-histoire
située dans la vie ordinaire

-personnages
bourgeois

-finit
bien et fait rire

Les types de comique

-Comique
de caractère: accentuer
un défaut (coléreux, avare, naïf, etc.)

-Comique
de gestes: coups,
chutes, grimaces

-Comique
de répétition: mots, gestes
répétés

-Comique
de mots:
jeux de mots, grossièretés,prononciation

-Comique
de situation: malentendus,
(quand on ne parle pas de la même chose) quiproquo (quand on
croit parler à une autre personne, personnages déguisés,
etc.), surprises

Les types de comique peuvent se combiner entre eux

Exercice

Identifier les différents types de comique dans cet extrait.

Molière
: Les
fourberies de Scapin Acte
III Scène 2

Texte étudié :

Pour se venger de son maître Géronte, Scapin
le persuade de se cacher dans un sac pour échapper à de
prétendus poursuivants...

SCAPIN: Cachez-vous: voici un spadassin qui vous cherche. (En
contrefaisant sa voix) "Quoi? Jé n'aurai pas l'abantage
dé tuer cé Geronte, et quelqu'un par charité né
m'enseignera pas où il est?" (à Géronte
avec sa voix ordinaire) Ne branlez pas. (Reprenant son ton
contrefait) "Cadédis, jé lé trouberai, sé
cachât-il au centre dé la terre," (à Géronte
avec son ton naturel) Ne vous montrez pas. (Tout le langage gascon
est supposé de celui qu'il contrefait, et le reste de lui)
"Oh, l'homme au sac!" Monsieur. "Jé té
vaille un louis, et m'enseigne où put être Géronte."
Vous cherchez le seigneur Géronte? "Oui, mordi! Jé
lé cherche." Et pour quelle affaire, Monsieur? "Pour
quelle affaire?" Oui. "Jé beux, cadédis, lé
faire mourir sous les coups de vaton." Oh! Monsieur, les coups
de bâton ne se donnent point à des gens comme lui, et ce
n'est pas un homme à être traité de la sorte.
"Qui, cé fat dé Geronte, cé maraut, cé
velître?" Le seigneur Géronte, Monsieur, n'est ni
fat, ni maraud, ni belître, et vous devriez, s'il vous plaît,
parler d'autre façon. "Comment, tu mé traites, à
moi, avec cette hautur?" Je défends, comme je dois, un
homme d'honneur qu'on offense. "Est-ce que tu es des amis dé
cé Geronte?" Oui, Monsieur, j'en suis. "Ah! Cadédis,
tu es de ses amis, à la vonne hure." (Il donne plusieurs
coups de bâton sur le sac) "Tiens. Boilà cé
qué jé té vaille pour lui." Ah, ah, ah! Ah,
Monsieur! Ah, ah, Monsieur! Tout beau. Ah, doucement, ah, ah, ah!
"Va, porte-lui cela de ma part. Adiusias." Ah! diable soit
le Gascon! Ah!
(En se plaignant et remuant le dos, comme s'il
avait reçu les coups de bâton.)
GÉRONTE,
mettant la tête hors du sac: Ah! Scapin, je n'en puis
plus.
SCAPIN: Ah! Monsieur, je suis tout moulu, et les épaules
me font un mal épouvantable.
GÉRONTE: Comment? c'est
sur les miennes qu'il a frappé.
SCAPIN: Nenni, Monsieur,
c'était sur mon dos qu'il frappait.
GERONTE: Que veux-tu
dire? J'ai bien senti les coups, et les sens bien encore.
SCAPIN:
Non, vous dis-je, ce n'est que le bout du bâton qui a été
jusque sur vos épaules.
GÉRONTE: Tu devais donc te
retirer un peu plus loin, pour m'épargner.
SCAPIN lui remet
la tête dans le sac: Prenez garde. En voici un autre qui a la
mine d'un étranger.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (2,67/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide