Situation

Baudelaire a été marqué par la mort de son père lorsqu’il était petit. Sa mère s’est remariée avec un H que Baudelaire n’aimait pas. Baudelaire était un cancre à l’école. Il avait beaucoup d’argent car il a hérité de l’argent de son père et va vivre à Paris. Il vit au jour le jour. Vers 20 ans, son beau-père l’a embarqué de force sur un bateau et ils ont voyagé afin que Baudelaire change son comportement. Il a été marqué par l’exotisme, et il en a parlé dans Les Fleurs du mal. A leur retour, son beau-père l’a mis sous tutelle, Baudelaire a du travailler (c’est un excellent traducteur anglais/français). Il a fait des critiques d’arts dans les journaux ; essai : Les Fleurs du mal en 1857→ B est condamné et a du enlever des poèmes de l ‘œuvre ; poésie : Le Spleen de Paris, Petits poèmes en prose 1869 Fin de vie de B misérable (buvait bcp d’alcool et de drogue) Enterré au cimetière de Montparnasse à côté de son beau-père (général)

Vocabulaire

Synesthésie : pas de raisonnement intellectuel, un sens en rappelle un autre, ex : goût/musique

Structure

Correspondances : entre l’H et la nature (1er quatrain) ;  internes à l’H (2e quatrain) Tercets : illustration des correspondances Le rôle du poète

Analyse de chaque partie

1erquatrain : correspondances entre l’H et la nature

B juxtapose 2 phrases : assertions v1-2 et 3-4 → montre le liens entre l’H et la nature v.1  « temple » : idée sacrée (construction de l’H) v.3 « forêt des symboles » est en parallèle avec « temple » Nature en communication avec l’H, elle lui transmet un msg, mais ce msg (représenté au v.2 « confuses paroles », v.4 « regards familiers ») doit ê compris Rôle du poète : pouvoir de comprendre les symboles « Les piliers » : élévation ; pas bcp de pauses : rythme binaire Enjambement, allitération en [p]→ rythme du texte ; assonance en [i], [a] [ã] (« en »)

2e quatrain : correspondances internes à l’H

l.8 : synesthésie : correspondance interne par la subordonnée indiquant les circonstances Assonance en [  ] (« on ») ; harmonie imitative : rythme des vers/sonorité Sonorité en [o], allitération en [l] et [f] ; rythme binaire ; antithèse : « nuit », « clarté » v.7 Correspondance intime entre les perceptions

Les tercets : une illustration des correspondances

Sonnet régulier (sens, rythme, syntaxe), écart par rapport aux rimes dites « normales » du sonnet ; normalement rimes suivies en 1e, ici : croisé « Chairs d’enfants » v.9 : fraîcheur d’un enfant (peau de bébé) → sens du touche « Verts comme les prairies » v.10 → sens de la vue « Doux comme les hautbois » v.10 → sens de l’ouie → série d’images (« synesthésie ») douce, fraîche ; corrompus v.11 : perte de fraîcheur « Expansion » v.12 : diérèse, car cela allonge le mot, ce qui représente le mot « L’ambre » (par les cachalots) et « le musc » (par les cerfs) : parfums provenant des animaux « Le benjoin » et « l’encens » : parfum d’origine végétale pt commun entre les 4 : parfum enté tente (qui prend la tête) Baudelaire veut montrer que les correspondances peuvent ê ≠ Allitération [f] v.9 ; à travers une odeur, un monde s’ouvre Théorie de Swedenborg : représentation de l’univers (vivant) et ê humain ; 3 aspects : corps, organisation, morale Correspondance de l’H avec la nature Correspondance de l’H qui lui permet de comprendre la nature (à travers ≠ sensation) → Correspondances de l’intuition

Le rôle du poète

Baudelaire pense que le poète à un rôle importante et doit ê un médiateur entre l’H/nature v.6 : « ténébreuse  et profonde unité » ; v.2 « confuses paroles » Le poète aide le rapport H/nature, il utilise la parole par analogie, prosodie, musicalité des vers. Il pense que grâce à ça, cela aide au rapport H/nature Rythme binaire v.5 à 7 Les échos sont sentis à travers la musique du vers ; évocation de parfum v.9 et 10 : rythme binaire, ton léger v.13 : rythme accumulatif Baudelaire veut donner une idée du monde et doit décrypter les apparences du monde, à travers des symboles → abstrait Le poète va haut de là des apparences et mieux comprendre l’univers.

Variété

Versification : mètres (alexandrin) ; rythme (binaire, accumulatif, enjambement) ; rimes (embrassées, croisées, suivies) ; diérèse Figures de rhétorique : antithèse v.7

Conclusion

Poème essentiel car cela résume la théorie de B sur le rôle du poète, résume la théorie des correspondances (interne et le rapport qu’il a avec la nature) Poème qui a des interprétations ≠ ; suggère à travers les mots et les images Poème opposé à V.H. (V.H. est engagé ; B non). Pour B, l’artiste ne doit pas se mêler de politique mais élevé l’H à travers le poème B n’a pas de groupe littéraire

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (1,33/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide