I) Les grandes phases du conflit

Problématique
: Quelles sont les grandes phases du conflit de 1939 à 1945 ?

1.
Faillite du nouvel ordre mondial : les démocraties face au
facisme

La
Seconde Guerre mondiale est une conséquence de la guerre de
1914-1918, l'Allemagne humiliée par le traité de
Versailles et l'Italie fasciste veulent devenir des puissances
mondiales. Dans les années 1930, ces pays avaient remis en
cause l’ordre mondial représenté par la Société
des Nations, qui laissa le Japon annexer la Mandchourie (1931) et
l’Italie envahir l’Éthiopie (1935).

Ce
conflit est aussi un affrontement entre démocraties (les
alliés) et régimes fascistes (l'Axe). En1938, les
accords de Munich avaient autorisé l’Allemagne à
démanteler la Tchécoslovaquie. Pourtant, après
avoir conclu un pacte de non-agression avec Staline, Hitler en
septembre 1939 envahit la Pologne qu’il se partage avec
l’U.R.S.S. Le Royaume-Uni et la France déclarent la
guerre à l’Allemagne.

2.
Les succés de l'Axe (1939-1942) :

(Cartes
1 et 2, p. 80 et 81)

a. Le
Blitzkrieg :

L’Allemagne
attaque la France en mai 1940 avec la même tactique que contre
la Pologne : les chars appuyés par l’aviation déferlent
sur une armée française dont l’état-major
applique les principes de la guerre de position de 1914-1918. Le 17
juin, le maréchal Pétain demande l’armistice.
Mais, le 18 juin, le général de Gaulle lance depuis
Londres un appel à poursuivre le combat.

En
juillet 1940, Hitler lance son aviation contre la Grande-Bretagne.
Mais grâce au radar et à la résistance héroïque
des pilotes de chasse britanniques, la bataille d’Angleterre se
solde par le premier échec militaire allemand.

En
1941 et 1942, la guerre s’étend à l'Afrique du
Nord, la Yougoslavie et la Grêce.

b.
L'opération Barbarossa

Le 22
juin 1941, la Wehrmacht pénètre en U.R.S.S., mettant
fin à deux années d’accord entre Hitler et
Staline (pacte germano-soviétique, 1939).

L’Armée
rouge bat en retraite, mais, à la fin de 1941, l’hiver
arrête la progression allemande devant Moscou.

Staline
fait transférer les usines d’armement dans l’Oural
et la population russe se regroupe derrière son chef pour la «
Grande Guerre patriotique ».

c. La
guerre dans le Pacifique :

Le 7
décembre 1941, les forces aéronavales japonaises
détruisent par surprise une partie de la flotte américaine
du Pacifique à Pearl Harbor, dans les îles Hawaii. Les
États-Unis, qui fournissaient déjà des armes à
la Grande-Bretagne, sont poussés au cœur du conflit.
Mais ils ne peuvent empêcher le déferlement des Japonais
qui occupent bientôt l’Indonésie, les Philippines
et la Birmanie.

3.
Victoire des Alliés 1943-1945

(cartes
1 et 2, p. 84 et 85)

a.
Les premiers succés alliés :

Le 3
novembre 1942, les Allemands subissent leur première défaite
terrestre face aux Britanniques à El-Alamein en Libye. Le 8
novembre, les Américains débarquent en Afrique du Nord.
En mai 1943, ils atteignent Tunis, les forces de l’Axe sont
chassées d’Afrique.

En
Russie, de septembre 1942 à janvier 1943, la Wehrmacht perd
400 000 hommes lors de la bataille de Stalingrad. L’Armée
rouge prend alors l'initiative de l’offensive.

Dans
le Pacifique, les Japonais connaissent leur première défaite
navale à Midway, en juin 1942. C’est le début de
la lente reconquête du Pacifique par les Américains.

b.
Offensive sur tous les fronts : la victoire des alliés :

En
juillet 1943, pour soulager le front russe, les Anglo-Américains
débarquent en Sicile. L’Italie capitule en septembre
1943 mais Hitler envoie aussitôt une armée pour bloquer
l’avance des Alliés. Ceux-ci n’entrent dans Rome
que le 4 juin 1944.

Le 6
juin 1944, le débarquement en Normandie est décisif. En
août, les alliés atteignent Paris qui est libéré
par les F.F.I. avec le soutien de la 2e D.B. du général
Leclerc et d'une armée américaine.

Après
l’échec d’une ultime contre-offensive dans les
Ardennes en décembre 1944, l’Allemagne nazie est en
pleine décomposition. Le pays est écrasé sous
les bombardements et le régime nazi enrôle les hommes
âgés et les adolescents qui défendent Berlin.

Hitler
se suicide le 30 avril. Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule
sans conditions.

c.
L’écrasement du Japon

Malgré
une résistance acharnée (kamikazes), les Japonais
perdent de 1943 à 1945 la totalité de leur flotte et
des territoires conquis depuis 1937.

Pour
précipiter leur reddition, mais aussi pour impressionner
l’U.R.S.S., les Américains décident en 1945
d’employer la bombe atomique. La première est lancée
sur Hiroshima le 6 août, la deuxième sur Nagasaki trois
jours plus tard. Le 15 août, l’empereur Hiro-Hito accepte
de capituler sans conditions.

Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert>

II) Les génocides commis pas les nazis

Problématique
: Comment les nazis ont réalisé l'extermination de
millions d'êtres humains ?

Exclusions
spoliation et émigration forcée constituent la
politique des nazis à l’encontre des Juifs jusqu’à
la guerre. En même temps que la guerre, débute
l’extermination des malades mentaux, pour laquelle sont
utilisées pour la première fois des chambres à
gaz ; une entreprise qui, étendue aux vieillards, fait au
moins 275 000 victimes dans la seule Allemagne.

1. La
« solution finale de la question juive » :

La
guerre permet aussi aux nazis d’adopter leur plan d’élimination
des Juifs d’Europe. Dès l’occupation de la
Pologne, les Juifs sont regroupés dans des ghettos. Lors de
l’offensive à l’Est, des unités mobiles
d'extermination, à l’arrière du front, exécutent
de façon systématique les populations juives, les
communistes, faisant plus d’un million de morts.

En
janvier 1942 à Wannsee une réunion de hauts
responsables nazis décide de l’élimination des
Juifs d’Europe, par la déportation à l’Est,
l'extermination par le travail, ou par gazage dès leur arrivée
dans six camps spécialement équipés.

De
1942 à 1944, les Juifs sont raflés dans toute l’Europe
par l’armée et la police allemandes, ou par la police
des pays occupés ou amis. Envoyés par trains entiers
dans les camps d’extermination, ils y sont tués dans les
chambres à gaz et leurs corps brûlés dans des
fours crématoires. Certains camps d'extermination, notamment
Auschwitz, fournissent aussi, comme les camps de concentration, une
main-d’œuvre d’esclaves aux entreprises
industrielles allemandes : les conditions de vie y sont prévues
pour épuiser et faire mourir par le travail.

En
France, appliquant sa propre politique antisémite engagée
dès 1940, le gouvernement de Vichy se fait l’auxiliaire
des nazis dans la déportation des Juifs. Ainsi se déroule
à Paris, les 16 et 17 juillet 1942, la rafle du Vél’
d’Hiv’. Près de 80 000 Juifs seront déportés
de France. Moins de 2 500 reviendront des camps.

2. Le
bilan humain :

Entre
5,5 et 6 millions de Juifs, soit les deux tiers des Juifs d'Europe,
hommes, femmes et enfants, ont été massacrés par
les nazis… Des 3,5 millions de Juifs polonais, il n’en
reste plus que 50 000 à la fin de la guerre. Ce génocide
est aussi désigné sous le terme d’Holocauste ou
de Shoah, un mot qui signifie « catastrophe » en hébreu.

Les
Tsiganes constituent la seconde communauté à avoir été
victime d’une élimination systématique sur des
bases raciales. Entre 250 000 et 500 000 Tsiganes, sur les 700 000
qui vivaient en Europe, ont été exterminés
durant le conflit.

3.
Les procès des criminels :

On
estime à près de 12 millions le nombre de personnes
assassinées dans les camps du IIIe Reich. Après la
guerre les principaux criminels nazis ont dû répondre de
leurs crimes devant la justice, en particulier lors du procès
de Nuremberg, de novembre 1945 à octobre 1946, qui introduit,
pour la première fois en droit pénal international, la
notion de crime contre l’humanité.

III) Résistance et collaboration de 1939 à 1945

Problématique
: Dans la France occupée de 1940 à 1944, quelles formes
prirent la résistance et la collaboration ?

Les
victoires de l’Allemagne et du Japon dans les premières
années de la guerre ont entraîné l’invasion
et l'occupation de nombreux pays.

1.
Quelle attitude face à l’occupant ?

Les
nazis pratiquèrent plusieurs sortes de contrôle des pays
conquis ou menacés :

-
l’annexion et de l’administration directe (Pologne,
partie tchèque de la Tchécoslovaquie);

-
l’alliance avec les Etats idéologiquement proches
(Hongrie, Slovaquie, Roumanie, Croatie);

- le
maintien de gouvernements formellement indépendants. Les
indispensables politiques de collaboration à leur effort de
guerre s’en trouvaient facilitées. Les gouvernements
français et danois se prêtèrent à ce
marché de dupes.

Dans
ces pays des mouvements de résistance apparaissent. Ils sont
souvent motivés par un réflexe patriotique ou des
considérations plus politiques. Ces réseaux se sont
renforcés en réaction à la politique
d’oppression des puissances occupantes ou des gouvernements
collaborationnistes, et aussi à la suite des défaites
successives de l’Axe.

2.
Vichy et la « Révolution nationale »

En
France, la défaite de 1940 et l’exode qui s’est
ensuivi ont causé un profond traumatisme dans la population.
La République s’est effondrée et l’on a
confié les pleins pouvoirs au vieux maréchal Philippe
Pétain.

En
octobre 1940, l’entrevue de Montoire entre Pétain et
Hitler symbolise la politique de collaboration de l’Etat
français (régime de Vichy) avec l’Allemagne
nazie. La pénurie et les rationnements causés par cette
politique qui met toute l’économie au service de
l’occupant, ainsi que la mise en place de la « Révolution
nationale » instaurant un régime autoritaire et
réactionnaire vont peu à peu diviser les Français,
au départ majoritairement unis dans le culte rendu au vieux
maréchal.

La
collaboration fut aussi militaire. En juillet 1941, des extrémistes
(Marcel Déat, Jacques Doriot) fondent à Paris la Légion
des volontaires français contre le bolchevisme pour combattre
sur le front russe. La formation d’une brigade française
de SS est autorisée par Vichy en juillet 1943. En janvier 1943
la création de la Milice, engagée dans la lutte contre
la Résistance française au côté des nazis,
symbolise la soumission complète du régime de Vichy aux
nazis.

3.
Les composantes de la Résistance française

Dès
le 18 juin 1940, le général de Gaulle, exilé à
Londres et encore peu connu, avait lancé un appel à
poursuivre le combat. Certains l’ont rejoint en Grande-Bretagne
puis en Afrique, d’autres organisent la résistance à
l’occupant depuis le territoire national.

À
partir de l’invasion de l’U.R.S.S. par les troupes
allemandes, les communistes rejoignent massivement les rangs de la
Résistance. À la fin de 1942, lorsque l’armée
allemande pénètre en zone libre, certains partisans du
régime de Vichy finissent par entrer également en
résistance.

Nombreux
aussi sont ceux qui rejoignent les rangs de la Résistance pour
échapper au Service du travail obligatoire instauré en
février 1943.

Afin
d’unifier les divers mouvements de résistance, qui vont
de la droite républicaine aux communistes, Jean Moulin,
délégué du général de Gaulle, crée
le Conseil national de la Résistance, en mai 1943.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !