpeuplement et de famine) et qui n'ont plus aucune autorité, influence. Application de la politique des 3D (dénazification, démilitarisation et décartellisation) en All, et décartellisation et démilitarisation au Jp.

Vainqueurs : France et RU, mais très affaiblis éco, ruiné financièrement. De plus les colonies revendiquent leur indépendance. Des pays qui ne pèsent pus leur prestige politique a été très affecté.

Les 2 nouveaux « Grands » :

USA : exercent une domination absolue. Ils sont doublés leur PIB pendant la guerre, 2/3 de l'or mondiale, 1ère puissance industrielle. Le dollar est la seule monnaie internationale convertible en or (reforme du Gold Exchange Standard 44-71). Leur puissance est aussi scientifique, technologique et militaire. Grâce à leur porte-avions ils dominent les mers et les airs. Leur rayonnement politique et culturel n'a jamais été aussi fort.

Création de L'ONU (gérer les pbs de paix, établir la prospérité et la démocratie).

URSS : a subi d'importantes pertes humains et matérielles. Mais son rôle dans la défaite allemande (militaire de nazis) et son emprise sur l'Europe de L'Est lui donne un poids politique important.

2-Méfiance et blocage, malgré les accords, entre le 2 Grands :

Les ambiguïtés de Yalta (février 1945) :

Conférence politique dans le but de reconstruire le monde et rétablir l'ordre. Les décisions politique et militaire : l'All doit être occupée par les 4 vainqueurs, les grandes lignes de l'ONU sont fixées et l'URSS doit attaquer le Jp 3 mois après la capitulation all.

Roosevelt s'efforce d'assurer la prééminence des USA dans un monde pacifié et prospère, Churchill cherche à sauver l'empire britannique et l'empire colonial et Staline veut profiter de sa situation militaire pour reconstruire et assurer la sécurité de l'URSS.

On a présenté Yalta comme un « partage du monde » entre les Grands. En particulier l'Europe de l'Est aurait été « abandonnée » à un Staline roublard, bernant un Roosevelt faible et naïf. Mais cette thèse est fausse car la « déclaration sur l'Europe libérée », rédigé par Yalta, prévoit des élections libres dans toute l'Europe.

De plus en 44, accord des pourcentages Churchill Roosevelt, qui ce sont mis d'accord sur le partage de l'Europe, ils signent donc Yalta pour faire plaisir à Roosevelt. De même en 45, la guerre n'est pas encore finie, les alliés cherchent avant tout à préserver leur collaboration, et nombre de décisions ont, en principe, un caractère provisoire.

La fin de la Grande Alliance après Yalta :

Le non respect des accords de Yalta apparaît dès mars 45, le régime soviétique élimine toute possibilité de fonder un gouvernement démocratique en Pologne.

Conférence de Postdam (juillet/août 45) : Truman remplace Roosevelt (décédé le 12 avril 1945). A cette date l'All est vaincue, on règle donc le sort de celle-ci : DDD, 4 zones d'occupations. Truman annonce la bombe atomique.

Mais pb en All dû à l'application des 3D ; application draconienne dans la zone soviétique. Du côté occidental, pas de décartellisation car au lieu de l'affaiblir, il faut l'utiliser économiquement.

En mars 46, dans un discours prononcé à Fulton, Churchill dénonce le « rideau de fer », en révélant que la puissance russe est durablement installé au cœur de l'Europe : « un rideau de fer est descendu à travers le continent ».

Les soviétique veulent étendre le communisme à travers une révolution du Kominterm (mais en 43, Roosevelt ordonne sa dissolution si l'URSS entre dans l'ONU). En 47, le parti communiste voit sa victoire partout où il a été instauré. La technique du PC : éliminer tous les partis qui n'ont pas résistés pendant le guerre, on s'étend sur des gvts de front national (tous en un), montage de faux procès, élections truquée (technique du salami).

Où trouver des cours d'histoire en ligne ?

B) La rupture de 1947 entre les 2 grands : 2 idéologies et 2 camps face à face :

1- Etats-Unis : doctrine de Truman du containment :

Elle annonce l'endiguement de la puissance soviétique. Le 12 mars 1947, le président Truman présente son pays comme l'espoir du monde libre face au communisme. La sécurité des USA est présentée comme 1 danger mondial, dès que la paix est menacé n'importe où dans le monde, ils désormais concernée et doivent réagir. Donc différence avec le politique isolationniste d'avt.

Désormais le monde est divisé en 2 camps, les pays doivent choisir entre deux modes de vie.

Vous verrez tout cela avec votre prof d histoire géo.

2- URSS : la doctrine de Jdanov :

Jdanov affirme que le monde est divisé en 2 camps : celui de l'impérialisme et de la guerre (dirigé pas le USA) et celui de la démocratie et de la paix (défendu par les démocraties populaires de l'URSS). Il est donc impossible pendant la guerre de se situer hors d'un camp.

C) 1947-53 : L'organisation des camps en blocs militaires, économiques et politiques :

1- Le bloc occidental et l'hégémonie américaine :

Le bloc économique :

Le 5 juin 1947, Marshall, secrétaire d'état, propose plan d'assistance pour la reconstruction de l'Europe, qui a dû mal à se reconstruire. C'est dans l'intérêt des USA car en surproduction et de plus un pays pauvre sombrera dans le communisme. Cependant les USA imposent deux conditions : contrôler où passe l'aide et les pays recevant cette aide doivent pouvoir s'entendre sur sa répartition.

16 pays acceptent, l'URSS s'y oppose et va contraindre tous les autres pays de l'Europe de l'Est à faire de même.

En 2 avril 1948, création de l'OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) pour organiser le plan Marshall, et Truman signe une loi organisant l'aide américaine sur 4 ans.

Le bloc militaire :

En 1949, traité de l'Atlantique Nord qui rassemble 10 pays européens, les USA et le Canada. Traité de défense mutuelle auquel les pays membres s'engagent à se porter secours en cas d'agression extérieur. En 1950, l'OTAN, les pays s'organisent militairement et doivent obéir à 1 état major américain (les pays vont d'ailleurs la quitter, se sentant sous domination américaine). En 1951, traité  de Washington avec le Jp. Les américains libèrent le Jp mais y imposent l'installation d'une base militaire nucléaire à Okinawa.

Les USA cherchent de nouveaux alliés et multiplient les traités. C'est la « pactomanie » : ANZUS (51), OTASE (54) et le pacte de Bagdad (55).

Le bloc politique :

Au printemps 1947, les ministres communistes français et italiens sont écartés des gvts, poussés par les USA et l'URSS qui ont peur du flou politique. Donc clarification des gvts.

2- Le bloc communiste sous la direction soviétique :

Le bloc politique :

Arrivée du communisme dans tous les pays d'Europe de l'est en 47, sauf en Tchéco. Mais par le coup d'état de Prague, en février 48, cette dernière passe définitivement dans le camp soviétique. En 47, l'URSS crée le Kominform, organisation qui réuni tous les partis communistes importants d'Europe (PC est européens, PCF et PCI).

Phase de Stalinisation ou de satellisation (obéissance absolue à Staline et à l'URSS, c'est aussi une phase de lutte conte Tito (le titisme), symbole de l'indépendance d'un parti communiste à l'URSS (Yougoslavie). Il faut mettre Tito à la raison, mais aussi tout ceux qui veulent faire comme lui), mais la Russie échoue et accepte son indépendance.

Les cours histoire seconde vous aideront à mieux comprendre.

Le bloc économique :

En 49, création du CAEM (Conseil d'Aide Economique Mutuelle) qui institue le contrôle économique. Tous les pays de l'est sont liés à l'URSS, et chacun produit pour tous les autres du bloc. Un bloc dans son entier totalement indépendant de l'autre ;

Le Bloc militaire :

En 55, pacte de Varsovie (copie de TAN et OTAN) avec toutes les démocraties populaires. Avt 55, l'armée soviétique est dans tous les pays, depuis les accords bilatéraux, les pays confient à l'URSS le soin de leur défense.

D) L'affrontement et la tension maximum entre les blocs (1948-53) :

1- En Europe la guerre civile grecque et le blocus de Berlin :

La guerre civile grecque :

Annonce de la GF à travers la guerre civile grecque : l'ensemble du peuple à résisté. Deux groupes de résistance : ceux proches du royaliste (aidés pas les anglais et qui remporte la victoire) et ceux proches du communisme (aidés +/- par l'URSS). Guerre atroce qui traumatisera les grecs.

Le blocus de Berlin :

En 48, la politique occidentale vise à reconstruire une All forte, afin qu'elle puisse faire barrage au communiste, en créant une monnaie (le Mark) et en élaborant un projet de constitution. Ces mesures déplaisent à Staline qui exige le maintien de l'occupation et répliquent en organisant le blocus de Berlin-Ouest le 24 juin 1948. Le pont aérien organisé par les américains fait échouer ce blocus, qui est levé le 12 mais 1949. Création aussitôt de la RFA le 23 mai puis plus tard de la RDA 7/10.

2- En Asie, le tournant chinois, la guerre d'Indochine et de Corée :

La victoire de Mao en Chine :

Une guerre civile persiste depuis 1927 entre le PC Chinois (avec Mao à la tête) et le reste du peuple. En 37, trêve de celle-ci car le Jp envahit la Chine. En 45 le Jp est vaincu et la guerre civile reprend. Le 1 octobre 49, victoire de Mao et proclamation de la république populaire de Chine.

L'URSS refuse la situation de la Chine et boycotte l'ONU (ne participe plus aux conseils de sécurité).

La guerre de Corée (50-53) :

La Corée est une ancienne colonie du Jp, mais depuis sa défaite, la Corée est occupée, au sud, par les USA et au nord par l'URSS. Deux Corée donc idéologiquement opposées : nord communiste et sud pro américaine. Le 25 juin 50, la Corée du Nord envahit celle du sud. Au conseil de sécurité, profitant de l'absence momentanée du représentant soviétique, les USA font condamner cette agression. Ils organisent la défense de la Corée du Sud au nom de l'ONU. La Corée du Nord reçoit l'aide des Chinois et des soviétiques. Finalement la Corée se retrouve dans la même situation qu'au départ : 2 états ennemis de part et d'autre du 38ème parallèle. La guerre a fait plus d'un million de morts. Il faut attendre la disparition de Staline pour que l'armistice soit signé à Pan Mun Jom le 27 juin 53 (appelé aussi paix blanche, car les états sont très proches).

La guerre d'Indochine :

La guerre oppose la France, puissance coloniale et occidentale, aux communistes (Hô Chi Minh) qui ont proclamé l'indépendance du Vietnam en 45. Ces derniers reçoivent l'aide du camp socialiste, alors que la France reçoit le soutien financier des USA de 50 à 54. Elle se termine par la défaite française de Diên Biên Phu et les Accords de Genève (54). La France renonce à L'Indochine.

3- La terreur nucléaire et la course au armement :

L'arme nucléaire est au cœur de la GF, c'est un instrument décisif. Le USA sont les 1ers à l'avoir, mais l'URSS se sentant en infériorité l'a dés 49. Les USA n'apprécient pas tellement et obtiennent la bombe H en 52. L'URSS l'a en 53. Donc équilibre de la terreur : les pays ne peuvent pas prendre le risque de se déclarer la guerre, car les dégâts seraient insupportables. Tournant dans le monde : les pays devront cohabiter.

4- La guerre des opinions :

Mac Carthysme et affaire Rosenberg :

La bipolarisation du monde enflamme les opinions du monde. Au USA, le sénateur, Mac C lance une violente campagne anti-communiste. Il constitue une commission d'enquête qui oblige les gens à s'y rendre pour débusquer tous les communistes : obligation de délétion. Mac C devient très populaire, mais en 53 il est destitué du Sénat car il devient fou, dangereux (ses succès lui montent à la tête, il accuse bcp trop de monde).

Les époux Rosenberg sont accusés d'avoir donné des infos secrètes à l'URSS sur la bombe atomique. Procs qui dure plusieurs années et qui a soulevé des milliers de manifestations en leur faveur. Ils sont cependant exécutés en 53, ce qui choque à cause de l'absence de preuve.

En Europe occidentale, campagnes contre l'impérialisme américain et appel de Stockholm en 50 :

Appel pacifiste contre l'arme nucléaire lancé par des militants communistes, recueille des millions de signatures, tt le monde se soulève contre l'arme A.

Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert>

II Une guerre froide plus « pacifiée » et plus complexe (1953-1975)

A) Un cours nouveau dans les relations internationales :

1- Des facteurs de changement :

L'équilibre de la « terreur » et la « coexistence pacifique » :

Prise de conscience des 2 côtés qu'une guerre contre l'autre est impossible sans bombe atomique donc guerre impensable car trop dévastatrice. Il faudra donc mener l'affrontement autrement, sans moyen militaire. Ils savent donc qu'ils doivent coexister : « coexistence pacifique », car un conflit et direct serait la « destruction mutuelle assurée ». Mais la GF ne cesse pas pour autant : les blocs vont s'affronter sur le plan économique ; « course » à celui qui fera le plus d'échanges, « gagnera le plus économiquement ».

L'émergence du Tiers Monde :

La conférence de Bandung en avril 55, vingt-neuf états sont représentant. Organisé par les indonésiens et leur leader et par l'Inde (Nehru, indépendant depuis 47). Ces pays nouvellement indépendants invitent à leur conférence les pays indépendant d'Asie, d'Afrique (dont l'Egypte avec Nasser), ainsi que la Chine populaire. Les américains ne sont pas invités. La conférence affirme le droit des peuples à disposer d'eux même et l'égalité des races et des nations. Elle condamne le colonialisme et appelle à la décolonisation. Elle prône la coexistence pacifique, le désarmement et l'interdiction des armes atomiques. Elle condamne les blocs militaires (faire le lien entre indépendance politique, économique…). Cherche une nouvelle voie économique, propre aux pays pauvres. Bandung est une déclaration d'indépendance des pays du sud, c'est leur « fierté ».

En 61, cette conférence se traduit  par la naissance du mouvement des non alignés. La première conférence se tient à Belgrade (25 états y sont représentés), elle aura lieu tous les 3 ans.

En cours d'histoire, l'affirmation politique passe aussi par la constitution d'organisations régionales comme l'OUA (Organisation de l'Unité Africaine), en 63, qui a pour but de « rendre » l'Afrique aux africains (mais échouera).

Bandung se traduit par la lutte contre l' « échange inégal », des pays du tiers-monde qui veulent relever le prix des produits bruts en organisant des cartels pays producteurs. Le plus célèbre et le plus efficace est l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), constitué en 60 par l'Arabie Saoudite entre autre. Ses buts sont l'appropriation des puits de pétrole et refaire monter les prix, ce cartel  provoque les chocs pétroliers de 1973 et 1979.*

Des changements de dirigeants, surtout en URSS :

URSS : La mort de Staline en 53 inaugure une période de « dégel ». Dégel intérieur à l'URSS, avec la dénonciation par le nouveau Premier secrétaire, Khrouchtchev, des crimes de Staline et du culte de la personnalité, lors du 20ème Congrès du parti communiste de l'Union soviétique en 56.

Au niveau international K est le 1er à théoriser le coexistence pacifique et il assure que l'URSS à toutes les chances de gagner cette GF : l'URSS à de l'avance sur les USA dans la course technologique (lancement du 1er satellite artificielle, spoutnik, dans l'espace…)

K analyse aussi 'émergence du tiers monde qui faite suite à un mouvement de décolonisation. Il pense que l'URSS se rapproche des pays colonisés qui luttent, eux aussi, contre l'impérialisme, c'est-à-dire contre le boc occidental. Il considère donc qu'il n'aura même pas besoin d'intervenir pour vanter le communisme, mais n'aura qu'à les encourager à être indépendant.

En 56, K muni de ce double objectif, est persuadé qu'il va l'emporter.

USA : C'est le candidat républicain Eisenhower qui est élu en novembre 52, pour sa campagne très anti-communiste. Cependant période de dégel, donc E change paradoxalement de politique, devient assez peu idéologue et très souple à partir de 56. Paradoxalement, l'élection d'un président le plus anti-communiste possible, va finalement apaiser la GF. La politique américaine change donc passant de politique d'endiguement à de refoulement (=roll back).  Va rester 8 ans au pouvoir.

2- Le retour aux négociations et au dialogue a marqué la Détente :

Le « désarmement » ou plutôt le contrôle de l'armement :

1963 : traité de Moscou entre les USA, l'URSS et RU (bombe en 57) qui interdit les essais nucléaires en atmosphère, donc manière indirecte de contrôler le nucléaire (car les essais en souterrain coûte cher). La France, qui possède la bombe en 60, refuse l'accord.

1968 : traité de non prolifération des armes nucléaires ;

1972 : accord de SALY 1 : les pays s'engagent à limiter leur armement nucléaire (seul les missiles à très grande portée). Les 2 puissances acceptent que l'un vienne contrôler l'autre : symbole de cette détente, révélateur d'un accord idéologique.

La Détente en Europe :

1955 : traité de paix sur l'Autriche, toujours divisée en 4 depuis 45. Les USA cèdent à l'URSS et elle devient neutre. Et conférence de Genève, volonté de paix en Europe et de sécurité, mais symbolique plus q'autre chose…

1969-73 : Arrivée au pouvoir de Brandt en RFA, un socialiste, dont l'objectif est la réunification de l'All. En 70, il reconnaît comme frontière de l'All et de la Pologne le « ligne Oder-Neisse ». Ostpolitik de Brandt : politique de rapprochement avec l'est qui abouti à un traité fondamental entre RFA et RDA en 72 (reconnaissance mutuelle). En 73, moment clé de la détente, reconnaissance des 2 états qui entrent dans l'ONU.

1973-75 : la détente atteint son apogée avec la signature des « accords d'Helsinki ». 33 pays européenne, les USA et Canada approuvent l'acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe. Ils reconnaissent l'inviolabilité des frontière et la renonciation au recours à la force pour régler les conflits, et s'engagent à respecter les droits de l'homme et en particulier le libre circulation des personnes et des idées.

(1977 : Vaclav Havel (actuel leader de la république Tchèque) fait signer une charte qui vise à faire respecter le traité d'Helsinki.

La détente en Asie (Nixon Mao) :

En 71, Nixon, président des USA, fait virer de bord son pays : il lâche de l'ONU Taiwan et reconnaît la Chine, où il s'y rend en 72 et serre la main à Mao. Le But de Nixon est de neutraliser l'URSS en signant un accord avec un autre pays communiste.

En 73, le USA acceptent de signer les accords de Paris qui mettent fin à la guerre du Vietnam. Ils renoncent à empêcher l'extension du communisme dans ce pays.

3- La compétition pacifique (la course à l'espace) :

L'URSS est passée devant les USA au niveau technologique : Spoutnik… elle est en pleine gloire et annonce le début du déclin des USA. De plus, à partir du moment où on maîtrise les satellites, on maîtrise les missiles... En 61, les soviétiques sont aussi les 1ers à envoyer un homme dans l'espace (Gagarine), ils gardent leur avance. C'est aussi la 1ère année du mandat de Kennedy, qui dévoile son projet Apollo (envoyer un homme sur la lune), car il veut rattraper le retard des USA face à l'URSS (quand Armstrong marche sur la lune, les USA se montrent très fiers et glorieux).

4- La volonté de domination commune des « 2 Grands » sur le reste du monde : l'ordre bipolaire :

Moscou et Washington deviennent alors des « adversaires partenaires » qui s'emploient à maintenir sous leur contrôle l'ordre bipolaire du monde.

L'affaire de Suez (1956) :

Le 30 septembre 56, sans en référer à Washington, Le RU et la France décident d'intervenir en Egypte, avec l'opération Mousquetaire en partenaire avec Israël, pour reprendre le contrôle du canal de Suez nationalisé le 26 juillet 1956 par le colonel. Washington et Moscou contraignent les deux « vieilles » puissances européennes à reculer puis à évacuer finalement l'Egypte. La leçon est clair : la responsabilité de l'ordre mondial appartient aux UA et à l'URSS.

Le « téléphone rouge » et les rencontres « au sommet » (59, 61, 72-3-4) :

Une ligne reliant directement les 2 chefs d'états des USA et URSS, mise en place à la suite de la crise de Cuba où la guerre à été évitée de très peu, faute de communication très lente entre les 2 pays. Ils peuvent ainsi diriger le monde en permanence (élimine plusieurs conflits).

Symbole le plus spectaculaire de la détente ils vont se rencontrer régulièrement au sommet ( au téléphone mais aussi en réalité) :

1959 : rencontre entre Khrouchtchev et Eisenhower, c'est Khrouchtchev qui se déplace et a 2 objectifs : propagande pour l'URSS et veut rencontrer le peuple américain. Cela le rend très populaire parmi les américains qui ne voient en lui aucun danger.

1961 : rencontre entre les « 2K », représenté comme la rencontre de l'espoir car 2 grands stars politiques », mais elle sera décevante et n'aboutira à rien.

72-3-4 : Nixon et Brejnev au sommet de la détente.

Le refus de la « prolifération nucléaire » (traité de 68) :

Traité de non prolifération nucléaire, les pays qui ont la bombe s'engagent à ne pas aider les autres à l'avoir ainsi que de ne pas s'en procurer d'autre et les pays qui ne l'ont pas ne doivent pas chercher à l'avoir. La France et la Chine refusent pour des raisons d'indépendance et d'économie. Traité qui permet de contrôler les pays et éviter une guerre.

B) Mais les blocs et la confrontation n'ont jamais disparu :

1- La confrontation entre les 2 Grands n'a jamais cessé :

La confrontation politique : évolution des doctrines politiques :

USA : Kennedy (comme son successeur Johnson) résume son concept par les « nouvelles frontières ». Pour lui les USA se trouvent devant un défi majeur (communisme et URSS) qu'il définit à travers l'histoire (doctrine de Truman). Ils relient problèmes intérieurs et « nouvelles frontières ». Tout repose sur le citoyenneté, donc appel au peuple, les USA peut vaincre le communiste si le tout le monde se mobilise entièrement. Nixon lui pense que toute grande puissance à des intérêts légitimes qu'il faut reconnaître.

URSS : Brejnev successeur de Khrouchtchev (obligé de démissionner à cause de sa défaite à Cuba, jugé trop aventuriste) incarne la stabilité de la politique intérieur et extérieur. Il vise comme Nixon d'être reconnu, d'être partenaire des USA plutôt qu'ennemi.

La confrontation militaire :

Les doctrines militaires : représailles massives (Foster Dulls), à tout danger venant de l'URSS, les USA riposteront  par une politique du « tout ou rien », c'est-à-dire de type nucléaire ou massive. Eisenhower serre les vises. L'URSS ne répond pas directement contre tout attente, ils vont s'en prendre aux pays du tiers monde. Avec Kennedy, réponse à toute attaque soviétique, donc multiplication des conflits dans les pays du sud et augmentation du budget militaire des USA.

La « course aux armement » : (sous Khrouchtchev), explosion de tous les types d'armes, notamment des missile mais aussi des nouveauté : armes chimiques et biologiques. Le Vietnam est le terrain d'expérimentation des armes.

Le risque de guerre, crise des fusées de Cuba (octobre 62) : Au pouvoir depuis 59, Fidel Castro oriente la révolution cubaine vers le socialisme, créant le seul régime communiste des Amériques. En juillet 60, l'annonce par un proche de Castro, Che Guevara, que Cuba fait partie du camp socialiste, est ressentie comme une atteinte  inadmissible à la doctrine de Monroe (qui condamne toute intervention européenne dans les affaires du continent américain comme des USA dans les affaire du continent européen). En octobre 60, les USA mettent l'embargo sur les importations de sucre cubain dans l'espoir d'asphyxier l'économie cubaine. Le 15 avril 61, ils soutiennent un débarquement d'exilés anticastristes dans la baie des Cochons, mais débarquement qui échoue en trois jours.

Fidel Castro se rapproche alors de l'URSS et pour prévenir une attaque des USA, il demande à Khrouchtchev d'installer des missiles à tête nucléaire sur son île. Le 22 octobre 62, Kennedy, fort de la supériorité des USA, décide le blocus naval de Cuba pour empêcher l'arrivée des missiles. Après quelques jours d'extrêmes tensions (le 28), Khrouchtchev accepte le démantèlement des ses bases de Cuba, en échange d'une renonciation des Américains à envahir l'île. Paradoxalement cette crise ouvre une ère nouvelle de rapprochement entre les 2 Grands.

Cuba va être considéré comme une défaite de l'URSS.

Guerre de Kippour : En octobre 73, l'Egypte déclare la guerre à Israël. Mais Cuba a servit de leçon, et le 24 octobre, les 2 Grands imposent un cessez le feu immédiat à leur allié respectif, qui met fin à cette crise.

2- La domination des 2 Grands sur leur bloc s'est maintenue malgré quelques échecs :

Le bloc de l'Est :

La dissidence maoïste : La Chine va se séparer progressivement de l'URSS. La rupture est officialisée en 58 car pour la première fois Mao impose sa propre vision du socialisme, le régime est toujours marxiste et Mao admire toujours Staline mais il considère que la Chine doit évoluer autrement : « le Grand bond en avant » (économique), 2 à 3 fois plus vite que le socialiste soviétique. L'URSS prend mal cette rupture et rappelle tous ses experts et ingénieur sur la bombe nucléaire soviétique qui devaient aide la Chine à se procurer l'arme nucléaire. (Mais la Chine réussira tout de même à l'avoir par ses propres moyens). Conflits idéologiques et politiques entre les 2, la Chine nomme l'URSS de pays bourgeois, elle la place donc dès 62-63 du côté des ennemis capitalistes. Désormais la Chine prendra systématiquement le contre-pied sur les décisions de l'URSS ; les USA vont donc en profiter et s'appuyer sur la Chine pour faire face à l'URSS.

Insurrections hongroise de 56 : Moment de la prise de pouvoir de Khrouchtchev et période de déstalinisation, la Pologne et la Hongrie souhaite instaure un régime semblable. Tandis que le changement en Pologne se fait sans problème apparaît une révolte, en Hongrie, de la classe ouvrière et des étudiant, à la manière de la révolution d'octobre en URSS. Mise en place de groupe, les soviets, qui divisent le PC hongrois. Donc mise en place d'un nouveau dirigeant, nazi et d'élections libres. Mais révolution interrompue par l'armée rouge à l'aide de chars au bout d'une semaine qui réinstallent un gouvernement obéissant à l'URSS.

Le mûr de Berlin en 61 : En 58 la question berlinoise ressurgit quand Khrouchtchev veut mettre fin à la fuite vers l'Ouest des habitants de la RDA. En 15 ans, 3 millions d'allemands ont émigrés de l'Est vers l'Ouest. En novembre il déclare que Berlin Ouest doit être rattaché à la RDA, mais après 3 ans de négociations sans résultat, les autorités est allemande construisent, dans la nuit du 12 au 13 août 61, un mur qui met fin à l'hémorragie de la population et renforce le rideau de fer en Europe. Un « mur de la honte » qui 'entraîne pas de réactions significatives de la part des Occidentaux.

Printemps de Prague en 68 : tentative de démocratisation du PC, mais malgré toutes les précautions prises par la population l'armée rouge intervient de nouveau. Finalement la Tchécoslovaquie restera envahit par l'armée du pacte de Varsovie.

Le bloc de l'Ouest en Europe occidentale (De Gaulle 58-69) :

De Gaulle considère les américains comme un peuple dominateurs, que les relations sont totalement inégales à l'intérieur du bloc de l'Ouest et accuse les dirigeants d'avoir accepté cette hégémonie américaine. De Gaulle arrive donc au pouvoir avec l'intention de retrouver et de rendre à la France son indépendance sur tous les plans. Mais il sait que pour retrouver cette liberté il va devoir se battre.

Il mise sur une indépendance militaire et accélère les recherches pour la bombe atomique qu'il juge essentiel, arme de dissuasion. Il veut être capable de se défendre et ainsi sortir de l'OTAN (ce qu'il fait en février 66). Les USA furieux de cette rupture considèrent De Gaulle comme un cryptocommuniste et pense que la France est passée de l'autre côté, vers le bloc ennemi.

Au point de vue économique, il s'attaque qu , comme un moyen de domination américaine (les AUS le savent bien). Les USA condamne également cet acte. Il s'oppose également à leur politique extérieur dans le cadre des pays du tiers monde : dénonce leur attitude envers le Vietnam, les accusant d'impérialisme.  En 61, DG s'oppose à l'entrée du RU dans la CEE, il met son veto et se justifie en disant que le RU est le « cheval de Troie » des USA (étant tellement lié aux USA, il imposerait la politique commune des ces derniers).  Aussi DG se donne le droit de rencontrer les chefs d'états des pays de l'est quand il le souhaite, sans demander d'autorisation à quiconque.  Après DG la politique restera semblable puis s'atténuera peu à peu.  3- Le Tiers Monde au cœur de la confrontation militaire :  Normalisée en Europe, la confrontation entre les 2 Grands se poursuit  cependant dans des guerres périphériques.  L'échec du mouvement tiers modistes : échec du non alignement, ils ont voulu rassembler trop de monde dans le mouvement, à la limite de la cohérence. Fragilité des nouveaux pays, trop faible économiquement ; ils sont totalement dépendants de leur exportations pour leur développement économique et ces pays ne réussissent pas à décoller, aucun de réussira à devenir indépendant.  La grande majorité des conflits militaires dans le tiers monde sont des conflits indirects entres les 2 Grands (Amérique latine surtout) : affrontement en Afrique, Asie et Amérique latine. Les pays d'Amérique latine sont les plus inégaux sociologiquement avec Cuba, et vont être propice aux guérillas soviétiques.  Les USA sont aussi intervenus directement dans le Tiers Monde : la guerre Vietnam (65-73) : Après les accords de Genève, le Laos, le Cambodge et le nord du Vietnam sont indépendants. Le sud du Vietnam est toujours sous domination française et s'engage à organiser un référendum mais elle échoue et laisse peu à peu la place aux USA. Progressivement les USA s'implantent et mettent en place un régime pro américain sans élection. Ce qui va entraîner une insurrection dirigé par les communistes : FLN (Front National de Libération).  Le conflit va être le plus sanglant de tous opposant les Sud Vietnamiens, soutenus à partir de 65 par 500 000 soldats américains, et les révolutionnaires Viêt-Congs (combattants communistes), aidés par le Nord Vietnam, l'URSS et la Chine.  Malgré les bombardements massifs, qui représente deux fois et demi le tonnage des bombardements alliés de la seconde Guerre mondiale, et le recours au napalm (essence gélifiée) pour défolier les forêts où se réfugient les Viêt-Congs, la guérilla l'emporte. En janvier 73, les accords de Paris signent le cessez le feu et le retrait des USA. Les communistes l'emportent au Sud Vietnam en 75, ainsi qu'au Laos et au Cambodge intervenus contre les USA. On estime un bilan horrible, 1 million de morts communistes, 600 000 soldats et civils ainsi que 60 000 soldats américains. L'Amérique sort traumatisée de ce conflit qui a brisé le rêve américain et terni son prestige, ils n'interviendront plus à l'extérieur durant les 5 années qui suivront.  Le Moyen Orient est la zone la plus complexe : Le moyen Orient fait parti du Tiers Monde et n'échappe pas à la logique de la GF, mais partiellement tout de même. C'est une région complexe où se mélangent les logiques : celles de la GF et celles qui y échappent.  Logique de la GF : USA et URSS se constituent des alliés dans cette zone. Chaque camp essaie de gagner des alliés. (Ex : sous la monarchie du Shah d'Iran, l'Iran est du côté pro occidental).  Logique régionale qui échappent à la GF : logique du pétrole (pays membres de l'OPEP ; tous les pays pétroliers vont se réapproprier leurs puits de pétrole (contraire aux idées pro occidentales)). Conflit Israélo-palestinien : tous les pays arabes sont clairement contre Israël (sauf peut être la Jordanie). <h2>III 1973-5/1985 : Un ordre bipolaire déstabilise</h2> Apogée de la détente en 75 (conférence d'Helsinki) mais déjà on est entré dans une nouvelle période.  A) Le renversement de la conjoncture économique internationale et son effet déstabilisant et anxiogène :  1- Crise du dollar dès 1971 :  En pleine guerre du Vietnam, les déficits du budget et les pressions spéculatives du vont amener les USA à décrocher le de l'or, c'est-à-dire qu'il n'y a plus d'équivalence garantie entre et or. Donc plus rien ne fixe le dollar, il varie comme toutes les monnaies mondiales. Donc déstabilisation mondiale du système monétaire, instabilité monétaire généralisé. Affaiblissement des USA et de l'économie mondiale.

2- Crises pétrolières de 1973 et 1979 :

1973 : crise politique car le choc pétrolier est mis en place par les pays de l'OPEP. Embargo sur le pétrole dans le cadre de la guerre du Kippour. C'est-à-dire choc pétrolier volontaire. Ici, le pétrole est utilisé comme une arme économique. En quelques jours, les prix triple, le baril passe de 4 à 12. Période d'inflation, les prix haussent dans tous les domaines.  1979 : 2ème choc pétrolier qui fait passer le baril de 12 à 32. UN 2ème choc également de type économique dû à la guerre Iran/Iraq (les 2 principaux producteurs et exportateurs).

Cette période de chocs pétrolier dure jusqu'en 85, où contre choc : les prix chutent à 10(aujourd'hui le baril atteint 85).

3- Crise économique généralisée des pays capitalistes (sauf Japon) : stagflation :

Crise dite de stagflation : à la fois phase de stagnation économique et phase d'inflation ; qui ce traduit en 2 temps : 73-75 et 79-85. Partout chômage, économie au ralentit, des secteurs sinistrés ; Crise très grave dans les pays du sud due aux chocs pétroliers. Dons déstabilisation générale, dans les pays occidentaux et dans les pays du tiers monde (notamment multiplication des guerres)

B) 1973-5/1980 : expansion soviétique, déclin états-unien et révolution islamique :

1- Le déclin des USA :

Déclin économique (chocs pétroliers), militaire (guerre du Vietnam), politique (affaire Watergate). Affaire Watergate : Nixon aurait fait installé des écoutes dans l'immeuble de Watergate pour espionner des candidats démocrates pour les élections de 71, et l'a en plus nié. On a refusé qu'il ait menti (plus qu'il ait espionné) donc en 74, on l'oblige à démissionner (« le menteur », « le tricheur »). Donc affaiblissement politique. Aux élections suivantes 76, c'est le président démocrate Carter qui l'emporte.

2- La crise politique et sociale de l'Europe occidentale :

Après 73, la chômage se généralise en Europe de l'Ouest à cause de la crise éco et sociale, la 1ère  depuis 45, après les « 30 glorieuses ». Elle va fortement déstabiliser les pays : en France courant libéral avec Giscard d'Estaing à partir de 73674 (remplace Pompidou et DG). Crise sociale avec revendications salariales… prend très vite 1 caractère politique et anticapitaliste. Les gvts sont accusés d'être responsables de la crise dans les partis de gauche (PC, PS…) connaissent 1 montée de leur audience.

En 74 au Portugal, crise des « œillet » : les militaires se mobilisent contre la guerre, pour le pacifisme et renversent les dictatures. Pendant 2 ans, ils lancent 1 expérience en essayant de placer le PS. Période de forte montée du communisme. Aux élections, le PS l'emporte.

En France très fort montée de la gauche : programme commun de gvt avec PS et PC où ils présentent leur programme dès leur accession au pouvoir. C'est 1 évènement que le PC et PS s'entendent car depuis 47 ils sont ennemis et le PC est exclu du pouvoir. Dans les USA sont très inquiets.

En Italie la situation la plus explosive, là où les USA ont eu le plus peur. Le PC est le 1er parti de gauche, ex-aequo avec la démocratie chrétienne au pouvoir (77). Crise sociale très dure et explosive avec de grosses grèves, largement politiques et menées par le PC qui a pour objectif de renverser la capitalisme violement. Compromis historiques, « les Brigades rouges », terroristes, condamnent ce projet et assassinent le président démocrate.

3- L'extension du camp socialiste dans les tiers monde :

En 75, Vietnam, Cambodge et Laos voient arriver à leur tête des gvts plus ou moins marxistes lié à l'URSS. L'Afrique est concernés : en 74 coup d'état en Ethiopie. E Angola et Mozambique, colonies portugaises même chose. En Amérique Latine, coup d'état au Nicaragua en 79. Toujours en 79 le mvt des non aligné à lieu à Cuba et bascule quasiment entièrement du côté soviétique.

L'Afghanistan est l'ex le plus marquant car seul ex de l'armée soviétique à l'extérieur ; en 78 coup d'état communiste contre une monarchie neutraliste. Mais au bout d'1 an le PC est incapable de tenir seul. Dans en 79 l'URSS intervient pour soutenir le PC communiste au pouvoir et chasser les opposants. L'Afghanistan devient le « Vietnam de l'URSS ». Cette intervention est vue comme 1 moyen d'accès à la mer et comme 1 volonté de couper les sources de contestations musulmans d'URSS et des républiques soviétiques.

4- La révolution islamique en Iran, 1979 : un nouvel acteur :

Moment où l'Islam intervient comme force politique dans les relations internationales. En Iran, monarchie pro américaine avec un roi : le Shah d'Iran. Et là bas s'inspire de l'occident : en 60-70, développement éco accéléré faisant appel aux firmes des USA et du RU, donc mode de vie occidental et modification de mœurs.

La révolution iranienne est 1 réaction contre l'occidentalisation de la société par les paysans et les intellectuels. En même temps, dimension anti-occidentale et démocratique (car la monarchie tend vers la dictature). Révolution du même type que celle d'octobre 48 en URSS.

En 79, réaction qui rassemble toutes les formes d'oppositions, et renversement du Shah. Mais très vite, 1 force dominante se fait voir : force religieuse : islamique chiite. (Division entre les musulmans : sunnites et chiites, forte lutte entre les 2).

Donc en 79 mise en place d'1 république qui se réfère à l'Islam et qui considère que l'Islam est la seul source de pouvoir et qui nie toute autre source de savoir, de valeur. Volonté de renverser tous les régimes musulmans qui n'appliquent pas l'Islam correctement, avec un caractère anti-américain particulièrement marqué (mais aussi antisoviétique). Ils veulent renverser aussi tous les régimes athées, c'est-à-dire lutte contre les « mauvais musulmans » et contre les autres religions. Volonté d'instaurer à tout le monde le courant islamique. C'est l'ayatollah Khomeysai qui prend la tête de la République islamique.

C) 1980/85 : Le rebond américain sous Reagan et regain de la guerre froide (« guerre fraîche » :

1- Le rebond américain sous Reagan et le retour à la confrontation avec l'URSS et le communisme :

L'élection de Reagan en 80 marque un tournant dans la politique américaine. Il est obsédé par la nécessité de combattre l' « empire du mal » (ne laisser aucun place à l'URSS) et de redonner confiance aux Américains (il fait oublier les défaite : guerre du Vietnam). Il augmente le budget d'armement et entame une initiative stratégique de défense, le projet de « guerre de étoiles », qui vise à protégé le territoire américain de toute attaque nucléaire. (Pari du bouclier anti-missile, élimine tout OVNI). Si ce projet marche plus d'équilibre de terreur. Mais l'URSS va réagir en disant qu'il s'agit d'1 acte de gravité extrême car le USA se donnent ainsi le droit de déclencher une guerre nucléaire. Donc retour aux tensions : « guerre fraîche ».

En 82, les USA annoncent qu'ils vont déployer de nouveaux missiles en Europe pour répondre aux missiles de 77 de l'URSS. Les pays d'Europe concernés, principalement membre de l'OTAN protestent car ils considèrent ces installations comme la préparation d'1 guerre qui ne toucherait pas le territoire américain et soviétique. Les USA interprètent cette rébellion comme une volonté de sortir du côté américain. Crise qui dure jusqu'en 84, missiles finalement installés mais organisation qui échoue.

Les Américains boycottent les JO de Moscou de 80, 4 ans plus tard l'URSS boycotte à son tour les JO de Los Angeles.

2- L'affaiblissement de l'URSS et du communisme :

Crise éco et politique (croissance négative) dans les années 80-85. Une crise politique car beaucoup de dirigeants meurent au sommet : Brejnev (82), Andropov (84), FehezmenKo (85), Gorbatchev. Les dirigeants restaient très longtemps ou pouvoir avant mais désormais leur moyenne d'age atteint les 82 ans. Une crise qui va se généraliser. L système de l'URSS n'est plus crédible. Donc crise idéologique et politique profonde qui touchent tous les systèmes politiques communistes. Dégénérescence des PC, ils se font la guerre entre eux. C'est le cas par ex en 75, les militant pro chinois du Cambodge qui l'emportent (en 69 le Vietnam envahit le Cambodge). Les urbains étaient considéré comme 1 résistance du communiste et ont donc été envoyé de force dans les campagnes où ils devaient devenir paysans. Las villes ont été complètement vidées, les intellectuels assassinés, les familles disséminées à travers tout le pays car considéré comme un obstacle au communisme. (Les noms des membres des familles ont été changé afin qu'ils ne puissent jamais se retrouver).

En Pologne va être le point de départ de l'effondrement du bloc de l'est, en Europe. En 80, montée d'un syndicat libre : Solidarnosc (crée en 70 par la classe ouvrière insatisfaite des autres syndicats). Tout le monde adhère (80% de la pop) à Solidarnosc et revendique la liberté syndicale et la reconnaissance de ce dernier ce qu'il réussisse, puis est reconnu comme un parti. Très vite le régime ne peut plus supporter ce pouvoir qui devient un véritable concurrent, le PC sent le pouvoir lui échapper. Mais au bout d'un an et demi, coup d'état du chef de l'armée polonaise (communiste prend le pouvoir), qui interdit Solidarnosc et arrête ses chefs en décembre 81.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,50/5 - 4 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !