Le sacre de Napoléon

par Jacques-Louis David

Exécuté par David, ce tableau représente le moment où l’Empereur couronne son épouse le 2 décembre 1804 en présence de milliers de spectateurs (David en a peint 191). Il fait partie d’une commande de quatre tableaux destinés à commémorer les fêtes du sacre et du couronnement. Ces œuvres se répondant les unes aux autres, devaient célébrer les manifestations autour du sacre glorifiant la Religion, la Nation, l’Armée et le Peuple. 

Mais le reportage n'est pas exact : c'est une reconstitution (Letizia, mère de Napoléon , était absente, David n'était pas dans la loge qui lui est attribuée …) Le 18 décembre 1804, David est nommé premier peintre de l’Empereur. Il rêvait d’être à la fois ordonnateur et concepteur de tout un ensemble de projets comme put l’être Le Brun au XVIIe siècle. La réalité fut tout autre, les rapports de David et de l’Empereur furent difficiles, marqués de plus d’échecs que de triomphes.

croquis de David : Napoléon se couronnant lui-même

Dans le chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris en présence du pape Pie VII, des cardinaux, ambassadeurs, grands dignitaires de l'Empire, de la cour et de l'armée, Napoléon élève la couronne qu'il s'apprête à poser sur la tête de son épouse, Joséphine. La scène s'ouvre avec cet immense tapis bleu vert qui invite à se joindre à la foule. Les regards se tendent vers la couronne, point focal du tableau. Elle se détache sur un pan de rideau vert.

La scène centrale, comme cadrée dans un rectangle, est marquée par les deux manteaux pourpres. La foule est disposée de part et d'autre, répartie par fonction : famille impériale, grands dignitaires, clergé, ambassadeurs, David et son entourage en hauteur et dans la loge en dessous se trouve Letizia, la mère de Napoléon. Cette étonnante galerie de personnages fut certainement inspirée par le couronnement de Marie de Médicis de Rubens.

La préoccupation principale de David pour le couronnement, comme en témoignent les textes, avait été le réalisme des portraits et des accessoires. C'est bien cette vérité que célèbrent les commentaires publiés, qui, dès l'exposition privée du tableau dans l'atelier en décembre 1807, se plaisent à identifier les personnes représentées.

Les attributs royaux, que l’on désigne en latin par le mot regalia, doivent être présents au sacre d’un souverain pour en garantir le caractère sacré. Ces objets, que l’on faisait remonter à Charlemagne, la Révolution les avait plus que malmenés à cause de leur valeur symbolique et de leur usage rituel. La main de justice et les couronnes des rois ayant disparues, c'est le joaillier Biennais qui les remplace.

Ainsi, sur cet immense tableau (7 x 10 mètres) les indices montrant le pouvoir absolu du nouvel empereur sont très nombreux :

  • Présence d’un pape soumis qui bénit le nouvel empereur, de la croix au centre du tableau, de membres imminents de l’Eglise = pouvoir religieux. En effet, le Concordat en 1801 a marqué la réconciliation entre la France et l’Eglise.
  • Présence de généraux de son armée et de l’épée à son flanc = pouvoir militaire.
  • Présence d’une nouvelle noblesse, du sceptre et des grands personnages de l’Etat = pouvoir politique.
  • Main de Justice = pouvoir judiciaire.
  • Couronne de Charlemagne et globe surmonté de la croix = pouvoir absolu.
  • Couronne de laurier = référence aux empereurs romains de l’Antiquité.
  • Se couronne lui-même en présence du pape = comme Charlemagne.
  • Sacre et onction avec les saintes huiles = comme les rois de France mais à Notre-Dame de Paris et non à Reims.
  • Présence de sa famille, notamment de la mère, pourtant absente le jour du sacre = principe dynastique.
  • David est présent = l’artiste et l’Art au service de l’empereur (comme Louis XIV).
  • Par l’importance donnée à la couleur et à la richesse des tissus, David s’applique à montrer la magnificence de la cour impériale. L’impératrice est rajeunie par le peintre. Napoléon, lui, se présente de profil, noble et sévère : il évoque les effigies impériales des médailles ou des pièces de monnaie antique.

 

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,00/5 - 2 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !