La guerre froide, conflit idéologique de puissances

-Volonté de la majorité, institutions libres, élections libres, liberté individuelle d’expression et de culte.

Contre

– Volonté d’une minorité imposée, terreur, oppression, liberté d’expression limitée (presse sous contrôle), suppression libertés individuelles = la liberté

Il va les aider économiquement et en mettant en œuvre les principes de la charte des Nations-Unies. Plan Marshall, soutient militaire.

Il répond en disant que les USA veulent dominer le monde impérialiste et donc les communistes doivent se préparer à les empêcher.

La guerre froide est un conflit idéologique car les 2 grandes puissances mondiales veulent toutes les 2 imposer des idéologies radicalement opposées.

 États-UnisUnion Soviétique
Système politiqueDémocratieDictature totalitaire
Organisation économiqueCapitalisme libéralCommunisme, économie dirigée
Modèle de sociétéRéussite individuelles

Égalité des droites

Réussite collective

Égalité sociale

C’est un conflit de puissance car il oppose 2 grandes puissances : USA et URSS autour desquelles se sont constitués 2 blocs.

Berlin, un lieu symbolique de la guerre froide

Le blocus de Berlin

La 1ère crise de la Guerre Froide dont Berlin est le théâtre, est le Blocus de la Berlin (Juin 1948-Mai 1949).

Contexte

Conformément aux accords de Yalta (Février 45) et de Potsdam (août 1945), le territoire allemand et la ville de Berlin sont divisés en 4zones d’occupation (USA, France, Russie, URSS).

Cas de Berlin particulier car c’est une enclave en pleine zone d’occupation Soviétique.

Les faits

– Blocus (Juin 48-Mai 49). Les Soviétiques coupent eau + gaz + électricité + voies terrestres + voies fluviales qui relie les zones occidentales Allemagne des zones occidentales de Berlin.

→ USA fait un pont aérien pour ravitailler = Blocus inefficace.

Les conséquences

Crise = entente impossible USA/URSS sur la Q All’.

Désormais, l’Allemagne est divisée en 2 Etats rivaux (49-90) :

  • A l’Ouest : RFA → Bonn Capitale et dans l’OTAN (54)
  • RDA : capital : Berlin-Est, pacte de Varsovie (1955) (OTAN Soviet) + CAEM.

Les 2 Allemagnes deviennent le symbole de la division de l’Europe.

La faillite de la RDA est dû à sa violence, aux libertés supprimés (celle de l’expression pour revendiquer la cadence du travail par exemple.

C’est un symbole car il montre bien qu’il y a 2 portées, 2 mondes différents

Ils l’interprètent comme un échec car fabriquer un mur pour garder des gens dans un portée alors qu’ils essayaient de s’en échapper montre bien la faiblesse de ce portée.

Chacun instaure sa politique et construit la ville comme leur propre pays.

La construction du mur de Berlin en 1961

Tout le monde fuit

Car il sépare matérialisme,t les blocs. De plus il est difficile de passer de l’un à l’autre.

Berlin-Ouest : vite reconstruit.

Les fait

Construction dans la nuit du 12 au 13 août d’un mur le long de la ligne de démarcation séparant l’Allemagne de l’Est des zones d’occupation occidentales de Berlin.

Les causes

Mettre fin à émigration clandestine des allemands de l’E → O, via les secteurs d’occupation occidentaux. 11 millions de personnes ont fuit la RDA en 11ans.

La construction du mur est précédé puis suivit par de forte tension entre soviétiques et occidentaux à propos de Berlin-ouest : le mur est en effet qu’un prétexte pour Khrouchtchev.

Depuis la fin de l’année 58, en effet, Moscou a chassé les alliés de Berlin Oust, dans le but de se débarrasser de cette victrine du capitalisme et d’endiguer le flot d’emmigrés.

Les conséquences

Le célèbre discours « Ich bin ein Berliner » de JFK en Juin 1963 affiche sa détermination de ne céder sous aucun prétexte à une énième tentative des Soviétiques de faire tomber Berlin.

Kroutchev se contente finalement du « mur de la honte » pour envoyer l’exode Est-Allemand.

La chute du mur de Berlin

Enfin, Berlin est un lieu symbolique de la guerre froide car sa chute sonne le « Ola » du monde communiste.

Les faits

Dans la nuit de 9 au 10 novembre 1989, devant les caméras du monde entier, les Allemands de l’Est et de l’Ouest brisent le mur qui séparait Berlin depuis environ 30 ans, prenant de court les dirigeants des 2 bords.

Les causes

La libéralisation des régimes communistes voulu par le nouveau dirigeant soviétique arrivé au pouvoir en 1985 joue un rôle déterminant.

De ce fait, M GORBOTCHEV veut mener une réforme économique (perestroïka) et libéraliser partiellement le régime communiste (glasmost). Il assoupie également la tutelle soviétique sur les démocraties populaires.

Réceptif à la polémique de GORBOTCHEV, les dirigeants hongrois ont été les premiers à soulever « la dalle de béton » (Mai 89) et à permettre aux Allemands de l’Est à passer à l’Ouest en transitant par leur territoire.

La crise de Cuba est dû à l’installation de missiles nucléaires par l’URSS.

Le monde a eu peur d’un cataclysme nucléaire et veut une limitation et un contrôle des armes.

Évité grâce à un système de quarantaine et un engagement à ne pas envahir Cuba.

Soviétique = peuple ne voulant pas la guerre alors que les Américains = affirmer sa domination/

« Le danger d’une guerre thermonucléaire mondiale fut évité ».

Les conséquences

Plus qu’un mur, c’est un symbole qui s’effondre. Plus rien ne s’oppose à la réunification de l’Allemagne : 45 ans après la 2ème Guerre Mondiale.

  • « Révolution de velours » en Tchécoslovaquie, novembre 89.
  • chute de Ceaucescu en Roumanie en Décembre 89, Bulgarie en janvier 90.

Dès 1990, des élections libres sont organisées dans tous les pays d’Europe de l’Est. Finalement, en Juin et Juillet 1992, le CAEM et le pacte de Varsovie sont dissous : URSS au tapis le 25 décembre 1992.

La guerre de Vietnam

Un affrontement militaire indirect

Les accords de Genève de S4 qui mettant fin à la guerre d’indépendance contre les Français. Indochine français divisé en 3 pays (Vietnam, Laos, Cambodge).

Accords signés par la France, le Royaume-Uni et l’URSS = Vietnam/2 mais 1 en 1956 par l’organisation des élections libres.

Ces élections n’ont jamais eu lieu car les politiciens du Sud savaient bien qu’un tel référendum donnerait la victoire à HO CHI MIHN.

Pour les USA, l’objectif est d’endiguer les communistes et de contenir le Sud pour qu’il ne donne pas d’idées communistes au Nord.

L’affrontement entre les 2 Grands est devenu violent et meurtrie.

Les Américains sont contre la violence (la guerre). Ils manifestent pour la montrer.

Beaucoup de morts pour prouver qu’une idéologie est bonne et l’autre non.

L’évolution de l’engagement américain augmente progressivement. Elle est passée de 0 en 1961 à 536 100 en 1968. 6 fut le maximum de troupes envoyées au Vietnam. Ensuite, elle diminue jusqu’en 1973. On remarque qu’entre 1965 et 1971, l’engagement est maximal avec chaque année, plus de la moitié des troupes qui tombent aux combats.

Chacune des 2 parties du pays adoptent donc un régime politique différent :

  • le Vietnam-Nord : communiste sous la direction de Hô Chi Minh.
  • Le Vietnam-Sud : dictature pro-américaine.

La politique intérieure très répressive du gouvernement sud-vietnamien suscite bientôt la monté d’une opposition animée principalement par la Vietcong (sud-vietnamiens et pro-communistes).

Hô Chi Minh appuie l’insurrection et attaque le Vietnam du Sud.

En 1964, les EUA décident d’intervenir massivement en faveur du Sud-Vietnam (45 000 H en 1967).

Malgré cette intervention massive et des bombardements intensifs y compris chimique (agent orange, napalm), les américains ne parviennent pas à gagner la guerre. De plus, l’offensive du têt le 31 Janvier 68 (Nouvel Vietnamien), les vietcongs attaquent simultanément plus de 100 villes et bases pro-américaines et réussissent à les tenir pendant plusieurs heures.

Cette « sale guerre » entraîne une réaction hostile de l’opinion, notamment chez les jeunes (mouvement hippie, Peace and Love).

Le président démocrate Johnson renonce à se représenter pour un 2dn mandat à cause de la guerre du Vietnam. Nixon se fait élire en promettant de faire la paix au Vietnam.

On aboutit à un cessez-le-feu puis à un traité de paix signé à Paris en Janvier 1923. Finalement, privé du soutien des USA, le Vietnam-Sud succombe en 1975 (chute de Saigon).

Après 1991 : l’espoir d’un nouvel ordre mondial

Les acteurs des conflits sont les islamistes et la Corée du Nord. Le terrorisme international, guerres civiles, prolifération nucléaire.

La paix est (peut-être) encore une fois remplacée par la guerre/ Les pays se mélitarisent et veulent obtenir la bombe nucléaire.

Les pays épargnés sont l’australie, tout l’Amérique du Sud sauf la Colombie, l’Italie, quelques pays Asiatiques et Africains ainsi que certains du Nord de l’Europe de l’Ouest.

Un conflit armée : La guerre du golfe (1990-1992)

Invasion du Koweït par l’Irak le 2 août 1990. Le Koweït est une puissance pétrolière.

  • Sadd Hussein veut mettre la main sur les gisement d’hydrocarbures.
  • Il veut un accès avec eaux profondes du golfe persique.
  • Cela lui permettrai d’effacer sa dette qu’il a emmagasiné durant la guerre Iran-Irak.
  • Le programme d’armement nucléaire doit être ralenti voir stoppé.
  • Rendre crédible l’ONU (intervention de 1M de soldats, Irak = 530 M).

La motivation militaire est dû au fait que l’ONU doit rester crédible et afin que la paix revienne.

Les avancées technologiques ne font pas une guerre propre bien que moins de civils sont tués. Les USA essayent de faire plus attention.

Malgré de nombreuses résolutions (660 = doc1 p140 ultimatum), l’ONU engage une coalition militaire internationale sous le commandement des USA : opération tempête du désert.

L’intervention fait 200 morts pour les alliés contre 100 M pour les Trabiens.

La guerre s’achève par une cuisante défaite pour les irakiens.

La Koweït est libérée mais ces puits ont été incendié, infrastructures à reconstruire. Sassam Hussein reste en poste malgré ses responsabilités et les crimes commis notamment pour les burdes.

Sarajevo : De la difficulté de contrôler les conflits traditionnels

Les origines

La Yougoslavie est une mosaïque de communautés et d’ethnies régulièrement en conflits depuis des siècles.

Depuis 1945, la dictature du Maréchal Tito a maintenu la paix par la force d’un régime autoritaire. Mais la fin du régime communiste réveille les nationalismes et des tensions ethniques anciennes.

En 1991, la Yougoslavie éclate en plusieurs pays (Slovénie, Croatie, Serbie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine) qui réclament leur indépendance : la région des Balkans sombrent alors dans une sanglante guerre civil.

Les enjeux

Le contrôle de Sarajevo (capital de la Bosnie-Herzégovine)

  • Volonté des Serbes de reconstituer une « Grande Servie » rassemblant les régions où les communautés serbes sont présentes.
  • Garantir le sort de la population civile en danger (assiégés).

Limite voire discrédit de l’ONU pour faire valoir le droit international + casques bleus pris en otages : ligotés sur des ponts) .

Les conséquences

Les forces de l’armée serbe bosniaque. OTAN (USA) pour la signature d’un traité de paix.

Les civils sont bombardés par l’artillerie des bosniaques serbes et tués dans la rue par des snipers qui font régner la terreur.

Le calvaire des 400 M habitants de Sarajevo va se prolonger pendant 4 ans. A terme, le tribunal pénal international (TPI) inculpe les Serbes de Bosnie (les chefs) de crime contre l’humanité en raison de l’épuration ethnique perpétré contre les bosniaques.

Cet épisode montre les limites du pouvoir de l’ONU : les casques bleus de la FORPRONU, en tant que force d’interposition ne peuvent qu’assister impuissant aux exactions et aux crimes de guerre.

Il faudra finalement l’intervention des forces de l’OTAN en 94 bombardements pour imposer une paix fragile.

Le président Américain Bill Clinton fait ainsi signer les accords de Dayton en 1995. La Bosnie est séparée entre :

  • la république Serbe de Bosnie
  • la fédération croato musulmane

Les conflits au Rwanda (1994), au Kosovo (1999), et en Tchéchénie (1999-2000) sont autant de guerres civils dont l’origine ethnique en nationaliste est la manifestation de ces nouvelles conflictualités.

Les attentats du 11 septembre 2001 ou la déterritorialisation des conflits

Les attentas du 11 septembre est un acte terroriste qui inaugure une nouvelle ère dans les relations internationales, marquée par l’abandon définitif de la croyance d’un seul état, fut-il doté de tous les attributs de la puissance, à assurer la stabilité de l’ordre mondial dans un environnement en profonde transformation.

Guerre asymétrique : une armée régulière (militaire/police) à des groupes plus petits armées commettant des actes terroristes pour installer des régimes islamiques (Al-Qaïda) : nouvelle forme de conflit.

Les faits ; Triple attaque contre les symboles forts des USA : Worl  Trend center, Pentagonelt Washinton. Elle n’atteint pas le capitole. Les avions détournés viennent percuter les tours jumelles + pentagone. Washington est un échec.

Près de 3000 personnes périssent ce jour-là : c’est la première fois depuis la guerre d’indépendance que les USA sont touchés sur leur sol et le traumatisme est profond car l’attentat démontre que même la 1ère puissance mondial n’est pas invulnérable. Les terroristes ont également gagné sur le terrain médiatique.

Les causes : Des mouvements islamistes se développent dans le monde musulman (talibans afghans).

L’islamisme se compose de nombreuses mais semble être particulièrement radicalisé durant les 90 avec la guerre du golfe et les déclarations de Sadaam Ussein, la montée de l’antiaméricanisme et la diabolisation de l’Occident par les fondamentalistes.

L’arrivée au pouvoir des néoconservateurs américains (G.W. Bush) n’arrange pas la situation : les USA sont accusés de mener une « croisade » contre l’islam. Les groupes islamiques se multiplient dans le monde.

Celui qui semble être le plus important à partie de 1998 est Al-Qaïda, dirigé par Ben Laden, qui fonctionne sur le modèle d’une multinationale « sous-traitant » à des cellules locales des attentas comme ceux des ambassades du Kenya et de la Tenzonie le 27 août 1998.

Les conséquences : Les attentats du 11 septembre 2001 illustre une nouvelle forme de conflictualité : le terrorisme. Par la suite, d’autres attentats vont être organisés par les islamistes :

  • Les attentats de Madrid du 11 mars 2004.
  • Les attentats de Londres du 7 juillet 2005

Les attentats du 11 septembre 2001 obligent l’ONU et les big power à prendre au sérieux la menace terroriste, d’autant plus que depuis l’éclatement de l’URSS une partie des armements conventionnelles ou non de l’ancienne surpower circule sur le marché noir.

Cette prise au sérieux est synonyme de restrictions des libertés dans les pays démocratiques. G.W. Bush fait voter aux USA :

  • Le Patrio Act : limite les libertés individuelles
  • Permet de transférer des prisonniers (juddaistes ou non) vers la base de Guantánamo pour y être internés et parfois même torturés.

Si l’intervention contre les Talibans, en Afghanistan (à partir d’octobre 2001) se déroule en 2002, sous couvert de l’ONU, la guerre préventive contre l’Irak en 2003 se fait sans restriction de l’ONU pour contourner le véto français.

Le prétexte en est la présence d’armes de destruction massive qui est en fait n’existent pas. Cette politique loin de résoudre le problème du terrorisme, accentue au contriare l’anti-américanisme dans le monde. Ses résultats sont donc très limités.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Maelys

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide